Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Paul Willaime, E.-Martin Meunier, La Guerre des dieux n’aura pas lieu. Itinéraire d’un sociologue des religions

Préface de Philippe Portier, Genève, Labor et Fides, 2019, 360 p.
François Bœspflug
p. 427-430
Référence(s) :

Jean-Paul Willaime, E.-Martin Meunier, La Guerre des dieux n’aura pas lieu. Itinéraire d’un sociologue des religions. Préface de Philippe Portier, Genève, Labor et Fides, 2019, 360 p.

Texte intégral

1Loin de se réduire à une agréable flânerie autobiographique plus ou moins complaisante, cet itinéraire constitue à nos yeux un ouvrage de référence, tant il est solidement construit, depuis l’introduction (Philippe Portier) et l’avant-propos de l’interviewer (Martin Meunier), jusqu’au chapitre de conclusion, par lequel il est pensable de commencer après lecture des deux textes liminaires. Les sept autres chapitres déploient un panorama qui, au-delà des étapes constitutives de la vie et du travail d’un savant, et de la découverte de son « métier-vocation » (comme le suggère l’allemand Beruf), constitue un précieux passage en revue des principaux problèmes de l’actuelle sociologie des religions.

2Philippe Portier, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, qui a succédé à Jean Baubérot à la direction d’études désormais intitulée « histoire et sociologie des laïcités » (p. 200-201), était tout indiqué pour rédiger la préface, en collègue et en ami, de cette série d’entretiens. Son texte très charpenté (p. 9-21) confirme, autant par son contenu que par son style annonciateur, que le travail du sociologue des religions qu’est Jean-Paul Willaime ne relève décidément pas de l’histoire évènementielle haute en couleurs, mais porte principalement sur trois questions théoriques : celles des méthodes, des objets et des concepts. Qu’on se le dise…

3Quant à Martin Meunier, un sociologue des religions québecois, spécialiste du catholicisme au Canada, il explique dans son avant-propos (p. 23-30) que s’il s’est intéressé à l’œuvre de Willaime, c’est pour y avoir trouvé une triple sociologie : des religions instituées, des minorités religieuses dans un monde en voie de sécularisation, et des rapports Églises/États » (p. 24). Douze matinées de trois heures, raconte-t-il, ont été consacrées à des entretiens qui ont adopté apparemment le ton de la conversation : de fait, elles ne manquent pas de vivacité et de quelques tournures linguistiques qui fleurent bon le terroir francophone outre-Atlantique (escoffier, p. 26 ; « peinturé dans le coin », p. 147 ; « fidèles catholiques ou protestants pigeaient de l’un à l’autre », sic, p. 287). Mais qu’on ne s’y trompe pas. Les envolées militantes et autres dégagements spéculatifs à couper le souffle ne manquent pas, qui ont été soigneusement relus…

4Le titre de ce livre d’entretiens, qui est aussi celui de son dernier chapitre (chap. 8, p. 339-358), renvoie aux rivalités entre religions, souvent présentées comme inéluctables. Il est emprunté à celui des sociologues des religions que Jean-Paul Willaime tient pour le plus grand de tous (p. 125), Max Weber, dont il connaît très bien l’œuvre et dont il s’inspire à bien des égards, ce qui ne lui interdit pas de le critiquer, notamment en ce qui concerne précisément la guerre que les religions seraient censément condamnées à se livrer, thèse que Willaime rejette calmement et attentivement, comme l’y invite tout son travail, et le refus argumenté de cette thèse résume à bon escient sa propre posture de sociologue des religions chevronné — d’où le positionnement délibéré et judicieux de ce chapitre à fin du livre, qu’il conclut de fait très éloquemment.

5Est évidemment ou secrètement solidaire de cette prise de distance affichée d’emblée par rapport à Max Weber, en premier lieu la conviction centrale de Willaime que la religion est avant tout « ressource » de sens, d’éthique, de lien, de connaissance (p. 251), d’optimisme et de confiance (p. 300), de solidarité et de responsabilité (p. 354), ce qui chez lui est l’expression d’un optimisme prudent et « réservé » (p. 354) : contrairement à tous ceux qui prophétisent (ou souhaitent) leur extinction inéluctable sinon prochaine, Willaime est convaincu, au terme de ses multiples enquêtes, que les religions ont de l’avenir, en particulier le christianisme, qui prône un universalisme de la fraternité (p. 328-329), d’où un certain nombre de positions qui font la singularité épistémologique et scientifique de ce chercheur, qui ne craint pas de prendre parti vigoureusement dans les questions disputées de son époque, et par exemple de se déclarer « un fervent défenseur de l’enseignement du fait religieux à l’école publique » (p. 179). Certaines de ses tirades ont l’allure d’un credo militant, à la fois politique et scientifique : « Je suis attaché à la séparation des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, à la liberté d’expression et à la liberté d’association, y compris la liberté religieuse » (p. 222). D’où aussi, en dépit d’une prose très prudente et pesée, le fait qu’il ose rappeler sans détour que « l’enseignement des faits religieux n’est plus une option, c’est une obligation pour les professeurs de l’Éducation nationale » (p. 228), ce qui n’est pas si souvent souligné. Ce qui n’empêche pas Willaime d’être extrêmement réservé sur des sujets précis brûlants comme la circoncision ou le voile intégral (p. 234-236), ou vastissime comme la mondialisation (p. 300), même s’il ne mâche pas ses mots lorsqu’il parle des contre-vérités énoncées par Michel Onfray (p. 232) ou de la ridicule polémique autour du burkini (p. 236)… C’est assez dire que le livre d’entretiens offre un savant dosage de franc-parler et de précautions diplomatiques…

6Cela dit, que l’on permette au recenseur, une fois n’est pas coutume, de dire son lien au recensé, dans l’espoir d’éclairer par côté le relief d’icelui. Nous nous connaissons, lui et moi, et pour cause : nous avons écrit et publié un livre ensemble en 1996 avec Françoise Dunand, une collègue strasbourgeoise égyptologue, avons sensiblement le même âge, sommes deux intellectuels engagés durablement dans la recherche et l’écriture, qui avons aimé diriger des thèses ; qui sommes enclins au comparatisme, auteurs d’un bon nombre de livres (Willaime en a publié plus d’une trentaine, qui sont listés p. 359-361), dont une proportion non négligeable sont des ouvrages cosignés ou collectifs, donc qui aimons « travailler et écrire avec d’autres » ; qui avons été en poste durant des années au Palais universitaire de Strasbourg, lui, de 1975 à 1992, à la Faculté de Théologie Protestante, dans l’aile gauche du bâtiment, et moi, de 1990 à 2013, à la Faculté de Théologie Catholique, dans l’aile droite ; avons donc Strasbourg et l’Alsace en commun, mais aussi Paris, donc aussi le TGV, des heures durant et des milliers de kilomètres, et la mobilité, à tout le moins géographique, via le rail.

7Mais les différences et distances entre nous sont au moins aussi nombreuses. L’on ne nous aura pas souvent vus ensemble ni même imaginés proches : il a été nommé à Paris quand j’ai été élu à Strasbourg, il est protestant et je suis catholique, il a hésité puis renoncé à se faire pasteur (un de ses premiers livres, publié en 1986, a pour titre Profession : pasteur, cf. p. 109-110), et il reviendra souvent dans ce livre d’entretiens, directement ou indirectement (p. 95, 115 : « je ne souhaitais pas lier mon existence professionnelle à mon rapport au christianisme protestant » et « garder une pleine autonomie de laïc et de chercheur ») sur ce qui fut pour lui une « velléité » (p. 100), comme si ce choix existentiel décisif lui avait laissé quelque nostalgie. Il a fini par se reconnaître en effet une autre « vocation », sic, celle de la science, et opté une fois pour toutes pour une vie d’enseignant-chercheur en des matières qui n’avaient pas de quoi incommoder les tenants de la laïcité obsessionnelle à la française.

8Nos spécialités aussi diffèrent grandement, même si elles ne sauraient s’ignorer : il est l’une des figures de proue de la sociologie des religions en France, qui a creusé son sillon en ligne droite selon un itinéraire que ce livre retrace étape par étape de manière documentée, tandis que je suis au départ un élève ingénieur qui a « mal tourné », a étudié avec passion la philosophie puis la théologie au Saulchoir des Dominicains, et n’a cessé ensuite de se déporter tout en suivant son axe invisible et inépuisable, qu’il est encore en train de creuser, celui, pour faire bref, de la possibilité, de la licéité et de la profitabilité de la représentation de Dieu et du divin, en direction de l’histoire de l’art et de l’histoire comparée des religions. Les différences entre nous ne s’arrêtent pas là : Willaime, c’est un tempérament qui se sait et se veut « modéré » (p. 65), un esprit méthodique et « réservé » (qualificatif que Meunier trouve pertinent et lui décerne souvent, sans être contredit par l’intéressé : p. 40, 66, 91, 94), délibérément « antidogmatique » (p. 94), dont la prose austère et un peu grise, qu’il ne m’en veuille pas de formuler cette évaluation chromatique, reflète un intérêt tenace et prioritaire, non pour les actions d’éclat et les hauts-faits à valeur de symboles et faisant image dont l’histoire des société est pavée, mais pour les « processus » socio-politico-culturels. À preuve, le nombre considérable, parfois un tantinet lassant, de mots en « -tion » dans le livre (comme chez bien des sociologues dont Willaime a contracté nolens volens la façon de parler et surtout d’écrire et de penser), certains ayant acquis droit de cité dans leur jargon, tels « socialisation », « sécularisation » « européanisation », « marchandisation », d’autres faisant une impression de sortir tout juste du four, comme « déculturation » (préféré à « exculturation », p. 186), « désocialisation », « déliaison », « désinstitutionnalisation » (p. 313, 316), « dédogmatisation » (p. 325), « pluralisation » (p. 215), « multiculturisation » (p. 217) devenant plus loin « multiculturalisation » (p. 296-297), « démagification » (sic, préféré à « désenchantement », p. 125-126 et 199), et dont il est permis de penser que certains, franchement, sont des monstres : tel « évangélicalisation » (p. 189 et 191, 268), formé sur l’anglais evangelical), et « invisibilisation » du religieux (p. 341). Certaines phrases de Willaime deviennent presque pittoresques à force de multiplier ces mots en -tion (p. 218), je n’insiste pas, sauf pour ajouter ce qu’implique selon moi ce rapport à la langue.

9Le lecteur doit le savoir, en effet, le livre de ces entretiens a beau citer quantité de noms de chercheurs européens contemporains très connus ou non, mais aussi d’hommes politiques d’aujourd’hui (parmi lesquels, bel indice de liberté, celui du président Emmanuel Macron, quatre fois cité, p. 62, 151, 295, 352), il se meut sans arrêt, en raison de la personnalité intellectuelle de l’interviewé, dans un monde de préoccupations qu’il est permis de qualifier de théoriques, de méthodologiques ou d'épistémologiques, et de ressentir comme austères et pesamment abstraites, même si elles portent sur l’actualité et recouvrent toutes sortes de réalités vécues et concrètes qui heureusement sont mentionnées au passage et soutiennent l’intérêt quand il est mis à l’épreuve. Mais les « faits de société » abordés relèvent rarement de l’évènementiel (« je ne suis pas historien de tempérament » : p. 87, on le croit sans peine). Le plus souvent Willaime se comporte en observateur-chasseur sur le qui-vive, constamment à la traque de tendances, d’évolutions, de subtils glissements et de processus silencieux qui n’ont décidément pas de quoi faire la une des journaux ; peu de faits d’éclats, peu de dates ni de lieux repères. Beaucoup de bougés subtils, de déplacements et de dérives millimétriques des continents conceptuels, de transformations passées inaperçues… la lecture de ce livre éveille l’envie d’allumer un projecteur et le haut-parleur.

10N’empêche. Ce livre est dense et mérite non seulement d’être lu deux fois, en raison du soin qui a été apporté à sa rédaction, mais aussi d’être consulté durablement. C’est d’ailleurs pourquoi, soit dit pour finir par mode de regret indirectement louangeur, il est vraiment dommage qu’il ne comporte pas d’index des noms propres. Car Willaime et Meunier nomment chemin faisant quantité de collègues et Willaime se positionne à chaque fois, souvent subtilement, par rapport à ce que chacun d’eux lui a apporté — ses rapports à Max Weber, Émile Durkheim, Julien Freund, Henri Desroches, Jean Séguy, Roger Mehl, Freddy Raphaël, Danièle Hervieu-Léger, Jean Baubérot, entre autres, méritent d’être examinés de près, tout comme ses réactions à la lecture de Calvin et Luther (p. 131, moins cité que Calvin), et d’une glorieuse phalange de penseurs protestants (Moltmann, Bultmann, Bonhoeffer, Paul Ricœur, Georges Casalis, Jacques Ellul). Pour une seconde édition, je suggère donc qu’on rajoute un Index nominum, peut-être aussi un lexique des principaux concepts de la sociologie des religions (tel « ultramodernité », p. 9, 192, 218, 303, 306). L’éditeur aura compris que ce vœu est une manière de gratitude et d’estime dont une part lui revient de manière légitime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Jean-Paul Willaime, E.-Martin Meunier, La Guerre des dieux n’aura pas lieu. Itinéraire d’un sociologue des religions », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 427-430.

Référence électronique

François Bœspflug, « Jean-Paul Willaime, E.-Martin Meunier, La Guerre des dieux n’aura pas lieu. Itinéraire d’un sociologue des religions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49711

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals