Navigation – Plan du site

AccueilNuméros191L’argent des fidèlesNoblesse et dotation des collèges...

L’argent des fidèles

Noblesse et dotation des collèges jésuites

France, Italie, première moitié du xviie siècle
Nobility and endowment of Jesuit colleges. France and Italy in the first half of the 17th century
Nobleza y dotación de los colegios jesuitas. Francia e Italia, en la primera mitad del siglo xvii
Nobiltà e dotazione dei collegi gesuiti. Francia e Italia nella prima metà del xvii secolo
Ariane Boltanski
p. 113-140

Résumés

Il convient d’insister sur la forte capacité d’autonomie des nobles laïcs qui fondent, en Italie et en France, des collèges jésuites dans la première moitié du xviie siècle. Ces investisseurs tendent à adapter l’impératif des œuvres à leur propre agenda. Les fondations ne se limitent pas à une simple mise de fonds initiale mais engagent un processus sur la longue durée. Par la suite de capitalisations successives, de promesses de financement plus ou moins tenues, de négociations renouvelées avec la parenté, les établissements jésuites sont enserrés dans un réseau de contraintes financières, maintenant une dépendance pérenne vis-à-vis des donateurs. Les fondations s’accompagnent de la construction de dispositifs sociaux, agrégeant, aux côtés des fondateurs en titre, des actants divers du monde laïc, autour d’un projet jésuite en pleine expansion.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Poids de l’initiative laïque et développement de l’emprise financière des investisseurs
Accords, résistances et adhésions : des entreprises collectives à connexions locales multiples
Les fondations sur le temps long : quête du salut, engagements familiaux, renégociations et capitalisations successives
Un encastrement dans l’économie locale
Conclusion

Aperçu du texte

Cette contribution examine l’investissement financier de la noblesse dans la création et le maintien de collèges jésuites en Italie et en France durant la première moitié du xviie siècle. Elle se penche sur les modalités de financement déployées à l’initiative de ces acteurs laïcs, sur la nature et l’ampleur des capitalisations et patrimonialisations qui en résultent, en se demandant quelles formes de contrôle sur l’institution religieuse en découlent au profit de ces investisseurs.

Les cas français et italiens ici examinés (voir tableau 1) ont été retenus, parmi d’autres exemples possibles, au regard d’un critère dominant relevant de l’histoire sociale : les fondateurs de ces établissements jésuites sont nobles et laïques. Ils appartiennent très majoritairement à la noblesse des armes ; une noblesse titrée, haute (avec par exemple les Nevers, les Guise, le duc de Savoie) ou moyenne (notamment les barons d’Aubenas, le prince de La Mirandole), détentrice des fiefs dans lesquels sont r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Boltanski, « Noblesse et dotation des collèges jésuites », Archives de sciences sociales des religions, 191 | 2020, 113-140.

Référence électronique

Ariane Boltanski, « Noblesse et dotation des collèges jésuites », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 191 | juillet-septembre 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/51851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.51851

Haut de page

Auteur

Ariane Boltanski

Tempora – EA 7468 (Université Rennes 2) – ariane.boltanski@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search