Navigation – Plan du site
Pluralités en marge

Passé soufi, présent islamiste ?

Une sociohistoire des politisations de l’islam au Kurdistan d’Iran
Sufi past, Islamist present? A social history of the politicisations of Islam in Iranian Kurdistan
¿Pasado sufí, presente islamista? Una socio-historia de las politizaciones del islam en el Kurdistán de Irán
Passato sufi, presente islamista? Una storia sociale delle politicizzazioni dell'Islam nel Kurdistan iraniano
Hawzhin Baghali
p. 185-202

Résumés

Dominé depuis le xvie siècle par les lignages sacrés des maîtres des grandes Voies soufies (Qadiriyya d’abord, Naqshbandiyya ensuite), l’islam kurde sunnite s’est trouvé exposé, depuis les années 1970, à de profonds bouleversements sociologiques. En territoire iranien comme ailleurs (même si plus tard qu’ailleurs) dans le monde kurde, l’hypercentralisation politique, la dissolution graduelle des chefferies, la diffusion d’un enseignement scolaire laïque en persan, la réforme agraire de 1963 et la mécanisation de l’agriculture, l’exode rural et la dissolution des affiliations tribales ont favorisé, à terme, l’apparition de mouvements islamistes. Parmi ceux-ci, on trouve le réseau d’écoles religieuses du Maktab-e Qor’an et le parti frère-musulman de la « Société iranienne pour l’appel et la réforme », largement autocéphale voire iranisé, ainsi que la propagation d’un courant salafiste. Après 1979, dans un contexte de marginalisation brutale par la République islamique des partis de gauche nationaliste qui dominaient la société kurde depuis la Seconde Guerre mondiale, certains de ces mouvements, avec des stratégies distinctes, ont repris à leur compte la défense d’une identité kurde et les revendications autonomistes qui avaient été portées jusqu’alors par les organisations politiques se réclamant du progressisme. Cet ensemble de transformations pose, d’une manière générale, la question des politisations spécifiques du religieux dans des périphéries du monde de l’islam marquées à la fois, depuis le milieu du xxe siècle, par la détribalisation, la consolidation d’identités ethniques, une forte sécularisation et l’influence durable d’un socialisme contestataire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Passé soufi, présent islamiste
Modernité et affaiblissement du soufisme kurde
Un islamisme postrévolutionnaire
Sécularisation et islam politique

Aperçu du texte

L’un des principaux mouvements islamiques actuels du Kurdistan d’Iran, le Maktab-e Qor’an (« École du Coran », infra MQ) prohibe la polygamie. Au cours des entretiens qui ont alimenté la présente étude, un membre de l’organisation m’évoquait d’ailleurs le cas d’un adhérent contraint de quitter le groupe après un second mariage. Concernant le statut de la personne, sujet hautement sensible dans l’islam contemporain, le MQ se réclame de l’héritage spirituel de son fondateur et maître à penser, le théologien et gnostique Kak Ahmad Moftizadeh (1933-1993), qui prônait l’égalité entre les sexes, notamment en matière d’héritage : un exemple d’enseignement théologique et juridique en contradiction flagrante avec les approches islamiques aujourd’hui dominantes.

Une approche normative consisterait à décréter ce mouvement non conforme, hétérodoxe en quelque sorte – en faisant l’impasse sur la pluralité dogmatique et pratique de l’islam que soulignait à l’envi, il y a un demi-siècle, l’anthropol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hawzhin Baghali, « Passé soufi, présent islamiste ? », Archives de sciences sociales des religions, 189 | 2020, 185-202.

Référence électronique

Hawzhin Baghali, « Passé soufi, présent islamiste ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 189 | janvier-mars 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50332

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals