Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Myriam Yardeni, Minorités et mentalités religieuses en Europe moderne. L’exemple des huguenots

Études recueillies par Michael Green, Paris, Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots », 2018, 332 p.
Willem Frijhoff
p. 437-438
Référence(s) :

Myriam Yardeni, Minorités et mentalités religieuses en Europe moderne. L’exemple des huguenots. Études recueillies par Michael Green, Paris, Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots », 2018, 332 p.

Texte intégral

1Muni d’une introduction en français et en anglais, ce volume réunit vingt articles de l’historienne israélienne Myriam Yardeni (1932-2015). Née à Timişoara (Roumanie), mais émigrée en Israël en 1950, elle se forma comme historienne en Israël et en France, surtout sous l'influence de Roland Mousnier, son directeur de thèse, et de Robert Mandrou, dans l’esprit de l’école des Annales. En 1974, elle fut nommée professeure d’histoire à l’université de Haïfa (Israël), position qu’elle a conservée jusqu’à sa retraite en 2001. Éminente spécialiste de la religion et de la culture sous l’Ancien Régime, en particulier de la pensée politique et théologique et de la conscience identitaire, elle s’est consacrée en particulier aux mondes protestants et juifs, parfois en combinaison, comme dans son ouvrage Huguenots et juifs (2008). Le volume préparé par Michael Green est basé sur la sélection faite par Myriam Yardeni elle-même, dans son œuvre riche et variée, de dix-neuf articles publiés en français ou en anglais suivis du brouillon d’un dernier article inachevé. Il est enrichi d’une bibliographie complète de ses travaux, d’index de personnes et de lieux, d’une photo de l’historienne prise peu avant sa mort survenue le 8 mai 2015, et d’une reproduction photographique des deux grands prix qu’elle a reçus en Israël en 1999 et 2007 pour ces apports à l’histoire et à la culture.

2L’ensemble s’inscrit fortement dans l’histoire intellectuelle qui était le domaine privilégié de l’auteure, et autant le choix que l’ordonnance des articles trahissent une vision ferme de l’histoire, couvrant un ensemble cohérent de sujets bien mis en relation entre eux, et portée à maturité. D’emblée, les quatre premiers articles se consacrent à la pensée de Calvin, puis à celle des premiers écrivains calviniens et historiographes huguenots, en matière de rapports politiques, débouchant sur les plaidoyers des monarchomaques qui devant l’intransigeance du pouvoir catholique s’efforçaient de motiver et d'assurer la survie du protestantisme. L’éditeur nous apprend d’ailleurs que Myriam Yardeni travaillait à un ouvrage sur ce groupe de penseurs politiques, que sa mort l'a empêché d’achever. Après le désastre de la Saint-Barthélemy, la pensée monarchomaque change d’objet : religion et État apparaissent désormais comme inséparables, et la réforme de l’État suppose une réforme religieuse en profondeur qui revient chez eux à « des apologies enflammées pour la Réforme protestante » (p. 76) – évolution dont le livre projeté aurait sans doute également montré les conséquences pour la Révolte des Pays-Bas. Après un intermède sur l’usage des « icônes » (biographies modélisées de protagonistes du domaine religieux) chez Théodore de Bèze, et un chapitre sur l’entrejeu compliqué entre prédestination, vocation et élection chez le même auteur, suivent deux chapitres sur Philippe Duplessis-Mornay (et sa femme Charlotte Arbaleste), dont le caustique Vindiciae contra Tyrannos figurait déjà amplement dans l’article sur les monarchomaques. Dans le premier des deux, l’auteure se penche sur sa pensée éducative, dans l’autre sur son attitude envers les juifs. Duplessis-Mornay s’y montre non seulement le véritable « pape des Huguenots », mais aussi un éducateur éveillé, ouvert et actif, bien que seulement de la jeunesse mâle, comme en témoigne la fondation de l’académie de Saumur sous son égide. Quant aux juifs, l’article démontre bien comment, de porteurs d’un stéréotype médiéval négatif, ils deviennent aux yeux de Duplessis-Mornay et ses amis assez rapidement des alliés des protestants, voire des exemples, et enfin des frères dépositaires des espérances millénaristes chéries par le vieux combattant huguenot déçu et inquiet de l’avenir du protestantisme. Si Myriam Yardeni estime dans cet article que Duplessis-Mornay s’y montre « le plus sincère et le plus authentique » (p. 125), on ne peut s’empêcher d’y voir un témoignage personnel en faveur d’une grande fraternité des chrétiens et des juifs dans l’histoire.

3Les articles suivants se concentrent plus étroitement sur la communauté huguenote et son devenir au cours du xviie siècle français : les courants utopiques dans le protestantisme français (chapitre 9), les problèmes du comportement en tant que minorité persécutée (chapitre 10), l’apologétique précédant la Révocation (les Basnage, Jean Claude, et surtout Jurieu) et les idées, ou plutôt les rêves d’élection, puis le portrait du « bon réfugié » dans la hiérarchie de valeurs des témoignages huguenots, suivi de la naissance de la conscience politique chez les réfugiés en Angleterre (chapitres 11-14). L’article sur la langue des réfugiés, centré sur le traducteur Jean Rou et l’encyclopédiste Pierre Bayle, montre bien que la langue devient un instrument qui discipline les huguenots tout en les rattachant à la France par son emploi vivant et moderne. De même, l’œuvre de Bayle témoigne de la naissance, à ses propres yeux, dans le Refuge, d’une véritable civilisation protestante francophone dans laquelle peut se déployer pleinement l’atmosphère libre du Rotterdam cosmopolite, face à la culture close et étouffante du roi catholique et de son Église (chapitres 15-16). Le chapitre 17 examine l’attitude du calvinisme français face aux juifs ; il est centré sur la théologie de Calvin, des théologiens de Saumur et de ceux du Refuge, puis sur les attitudes assumées dans la diaspora huguenote, le Désert et parmi les intellectuels des Lumières (c’est en fait un résumé de son livre Huguenots et juifs). L’exposé sur la théologie politique d’Élie Merlat (chapitre 18), qui inscrit l’histoire de son Traité du pouvoir absolu des Souverains (1685) dans l’ego-histoire de son auteur, montre bien comment ce livre, poussé par Bayle au moment paroxystique de la Révocation, va en fait bien au-delà des thèses absolutistes de ce dernier tout en constituant, comme l’avait déjà dit Hubert Bost, un véritable anachronisme par l’extrémisme caricatural de la théocratie proposée. Le dernier article (chapitre 19) analyse les traces et réminiscences de l’expérience et de la pensée huguenotes dans le concept de tolérance chez John Toland (1670-1722), polémiste redoutable, né catholique en Irlande, mais converti au protestantisme dès l’âge de 16 ans. Le chapitre 20 fournit le court canevas d’une étude sur les différentes phases d’évolution de la foi des huguenots dans les trois générations suivant la Révocation ; comme le manuscrit de cette conférence, prononcée à Haifa en janvier 2015, s’est perdu à la suite du décès de son auteure, souhaitons que cette thématique importante soit reprise par un autre chercheur.

4Ce volume riche, mûr et cohérent, qui ne craint pas les positions polémiques, rend justice à la personne et à l’œuvre stimulante de Myriam Yardeni. Si l’on regrette parfois, dans cette histoire des idées somme toute de facture assez classique, l’absence quasi-totale de la dimension sociale, et si l'on souhaiterait une inscription plus précise des débats et des personnes dans la chronologie, on doit être reconnaissant à Michael Green, lui-même auteur d’une biographie de l’auteur huguenot Jean Rou (2015), d’avoir patiemment réalisé ce volume qui rend un hommage mérité à celle qui, avec Élisabeth Labrousse, est certainement une des grandes dames des études du Refuge huguenot. Notons simplement une erreur tenace dans l’historiographie : lorsqu’on dit que le fils de Duplessis-Mornay mourut en 1605 à Gueldres, il ne s’agit pas de la province néerlandaise de ce nom, mais du siège de la ville de Geldern qui a bien donné son nom à la province, mais se trouve maintenant en Rhénanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Willem Frijhoff, « Myriam Yardeni, Minorités et mentalités religieuses en Europe moderne. L’exemple des huguenots », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 437-438.

Référence électronique

Willem Frijhoff, « Myriam Yardeni, Minorités et mentalités religieuses en Europe moderne. L’exemple des huguenots », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/49759

Haut de page

Auteur

Willem Frijhoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals