Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192RecensionsMaureen B. M. Boulton (ed.), Lite...

Recensions

Maureen B. M. Boulton (ed.), Literary Echoes of the Fourth Lateran Council in England and France, 1215-1405

Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, coll. « Papers in Medieval Studies », 2019, 322 p.
Bénédicte Sère
p. 150-151
Référence(s) :

Maureen B. M. Boulton (ed.), Literary Echoes of the Fourth Lateran Council in England and France, 1215-1405, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, coll. « Papers in Medieval Studies », 2019, 322 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage, coordonné par Maureen Boulton, professeur émérite de français à l’université Notre-Dame, s’inscrit dans une tendance récente de la recherche internationale qui vise à croiser les sources théologiques, doctrinales et ecclésiales avec les sources littéraires. L’enjeu est d’autant plus important que l’ouvrage se concentre ici sur le « moment 1215 », soit le Concile de Latran IV. Produit d’une rencontre en novembre 2015 à Rome, pour la commémoration du 800e anniversaire du grand concile, le livre se compose de huit contributions précédées d’une substantielle introduction par M. Boulton.

2Il s’agit donc d’étudier cette littérature en langue vernaculaire à destination d’un public laïc, dite « littérature pastorale », voire une littérature en latin qui est destinée aux ministres qui prêchent aux laïcs sous forme de « théologie populaire » ou « théologie vernaculaire », expression utilisée par Bernard McGinn pour désigner « a reflective presentation of Christian belief presented […] through teaching and writing ». Dans ce corpus de vernacularisation, les auteurs du volume scrutent les « échos littéraires » du concile de Latran dans les textes étudiés, et notamment ceux des deux prescriptions qui ont symbolisé la révolution de ce ive concile de Latran, le canon 21 sur la communion pascale annuelle et sur la confession. Ils examinent les collections manuscrites composées. Ainsi les commentaires et sermons de Maurice de Sully sur le Pater noster, le Credo et le sacrement de pénitence circulent-ils dans des collections de sermons en langue vernaculaire à partir du xiiie siècle. Un flot de textes didactiques ainsi que des traductions du français vers l’anglais et des Bibles moralisées ou des Bibles historiées permettent d’enseigner les fondements de la foi chrétienne : liste des commandements, des vertus, des péchés capitaux, des articles de foi… L’Elucidarium d’Honorius Augustodunensis (xiie siècle) est traduit (le Lucidarie en moyen anglais), adapté, abrégé : il devient l’équivalent d’un catéchisme jusqu’à la fin du xve siècle. En Angleterre, les évêques sont plus actifs dans cette vernacularisation et cette vulgarisation que ne le sont leurs homologues français. Ainsi Edmond d’Abington, archevêque de Canterbury (1233-1240), compose-t-il le Speculum ecclesie, traduit en anglo-normand en Mirour de seinte Eglyse, tandis que Robert Grosseteste rédige en anglo-normand aussi le Chasteau d’Amour, qualifié par Richard Southern de « plus complète expression de sa théologie pastorale » et « un des textes de littérature de dévotion vernaculaire les plus populaires » (Anna Siebach-Larsen). Citons encore Alexander Stavensby, évêque de Lichfield et Coventry, auteur du Bezant de Dieu et des Treis mos ou encore Walter Gray (Manuel des pechiez) et John Thoresby (Lay Folk’s Catechism), tous deux archevêques de York. Le public de ces laïcs, souvent fortunés, aime à acquérir de luxueux manuscrits. Ainsi la comtesse de Lincoln, Joan Tateshal, commande-t-elle une copie du Chasteau d’Amour en anglo-normand (étude d’Anna Siebach-Larsen). Le thème de la confession apparaît dans le Confessio Amantis de John Gower, dans le Canon’s Yeoman’s Prologue and Tale de Chaucer, dans La Male Regle de Thomas Hoccleve. Entre stratégies de résistance et soumission aux codes dominants, les mises en forme du discours confessant – mises en forme dialogique – contribuent à ce que Wendy R. Larson, dans la dernière contribution du volume, appelle après le Foucault de L’histoire de la sexualité et le livre de Thomas A. Tentler, Sin and confession (1974), la « construction de la subjectivité ». De son côté, Maureen Boulton trace les réminiscences, influences et citations des œuvres d’Innocent III, notamment le De missarum misteriis chez Guiard de Laon, Devise de la messe mais aussi les Douze fruits du saint sacrement et l’Arbor bona.

3L’ouvrage montre donc bien comment se diffusent les prescriptions conciliaires et comment les hommes de lettres, lorsqu’ils sont évêques, pasteurs ou littérateurs, œuvrent à la vernacularisation des doctrines par la voie des métaphores, des images, des mises en scène ou des fictions littéraires. Une autre modalité de l’encadrement pastoral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Maureen B. M. Boulton (ed.), Literary Echoes of the Fourth Lateran Council in England and France, 1215-1405 », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 150-151.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Maureen B. M. Boulton (ed.), Literary Echoes of the Fourth Lateran Council in England and France, 1215-1405 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/57227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.57227

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search