Navigation – Plan du site
Autour de Comte et Saint-Simon. Reconfigurations socio-religieuses post-révolutionnaires

Entre politique et mystique, sécularisation et resacralisation

Pour une nouvelle approche de la religion saint-simonienne
Between politics and mysticism, secularization and resacralization. For a new approach to the Saint Simonian religion
Entre política y mística, secularización y resacralización. Por un nuevo enfoque de la religión sansimoniana
Tra politica e mistica, secolarizzazione e risacralizzazione. Per un nuovo approccio della religione sansimoniana
Philippe Régnier
p. 87-108

Résumés

Lire le saint-simonisme non plus seulement comme une utopie politique mais, selon son intention déclarée, comme une religion à part entière, suppose de le saisir au point précis où il passe de la réflexion positive à la mystique et à l’organisation cléricale. Ainsi forme-t-il le projet d’une société délivrée des relations d’exploitation entre classes, sexes et individus, qui socialiserait le régime de la propriété et remplacerait l’homme et le citoyen par le couple de l’homme et de la femme subsumé sous le concept d’« individu social ». Étudiée dans sa genèse, la religion conçue pour amener à cet état idéal s’avère être un savant composé de catholicisme médiéval et de judaïsme moderne (Moses Mendelssohn et Joseph Salvador). Sa traduction en termes de rite et de culte réinvente les cérémonies et les sacrements catholiques et justifie la prétention du saint-simonisme, lors de sa mise en accusation de 1832, à bénéficier du statut de religion pour échapper à l’article 291 du code pénal interdisant les réunions de plus de vingt personnes. La fin de non-recevoir opposée à ce point de vue par le tribunal bride pour longtemps l’ouverture du champ du politique au symbolique, au caritatif et au féminin.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Par-delà la philosophie et la doctrine : la mystique et le dogme
L’idéal d’une théocratie sans classes et sans individus
Entre syncrétisme universel, judéo-christianisme et rénovation catholique
L’imitation des pratiques catholiques : retour au religieux ou expérimentations d’art social ?

Aperçu du texte

Les relectures qui, entre la fin des années 1960 et le tout début du xxie siècle, ont contribué à redonner une actualité au saint-simonisme, ont mis l’accent sur sa nature politique et son ressort utopique. Osons dire, avec le recul, que cette dernière qualification, l’utopie, a certes ouvert la voie à une belle réhabilitation mais qu’elle a aussi servi, non sans une certaine mauvaise foi, à contourner comme une gênante et incompréhensible extravagance un fait social d’une importance nodale et d’une réalité aveuglante : sa définition comme religion, pourtant hautement déclarée et, de plus, ardemment mise en pratique.

Autant dire que la bibliographie critique du sujet n’est pas copieuse, alors même que les sources documentaires sont abondantes, et les tâches nombreuses : réétudier la spéculation originelle, soit les dits et les non-dits de Saint-Simon lui-même à présent qu’il en existe une édition complète et savante (Saint-Simon, 2012) ; analyser la « doctrine » diffusée sous son nom...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Régnier, « Entre politique et mystique, sécularisation et resacralisation », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 87-108.

Référence électronique

Philippe Régnier, « Entre politique et mystique, sécularisation et resacralisation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50757

Haut de page

Auteur

Philippe Régnier

Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317) – philippe.regnier@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals