Navigation – Plan du site
Pluralités en marge

L’orthodoxie comme contreculture

Les renouveaux sunnites en Iran depuis les années 1970 et l’instrumentation des discours religieux dominants
Orthodoxy as a counterculture. Sunni revivals in Iran since the 1970s and the instrumentation of dominant religious discourses
La ortodoxia como contracultura. Las renovaciones sunitas en Irán desde los años ‘70 y la instrumentación de los discursos dominantes
L'ortodossia come controcultura. I rinnovamenti sunniti in Iran a partire dagli anni '70 e l'arrangiamento dei discorsi religiosi dominanti
Stéphane Dudoignon
p. 157-183

Résumés

Dominant dans les anciennes marches impériales de l’Iran, l’islam sunnite y connaît un renouveau actuel, inédit depuis l’établissement du chiisme duodécimain comme religion d’État de la Perse au xvie siècle. Ce renouveau porte l’empreinte de deux courants nés hors du monde persan : à l’est, l’École dite de Déoband, d’origine indopakistanaise, installée depuis l’entre-deux-guerres au Baloutchistan ; à l’ouest, la pensée frère-musulmane (pers. ekhwâni), née en Égypte à la fin des années 1920, diffusée dans les années 1980 dans la société kurde. Champions de l’“orthodoxie” sunnite, madrasas deobandi et réseaux de prédicateurs ekhwâni ont défendu, après 1979, l’autonomie du religieux contre une République islamique chiite, en s’appropriant les discours et pratiques confessionnels dominants en Iran. Ces réappropriations vont d’emprunts à la pensée chiite anticoloniale des années 1960 à la vision du mouvement Vert de 2009 comme défense des « minorités ». Ou comment des orthodoxies religieuses minoritaires nourries d’interactivité avec un chiisme d’État sont devenues un ferment de contreculture politique adaptée au cadre institutionnel particulier de l’Iran contemporain.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Structuration d’un champ religieux sunnite en Iran contemporain
Pensée chiite et lutte anticoloniale : l’impact du réalisme critique
Réappropriations sunnites du concept de marja‘
Achoura comme résistance à la « tyrannie »
Le mouvement Vert de 2009 et les droits des « minorités »
Le salafisme ou comment s’en débarrasser
En guise de conclusion

Aperçu du texte

Du fait de la confessionnalisation des identités politiques dont les pays de l’ancien Croissant fertile ont été le théâtre depuis l’invasion américano-britannique de l’Iraq en 2003, la sagesse populaire est demeurée perplexe face aux interrelations passées et présentes entre sunnisme et chiisme. De la révolution iranienne de 1979 à la rébellion houthie au Yémen, celles-ci sont demeurées perçues, le plus souvent, sous l’angle d’un antagonisme transhistorique (Sfeir, 2014 ; Douai et Lauricella, 2014 ; Louër, 2017 : 126-133), couplé à la défense d’intérêts étatiques bien identifiés – le royaume saoudien et la République islamique d’Iran succédant dans l’imaginaire occidental, comme puissances « sunnite » et « chiite » de référence, aux empires musulmans d’antan, ottoman d’une part, safavide puis qadjar de l’autre.

En dépit de la rareté surprenante des publications sur les interrelations entre mondes chiite et sunnite contemporains, des essais historiques ont souligné depuis le tournant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Dudoignon, « L’orthodoxie comme contreculture », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 157-183.

Référence électronique

Stéphane Dudoignon, « L’orthodoxie comme contreculture », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50277

Haut de page

Auteur

Stéphane Dudoignon

CNRS-CETOBAC – dudoignon@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals