Navigation – Plan du site

AccueilNuméros191L’argent des fidèlesDu pain et du blé à crédit

L’argent des fidèles

Du pain et du blé à crédit

Les monts-de-piété frumentaires dans les communautés rurales de la Sierra de Alcaraz (Nouvelle-Castille, xviie-xviiie siècles)
Bread and wheat on credit. Frumentary pawnshops in the rural communities of the Sierra de Alcaraz (New Castile, 17th-18th centuries)
Créditos en pan y trigo. Los pósitos de las comunidades rurales de la Sierra de Alcaraz (Castilla - La Nueva, siglos xvii-xviii)
Pane e grano in credito. I monti di pietà frumentari nelle comunità rurali della Sierra de Alcaraz (Nuova Castiglia, secoli xvii-xviii)
Marie-Lucie Copete
p. 67-87

Résumés

Les monts-de-piété frumentaires sont des protobanques de l’époque moderne qui octroient des prêts en céréales, en semences et en pain aux paysans castillans contre un intérêt modéré de 3 à 4 %. Leurs comptabilités ont été conservées pour la région de la Sierra de Alcaraz en Nouvelle-Castille, espace qui se caractérise par une forte polarisation sociale et la présence massive de journaliers et de serviteurs agricoles en raison d’une répartition très inégalitaire de la terre. Les documents montrent que les monts fonctionnent comme des organismes collectifs dans le cadre d’une économie morale dans laquelle le microcrédit fait partie des multiples recours qui permettent de souder la communauté et de compenser les inégalités sociales et les liens de dépendance. Leurs patrons sont des curés de paroisse qui participent à leur gestion aux côtés de la bourgeoisie agraire qui monopolise les charges municipales. Les uns et les autres ne contrôlent pas seulement le crédit mais aussi le marché des céréales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Brève histoire des monts-de-piété frumentaires
Du pain et du blé : la charité active à l’œuvre dans le pósito pío de Povedilla (1625-1830)
Profil des administrateurs de monts frumentaires : le cas de Vianos (1789-1791)
Conclusion

Aperçu du texte

Les pauvres, tels qu’ils apparaissent dans les sources du Moyen Âge et de l’époque moderne, forment un monde hétérogène bien qu’ils soient désignés sous un terme générique. Ils se définissent avant tout par un manque – d’argent, de biens, de pouvoir – et l’absence ou l’exiguïté de leurs propriétés – terre, maison – les pousse à rechercher des stratégies de survie individuelles, familiales ou collectives, telles que les mobilités, la pluriactivité, le travail féminin et le recours au microcrédit (Carbonell Esteller, 2002, 2007). Ces expédients souvent complémentaires se combinent à l’aune des conjonctures individuelles, familiales ou locales, pour compenser l’irrégularité du travail et la fragilité des conditions de vie. La masse de « pauvres quelconques », hommes et femmes qui, du xive au xviiie siècles, en Europe, vivent de leur travail, coïncide cependant avec une organisation communautaire des biens (Todeschini, 2007) ; elle peut être définie en faisant appel au périmètre des ins...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Lucie Copete, « Du pain et du blé à crédit », Archives de sciences sociales des religions, 191 | 2020, 67-87.

Référence électronique

Marie-Lucie Copete, « Du pain et du blé à crédit », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 191 | juillet-septembre 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/51741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.51741

Haut de page

Auteur

Marie-Lucie Copete

Université de Rouen Normandie-ERIAC – eriac@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search