Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Benoît Vermander, Liz Hingley, Liang Zhang, Shanghai Sacred.The Religious Landscape of a Global City

Seattle, University of Washington Press, 2018, 255 p.
Jean-Louis Ormières
p. 422-424
Référence(s) :

Benoît Vermander, Liz Hingley, Liang Zhang, Shanghai Sacred.The Religious Landscape of a Global City, Seattle, University of Washington Press, 2018, 255 p.

Texte intégral

1Fruit d’une étroite collaboration entre Benoit Vermander, professeur et directeur de l’Institut Fudan (Université de Shanghai), Liz Hingley, photographe et anthropologue, et Liang Zhang chercheur à l’Institut des Études religieuses de Shanghai, ce livre, enrichi de nombreuses cartes et plans détaillés des lieux de culte et de plusieurs photographies en couleurs de Liz Hingley, nous offre une examen approfondi de la vie religieuse dans l’une des plus grandes métropoles de Chine (24 millions d’habitants en 2016). Exceptionnel dans son intention, cartographier la diversité religieuse, ce travail a nécessité une longue enquête de terrain et de nombreux entretiens auxquels ont également participé plusieurs étudiants de l’université dans laquelle enseigne Benoît Vermander, lesquels leur ont permis d’accéder aux sites taoïstes et bouddhistes.

2Dans une ville globalisée telle que Shanghai, comme il est rappelé dans la préface, la mosaïque religieuse métropolitaine apparaît plus comme un collage ou un montage de communautés de foi vivant plus ou moins isolées les unes des autres. Cependant certaines observations suggèrent que l’espace religieux de cette mégapole pourrait être unifié par une dynamique spécifique. D’une part, ses habitants parcourent une série de marqueurs religieux dans l’espace (édifices et autres sites) et dans le temps (fêtes et festivals), qu’ils appréhendent comme faisant partie d’une expérience urbaine globale. D’autre part, les interactions entre locaux, migrants et étrangers participent d’une reconfiguration continuelle de l’ethos et des pratiques de la plupart des communautés de foi. Cette approche ne concerne pas uniquement les cinq religions officiellement reconnues (confucianisme, taoïsme, bouddhisme, christianisme et islam), mais toute autre forme de culte, informelle ou clandestine, « house churches » (églises domestiques.)

3Les cinq chapitres du livre, aux titres plus ou moins métaphoriques, sont précédés d’une introduction dans laquelle les auteurs explorent les différentes approches concernant la religion. Ils s’interrogent notamment sur l’universalité de la célèbre distinction sacré/profane établie par É. Durkeim et sur sa pertinence pour la société chinoise, faisant remarquer que les rituels imprègnent ici tous les aspects de l’existence.

4Le premier chapitre montre comment les stratégies de transformation urbaine affectent les symboles et les édifices religieux. Il détaille aussi comment les stratégies mises en place par l’État ou les gouvernements locaux contribuent à la formation des espaces urbains et des évènements susceptibles de favoriser un sentiment de sacralité civique parmi les citoyens. Reste que ces édifices et évènements sont le plus souvent utilisés ou interprétés par les urbains dans un sens quelque peu éloigné de celui voulu par les autorités. On regrettera, sur ce point, l’absence d’une analyse des rapports des différents cultes avec les autorités civiques.

5Comme toutes les villes, l’héritage historique reste fondamental pour comprendre la géographie de Shanghai, ville parsemée d’édifices et de temples des religions originaires que sont le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme avant que ne s’installent les musulmans, au xiiie siècle, et les chrétiens trois siècles plus tard.

6Les chapitres qui suivent montrent comment l’interaction entre acteurs se traduit en pratiques qui tendent à être ritualisées : ces rituels religieux ou civiques ne sont pas seulement décisifs pour nourrir un sentiment d’appartenance à une communauté petite ou grande, mais tendent aussi à organiser et à imprégner toutes les autres activités de la communauté. À ce stade, on doit élargir la notion même de « rituel » afin de comprendre comment des pratiques sociales coordonnées peuvent être utilement interprétées comme des « figurations rituelles » contribuant à dresser une carte du territoire urbain.

7Le second chapitre s’attache à décrire l’incidence des temporalités alternatives (calendrier chinois, calendrier grégorien, ou calendrier musulman) et des repères (édifices, temples, mosquées, synagogues) sur le paysage urbain. L’importance de ces repères qui constituent un réseau d’espaces sacrés n’empêche nullement, observent les auteurs, la porosité et l’évolution des frontières et des fonctions de ces espaces religieux.

8Intitulé « Le mur et la porte », le troisième chapitre est consacré aux « enceintes » religieuses que sont les mosquées, les temples ou les paroisses en tant qu’elles organisent les relations entre la communauté des disciples et l’environnement immédiat par le biais de portes ou de clôtures qui sont des délimitations à la fois matérielles et symboliques. En Chine, les églises chrétiennes et les mosquées sont en effet, comme les temples bouddhistes ou taoïstes, séparées des bâtiments voisins.

9« Un temple à soi », le quatrième chapitre, met l’accent sur la dimension privée de la sacralité en Chine. Cet aspect témoigne des conséquences de la révolution communiste sur les manières d’exercer le croire. Certes, la société traditionnelle chinoise a toujours attribué un rôle notable aux autels et aux sanctuaires domestiques, mais l’interdiction de toute religion en 1949 a exacerbé le phénomène de privatisation de la pratique religieuse. Dans une ville globale telle que Shanghai, la sacralité se retrouve aisément enchâssée dans la sphère du privé. Dans ces « House churches » (églises domestiques) comme dans églises pour migrants, les disciples peuvent exercer leur foi à l’abri des ingérences étatiques.

10Utilisant la métaphore des « religious waterways » (voies navigables), le cinquième chapitre s’attache à décrire les stratégies des adeptes des cinq religions reconnues, mais aussi des religions non reconnues telles que le Bahaïsme, ou encore des spiritualités alternatives, pour prospérer et constituer des réseaux qui relient demeures et lieux de cultes et contribuent de fait à élargir et à remodeler le sentiment d’appartenance des croyants à un espace sacré.

11En conclusion, les auteurs tentent de fournir des éléments permettant d’apporter un correctif au paradigme durkheimien, ou tout du moins de l’enrichir, en invoquant les divisions propres aux conceptions de la religion traditionnelle chinoise (Zheng/Xie, Xu/Shi, Dong/Jing). Ces divisions, au dire des auteurs, contribueraient aujourd’hui à maintenir un continuum entre le sacré et l’espace-temps séculier à Shanghai comme dans l’ensemble du pays.

12Cette conclusion est suivie d’un appendice des 109 sites religieux étudiés par les auteurs à l’exclusion, il va sans dire, des espaces sacrés privés ou non officiels.

13Ce livre enrichit indiscutablement notre connaissance de la diversité des pratiques religieuses au sein d’une mégapole en voie de globalisation et d’urbanisation rapide telle que Shanghai. L’innovation que représente l’approche géographique, si féconde ici, mériterait d’être étendue à d’autres grandes villes, en Chine et ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « Benoît Vermander, Liz Hingley, Liang Zhang, Shanghai Sacred.The Religious Landscape of a Global City », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 422-424.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « Benoît Vermander, Liz Hingley, Liang Zhang, Shanghai Sacred.The Religious Landscape of a Global City », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49645

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals