Navigation – Plan du site

AccueilNuméros191L’argent des fidèlesLe coût de la grâce

L’argent des fidèles

Le coût de la grâce

La gestion pieuse des donations d’une duchesse castillane
The cost of grace. The pious management of the donations of a Castilian duchess
El costo de la gracia. La gestión piadosa de las donaciones de una duquesa castellana
Il costo della grazia. La gestione devota delle donazioni di una duchessa castigliana
Antoine Roullet
p. 141-163

Résumés

Cette étude de cas s’intéresse aux donations pieuses d’une riche veuve de la noblesse castillane dans les années 1620, Juana de Mendoza, au moment où elle rentre au couvent et jusqu’à sa mort en 1653, en croisant son hagiographie et les sources comptables et notariées que sont son testament, les livres de compte de ses fondations pieuses, ses inventaires et divers pièces produites lors d’un procès l’opposant à son fils pour le contrôle du patrimoine familial. L’article a pour principe de dépasser l’opposition entre les enjeux religieux et mondains de sa position à partir de la notion de posture. Il étudie non les enjeux des dons de cette « duchesse-nonne », mais ses manières de donner, les choix que ces donations opèrent, leurs rythmes, leurs temporalités, les réseaux qu’elles mobilisent et ce que tout cela relève de sa volonté de contrôler l’image qu’elle renvoie à ses contemporains, qui apparait fortement ambivalente.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’administration dévote de la grâce : déprise de la richesse et contrôle du don
La fidélité et non le devoir : le don et les obligations du rang
La spiritualisation du crédit : du deuil à la sainteté

Aperçu du texte

Cet article s’intéresse aux donations pieuses d’une duchesse espagnole, Juana de Mendoza, rentrée au Carmel de Séville en 1619, quelques jours après la mort de son mari, le 6e duc de Béjar, Alonso Diego de Zuñiga y Sotomayor. Fille du duc de l’Infantado, Juana appartient à la « grandesse » de Castille par sa naissance et son mariage, ce qui la place tout en haut de l’aristocratie ibérique. Dès janvier 1620, Juana soutient un long procès contre son fils unique Francisco, héritier des titres et du majorat, pour le contrôle d’une partie du patrimoine familial (Rojo Vega, 2008 : 213-220). La répartition des dépenses du capital qu’elle en retire est organisée par le testament qu’elle rédige avant de prendre le voile le 22 avril 1624 et de devenir sœur Juana de la Santísima Trinidad, après quatre ans de noviciat et de tractations judiciaires. À première vue, son cas semble conforme aux obligations religieuses de la noblesse et au statut des veuves dans les sociétés de la première modernit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Roullet, « Le coût de la grâce », Archives de sciences sociales des religions, 191 | 2020, 141-163.

Référence électronique

Antoine Roullet, « Le coût de la grâce », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 191 | juillet-septembre 2020, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/51911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.51911

Haut de page

Auteur

Antoine Roullet

Fondation Thiers – Centre Roland Mousnier – antoine.roullet@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search