Navigation – Plan du site

AccueilNuméros190Autour de Comte et Saint-Simon. R...Tout ou rien

Autour de Comte et Saint-Simon. Reconfigurations socio-religieuses post-révolutionnaires

Tout ou rien

La loi du sacrilège de 1825 et l’entreprise de reconfiguration de la Restauration
Tout ou rien. The law of sacrilege (1825) and the attempt to reconfigure the Restoration
Tout ou rien. La ley del sacrilegio (1825) y la empresa de reconfiguración de la Restauración
Tout ou rien. La legge del sacrilegio (1825) e il progetto di riconfigurazione della Restaurazione
Rita Hermon-Belot
p. 45-63

Résumés

L’adoption de la loi dite « du sacrilège » en 1825 a été une grande victoire de la droite la plus conservatrice du temps. La loi était cependant formulée de façon à ne pas pouvoir être appliquée. De fait, son objet et les enjeux qu’il recouvrait étaient d’ordre essentiellement symbolique : faire rentrer le dogme catholique dans la loi de l’État faisait de cet État un État catholique, et davantage encore, un État exclusivement catholique, rompant avec l’acceptation de la pluralité religieuse héritée de la Révolution. Mais l’immense protestation que la loi éveilla dans tout le pays mena aussi à la chute du régime cinq ans plus tard. Notre hypothèse est que la focalisation sur la pluralité religieuse comme héritage de la Révolution suscita en réponse une réflexion qui conduisit à l’élaboration de ce que l’historien Georges Weill appelait « l’idée laïque ». En cela aussi, 1825 a constitué une étape décisive.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Reconfigurer par la loi ?
D’un projet l’autre : 1824-1825
Une polémique sur la liberté des cultes

Aperçu du texte

L’adoption de la loi sur le sacrilège mérite à coup sûr d’être rangée au nombre des tentatives de reconfiguration qu’aura comptées le premier xixe siècle, une tentative particulièrement notable tant elle aura réussi à traverser les domaines les plus divers de la politique et du droit français, brouillant nombre de frontières communément admises. Mais si l’entreprise a bien eu des effets très puissants, leur contre-productivité aura été exemplaire. La reconfiguration marquée par l’adoption de la loi a fini par aller à l’exact opposé du but recherché.

Bien connu grâce à une très riche bibliographie (Waresquiel et Yvert, 2002 ; Brejon de Lavergnée et Tort, 2012), ce moment de la Restauration apparaît le plus souvent sous l’angle de l’histoire du catholicisme. Je me permets de reprendre ici le dossier dans ma propre perspective, celle d’une histoire de la pluralité religieuse dans le contexte français. Toute mon ambition étant que cette perspective fasse apparaître quelques éléments moin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Hermon-Belot, « Tout ou rien », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 45-63.

Référence électronique

Rita Hermon-Belot, « Tout ou rien », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/50627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50627

Haut de page

Auteur

Rita Hermon-Belot

CéSor (EHESS-CNRS) – rita.hermon-belot@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search