Navigation – Plan du site
Pluralités au sein du chiisme

Rites d’Achoura et affirmations communautaires

Achoura Rites and Community Affirmations
Ritos de Ashura y afirmaciones comunitarias
Riti dell'Ashura e rivendicazioni comunitarie
Anne-Sophie Vivier-Muresan
p. 55-72

Résumés

Les célébrations d’Achoura, qui commémorent la mort de l’imam Hossein à Karbala (680), sont les principaux rites collectifs des sociétés chiites. À ce titre, ils représentent un lieu incontournable de construction et d’affirmation des différentes communautés qui structurent la société (communautés villageoises, urbaines, professionnelles, ethniques, etc.). Le fait est exploré à la lumière des transformations qui ont affecté la société iranienne depuis quatre décennies. Partant des monographies décrivant ce processus dans les années 1960-1970, nous montrons que les rites d’Achoura ont épousé la reconfiguration de communautés dont le contour a été modifié par l’exode rural et la modernisation. Cet article s’intéresse tant au monde rural, à partir d’une enquête de terrain dans la région de Kuhbanân (Kermân), qu’au monde urbain accueillant les nouveaux arrivants, notamment à Téhéran.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La dimension socialement structurante des rites d’Achoura : état des lieux
Les rites d’Achoura face aux évolutions du monde rural : l’exemple de Kuhbanân
Les rites d’Achoura parmi les communautés « migrantes » de Téhéran

Aperçu du texte

En Iran, au sein des populations chiites, la dimension socialement structurante des rites est principalement assumée par les célébrations du mois de moharram, qui ont lieu chaque année pour commémorer le martyre de l’imam Hossein, tué avec une grande partie de sa famille dans la plaine de Karbala, en 680 ap. J.-C., par l’armée de Yazid, l’un des premiers califes omeyades. Ce drame originel, qui marque la rupture définitive entre le « parti d’Ali » (les futurs chiites) et celui du pouvoir établi (les futurs sunnites), est revécu avec une intensité extraordinaire sur plus d’un mois, trouvant son apogée dans les rites du jour d’Achoura (10e jour du mois de moharram), où Hossein trouva la mort. Toute la population est alors mobilisée et participe, suivant des rôles précis, à de grandes célébrations publiques. Plusieurs études intégrant une profondeur historique (Kheirabadi, 2000 ; Aghaie, 2004 ; Chelkowski, 2010) comme de nombreuses enquêtes sociologiques (Spooner, 1963 ; Tahbaz, 1963 ;...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Vivier-Muresan, « Rites d’Achoura et affirmations communautaires », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 55-72.

Référence électronique

Anne-Sophie Vivier-Muresan, « Rites d’Achoura et affirmations communautaires », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/49972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.49972

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Vivier-Muresan

Institut Catholique de Paris (ISTR) – as.viviermuresan@icp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals