Navigation – Plan du site
Pluralités au sein du chiisme

Effets critiques de deux comédies de Kamâl Tabrizi en République islamique d’Iran

Critical Effects of Two Kamâl Tabrizi Comedies in the Islamic Republic of Iran
Efectos críticos de dos comedias de Kamâl Tabrizi en la República Islámica de Irán
Effetti critici di due commedie di Kamâl Tabrizi nella Repubblica islamica d'Iran
Agnès Devictor
p. 109-135

Résumés

En République islamique d’Iran, rares sont les films à avoir interrogé la façon dont les pratiques religieuses et les rituels structurant la société étaient observés dans le quotidien, et comment des croyances populaires infléchissaient le rapport dogmatique à la religion. C’est ce qu’a pourtant fait Kamâl Tabrizi en ayant recours à des personnages du burlesque dans Leyli est avec moi (1996), qui se passe sur les champs de bataille et observe avec distance l’espace sacré que représente le front durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), et dans Le Lézard (2004), qui montre le rapport au dogme et les façons de vivre la religion dans le quotidien iranien.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

guerre, film, rituel, martyre, burlesque

Palabras claves :

guerra, película, ritual, martirio, burlesque
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Leyli est avec moi : une comédie dans l’espace sacralisé du champ de bataille
Présentation synthétique du scénario
Interroger les rituels de guerre
Dogme, pratiques populaires et mystique
Faiseurs d’images et faux dévots
Le Lézard, une comédie de mosquée
Présentation synthétique du scénario
Une charge antisystème…
… mais pas une mise en cause de la religion

Aperçu du texte

Depuis son apparition en 1895, le cinéma est intrinsèquement lié au phénomène de croyance, à la religion et au-delà même au sacré, que ce dernier relève de l’ordre du religieux ou du profane (Agel, 1953 ; Devictor, Feigelson, 2010). En Iran, cette relation complexe qui s’est manifestée de multiples manières s’est radicalement redéfinie avec l’établissement de la République islamique en 1980. Celle-ci a en effet imposé un cadre idéologique et réglementaire donnant naissance à une étonnante politique d’islamisation du cinéma, inédite dans le monde (Naficy, 2012 ; Devictor, 2004). Loin d’être refusés au motif d’une interdiction codifiée de l’image dans les hadiths (Grabar, 1987), les professionnels du cinéma ont alors été enjoints par les autorités de se mettre au service de la diffusion d’un message religieux. Mais il s’agissait moins de mettre en valeur la grandeur de l’histoire islamique, des personnages saints du chiisme ou la nécessité d’accomplir les devoirs du croyant que de pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Devictor, « Effets critiques de deux comédies de Kamâl Tabrizi en République islamique d’Iran », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 109-135.

Référence électronique

Agnès Devictor, « Effets critiques de deux comédies de Kamâl Tabrizi en République islamique d’Iran », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50177

Haut de page

Auteur

Agnès Devictor

HICSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – agnes.devictor@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals