Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Matthew Wilson, Moralising Space. The Utopian Urbanism of the British Positivists (1855-1920)

New York, Londres, Routledge, 2018, 244 p.
Pauline Guillemet
p. 430-432
Référence(s) :

Matthew Wilson, Moralising Space. The Utopian Urbanism of the British Positivists (1855-1920), New York, Londres, Routledge, 2018, 244 p.

Texte intégral

1Matthew Wilson poursuit son examen de l’imaginaire urbanistique des positivistes anglais. Introduite en 2013 par la publication d’un article sur la métropole positiviste de Vernon Lushington, la réflexion que l’auteur mène sur l’urbanisme positiviste en Angleterre, de la seconde moitié du xixe siècle au sortir de la Première Guerre mondiale, est une brillante contribution à l’histoire des théories de l’urbanisme. Historien des idées architecturales et urbanistiques à l’Université de Ball State aux États-Unis, Matthew Wilson se donne, dans ce premier ouvrage consacré spécifiquement à la pensée spatiale positiviste anglaise, trois ambitions majeures.

2La première, annoncée dès l’introduction, est celle de redonner à la pensée positiviste toute sa place et toute son importance dans le monde intellectuel anglais de la seconde moitié du xixe et du début du xxe siècle. L’auteur a entrepris, avec ce livre, un travail de réévaluation – voire de revalorisation – du positivisme comme système de pensée. Il le fait en montrant, d’abord, l’importance du positivisme dans l’émergence d’une pensée sociologique qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du xixe siècle, a la particularité d’être à la fois théorique et appliquée. Il montre comment ce premier moment de la réflexion sociologique débouche, en 1904, sous l’égide de Victor Branford, sur la constitution de la Sociological Society, témoignage de l’ancrage de cette pensée dans le paysage institutionnel anglais. Il le fait également en montrant l’influence du positivisme sur le mouvement des réformateurs et des activistes sociaux, parmi lesquels on peut citer les exemples d’Octavia Hill ou de John Ruskin, dont le cadre d’action est – dans cette seconde moitié du xixe siècle en Angleterre – largement urbain. Il le fait enfin en montrant le rôle de premier plan joué par le positivisme dans l’ensemble du processus intellectuel qui a abouti à la reconnaissance académique et institutionnelle du town planning comme pratique disciplinaire au début du xxe siècle en Angleterre. Il montre, en particulier, l’influence de Patrick Geddes sur le Town Planning Act de 1909 et sur la mise en place, à compter de cette date, des premiers cours de town planning au sein des universités anglaises, comme une branche du civic design.

3La deuxième ambition, qui constitue, à bien des égards, l’une des principales originalités du travail de Matthew Wilson, réside dans le fait qu’il n’étudie pas le positivisme comme un système philosophique désincarné. Au contraire, il prend le parti d’en décrire l’ensemble des composantes à travers une analyse particulièrement riche des travaux et de l’engagement de ses plus importants représentants outre-Manche. La structure de son ouvrage rend compte de ce parti pris. Après un premier chapitre introductif qui s’attache à décrire ce qu’il appelle « l’imagination positiviste » s’articulant autour des notions de « vertu civique », de « sociologie » et de « city design » et un deuxième chapitre dédié à Comte, il consacre les cinq chapitres suivants à ceux qu’il présente comme les principaux représentants du mouvement positiviste en Angleterre : Richard Congreve, Frederic Harrison, Charles Booth, Patrick Geddes et Victor Branford. Matthew Wilson réunit ainsi, sous la même bannière « positiviste », ces différents personnages. Or, alors que le positivisme de Richard Congreve et de Frederic Harrison est indiscutable – tous les deux étant membres de la Société positiviste et à la tête, respectivement, du temple positiviste de Chapel Street Hall qui ouvre en 1867 et de celui de Newton Hall qui ouvre en 1881 –, il est moins courant de voir Charles Booth, Patrick Geddes et Victor Branford qualifiés de positivistes. Il s’agit, pour Matthew Wilson, de les présenter comme les principaux représentants du positivisme anglais de la seconde moitié du xixe et du début du xxe siècle. Pour ce faire, il propose une cartographie de leur insertion dans les réseaux positivistes en Angleterre. Il déplie, par exemple, les liens qui unissent Patrick Geddes et Richard Congreve au sein du Chapel Street Hall. Ailleurs, il revient sur la forte implication de Mary Macaulay, l’épouse de Charles Booth, au sein de la Société positiviste. Surtout, il montre avec brio combien les différents programmes conçus par ces trois théoriciens pour réformer la société, l’Individualistic Socialism de Patrick Geddes, le Limited Socialism de Charles Booth puis, après-guerre, la Third Alternative de Victor Branford, sont profondément inspirés par l’utopie comtienne. Dans ces trois cas, Matthew Wilson s’attache à mettre en évidence les nombreuses passerelles qui existent entre les propositions que Comte formule pour sa « République occidentale » à la fin des années 1840 et les systèmes socio-spatiaux décrits respectivement par Patrick Geddes, Charles Booth et Victor Branford.

4La dimension proprement spatiale de ces trois programmes occupe une place majeure dans le livre de Matthew Wilson et c’est d’ailleurs l’analyse du caractère spatialisé des propositions des positivistes anglais qui constitue le cœur de son ouvrage. C’est la troisième ambition, la plus fondamentale : mettre en évidence les racines positivistes de la planification urbaine moderne en Angleterre. Il est ici important de rappeler que les travaux de Matthew Wilson s’attachent, depuis un certain nombre d’années, à caractériser – politiquement, philosophiquement et épistémologiquement – la réflexion urbanistique telle qu’elle se constitue au xixe siècle. La parution de cet ouvrage participe pleinement de cette réflexion puisqu’il cherche à montrer le rôle joué par le positivisme, comme système philosophique et comme pratique sociologique, dans l’émergence, en Angleterre, de ce qu’on a appelé le town planning et le city design. Dans cette perspective, Matthew Wilson propose d’utiliser le concept d’« eutopie » pour qualifier les programmes de l’ensemble des théoriciens dont il retrace le parcours. Il revient, en effet, sur les différents systèmes socio-spirituels que proposent les six théoriciens auxquels il s’intéresse : la « République occidentale » d’Auguste Comte, la Systematic Policy de Richard Congreve, le Social Programme de Frederic Harrison, l’Individualistic Socialism de Patrick Geddes, le Limited Socialism de Charles Booth et la Third Alternative de Victor Branford. Ces différents modèles ont en commun de suivre l’intention initiale de Comte d’ancrer son projet de réformes spirituelles et sociales dans un espace régional-urbain qui s’organiserait autour d’institutions spirituelles et temporelles matérialisées dans l’architecture de la ville. Dans son projet de « République occidentale », Comte prévoyait que la transformation-régénération sociale qu’il appelait de ses vœux, passerait par une reconfiguration spatiale : le développement, avant l’année 2000, d’un réseau mondial de cinq cent « villes-régions » organisées autour d’institutions intellectuelles, ce qu’il appelait les temples positivistes. Ces temples prennent, dans le système comtien, le relai (scientifique) du rôle (théologique) joué par les églises médiévales. D’une façon similaire, Richard Congreve, Frederic Harrison, Patrick Geddes, Charles Booth puis Victor Branford ont proposé, dans leurs écrits, des modèles spatiaux destinés à permettre la mise en application de leur projet de réformes sociales et spirituelles de la société. Matthew Wilson n’emploie pas le terme « utopie » pour qualifier ces propositions urbanistiques des positivistes anglais. Il précise, dès sa préface, que cet urbanisme ne se définit pas par les éléments caractéristiques de l’utopie, à savoir la perfection et le non-lieu. Contrairement à cette définition, les programmes spatiaux des positivistes que Matthew Wilson étudie sont davantage à considérer comme des outils critiques et didactiques grâce auxquels il est possible d’évaluer ce qu’il est nécessaire de conserver ou de rejeter dans le monde contemporain afin d’aboutir à la création de lieux idylliques réels : ce qu’il nomme des « eutopies délibératives ». Le préfixe « eu » venant remplacer le « u » du non-lieu pour spécifier que l’intention des positivistes est de mettre en application leur version de l’utopie dans un endroit véritable.

5Ce concept d’« eutopies délibératives » est central dans le travail de Matthew Wilson qui, par les parallèles et les passerelles qu’il construit entre ces six théoriciens, cherche à montrer que le positivisme est avant tout une sociologie appliquée, ou, pour le dire différemment, une praxis sociologique reposant sur la pratique de l’enquête urbaine régionale nécessaire à l’établissement de ces cinq cent communautés urbaines « idylliques » – pour reprendre le terme utilisé par l’auteur – imaginées par Comte à la fin des années 1840. Chacun des programmes que Matthew Wilson étudie insiste sur la nécessité de procéder à une enquête sociologique préalable à toute formulation d’un projet de planification urbaine. Ces enquêtes, historiques et géographico-morales chez Richard Congreve, industrielles et sociales chez Frederic Harrison et Charles Booth, rustiques et civiques chez Patrick Geddes et Victor Branford ont, chez ces théoriciens, une double fonction. Elles constituent, tout d’abord, des préalables essentiels à l’élaboration des projets de régénération urbaine et des programmes sociaux à l’échelle régionale ou nationale, mais, avant tout, ces enquêtes sont pensées comme les vecteurs de l’éducation et de l’éveil du corps politique local. Elles ont comme vocation d’impliquer l’ensemble du corps social afin de faire advenir ce que les positivistes appellent, à la suite de Comte, des « citoyens-sociologues » qui, par la praxis de l’enquête, seront progressivement sensibilisés à ce que Matthew Wilson appelle, toujours à la suite de Comte, les « vertus civiques urbano-régionales ». Dans le système comtien, repris par les positivistes anglais, Matthew Wilson montre que la pratique de l’enquête régionale permet de poser les bases d’une conduite de vie éthique et d’un mode de gouvernement républicain. Ce gouvernement émergerait du processus de moralisation des citoyens et en particulier des industriels ainsi confrontés, grâce à l’enquête, à la réalité et à la violence des faits sociaux.

6Le livre de Matthew Wilson est un jalon essentiel dans l’analyse historique du positivisme anglais. La manière dont l’auteur tisse les liens entre les différents théoriciens qu’il présente et dont il souligne le rôle dans la constitution d’une discipline urbanistique en Angleterre est, par de très nombreux aspects, tout à fait édifiante. On ne saurait que l’encourager, peut-être, à prolonger chronologiquement sa réflexion, afin de montrer l’influence de cette pensée urbanistique positiviste sur l’urbanisme de la reconstruction post-1945, aussi bien en Angleterre qu’en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Guillemet, « Matthew Wilson, Moralising Space. The Utopian Urbanism of the British Positivists (1855-1920) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 430-432.

Référence électronique

Pauline Guillemet, « Matthew Wilson, Moralising Space. The Utopian Urbanism of the British Positivists (1855-1920) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49723

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals