Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192RecensionsCharles Becker, Jeanne Lopis-Syll...

Recensions

Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla, Aloyse-Raymond Ndiaye (dir.), « 50 ans après Vatican II, l’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent »

Présence Africaine, 195-196, 2019, 732 p.
Katrin Langewiesche
p. 146-147
Référence(s) :

Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla, Aloyse-Raymond Ndiaye (dir.), « 50 ans après Vatican II, l’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent », Présence Africaine, 195-196, 2019, 732 p.

Texte intégral

1Cet impressionnant volume de la revue Présence Africaine regroupe les textes d’une quarantaine d’intervenants au colloque qui s’est tenu en 2016 à Dakar en honneur d’Alioune Diop, fondateur de la même revue. Ce numéro double donne la parole à des théologiens, historiens, sociologues, philosophes, linguistes et anthropologues ; tous spécialistes de la société sénégalaise, du catholicisme en Afrique, des œuvres d’Alioune Diop, des relations islamo-chrétiennes en Afrique ou du concile Vatican II.

2Les contributions sont précédées par deux documents publiés en 1962 par Présence Africaine, les fameuses Lettre aux catholiques africains et Lettre aux Africains non catholiques, qui ont profondément influencé leurs contemporains. Alioune Diop s’adresse avec ces lettres à une élite africaine de différentes confessions, mais qui a un destin commun : celui d’appartenir à un peuple colonisé qui doit reconquérir sa liberté et son identité culturelle. Lors de l’annonce du concile, Alioune Diop a en effet entrepris une consultation parmi les intellectuels de son époque pour préparer le concile et revendiquer la place de l’Afrique dans le catholicisme romain.

3La diversité des contributions de ce volume est organisée en trois grandes parties qui regroupent des réflexions sur l’église catholique en Afrique avant Vatican II, sur l’église africaine et l’influence du concile ainsi que sur le dialogue des religions en contexte de mondialisation après Vatican II. Dans la première partie (six articles), on remarquera le texte de Jann Pasler qui analyse en finesse les précurseurs africains des réformes musicales du concile Vatican II. L’historienne apporte une attention particulière au chant grégorien qui a prospéré en Afrique et à la composition de messes dans les langues vernaculaires et avec des instruments locaux déjà dès les années 1940. Les réformes de Vatican II, conclut-elle, ont été une prolongation d’un processus d’intégration du chant grégorien et des savoirs musicaux africains.

4La deuxième partie regroupe quinze articles qui se focalisent sur différents éléments de la perception de l’œuvre d’Alioune Diop, son influence sur la théologie africaine ainsi que sur la notion catholique d’inculturation. En tant qu’éditeur Alioune Diop a publié des livres influents, comme La philosophie bantoue du père Tempels (1945), Des prêtres noirs s’interrogent (collectif, 1956) et le bulletin L’Afrique au concile qui diffusait régulièrement des recommandations et propositions aux Pères du concile. Charles Becker étudie dans sa contribution des documents publiés entre 1960 et 1970 qui lui permettent d’analyser comment s’affirment une « théologie africaine » et la notion d’« inculturation » sur la base de la tension entre le mouvement de la négritude et le catholicisme venu tout droit d’un Occident colonisateur. Pour Alioune Diouf et ses collaborateurs, une théologie africaine se justifie par des motifs pastoraux, afin d’intégrer le catholicisme en Afrique, et par des motifs scientifiques, car la Parole de Dieu est exprimée en mots et en images qu’il s’agit d’appréhender dans leurs contextes culturels. Ils ouvrent ainsi un dialogue entre sciences sociales et théologie. Becker conclut que la problématique de l’inculturation traduit les interrogations du temps postconciliaire, tandis que les violences des temps actuels nécessitent de trouver de nouvelles voies de dialogue interculturel qui intègrent les préoccupations de justice sociale.

5La troisième partie prolonge les analyses précédentes centrées sur les contributions d’Alioune Diop par des réflexions sur les enjeux contemporains du dialogue interreligieux. La plupart des dix-huit contributions de cette partie partagent la vision catholique des rapports entre différentes traditions religieuses. Cette vision est marquée par la pratique d’une typologie des formes de dialogue ; « le dialogue des œuvres » désigne la dimension socio-économique des activités interreligieuses, tandis que le « dialogue de vie » renvoie au témoignage de la foi en affichant la tolérance envers l’autre hors de tout prosélytisme. Les auteurs scrutent la notion de « dialogue interreligieux » sous différents angles et concepts – entre autres les droits humains, pluralisme et vérité, l’économie et le religieux – et en fonction de différents acteurs impliqués : laïcs catholiques, intellectuels africains et politiques. Dans la postface, Aloyse-Raymond Ndiaye souligne l’importance d’un dialogue à trois entre l’islam, le christianisme et les religions traditionnelles, soucieux d’écarter toute idée de conversion.

6Ce double volume de la revue Présence africaine a le grand mérite de rassembler des documents originaux et les idées de nombreux intellectuels africains et de quelques chercheurs travaillant depuis longtemps en Afrique. Il restera indubitablement un témoin de la discussion du dialogue des religions vue par le prisme du catholicisme et des acteurs catholiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katrin Langewiesche, « Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla, Aloyse-Raymond Ndiaye (dir.), « 50 ans après Vatican II, l’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent » », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 146-147.

Référence électronique

Katrin Langewiesche, « Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla, Aloyse-Raymond Ndiaye (dir.), « 50 ans après Vatican II, l’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/57182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.57182

Haut de page

Auteur

Katrin Langewiesche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search