Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192RecensionsCharles Bècheras, Gérard Tracol, ...

Recensions

Charles Bècheras, Gérard Tracol, La Force des pauvres. Gabriel Longueville, prêtre ardéchois, martyr de la foi en Argentine

Préface de Mgr Jean-Louis Balsa, postface de Mgr François d’Alteroche, Paris, Karthala, coll. « Signes des temps », 2019, 220 p.
Sabine Rousseau
p. 145-146
Référence(s) :

Charles Bècheras, Gérard Tracol, La Force des pauvres. Gabriel Longueville, prêtre ardéchois, martyr de la foi en Argentine, préface de Mgr Jean-Louis Balsa, postface de Mgr François d’Alteroche, Paris, Karthala, coll. « Signes des temps », 2019, 220 p.

Texte intégral

1Le livre est paru immédiatement après la béatification, en avril 2019, de Gabriel Longueville et de trois autres « martyrs de la foi » morts en Argentine en 1976. Il retrace l’itinéraire de ce prêtre originaire d’Ardèche, né en 1931 dans une famille de paysans, parti en Amérique latine en 1969, prêté par son diocèse de Viviers pour servir comme Fidei donum outre-Atlantique. Les premiers chapitres passent très rapidement sur ses études et sa formation religieuse, les conditions de son départ par l’intermédiaire du Comité épiscopal France-Amérique latine (Cefal) et son arrivée au Mexique puis en Argentine, pour s’appesantir plus longuement sur le choix qu’il fait de s’installer dans le diocèse de La Rioja après une tentative infructueuse de ministère paroissial dans celui de Corrientes au nord-est de l’Argentine. Les auteurs font de la rencontre avec l’évêque de La Rioja, Enrique Angelelli, l’élément décisif dans ce choix conforme à ses attentes pastorales. Cet évêque est un des quarante signataires du Pacte des catacombes signé à la fin du concile Vatican II (1965), par lequel ces prélats qui ont assisté aux travaux romains s’engagent, de retour dans leur diocèse, à vivre humblement et à œuvrer pour un ordre social plus juste. Comme d’autres prêtres et religieuses en Argentine, Gabriel Longueville est attiré par cette « personnalité très sympathique et très d’avant-garde », ainsi qu’il décrit « son » évêque dans une lettre au Cefal du 17 avril 1971 (p. 48). Il est nommé vicaire puis curé de Chamical, une paroisse très vaste située au sud de La Rioja où il trouve enfin « son style de vie » (p. 76), aidé par une communauté de cinq religieuses de Saint Joseph. Il vit et travaille comme artisan du bois dans un quartier pauvre et sillonne la région pour développer une « pastorale de libération » (p. 40), en mettant l’accent sur la formation des laïcs. Cette première moitié du livre est toute entière tournée vers la suite, la « montée des dangers » à partir de 1973, qui conduit à un quadruple assassinat à l’été 1976, quelques semaines après le coup d’État militaire qui généralise l’usage de la violence à l’encontre de tous les opposants à l’ordre établi : celui conjoint de Gabriel Longueville et de son vicaire Carlos Murias, puis celui d’un laïc du diocèse et enfin celui, maquillé en accident, d’Angelelli lui-même, tous décrits avec précision dans cet ouvrage. Après avoir établi le constat de l’impossibilité d’obtenir justice par les procès civils rapidement résumés, le livre s’achève sur la reconnaissance de « ces martyrs de la foi » par l’Église du pape François et par l’expression, par les auteurs, de leur satisfaction et leur espérance quant au devenir de l’Église catholique.

2Malgré la présence de trois longs encadrés (sur la théologie de la libération, la situation politique de l’Argentine et les rapports de l’Église d’Argentine avec la dictature) qui, ainsi que leur intitulé l’indique, doivent servir de « repères » historiques, le livre ne fait pas œuvre d’histoire. Il veut avant tout « faire mémoire » et le dernier chapitre ne cache pas la volonté des auteurs de voir évoluer « leur » Église dans la direction qu’ils souhaitent. Ce point de vue situé est pleinement assumé même si ses présupposés, qui affleurent continuellement, ne sont jamais exposés. La reconnaissance de ces martyrs, béatifiés en 2019, semble donner doublement raison aux auteurs qui font corps avec eux : au regard de la géographie, l’Amérique latine est reconnue comme « centre de gravité de l’Église universelle » (p. 64) et, au regard de l’histoire, la théologie de la libération reconnue comme allant dans le sens de l’histoire. L’élection, en 2013, d’un pape argentin nourri de « théologie du peuple », considérée ici comme une déclinaison de la théologie de la libération, est présentée comme le parachèvement d’un combat initié dans les années 1970, notamment dans le « diocèse-pilote » (p. 47) de La Rioja autour de Mgr Angelelli.

3Ce livre, ainsi que d’autres de la même veine dans la même collection, peut cependant s’avérer très utile à l’historien. Il constitue une source intéressante à plusieurs titres pour qui veut faire l’histoire de l’Église catholique en Amérique latine depuis Vatican II. Dans l’optique d’une histoire sociale et politique du religieux, les informations recueillies contribuent à mieux connaître, à l’échelle des diocèses et des paroisses, les relations entre les acteurs civils, militaires et religieux, autochtones et étrangers, et à poser les bases des mises en perspective fines qui manquent encore. Sous l’angle d’une histoire des représentations religieuses, des éléments permettent d’analyser les processus par lesquels des personnalités épiscopales sont érigées en figures prophétiques et des religieux en martyrs modernes. Du point de vue de l’analyse des réseaux, les circulations des hommes et des idées, entre Europe et Amérique latine et à l’intérieur du sous-continent, sont perceptibles à travers les itinéraires de ces prêtres qui décrivent leurs déplacements et leurs rencontres dans les nombreuses lettres qu’ils adressent à leurs interlocuteurs, familles, amis et soutiens en France, au mépris parfois de la censure. Enfin, « en chaussant les lunettes du genre », ces livres-témoignages donnent accès à un pan de l’histoire encore méconnu qui concerne le rôle et l’action des religieuses engagées en Amérique latine dans des mouvements de contestation des structures économiques et sociales génératrices d’inégalités sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Rousseau, « Charles Bècheras, Gérard Tracol, La Force des pauvres. Gabriel Longueville, prêtre ardéchois, martyr de la foi en Argentine », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 145-146.

Référence électronique

Sabine Rousseau, « Charles Bècheras, Gérard Tracol, La Force des pauvres. Gabriel Longueville, prêtre ardéchois, martyr de la foi en Argentine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/57167 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.57167

Haut de page

Auteur

Sabine Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search