Navigation – Plan du site
Autour de Comte et Saint-Simon. Reconfigurations socio-religieuses post-révolutionnaires

Saint-simoniens et fouriéristes devant l’Index romain (1835-1837)

Saint-Simonians and Fourierists before the Roman Index (1835-1837)
Sansimonianos y furieristas frente al Index romano (1835-1837)
Sansimoniani e forieristi davanti all'Indice romano (1835-1837)
Philippe Boutry
p. 65-85

Résumés

De janvier 1835 à février 1837, la congrégation romaine de l’Index censure Le nouveau monde industriel et sociétaire (1829) de Charles Fourier ainsi que sept ouvrages de disciples de Saint-Simon et de Fourier. L’ouverture des archives de l’Index permet de saisir pourquoi et comment la Papauté a examiné et condamné le premier socialisme français. Si le saint-simonisme est l’objet d’une réprobation immédiate, la pensée de Fourier et de ses élèves plonge les censeurs romains dans la stupéfaction et l’indignation. Ils sont bouleversés par sa cosmogonie, son modèle d’organisation sociale, sa réhabilitation des passions et son projet de société parfaite réalisé sur cette terre. Ils réprouvent un renversement de sens dans l’interprétation de l’Écriture et assimilent le phalanstère à « un monastère à l’envers ». Rome prend ainsi, pour la première fois, connaissance du profond « désir de renouvellement » (cose nuove, rerum novarum) qui se répand à travers la nouvelle société industrielle du xixe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Naissance et développements de l’Index
Les socialistes modernes à l’Index
Condamnation du saint-simonisme
Fourier et ses disciples
Réformer la société, régénérer l’humanité ?

Aperçu du texte

Saint-Simon était-il disposé par sa forma mentis à entendre les catégories à travers lesquelles son œuvre serait lue, analysée et condamnée à Rome par les censeurs de la congrégation de l’Index ? Si aucune allusion à l’Index romain dans les œuvres de Saint-Simon n’a été relevée à ce jour, l’auteur du Nouveau christianisme est toutefois sensible à la césure, ou plutôt à la « période critique » qui s’ouvre en Europe au tournant des xve et xvie siècles avec la Renaissance et la Réforme et qui voit la naissance du dispositif de censure pontificale. Il discerne même très exactement, sans doute en écho à la récente biographie de l’historien britannique William Roscoe, dans le pontificat de Léon X Médicis (1513-1521), c’est-à-dire du pape du concile Latran V et des placards de Luther sur les indulgences, le tournant à partir duquel le pape, affirme-t-il, « est devenu hérétique, parce qu’il n’a plus cultivé que la théologie, et qu’il s’est laissé surpasser par les laïques dans les beaux-art...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry, « Saint-simoniens et fouriéristes devant l’Index romain (1835-1837) », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 65-85.

Référence électronique

Philippe Boutry, « Saint-simoniens et fouriéristes devant l’Index romain (1835-1837) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50672

Haut de page

Auteur

Philippe Boutry

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – EHESS – IUF – phboutry@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals