Navigation – Plan du site

AccueilNuméros192RecensionsHamsa Stainton, Poetry as Prayer ...

Recensions

Hamsa Stainton, Poetry as Prayer in the Sanskrit Hymns of Kashmir

Oxford, New York, Oxford University Press, coll. « Religion in Translation », 2019, XV+334 p.
Nicolas Dejenne
p. 300-302
Référence(s) :

Hamsa Stainton, Poetry as Prayer in the Sanskrit Hymns of Kashmir, Oxford, New York, Oxford University Press, coll. « Religion in Translation », 2019, XV+334 p.

Texte intégral

1Le remarquable ouvrage de Hamsa Stainton, assistant professor en sciences religieuses à l’université McGill de Montréal, propose une réflexion approfondie sur le stotra, un type de texte religieux omniprésent dans les religions indiennes (védisme, hindouisme, bouddhisme, jaïnisme) et illustré dans toutes les langues de l’Inde mais ayant paradoxalement reçu une attention académique assez limitée ; il appuie cette réflexion sur une étude sur la longue durée – du viiie au xxe siècle – des caractéristiques et de l’histoire des stotra sanskrits au Cachemire, région du nord-ouest de l’Inde où ce genre a été continûment pratiqué pendant toute cette période. Le terme stotra (de la racine sanskrite STU-, « célébrer, louer [une divinité] ») se traduit généralement par « éloge, hymne de louange ». Stainton définit plus précisément les stotra comme des textes poétiques, souvent brefs, presque toujours en vers, qui louent de manière directe ou indirecte une divinité (ou une autre figure spirituelle ou religieuse), utilisant le langage de la dévotion et étant récités ou chantés, dans un contexte rituel plus ou moins strict, soit par un individu soit par une communauté. La récitation d’un stotra vise souvent l’obtention d’une faveur matérielle ou symbolique, voire du bien ultime qu’est la libération du cycle des renaissances, mais le texte peut aussi être une « action de grâce », une pure louange de la divinité ou l’expression sous une forme littéraire, la « mise en poésie », de réflexions théologiques (le ch. 4, « Poetry as Theology », le plus long de l’ouvrage, examine largement cette fonction). Comme le montre cette caractérisation du stotra par Stainton, une des grandes qualités de son ouvrage réside dans son souci de clarté, tant dans la progression de la réflexion générale que dans l’analyse minutieuse des stotra retenus comme exemples et traduits de manière à la fois élégante et fidèle, le sanskritiste pouvant se reporter au texte original fourni en note de bas de page.

2Stainton, qui présente au chapitre 2 un aperçu extrêmement utile sur la définition, la classification et l’histoire de la littérature des stotra en Inde puis au chapitre 3 un survol général des « hymnes littéraires » au Cachemire, organise son étude autour de six grands thèmes, notions ou objets dont il analyse les rapports : stotra bien sûr, poésie, poétique, prière, bhakti (dévotion personnelle d’un individu pour sa divinité d’élection, qui est une notion et une pratique centrale dans l’hindouisme post-védique) et Cachemire. Cette région présente un intérêt tout particulier pour étudier les stotra sanskrits dans une perspective combinant enjeux littéraires, esthétiques et religieux : outre la pérennité que ce genre y a connue, le Cachemire a en effet été un des hauts lieux de la poésie sanskrite et le centre, entre les ixe et xiie siècle, d’une extraordinaire production intellectuelle dans le domaine des spéculations religieuses, avec le développement de ce qu’on appelle depuis le début du xxe siècle le « śivaïsme du Cachemire », et dans celui de la réflexion esthétique et poétique, Abhinavagupta (c. 975-1025) en étant le plus illustre représentant. La plupart des auteurs qui ont apporté des contributions majeures dans ces domaines, souvent dans des traités et commentaires particulièrement ardus, ont également composé des stotra, créant une situation privilégiée pour approcher les spécificités du stotra comme mode d’expression littéraire du sentiment religieux. En contraste avec la réputation des stotra comme étant des poèmes, souvent anonymes, présentant un intérêt littéraire limité, les stotra sanskrits du Cachemire, composés après les innovations formelles apportées à ce genre au viie siècle par les poètes (non cachemiriens) Bāṇa et Mayūra, se révèlent souvent d’une haute qualité poétique qui les apparente au kāvya, la poésie savante sanskrite (voir notamment le chapitre 6 « Stotra as Kāvya »), et d’une grande tenue théologique. Leurs auteurs témoignent à la fois d’une volonté consciente d’exploiter toutes les possibilités de ce genre et d’une réflexion sur la possibilité même de composer des hymnes de louange à une divinité suprême ; ce dernier point prend une dimension particulière au Cachemire en raison du caractère apparemment paradoxal de la prière dans un système religieux non dualiste : en dernière instance, l’adepte du śivaïsme non dualiste du Cachemire doit comprendre qu’il n’est pas différent du dieu suprême Śiva, si bien que sa louange de Śiva est ultimement et indissociablement la louange de sa propre conscience… Le dialogisme inhérent à un hymne de louange, si apparent dans le texte par les adresses à la seconde personne et la profusion des vocatifs, expose une différence apparemment irréductible entre dévot et divinité qui partagent en réalité une même nature dont doit également rendre compte le stotra. Cette complexité des stotra sanskrits du Cachemire contribue à la valeur du livre pour les études comparées des textes et pratiques de la prière en Asie du Sud et au-delà : les caractéristiques des stotra sanskrits étudiés, avec leurs figures de style recherchées (formulations à double sens, « apparences de contradiction »), amènent à nuancer les présentations fréquentes de la prière comme une expression spontanée, enthousiaste et peu réflexive de la dévotion envers une divinité ou un objet d’adoration.

3Une des originalités des stotra sanskrits dans le contexte spécifique du Cachemire, révélée par l’étude de Stainton (notamment au chapitre 7 « Devotion as Rasa »), est l’émergence d’un bhaktirasa, « sentiment esthétique de la dévotion », qui ne figure pas parmi les neuf rasa (« sentiments esthétiques ») reconnus par les poéticiens du Cachemire mais qui semble avoir été de facto illustré, et parfois revendiqué, dans les stotra littéraires, comme le Stutikusumāñjali (« Offrande d’un bouquet d’hymnes ») de Jagaddhara Bhaṭṭa au xive siècle – ce texte sanskrit tardif et méconnu en Occident était l’objet principal de la thèse de Stainton. Cette notion de bhaktirasa, qui a été théorisée différemment par le courant vishnouïte du Bengale (Gauḍīya-vaiṣṇava) au xve-xvie siècle, se situe au cœur des préoccupations de l’auteur. Nourri de bhakti, voire de bhaktirasa, le stotra peut alors être interprété, comme le propose subtilement Stainton, sur le modèle du prasāda, l’offrande centrale du rituel hindou : comme les fleurs et fruits présentés au dieu sont sanctifiés et ensuite partagés par les dévots, l’offrande du stotra à la divinité est également goûtée et partagée par la communauté de ceux qui le récitent et l’entendent, créant une relation inédite et puissante entre l’auteur du stotra, la divinité célébrée et la communauté des dévots.

4Les hautes qualités du présent ouvrage ayant été soulignées, on souhaiterait indiquer trois domaines dans lesquels ses questionnements pourraient être prolongés. Tout d’abord, en raison de sa concentration exclusive sur les hymnes sanskrits, le livre ne mentionne pas les relations entre cette littérature et les autres traditions littéraires présentes à partir de la période médiévale au Cachemire, persane, ourdoue et cachemirie ; or, il existe au Cachemire une littérature dévotionnelle en cachemiri, illustrée notamment au xive siècle par la figure de la sainte-poétesse Lal Dĕd à laquelle Stainton fait brièvement allusion : quel rapport existe-t-il entre la littérature dévotionnelle en sanskrit et celle en langue vernaculaire ? Quelle place le corpus hymnique des brahmanes du Cachemire accorde-t-il aux textes dévotionnels dans les autres langues littéraires de la région ? Ces questions ont été jusqu’ici étudiées de manière approfondie en Inde surtout pour le contexte tamoul, aux analyses duquel Stainton fait d’ailleurs fréquemment référence. Par ailleurs, sur le plan de l’expression et de la pratique religieuses, des influences réciproques se sont-elles exercées entre les religions anciennes du Cachemire et l’islam devenu religion majoritaire au cours de la période médiévale ? L’auteur soulève cette question dans son analyse des motivations possibles de Jagaddhara, mais le processus et les modalités de l’islamisation du Cachemire semblent comporter encore beaucoup de zones d’ombre. Enfin, Stainton étudie l’œuvre de Sāhib Kaul et révèle comment la composition de ses stotra sanskrits a facilité au xviie siècle l’intégration dans les élites du Cachemire de la communauté d’origine de Kaul, des brahmanes venus du Mithila (en Inde de l’Est) ; réciproquement, on pourrait se demander dans quelle mesure des stotra sanskrits ont été conservés, d’autres peut-être composés, par les nombreux brahmanes du Cachemire ayant circulé dans toute l’Inde, depuis la période médiévale, auprès de diverses cours régionales. La question prend une acuité renouvelée avec l’exil forcé, en Inde ou à l’étranger, de brahmanes « Kashmiri Pandits » contraints de fuir les troubles insurrectionnels agitant cette province depuis 1990 ; la flexibilité du genre du stotra, tant soulignée à juste titre par Stainton, s’est-elle de nouveau confirmée dans ces circonstances douloureuses pour entretenir de façon créative une tradition esquissée au chapitre 8 ?

5L’ouvrage de Hamsa Stainton constitue une contribution magistrale à l’étude des modes d’expression littéraire du sentiment religieux en Inde, et sans doute la réflexion la plus poussée à ce jour sur le genre du stotra sanskrit, qui est resté le plus souvent un objet d’étude marginal tant dans la poétique indienne traditionnelle que dans les études occidentales. La vitalité et les capacités d’adaptation et d’innovation de ce genre au Cachemire jusqu’à la période contemporaine y sont établies de manière incontestable : l’ouvrage, qui déploie un fructueux dialogue avec certains des travaux indianistes les plus féconds de ces dernières décennies, apporte ainsi des compléments majeurs à l’étude du śivaïsme du Cachemire menée par A. Sanderson comme aux réflexions de Sh. Pollock sur la longue histoire des usages du sanskrit en Asie du Sud ou aux vues de J. S. Hawley sur la bhakti. Sur ce dernier point, contre les histoires de la bhakti qui mettent en valeur ses expressions vernaculaires et leur opposition occasionnelle au sanskrit, l’ouvrage de Stainton rétablit l’importance du sanskrit comme authentique langue d’expression de la dévotion personnelle en Inde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Dejenne, « Hamsa Stainton, Poetry as Prayer in the Sanskrit Hymns of Kashmir », Archives de sciences sociales des religions, 192 | 2020, 300-302.

Référence électronique

Nicolas Dejenne, « Hamsa Stainton, Poetry as Prayer in the Sanskrit Hymns of Kashmir », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 192 | octobre-décembre 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/assr/58172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.58172

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search