Navigation – Plan du site
Autour de Comte et Saint-Simon. Reconfigurations socio-religieuses post-révolutionnaires

Magistère ecclésial, magistère de l’écrivain

Autour de l’anti-ecclésiologie de Joseph de Maistre
Ecclesial Magisterium, magisterium of the writer. The anti-ecclesiology of Joseph de Maistre
Magisterio Eclesial, magisterio del escritor. La anti-eclesiología de Joseph de Maistre
Magistero ecclesiale, magistero dello scrittore. A proposito dell'anti-ecclesiologia di Joseph de Maistre
Alexandre de Vitry
p. 27-43

Résumés

Cet article analyse la notion de « magistère » au xixe siècle, en mettant en relation son acception ecclésiologique et son application, par analogie, à la littérature, en vue d’expliciter un impensé de la série d’essais de Paul Bénichou sur le « sacre de l’écrivain ». En prenant notamment appui sur les travaux d’Yves Congar, nous nous concentrons sur l’œuvre de Joseph de Maistre, qui permet de faire converger ces deux manières d’entendre le « magistère », Maistre appartenant aussi bien à l’histoire de l’ecclésiologie qu’à celle de la littérature. Nous faisons apparaître des points de tension et des contradictions structurant l’œuvre de Maistre, mais aussi celle de Baudelaire, comme lecteur de Maistre, autour de la question de l’autorité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Autour de la notion de magistère : le cas de Joseph de Maistre
Enjeux discursifs de l’anti-ecclésiologie maistrienne
L’ego littéraire de l’anti-individualiste

Aperçu du texte

Le xixe siècle, après les excès destructeurs qu’il impute à son prédécesseur, se veut fondateur, constructeur, inventeur ; « organisateur », suivant le slogan de Saint-Simon. En matière religieuse, il ne cherche pas tant à mettre à bas l’Église catholique qu’à la transformer, pour certains, ou à lui substituer une nouvelle « Église de l’avenir », comme disent Bazard et Enfantin ainsi que beaucoup d’autres, de Ballanche à Lamennais en passant par Auguste Comte ou Pierre Leroux, et jusqu’à Mallarmé. Avec ou sans Dieu, le nouvel âge sera religieux. Paul Bénichou a tracé l’histoire de cette « grande Église de l’idéal moderne » (Bénichou, 2004 : 449) dans une série d’essais devenus classiques qui retracent, selon le sous-titre du premier d’entre eux, « l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne », ou, selon le titre du premier chapitre du même livre, la « quête d’un sacerdoce laïque » (Bénichou, 2004 : 33). Le vacillement de l’Église, tant dans la tourmente révoluti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre de Vitry, « Magistère ecclésial, magistère de l’écrivain », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 27-43.

Référence électronique

Alexandre de Vitry, « Magistère ecclésial, magistère de l’écrivain », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50557 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50557

Haut de page

Auteur

Alexandre de Vitry

Académie de Versailles – adevitry@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals