Navigation – Plan du site
Pluralités au sein du chiisme

La gestion politique du calendrier par la République islamique d’Iran

Political management of the calendar by the Islamic Republic of Iran
La gestión política del calendario por la República islámica de Irán
La gestione politica del calendario da parte della Repubblica islamica dell'Iran
Zohreh Soroushfar
Traduction de Kamnoush Khosravani et Parisa Nazari
p. 35-54

Résumés

Le pouvoir iranien issu de la révolution 1979 cherche à construire une « mémoire collective » visant à fidéliser la population à son idéologie et à son éthique à travers la multiplication de jours commémoratifs qui viennent s’inscrire au fil du calendrier iranien. L’importance de cette politique du temps se reflète dans l’existence d’une institution ad hoc, la Commission de nomination des journées spéciales. Chaque année, en fonction d’un cahier des charges dicté par l’orientation idéologique de la République islamique, cette commission sélectionne des événements de nature religieuse, politique, internationale, socio-culturelle, qui doivent donner lieu à commémoration ou célébration. Mais l’inflation de ces jours spéciaux, et les changements permanents du calendrier qui lui sont liés, semblent entraîner à l’inverse du but souhaité une désaffection et une indifférence de la part de la population.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les fonctions du calendrier
Le calendrier iranien en quelques étapes
Le calendrier avant la révolution
La période postrévolutionnaire et la guerre Iran-Irak (1980-1988)
La période de la reconstruction (sâzandegi) (1988-1997)
Des réformes (eslâhât) (1997- 2005) au retour de l’idéologie islamique (2005- 2011)
Le cas de l’an 1390 (2011)
Critères permettant d’établir une date « spéciale »
L’impact des changements du calendrier sur la société

Aperçu du texte

Le temps comprend, d’un côté, une dimension objective qui relève de l’observation de la répétition de phénomènes comme la succession du jour et de la nuit ou le cycle saisonnier, et, d’un autre, une dimension subjective, perçue individuellement ou collectivement, par le sens symbolique qu’on lui attribue. Or, ces deux dimensions sont étroitement liées : pour que les membres d’une société puissent penser le temps, ils le découpent en séquences.

Le calendrier est le plus ancien outil de la mesure et de la compréhension du temps dont presque toutes les sociétés disposent de diverses manières, en se fondant, d’une part, sur les mouvements des astres, et d’autre part sur des événements historiques ou religieux. Elles l’utilisent comme repère temporel pour organiser la vie individuelle et sociale et pour désigner les rythmes de travail, de repos ou des pratiques religieuses et rituelles. Tout système politique oriente ses décisions temporelles selon trois axes : le passé, le présent et le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zohreh Soroushfar, « La gestion politique du calendrier par la République islamique d’Iran », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 35-54.

Référence électronique

Zohreh Soroushfar, « La gestion politique du calendrier par la République islamique d’Iran », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/49917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.49917

Haut de page

Auteur

Zohreh Soroushfar

Université de Téhéran – z.soroushfar@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals