Navigation – Plan du site
Autour de Comte et Saint-Simon. Reconfigurations socio-religieuses post-révolutionnaires

De la nécessité du pouvoir spirituel chez les modernes

Comte, critique de l’âge critique
On the need for spiritual power in the modern world. Comte, critical age critic
De la necesidad del poder espiritual en los modernos. Comte, crítico de la edad crítica
Della necessità del potere spirituale nella modernità. Comte, critico dell'età critica
Frédéric Brahami
p. 127-141

Résumés

Contre le récit libéral moderne, très tôt formulé par un Guizot par exemple, selon lequel la liberté individuelle et collective implique la mise hors-circuit politique de la religion, Auguste Comte affirme que, pas plus qu’une autre, notre société ne saurait se passer d’une autorité spirituelle organisée et instituée, c’est-à-dire d’une Église. Critiquant l’idéal individualiste, en montrant notamment qu’en réalité il mutile l’individu et empêche son développement autant qu’il dissout la société et donne le pouvoir aux riches, Comte élabore une théorie du pouvoir spirituel conforme aux besoins de la société industrielle, soucieuse tant de rationalité scientifique que de liberté individuelle. Le présent article veut mettre au jour les ressorts théoriques de cette élaboration nouvelle de l’institution religieuse.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Critique de la forme libérale de l’émancipation
Au principe du social : l’affectivité
Instituer la vie humaine

Aperçu du texte

Le récit moderne qui retrace l’héroïque conquête de l’autonomie individuelle et collective fait de la séparation du spirituel et du temporel une réalité en même temps qu’un bien. Une réalité, parce que le gouvernement représentatif, qui a fini par s’imposer comme une évidence indépassable, repose de fait sur l’opinion publique et non sur une vérité doctrinale qu’il possèderait et diffuserait dans le corps social. Un bien, parce que cette neutralité doctrinale du gouvernement serait la condition nécessaire et suffisante du pluralisme, considéré comme l’essence même de la liberté.

Très tôt au xixe siècle, Guizot avait proposé une généalogie légitimant par l’histoire le système représentatif moderne et la désactivation du pouvoir spirituel que ce système enveloppe. Selon lui, nous sommes arrivés à l’âge des « institutions générales […] qui provoquent la société à se manifester dans son gouvernement ». À la faveur du développement conjoint de la bourgeoisie et de la monarchie contre la n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Brahami, « De la nécessité du pouvoir spirituel chez les modernes », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 127-141.

Référence électronique

Frédéric Brahami, « De la nécessité du pouvoir spirituel chez les modernes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50837

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals