Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192RecensionsAmélie de las Heras, Florian Gall...

Recensions

Amélie de las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (dir.), Œuvrer pour le salut. Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge

Madrid, Casa de Velázquez, 2019, 314 p.
Bénédicte Sère
p. 227-228
Référence(s) :

Amélie de las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (dir.), Œuvrer pour le salut. Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, 2019, 314 p.

Texte intégral

1La présente étude éditée par trois jeunes médiévistes spécialistes de la péninsule Ibérique offre, sous un syntagme stéréotypé, Œuvrer pour le salut, et un sous-titre non moins classique, Moines, chanoines et frères, une synthèse en réalité à la pointe des recherches. Il s’agit d’une étude que l’on peut qualifier de sociologie religieuse en ce qu’elle s’avère celle d’un groupe social au sein de l’institution ecclésiale, les religieux, que ceux-ci soient moines, chanoines réguliers ou frères mendiants. Une étude de sociologie religieuse, non pas à la manière d’un Gabriel Le Bras, puisque l’aspect quantitatif n’a pas intéressé les directeurs et contributeurs du volume, mais plutôt à la manière des sciences sociales, tant il est vrai que les grilles d’analyse recourent régulièrement aux outils de Max Weber (les virtuoses), d’Ernst Troeltsch (les trois sphères de l’ecclésial, du sectaire et du mystique) voire de Michel Foucault (la gouvernementalité pastorale).

2L’ensemble des quatorze contributions, substantiellement introduites par un texte d’Amélie de Las Heras et magistralement conclues par Cédric Giraud, sont issues d’un séminaire tenu en 2013 à la Casa de Velazquez. Le volume se structure ainsi en trois grandes parties aux concepts fondateurs : I. Conversion (A. de Las Heras), II. Médiation (Florian Gallon), III. Soin des âmes (Nicolas Pluchot). Trois stratégies de salut, trois modalités d’action liées entre elles, trois lieux de la réalisation de la grâce dans la conquête du salut. Le premier thème, la conversion, a ceci de décisif qu’il est une intersection nodale entre les sciences sociales et les sciences du religieux et un lieu majeur quant à l’élaboration d’une socio-anthropologie du croire. La conversion articule le personnel et le collectif, l’individu et l’institution. Aussi les études de cas déclinent-elles comme autant de variations la figure d’un religieux, ascète, pénitent et orant en une stratégie où la préoccupation sotériologique personnelle débouche sur une efficacité sotériologique pour tous. Pablo Diaz s’attarde sur l’érémitisme et le monachisme wisigoths au sein desquels, en jeu contractuel autour de la Regula communis, le renoncement à soi équivaut au salut pour tous. Candida Ferrero Hernández présente le franciscain Juan Gil de Zamora (c. 1243-1318), prédicateur et auteur, zélateur d’une conversion intérieure par la dévotion pieuse. Plus novatrice, une conception judiciaire de la conversion émerge grâce aux moines déviants (bénédictins et mendiants) qu’étudie Élisabeth Lusset : c’est en recourant à la juridiction romaine (absolutions, dispenses, lettres de grâce) que les moines peuvent recouvrer leur aptitude fonctionnelle à œuvrer pour leur salut en étant réintégrés dans le giron de l’Église. For de la conscience et for judiciaire s’articulent, comme le prouvent les suppliques et les lettres de grâce et comme l’a récemment mis en valeur Arnaud Fossier en étudiant le corpus de la Pénitencerie, car le salut est bien une question d’appartenance à la communauté ecclésiale. Ici, la conversion prend le visage d’une réconciliation-réintégration. José Maria Mirua Andrades étudie les formes de vie religieuse populaire et féminine dans les cités andalouses au xiie siècle pour y lire l’appétence d’un individualisme spirituel que la hiérarchie religieuse a le souci d’encadrer.

3La deuxième thématique, Médiations, n’en est pas moins décisive : les religieux, « personnel qualifié », sont par essence les intermédiaires entre le monde terrestre et le monde céleste. Ils sont les « médiateurs institutionnels » (Élisabeth Claverie) dont la sacramentalité n’est qu’une des fonctions (sacerdotalisation des moines et pratiques mendiantes de la confession), à côté des médiations de charisme, de prophétie, d’intercession (Ludivine Gaffard pour le monastère de Sahagun, Francesco Renzi pour les Cisterciens de Galice), de prière pour les morts et de fonctions liturgico-mémorielles diverses. Nikolas Jaspert, par exemple, montre comment les chanoines de l’ordre du Saint-Sépulcre, par l’architecture, la liturgie et les reliques, proposent la « translocation » des lieux saints en terre ibérique. Inventivité d’une médiation.

4Le soin des âmes, enfin (IIIe partie), insiste sur l’action pastorale des moines, chanoines et frères, en une sorte d’oxymore ecclésiologique puisque les religieux cèdent théoriquement la place aux séculiers pour cette fonction. Mais la pratique n’est pas la théorie et les religieux restent des missionnaires dès les premiers siècles du Moyen Âge et d’autant plus avec l’arrivée des Mendiants au xiiie siècle et leur rôle de confesseurs (Nicole Bériou). Activités caritatives (accueil de pèlerins, entretien d’hôpitaux…) et édification des fidèles suscitent autant la coordination avec le clergé séculier que l’image, peut-être éculée, d’une concurrence entre Mendiants et Séculiers.

5La question reste pourtant entière d’une idiosyncrasie ibérique : les religieux espagnols sont-ils si différents des autres religieux de l’Occident ? Pour Élisabeth Lusset, non. Pour Nicole Bériou, peut-être, à condition de mieux peser le poids de la croisade, de la Reconquista et de la coexistence des religions dans le paysage ecclésial de la péninsule. Enfin, peut-on penser le groupe social des religieux, modèle et médiateur, en termes d’instance de pouvoir, c’est-à-dire sous l’angle de la domination, comme le suggèrent les études récentes autour de la domination ecclésiale ? Pour le formuler autrement, comment cette pratique en vogue de la sociologie religieuse intègre-t-elle la sphère du politique pour asseoir sa présence au cœur de la société ? Serait-il pensable dès lors qu’en matière ecclésiale, la médiation puisse être le lieu le plus intime de la domination ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Amélie de las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (dir.), Œuvrer pour le salut. Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 227-228.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Amélie de las Heras, Florian Gallon, Nicolas Pluchot (dir.), Œuvrer pour le salut. Moines, chanoines et frères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/57712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.57712

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search