Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gilles Vidal, Marc Spindler, Annie Lenoble-Bart (dir.), L’Allemagne missionnaire d’une guerre à l’autre (1914-1939). Effondrement et résilience

Paris, Éditions Karthala, coll. « Histoire des mondes chrétiens », 2017, 347 p.
Pascale Gruson
p. 424-426
Référence(s) :

Gilles Vidal, Marc Spindler, Annie Lenoble-Bart (dir.), L’Allemagne missionnaire d’une guerre à l’autre (1914-1939). Effondrement et résilience, Paris, Éditions Karthala, coll. « Histoire des mondes chrétiens », 2017, 347 p.

Texte intégral

1Œuvres missionnaires et colonisations territoriales relèvent d’initiatives distinctes. En tout cas, les premières ont souvent précédé les secondes. Mais il est certain qu’elles ont développé des projets voisins, en particulier celui de construire des structures d’autorité se substituant plus ou moins aux structures des sociétés où elles s’étaient établies. Leurs actions se voulaient porteuses d’universalité.

2Au xixe siècle, missions et colonisations se sont plus concrètement rencontrées, ce qui n’a pas été sans frottements. Ceux-ci ont été particulièrement vifs dans les territoires où s’opposaient déjà les missions liées aux Églises de la Réforme et celles qui étaient affiliées à l’Église catholique. De fait, dans la suite du Kulturkampf engagé en 1871 par Bismarck contre l’autorité romaine dans l’Empire allemand, nombre de membres du clergé catholique allemand ont choisi d’émigrer aux Pays-Bas pour organiser une riposte. Ils ont été accueillis dans ce refuge par des prêtres déjà engagés dans la mise en place de missions intérieures et extérieures combatives et ils ont élaboré avec eux ce qui pouvait faire valoir efficacement le point de vue de Rome. Il s’agit entre autres des statuts de cette société missionnaire particulièrement militante qu’a été la Societas Verbi Domini (SVD). Celle-ci réunissait des Pères blancs, des Spiritains et d’autres et s’est très vite répandue sur les cinq continents. En l’occurrence, leur action s’est distinguée très systématiquement, tant de celle des administrations coloniales trop laïques que de celle des missions protestantes jugées hérétiques.

3Le livre collectif publié sous les auspices de l’Institut protestant de théologie de Montpellier, et avec la collaboration de nombreux universitaires africains et européens, anthropologues, théologiens, historiens, missionnaires, expose cette histoire assez conflictuelle (mais pas toujours) et les traces qu’elle a laissées dans la durée, en se concentrant plus spécialement sur les colonies allemandes. Celles-ci ont eu un destin particulier, puisque définies relativement tardivement au moment de la Conférence de Berlin (1885), elles ont été redistribuées, après les Traités de Versailles et de Saint-Germain (1919-1920), entre les administrations coloniales française et britannique. Cet espace colonial permet aussi de mettre en relief les rivalités qui ont opposé missions protestantes et missions catholiques, les premières ayant laissé dans les colonies concernées des traces durables.

4Il apparaît à la lecture de plusieurs articles que, avant la Première Guerre mondiale, les missions, qu’elles soient catholiques ou protestantes, ont agi en grande indépendance vis-à-vis des administrations coloniales, étant entendu que l’allemande se comportait assez différemment de la française et de l’anglaise. De ce fait, elles n’ont pas vu venir la Première Guerre mondiale et ne se sont pas vraiment senties concernées par celle-ci. Elles l’ont été évidemment, mais le plus souvent malgré elles et à leur grande surprise. Leurs ressortissants ont été traités par les autorités politiques comme partisans ou ennemis potentiels. Ils ont été faits prisonniers ; ils ont été expulsés, etc. Ce que beaucoup de missionnaires ont considéré comme une méprise s’est accentué à la suite des Traités de Versailles et de Saint-Germain du fait de la redistribution entre les puissances alliées des territoires où ils étaient implantés. Remplacer les administrations allemandes en était la conséquence concrète. Mais pourquoi rejeter des missions qui voulaient travailler en toute indépendance et n’avaient que faire des hostilités ? L’exemple d’Albert Schweitzer au Togo est assez emblématique : le médecin et théologien n’était que peu apprécié des Français avant 1914, au prétexte qu’il n’avait pas quitté l’Alsace après Sedan. Pendant longtemps, il ne fut pas autorisé à poursuivre la mission qu’il avait engagée à Lambaréné, car le Togo était devenu, après les traités, colonie française. Cette incompréhension est loin d’être unique.

5La riche information donne à voir des données générales et beaucoup d’exemples concrets. Les uns portent sur les pays où la colonisation allemande avait eu un fort impact avant-guerre : le Togo, le Cameroun (partagé par les Traités entre la France dans sa partie orientale et l’Angleterre dans la partie qui touche au Nigeria), le Rwanda-Burundi et une partie de la Tanzanie. Les autres portent sur des pays où les missions allemandes protestantes et catholiques ont été en rivalité, hors d’une colonisation allemande, Chine, Australie, Congo. La rivalité entre les missions catholiques et protestantes y apparaît très marquée.

6D’une manière générale, si les difficultés, les méprises, les conflits entre missions catholiques et missions protestantes, entre missions et administrations coloniales, ont été nombreux, il est aussi frappant de voir la dynamique que ces missions ont enclenchée : le développement d’églises protestantes autochtones entre autres, l’enrichissement de la recherche universitaire, en particulier en ethnologie et en linguistique, également. On peut y ajouter d’importants débats qui ont nourri le développement de l’œcuménisme. Ce dernier point, ici abordé au seul prisme des sessions de la Conférence internationale des Missions créée en 1921, aurait peut-être pu être développé davantage. La Fédération universelle des associations chrétiennes d’étudiants (FUACE), créée par John Mott en 1897, n’est guère évoquée alors qu’elle a porté une attention très originale aux œuvres missionnaires et qu’elle a joué un grand rôle dans la naissance du Conseil Œcuménique des Églises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Gruson, « Gilles Vidal, Marc Spindler, Annie Lenoble-Bart (dir.), L’Allemagne missionnaire d’une guerre à l’autre (1914-1939). Effondrement et résilience », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 424-426.

Référence électronique

Pascale Gruson, « Gilles Vidal, Marc Spindler, Annie Lenoble-Bart (dir.), L’Allemagne missionnaire d’une guerre à l’autre (1914-1939). Effondrement et résilience », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49681

Haut de page

Auteur

Pascale Gruson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals