Navigation – Plan du site
Pluralités au sein du chiisme

Islam et bibliomancie : pratiques contemporaines de l’estekhâreh en Iran

Islam and bibliomancia: contemporary practices of the estekhâreh in Iran
Islam y bibliomancia: prácticas contemporáneas del estekhâreh en Irán
Islam e bibliomanzia: le pratiche contemporanee dell'Estekhâreh in Iran
Laetitia Fronval
p. 73-93

Résumés

En Iran, il est coutumier d’ouvrir le Coran et de solliciter Dieu pour faire un choix, obtenir un conseil ou trouver la réponse à une question qu’on ne parvient à résoudre. Cette pratique, à laquelle on peut avoir recours seul ou par le biais d’un clerc, porte le nom d’estekhâreh Qorân. Si la pratique est juridiquement acceptée par le clergé chiite, ce dernier tient à la différencier de la divination (tafa’ol). Pourtant, dans les usages qu’en font les Iraniens, il n’est pas rare de voir surgir la volonté de connaître l’avenir. À la lumière d’entretiens conduits auprès de divers Iraniens, notamment de clercs, et d’une enquête historique, nous rendrons compte du rôle que joue l’estekhâreh dans la vie d’un grand nombre d’Iraniens, de la capacité d’adaptation de la société et du clergé au changement (adaptation de la tradition aux nouvelles technologies par exemple) et d’une tendance des individus au bricolage, c’est-à-dire une capacité à s’éloigner du discours dominant pour reconstruire une pratique ou un texte en fonction de leurs propres besoins et aspirations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Pratiques, gestes et paroles
Mariage, affaires et santé : l’estekhâreh au quotidien
L’estekhâreh pratiqué par les clercs
Divination ou conseil divin ?

Aperçu du texte

Devrais-je épouser Ali ? Est-il judicieux d’acquérir ce bien ? Vais-je réussir mes études si je m’inscris en droit ? Dois-je aider Mitra ? Telles sont les questions qui, de nos jours, peuvent pousser les Iraniens à recourir à la pratique de l’estekhâreh. La réponse tient en un mot : elle est positive (khub, bon), négative (bad, mauvais) ou neutre (vasat, au milieu).

Selon la définition de Toufic Fahd (1973 : 271), l’estekhâreh (istikhâra en arabe) désigne « le fait de confier à Dieu le choix entre deux ou plusieurs options possibles, soit par piété et soumission à Sa volonté, soit par incapacité à décider soi-même, par ignorance du parti le plus avantageux ». Fahd précise que le fidèle reçoit une réponse en songe (ce qui renverrait à l’incubation) ou bien qu’il est inspiré immédiatement après s’être adressé à Dieu et sait vers quelle option se tourner (c’est ainsi qu’aurait procédé le prophète Mohammad). Il est surprenant que dans cette entrée de l’Encyclopédie de l’islam, Fahd ne fa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Fronval, « Islam et bibliomancie : pratiques contemporaines de l’estekhâreh en Iran », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 73-93.

Référence électronique

Laetitia Fronval, « Islam et bibliomancie : pratiques contemporaines de l’estekhâreh en Iran », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50047 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50047

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals