Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Wirth, Petite histoire du christianisme médiéval

Genève, Labor et Fides, 2018, 195 p.
Alain Rauwel
p. 436-437
Référence(s) :

Jean Wirth, Petite histoire du christianisme médiéval, Genève, Labor et Fides, 2018, 195 p.

Texte intégral

1Les lecteurs de Jean Wirth connaissent et goûtent la constante originalité d’un historien attaché à dégonfler les baudruches et à poser à nouveaux frais toutes les questions, de préférence celles qui fâchent. Ils découvrent donc avec joie la parution d’une courte synthèse sur le christianisme médiéval où ils espèrent trouver, notamment à destination des étudiants, un substitut aux manuels disponibles, trop souvent recopiés l’un sur l’autre avec leurs plans convenus et leur état des questions en retard de vingt ou cinquante ans sur la recherche vivante. Du point de vue de la construction, la proposition de J. Wirth est, de fait, réjouissante : son plan est résolument thématique, fondé sur une présentation des structures du régime de Chrétienté, en partant de ce que les travaux récents ont mis en avant comme la clef du système, à savoir une gestion très particulière de la parenté. Le chapitre « La réforme permanente » permet de réintroduire quelques grandes scansions sans affaiblir la dynamique d’ensemble.

2On ne sera pas étonné que le livre ait les défauts de ses qualités. L’auteur taille et tranche avec audace dans une végétation dense et parfois fragile : trois pages pour résumer la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse, dix pages pour synthétiser le dogme ecclésiastique en tous ses aspects ! L’ouvrage a été vite rédigé, cela se sent. S’il en retire une alacrité de bon aloi, il pâtit aussi de quelques à-peu-près, comme la transformation d’Alcuin en moine irlandais. L’usage de la bibliographie est étonnant, strictement utilitaire, au point de renvoyer, pour la traduction d’un texte pontifical… à Wikipedia ! Wirth emprunte aux publications anciennes et nouvelles ce dont il a besoin, sans se soucier de la compatibilité de leurs projets avec le sien. Des théologiens et de pieuses et pieux médiévistes seront ainsi très surpris d’être cités en note à l’appui de déclarations fort iconoclastes… Des grandeurs d’établissement passent aussi, à l’occasion, un mauvais quart d’heure, surtout quand elles se sont illustrées dans une « histoire des mentalités » très antipathique à l’auteur. J. Wirth, souvent aigu et convaincant, ainsi dans ses bonnes pages sur la « cuisson des saints », l’est moins quand il baisse la garde et revient à des idées reçues aux confins du cliché, comme dans sa présentation du moment grégorien.

3L’intérêt ancien de l’auteur, qui a enseigné à Strasbourg et Genève, pour la fin du Moyen Âge et la Réforme se lit nettement dans le plan de son essai. Alors que la perspective globale n’est pas chronologique, la période qui va de Boniface VIII à Luther bénéficie d’un traitement spécifique. Mais l’institutionnalisation de l’opposition à la théocratie médiévalisante ne constitue pas pour autant le point d’orgue de l’ouvrage, qui se poursuit jusqu’à nos jours, avec une belle liberté de parcours et de jugement, teintée de pessimisme (il y a un désenchantement du christianisme, mais aucun désenchantement du monde, pense J. Wirth, et le modèle du marché des croyances remplace l’homologie entre christianisme et société). On peine un peu, dans un va-et-vient de remarques nuancées, à isoler la véritable conclusion, qui est capitale – et non consensuelle dans le milieu des médiévistes : « au-delà de continuités illusoires, ce qui faisait l’essentiel de la religion médiévale n’existe plus aujourd’hui qu’à l’état résiduel ». En d’autres termes, le fait social moderne observé sous le nom de « religion » est un objet intégralement différent du fait social structurant identifié comme « Église » dans les régimes chrétientaires. Ne serait-ce que pour une telle affirmation, il faudra faire lire aux apprentis ce petit livre astringent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Jean Wirth, Petite histoire du christianisme médiéval », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 436-437.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Jean Wirth, Petite histoire du christianisme médiéval », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49753

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals