Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Chris White, Protestantism in Xiamen. Then and Now. Global Diversities

Cham, Palgrave Macmillan, 2019, 233 p.
Michel Chambon
p. 426-427
Référence(s) :

Chris White, Protestantism in Xiamen. Then and Now. Global Diversities, Cham, Palgrave Macmillan, 2019, 233 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif alliant histoire et anthropologie, Christ White recueille un ensemble de contributions interrogeant les racines, les spécificités et l’influence actuelle du protestantisme de Xiamen. En huit chapitres, les six auteurs explorent ce qui a façonné ce courant du christianisme chinois dans une ville portuaire au destin unique. Même si les contributions sont de qualité inégale, il faut souligner la diversité de leurs approches et de leurs auteurs. Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage reste cohérent et se limite au seul protestantisme historique officiellement reconnu par les autorités civiles. Les catholiques de la ville, mais aussi les membres de communautés protestantes non-enregistrées (Églises Domestiques), ainsi que ceux de courants chrétiens plus atypiques (Églises Adventiste, du Vrai Jésus et Assemblée Chrétienne) ne font pas partie de la présente étude. Seules des évocations rappellent combien le christianisme de Xiamen déborde le protestantisme officiel dont il est ici question.

2L’introduction de l’ouvrage écrite par Christ White, directeur du volume, situe et cimente les sept chapitres en plantant le contexte historique, religieux et politique dans lequel ce protestantisme prospère. C’est en effet en février 1842, au milieu des guerres de l’opium, que le premier missionnaire protestant, jusque-là basé à Macao, pose le pied à Gulanyu. L’île située juste en face de la ville de Xiamen acquiert bientôt un statut international qui permet à trois sociétés missionnaires de venir s’implanter durablement dans la région. Main dans la main, les missionnaires de la Reformed Church of America, de la London Missionary Society, et de la Presbyterian Church of England élèvent les deux grandes églises historiques de la ville, ainsi que divers institutions médicales et éducatives liées à leurs missions.

3Ces deux églises historiques, Xinjie et Trinity Church, reviennent régulièrement au fil des chapitres tant leur rôle fut important et leur devenir emblématique. Le second chapitre analyse comment l’église Xinjie a physiquement évolué tout en se retrouvant au centre des récents efforts des autorités civiles pour développer une politique d’héritage culturel en vue de rehausser le statut de la ville. Dans ce chapitre, Chris White note avec justesse qu’à Xiamen le christianisme est accepté comme une sorte d’héritage historique prenant part à la vaste culture chinoise. Pourtant, cette politique publique de développement touristique et de promotion culturelle n’est pas sans soulever d’importants défis pour les acteurs chrétiens. Si l’église Xinjie a pu bénéficier de fonds pour sa mise en valeur, elle se retrouve aujourd’hui prise en étau par les zones commerçantes – et donc en otage d’un certain projet socio-économique. Quant à l’église de la Trinité sur l’île de Gulanyu (chapitre 4), elle doit faire face à un sérieux déclin de sa population environnante, remplacée par des visiteurs journaliers et des magasins touristiques.

4Mais si dans un premier temps les trois sociétés missionnaires coopèrent activement à établir une Église locale engagée dans l’évangélisation et la modernisation de la société chinoise (chapitre 2), David Woodbridge nous rappelle (chapitre 3) que les divergences entre missionnaires américains et britanniques ne manquèrent pas. Dans la première moitié du xxe s., les missionnaires furent plutôt enclins à soutenir la politique orientale de leur patrie respective et les tensions entre le consul britannique et les missionnaires américains furent récurrentes.

5Ces tensions doivent d’ailleurs être replacées dans le cadre plus large de l’expansion américaine en Asie. Avec la prise de possession des Philippines en 1898, les États-Unis renforcèrent leur conviction d’avoir la mission « spéciale » de promouvoir le respect de la souveraineté de la Chine ainsi que son intégrité territoriale. Les missionnaires avaient donc à naviguer entre ces différentes puissances occidentales et leurs propres convictions. De plus, la proximité historique des Philippines rappelle que le protestantisme de Xiamen doit aussi être appréhendé au-delà des seules limites de la ville et du contexte national. Dans le chapitre 6, Jean Uy Uayan étudie les rapports que les populations de la diaspora installées à Manille entretenaient avec Xiamen. Pour ces marchands établis au loin, mais qui aimaient envoyer leurs enfants étudier au pays, les nouvelles écoles protestantes de Xiamen devinrent jusqu’en 1951 un moyen important de renouer avec la mère patrie.

6Un autre type de frontière à dépasser est celle qui suppose une forte séparation entre protestantisme occidental tel qu’importé par les missionnaires modernes et protestantisme chinois supposément plus imprégné de miraculeux, de rituels de guérison et de sens du spirituel. Chris White récuse cette dichotomie via une passionnante étude sur la voix de Haicang (chapitre 5). De 1924 à 1928, une voix fit entendre dans une boulangerie proche de l’église. Venant par intermittence, mais audible de tous, cette voix se revendiquait être celle d’un chrétien récemment décédé venant parler au nom de Dieu. Si la majorité des témoins – chinois et étrangers – ne remettaient guère en cause l’existence même de la voix, nombre d'entre eux s’interrogeaient sur sa filiation divine ou démoniaque. Plus la voix devint bavarde et exigeante, plus elle fit controverse parmi les chrétiens de Xiamen. Cas très documenté et discuté en son temps, la voix de Haicang fournit le terreau d’une riche réflexion anthropologique sur les approches chrétiennes du surnaturel ainsi que sur ce qui constituerait un « christianisme chinois ».

7L’étude de ce qui renforce le caractère « indigène » de cette religion est reprise dans le chapitre 7 sous un angle cette fois textuel. Yingheng Cheng analyse l’histoire des recueils des hymnes de Amoy (ancien nom de Xiamen) qui offre un exemple des continuités historiques et linguistiques dans lequel le protestantisme de Xiamen évolue. Ces hymnes en langue locale (Minnanyu) furent composés et accumulés tout au long de la période coloniale et républicaine par des acteurs locaux et extérieurs pour devenir et rester un élément central dans l’affirmation d’une identité protestante du Fujian du Sud. Alors que Cheng offre une riche étude de l’évolution constante de ce corpus au statut quasiment canonique, son travail pourrait faire l’objet d’une réflexion sur le rapport protestant au texte et à la musique. Ces recueils d’hymnes ne sont en effet pas frappés par un certain fondamentalisme biblique – relativement courant dans la Chine protestante – qui interdit toute réflexion critique sur l’origine et l’évolution des textes sacrés.

8Le dernier chapitre s’attarde longuement sur les célébrations de Noël dans les églises de Xiamen. Bram Colijn présente les danses, repas, jeux de scène et concerts que ces festivités impliquent ainsi que le positionnement des autorités civiles à leurs égards. La riche ethnographie de ces pratiques est mise en dialogue avec un ensemble de réflexions théoriques pertinentes sur la religion comme modalité de pratiques personnelles et sociales. Comme nous avons pu nous-même le constater dans le nord Fujian, la préparation et l’exécution des festivités de Noël s’étalent sur environ six mois et prennent une place centrale dans les communautés protestantes chinoises. Si le parallèle avec les pratiques de la religion populaire est évoqué sans être discuté, Colijn insiste sur l’ampleur nouvelle de ces célébrations, leur coté ouvert et inclusif, tout en pointant leur aspiration prosélyte. Mais si Colijn insiste justement sur le fait que ces célébrations de Noël sont un phénomène postérieur aux réformes de 1978, le reste de l’ouvrage tend à souligner combien la récente croissance du protestantisme chinois s’enracine dans une longue histoire et dans de multiples continuités locales, linguistiques, ecclésiales et familiales. Ainsi, si les deux approches ne se contredisent pas, l’ouvrage dans son ensemble offre une riche plongée dans la réalité du protestantisme chinois sans se limiter à une approche – voire un problème – politique.

9Quoi qu’il en soit, cet ouvrage collectif illustre heureusement comment l’étude du christianisme chinois s’étoffe tout en nourrissant des débats interdisciplinaires plus vastes. De plus en plus de chercheurs s’intéressent aux formes historiques et actuelles de cette religion aussi composite que mouvante, mais essentielle dans la compréhension de la Chine contemporaine. Pour la seule région du Fujian, les études historiques de Dunch Ryan sur le protestantisme de Fuzhou, celles d’Eugenio Menegon sur le catholicisme de Fuan, le présent ouvrage, et mes travaux à Nanping offrent de fait un vaste matériel sur les chrétiens de la province.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Chambon, « Chris White, Protestantism in Xiamen. Then and Now. Global Diversities », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 426-427.

Référence électronique

Michel Chambon, « Chris White, Protestantism in Xiamen. Then and Now. Global Diversities », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49693

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals