Navigation – Plan du site
Varia

« Quand on rentrait, c’était pour la vie »

Vieillesse et dépendance dans les communautés contemplatives
"When you went in, it was for life." Old age and dependency in contemplative communities
“Cuando se entraba, era por la vida”. Vejez y dependencia en las comunidades contemplativas
"Quando si entrava, era per sempre". Vecchiaia e dipendenza nelle comunità contemplative
Laurent Amiotte-Suchet et Annick Anchisi
p. 165-187

Résumés

Au même titre que les congrégations apostoliques catholiques, les ordres religieux contemplatifs, féminins et masculins, de Suisse romande et de Bourgogne Franche-Comté, sont concernés par le vieillissement de leurs membres. Mais, n’ayant pas eu à occuper, puis à quitter, des postes dans l’enseignement, les soins ou l’éducation comme c’est le cas pour les premières, les ordres se définissent d’abord par leurs missions historiques : prière, travail et hospitalité. L’âge serait un obstacle momentané à l’aune d’une histoire séculaire et ne relèverait pas d’une dimension identitaire collective prioritaire. Toutefois, le vieillissement de la plupart des communautés est établi. Pour s’adapter, les façons de faire divergent selon qu’elles sont masculines ou féminines, selon l’obédience, selon que la clôture est plus ou moins poreuse ou que la communauté dispose ou non de ressources. Les communautés religieuses s’appuient traditionnellement sur une définition ordinaire de la vieillesse en « famille » où l’avancée en âge n’est pas un facteur d’exclusion, chacun∙e pouvant continuer de jouer un rôle au sein du collectif. Mais cet idéal communautaire, reposant sur l’entraide intergénérationnelle et le vivre ensemble, est soumis aux effets des pathologies liées à l’âge. Le degré d’adaptation des règles de vie est donc un enjeu important. Du point de vue des vocations, la prise en charge communautaire de la vieillesse dépendante pourrait redéfinir les missions prioritaires et ainsi menacer ce qui fait la spécificité et l’attractivité de la vie contemplative.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Des communautés en bonne santé rattrapées par la vieillesse
Des prises en charge différenciées de la vieillesse
Ora et labora
Vieillir chez soi
Une remise en question des catégories savantes ?

Aperçu du texte

Utopie pratiquée (Séguy, 1972 : 330), la vie monastique et contemplative est exigeante, tant du point de vue des rythmes que de celui de la formation religieuse tout au long de la vie. Elle se caractérise par une organisation interne fondée sur la séparation radicale du monde (Hervieu-Léger, 2015) et renvoie traditionnellement à l’idée de « mort au monde ». Ayant choisi de mettre au centre de leur existence la prière et l’étude, les moines et moniales sont des individus atypiques, dont l’engagement est plus exclusif que celui des religieux et religieuses des congrégations apostoliques qui œuvrent (ou ont œuvré) dans la société civile à travers l’enseignement, les soins ou l’assistance aux démunis. Le monde monastique est fréquemment pensé comme un monde clos, hiérarchique et contraignant, où les règles s’appliquent à tous et à toutes. La vie collective des moines et moniales se fonde sur un assujettissement volontaire de chacun∙e à la règle de l’ordre et à ceux ou celles qui sont ch...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Amiotte-Suchet et Annick Anchisi, « « Quand on rentrait, c’était pour la vie » », Archives de sciences sociales des religions, 190 | 2020, 165-187.

Référence électronique

Laurent Amiotte-Suchet et Annick Anchisi, « « Quand on rentrait, c’était pour la vie » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 190 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/50962 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.50962

Haut de page

Auteurs

Laurent Amiotte-Suchet

Haute École de santé Vaud (HESAV), HES-SO – laurent.amiotte-suchet@hesav.ch

Annick Anchisi

Haute École de santé Vaud (HESAV), HES-SO – annick.anchisi@hesav.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals