Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192Notes critiquesLa « religion chinoise » : catégo...

Notes critiques

La « religion chinoise » : catégorie ouverte ou en voie d’épuisement ?

The "Chinese religion": an open category or one on the decline?

La "religión china": ¿una categoría abierta o en descomposición?
La "religione cinese": categoria aperta o sul viale del tramonto?
Benoît Vermander
p. 95-105
Référence(s) :

Arthur Shawn, Contemporary Religions in China, Londres, New York, Routledge, 2019, 300 p.

Chau Adam Yuet, Religion in China, Cambridge, Polity Press, 2019, 250 p.

Feuchtwang Stephan (ed.), Handbook on Religion in China, Cheltenham, Northampton, MA, Edward Elgar Publishing, 2020, 488 p.

Li Tiangang, Jinze. Aux sources du système populaire sacrificiel du Jiangnan [Jinze, jiangnan minjian jisi shenyan], Beijing, SDX Joint Publishing Company, 2017, 559 p.

Zhang Zhigang, Recherches théoriques sur la sinisation des religions [zongjiao zhongguohua yili yanjiu], Beijing, Presses des cultures religieuses, 2017, 277 p.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Religion(s) en Chine : décrire, comprendre, enseigner
« Religion chinoise » : déconstruction et appropriation
« Il faut rectifier les noms », dit Confucius (qui d’autre ?)

Aperçu du texte

La religion des Chinois, telle fut l’expression retenue par Marcel Granet en 1922 pour titre d’une étude qu’il divisa en quatre chapitres : le premier consacré au « vieux fond religieux de la race », les deux suivants aux « cultes et les croyances des cours établies dans les villes seigneuriales » puis à la religion des Lettrés (« simplement fondée sur le conformisme social et à base de positivisme moral »), et le dernier à « l’attitude d’un Chinois moderne à l’égard de ce que nous appelons la religion ». C’était bien un système qui était décrit là, avec sa genèse propre et ses oppositions dynamiques, système inscrit dans un processus temporel qui allait conduire ou non – Granet restait dans l’expectative – vers son effacement. L’approche de Granet, rigoureusement durkheimienne (ainsi, il prenait soin de distinguer deux saisons d’« effervescence sacrée » dans l’antique religion agraire décrite par le Livre des Odes), inspira d’autres essais consacrés à la manière dont une socié...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « La « religion chinoise » : catégorie ouverte ou en voie d’épuisement ? », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 95-105.

Référence électronique

Benoît Vermander, « La « religion chinoise » : catégorie ouverte ou en voie d’épuisement ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/52163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.52163

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Université Fudan, département d’études religieuses (Shanghai) – benoit.vermander@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search