Navigation – Plan du site

AccueilNuméros195Usages religieux de la quantifica...La place paradoxale du religieux ...

Usages religieux de la quantification

La place paradoxale du religieux dans les « statistiques juives » au début du xxe siècle

Le cas de Yakov Leshchinsky
The paradoxical place of religion in “Jewish statistics” in the early twentieth century. The case of Yakov Leshchinsky
El paradójico lugar de la religión en las "estadísticas judías" de principios del siglo xx. El caso de Yakov Leshchinsky
Nicolas Vallois
p. 83-104

Résumés

Le mouvement dit des « statistiques juives » ou « sciences sociales juives » désigne l’important développement d’études statistiques des populations juives qui apparaît en Europe et aux États-Unis à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Cet article vise à analyser la place occupée par la question religieuse dans les statistiques juives, à partir du cas des travaux de Yakov Leshchinsky, auteur incontournable dans le domaine. Bien qu’elle ne constitue pas un thème important de ses travaux, la religion demeure une préoccupation déterminante pour Leshchinsky, notamment dans les questions démographiques. L’attitude particulière de Leshchinsky vis-à-vis de de la religion et des pratiques religieuses signale aussi une certaine conception des statistiques, partagée plus généralement par les statisticiens juifs de la période en Europe orientale – comme devant être « au service du peuple juif ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les expressions de « statistiques juives » et de « sciences sociales juives » seront utilisées ici (...)

1À partir de la seconde moitié du xixe siècle, un fort engouement pour les statistiques apparaît dans les milieux intellectuels juifs en Europe et aux États-Unis. Ce mouvement dit des « statistiques juives » ou « sciences sociales juives » (Efron, 1994 ; Hart, 2000) donne lieu à un important développement d’études statistiques sur les populations juives1. Au début, la religion et les pratiques religieuses y occupent une place importante. En effet, il s’agissait souvent, au départ, de collecter diverses informations sur les membres des communautés ou des synagogues, sur le modèle du « registre » (Desrosières, 2005). Ce type d’initiatives se généralise à la fin du xixe siècle en Allemagne, aux États-Unis, en Angleterre et en Russie notamment. Il donne lieu à des compilations périodiques, dans des annuaires ou almanachs, comme le Jewish Yearbook anglais, ou le Statistische Jahrbuch deutscher Juden, à partir de 1905.

  • 2 Dans cet article, j’ai translittéré le yiddish en suivant les règles du YIVO, et leur récent complé (...)

2Le mouvement des statistiques juives commence à se structurer en champ scientifique au début du xxe siècle. Cette institutionnalisation s’effectue d’abord en Allemagne, avec notamment la création en 1903 d’une Association pour les statistiques juives et d’un Bureau associé, qui publie entre 1905 et 1931 un périodique, le Zeitschrift für Demographie und Statistik der Juden (Journal pour la démographie et la statistique des Juifs, noté désormais Zeitschrift). Une nouvelle publication prend le relais en 1925 : les Bleter far yiddishe demografye, statistik un ekonomik2 (Journal pour la démographie, la statistique et l’économie juives, noté désormais Bleter). Ce journal est conçu comme le successeur du Zeitschrift, mais il déplace le centre de gravité des sciences sociales juives à l’Est (de l’Allemagne) : en effet, les Bleter sont publiés exclusivement en yiddish. L’essor des statistiques juives dans l’espace yiddishophone se poursuit en parallèle avec la création, la même année à Vilnius, de l’Institut Scientifique Juif (YIVO), dont l’une des quatre sections est consacrée à l’économie et aux statistiques. Cette section économique et statistique du YIVO est responsable de l’édition des Shriftn far ekonomik un statistik (Cahiers d’économie et de statistique, notés désormais Shriftn), publiés en deux volumes en 1928 et 1932, et d’un autre périodique intitulé Yiddishe ekonomik (Économie juive) qui voit le jour en 1937.

3Ces journaux spécialisés, qui ont l’ambition d’être de véritables revues académiques, semblent se démarquer des enquêtes précédentes en reléguant les préoccupations religieuses au second plan. Ainsi, en 1903, le Bureau pour les statistiques juives à Berlin propose une classification des statistiques juives en dix rubriques, dont une seule est consacrée à la « vie religieuse » (Verband, 1903 : 19). En reprenant cette classification, j’ai classé l’ensemble des articles parus dans les quatre revues mentionnées précédemment (le Zeitschrift allemand, et les trois journaux en Yiddish : Bleter, Shriftn, Yiddishe ekonomik) dans la table ci-dessous.

ZDSJ (1905-1937) Périodiques en yiddish (1923-1939) Total
Thèmes Nombre d’articles % Nombre d’articles % Nombre d’articles %
Population 162 37.2 40 30.3 202 35.6
Anthropologie, médecine et théorie de la race 65 14.9 7 5.3 72 12.7
Économie et agriculture 65 14.9 63 47.7 128 22.6
Culture (école, éducation, presse, langage) 47 10.8 8 6.1 55 9.7
Mariages mixtes, conversions 28 6.4 4 3.0 32 5.6
Morale (suicide, crime) 28 6.4 4 3.0 32 5.6
Philanthropie 17 3.9 1 0.8 18 3.2
Méthodologie, politique éditoriale 12 2.8 3 2.3 15 2.6
Politique 6 1.4 3 2.3 9 1.6
Vie religieuse 4 0.9 0 0.0 4 0.7
Pogromes 2 0.5 2 1.5 4 0.7
Divers 23 5.3 13 9.8 36 6.3
Sous-total 459 105.5 148 112.1 607 107.1
Nombre total d’articles 435 132 567
  • 3 C’est la raison pour laquelle le sous-total des colonnes dépasse le nombre total d’articles ou 100  (...)

4Les rubriques initiales ont été légèrement modifiées et la répartition ainsi obtenue ne peut prétendre à une parfaite précision, puisque de nombreux articles relèvent de plusieurs rubriques3. Néanmoins, on obtient ici un aperçu général des principales thématiques développées dans ces revues. Il apparaît tout d’abord que la démographie demeure l’enjeu principal de ces revues. En y ajoutant la thématique associée des mariages mixtes et des conversions, ces enjeux démographiques représentent presque la moitié des articles publiés (41 %).

5Plus d’un tiers (35 %) des publications sont consacrées à l’économie et à l’anthropologie physique. Cette dernière catégorie correspond pour l’essentiel à des études visant à appliquer les méthodes et les concepts de la théorie de la race, de l’eugénisme ou de l’hygiène sociale au cas des Juifs. Ces thématiques de recherche deviennent incontournables pour les sciences sociales juives au début du xxe siècle en Allemagne, qui collectent alors un nouveau type de données : taille, circonférence du crâne ou couleurs des yeux (Efron, 1994 ; Hart, 2000). La part de cette catégorie diminue cependant très fortement dans les périodiques en yiddish, au profit de l’économie, ce qui correspond à la progressive perte de prestige scientifique de la théorie de la race à partir des années 1920 (Barkan, 1992).

6Le thème de la vie religieuse ne fait l’objet que de quatre publications. La religion apparaît cependant marginalement à travers la rubrique de la culture et de l’éducation : une étude sur le kheyder, l’école élémentaire juive en Europe orientale, considère le taux de fréquentation de cette dernière comme un indicateur du maintien des « traditions religieuses » (Lawin, 1905). Néanmoins, cette rubrique de la culture ne représente elle-même qu’à peine 10 % de tous les articles publiés.

  • 4 L’immense majorité des statisticiens juifs sont des hommes ; néanmoins, environ 5 % des contributeu (...)

7Il semble donc que la religion et les pratiques religieuses ne sont que très peu documentées dans les périodiques de statistiques juives au début du xxe siècle. Néanmoins, cette catégorisation thématique, forgée par le Bureau berlinois des statistiques, ne rend compte que très imparfaitement de la manière très particulière avec laquelle les statistiques juives se développent au sein de l’espace yiddishophone. Le déplacement « à l’Est » des sciences sociales juives transforme en effet le rapport de cette jeune science à son objet. Les statisticien·ne·s juifs et juives4 d’Europe de l’Est, en particulier ceux qui gravitent autour du YIVO dans la Pologne de l’entre-deux-guerres, conçoivent leur approche comme devant être au service du « peuple juif » ou de la « nation juive ». Cela était également le cas, en un certain sens, en Allemagne au début du xxe siècle. Comme l’a souligné Mitchell B. Hart (2000), les recherches du Bureau berlinois sont à comprendre en rapport avec l’engagement fréquent de ses membres dans le sionisme. Mais cet engagement prend un tout autre sens pour les statisticiens d’Europe de l’Est, pour lesquelles, comme j’essaierai de le montrer, les catégories de « religion » et de « nation », appliquées au cas des Juifs, ne sont pas ou très peu séparables. Il m’est donc apparu plus pertinent de traiter la question de la religion dans les statistiques juives à « l’Est », dans les travaux publiés en yiddish, destinés à un public yiddishophone, pour lequel les questions et les enjeux religieux étaient alors beaucoup plus prégnants qu’en Allemagne.

  • 5 Comme le souligne Gennady Estraikh, le nom de Leshchinsky est écrit sous des formes très nombreuses (...)

8Je m’appuierai ici plus spécifiquement sur les travaux de Yakov Leshchinsky5. Le choix de cet auteur en particulier se justifie d’abord par son caractère à la fois incontournable et représentatif au sein des sciences sociales juives du début du xxe siècle. Né en 1876 à Horodyshche (Russie, aujourd’hui en Ukraine) et mort en 1966 à Jérusalem, Leshchinsky publie son premier article en 1903, et prend une part active au processus d’institutionnalisation des sciences sociales juives. Il dispose de nombreux contacts dans le milieu intellectuel juif allemand, ce qui lui permet, au sein des sciences sociales juives, d’occuper une position d’intermédiaire entre les milieux germanophones et yiddishophones (Kuznitz, 2014 : 37 ; Estraikh, 2017 : 141-162). À ce titre, il est nommé à la tête de la section économique-statistique du YIVO à sa création en 1925. Contributeur régulier au Zeitschrift, il co-édite les Bleter, les Shriftn et Yiddishe ekonomik. Son œuvre personnelle gigantesque, qui rassemble plus de 25 livres, des dizaines d’études et de monographies, et des milliers d’articles en tant que journaliste (Dinur, 1960), constitue un corpus large et représentatif au sein des statistiques juives de la période.

9Leshchinsky conçoit les statistiques juives comme une science matérialiste, qui doit laisser de côté les dimensions culturelles et religieuses au profit des analyses économiques et sociales. Cependant, la thèse de cet article est que la religion occupe une place importante dans ses travaux. Cela tient à la fois à la trajectoire personnelle de Leshchinsky et au contexte spécifique, russo-polonais, dans lequel il produit la majeure partie de son œuvre. Dans une première partie, je montrerai que la construction du « peuple juif » comme catégorie statistique s’appuie sur une forme d’évidence, partagée par les statisticiens de son époque en Europe de l’Est, selon laquelle les juifs forment une entité distincte des autres nations, sur le plan économique, social, linguistique, mais aussi culturel et religieux. Leshchinsky défend une conception « nationalitaire » de son objet, le peuple juif, ce qui signifie qu’il défend le principe d’une nationalité des Juifs, sans forcément défendre toujours l’idée d’un État et d’un territoire national, à l’inverse du sionisme, expression d’un nationalisme juif. Dans cette perspective nationalitaire, le religieux est subordonné à la nation ; pour autant, cet objet statistique enveloppe aussi les pratiques culturelles et religieuses, et Leshchinsky exprime également dans ses travaux un attachement aux formes dites « traditionnelles » du judaïsme. La seconde partie examine plus spécifiquement le traitement des questions économiques et sociales. La relative valorisation des pratiques religieuses considérées comme traditionnelles se lit aussi comme une prise de distance vis-à-vis des réformateurs « éclairés » pour lesquels le judaïsme représente un obstacle à la modernisation économique des Juifs. Enfin, dans la dernière partie, je m’intéresse au rôle central joué par la religion dans les analyses, par Leshchinsky, du problème de l’assimilation, et plus généralement des enjeux démographiques.

Des statistiques « pour le peuple juif » en Europe orientale : enjeux culturels et religieux

10Dans un article publié en 1912 dans le journal sioniste Ha-olam, Leshchinsky critique la place excessive qu’occupe, selon lui, l’étude des juifs allemands au sein des statistiques juives : « Il y a de quoi s’étonner de ceux qui disent (Ruppin, et d’autres) que le problème du peuple juif allemand peut être utilisé comme indice pour l’avenir du peuple juif en Russie. Ils font une erreur fondamentale, car ils ne font pas ainsi attention à la loi particulière de la quantité » (Leshchinsky, 1912 : 8). Pour Leshchinsky, il faut placer au centre de l’analyse les populations juives à l’Est, en Russie, et considérer celles-ci comme « norme » et leurs tendances comme typiques. Celles-ci représentent en effet, selon ses estimations, au début du siècle, plus de six millions d’individus et plus de la moitié de la population juive mondiale, contre « seulement » un peu plus de 600 000 Juifs en Allemagne, soit environ 5 % de la population juive mondiale (Leshchinsky, 1922 : 17). Leshchinsky parle ici, en 1912, de Juifs vivant en Russie, ce qui inclut, avant la chute du régime tsariste, de nombreux pays étrangers aux frontières ultérieures et actuelles de la Russie (notamment, Pologne, Ukraine, Lituanie). Plus généralement et par la suite, Leshchinsky désigne ces populations comme « Juifs d’Europe orientale » ou plus directement « Juifs de l’Est » ou « Juifs orientaux » (mizrekh yidn en yiddish), dont il veut faire l’objet à la fois central et typique des statistiques juives.

11Leshchinsky justifie ici ce primat accordé aux Juifs orientaux par leur importance démographique. Mais cette importance accordée aux masses juives à l’Est s’explique aussi par la volonté de faire des statistiques « pour » ces populations, et de faire des données chiffrées un outil au service de leur émancipation. Cette ambition doit être comprise à la lumière du contexte particulier dans lequel se situent alors les Juifs en Russie. L’industrialisation du pays, qui débute dans les années 1860-1870, entraîne un processus général d’appauvrissement et de déclassement pour les Juifs, dont l’activité économique se concentre dans l’artisanat et les métiers d’intermédiation entre les villes et les campagnes (Kahan, 1986 : 44-45). À la différence des paysans libérés du servage, les Juifs subissent de nombreuses discriminations légales. En dehors de quelques rares exceptions, il leur est en particulier interdit, depuis 1791, de s’installer en dehors de la « zone de résidence », un territoire limité aux parties occidentales de l’Empire (ibid. : 35).

  • 6 De fait, les responsables du recensement russe utilisent principalement le critère linguistique po (...)

12Ces difficultés s’aggravent après la vague de pogromes de 1881, à la suite de laquelle le pouvoir tsariste renforce les restrictions de résidence, puis introduit de nombreuses autres mesures discriminatoires (Frankel, 1984 ; Mendelsohn, 1970 ; Klier, Lambroza, 1992). Dans ce contexte, les Juifs sont très nettement distingués du reste de la population. Le recensement russe de 1897 les classe comme minorité nationale, et fait apparaitre que le yiddish, et non le russe, est la langue maternelle de la quasi-totalité d’entre eux6. La différence entre Juifs et non-Juifs est donc à la fois culturelle, religieuse, linguistique, mais se constate aussi dans les territoires de résidence, le choix des métiers, ou les vêtements (Stern, 2018 : 10-11).

  • 7 Sur les relations entre le Bund, le sionisme et le sionisme socialiste, voir Mendelsohn, 1970 ; Fr (...)

13La conjonction d’une forte différenciation des Juifs, et d’une dégradation de leur situation économique, favorise le développement de deux nouvelles idéologies politiques, le sionisme et le socialisme. Influencé à ses débuts par le sionisme dit « culturel » de Ahad Ha-Am, Leshchinsky émerge, dans les années qui précèdent la Révolution de 1905, comme l’un des principaux leaders du sionisme socialiste, lequel vise à opérer une synthèse entre le nationalisme juif et le marxisme. En 1904, il participe à la création du parti sioniste-socialiste en Russie, lequel défend l’idée que les travailleurs juifs sont aliénés à la fois en tant que travailleurs dans la lutte des classes et comme Juifs dans la « lutte des nations » (Guterman, 1985 ; Vallois, 2021c). Ce parti se distingue du Bund, qui est alors le principal mouvement ouvrier juif en Russie, en défendant l’idée d’une autonomie politique et la nécessité d’un territoire politique propre aux Juifs7.

14Le parti sioniste-socialiste de Leshchinsky est également connu pour son opposition « territorialiste » à l’organisation sioniste mondiale, laquelle nait d’un schisme au sein du mouvement sioniste. En 1903, lors du sixième congrès de Bâle, lors duquel Theodor Herzl a introduit la proposition connue sous le nom de « Plan Ouganda », un projet visant à créer un territoire national juif sur une portion de territoire dans l’est de l’Afrique contrôlé par l’Empire britannique. Leshchinsky rejoint le camp dissident des sionistes « territorialistes », pour qui la détresse des Juifs en Russie, les pogromes – celui de Kishinev a lieu la même année – exigent une réponse immédiate, et ne sauraient attendre la réalisation d’un hypothétique projet de colonisation de la Palestine (Manor, 1961 : 42). Les territorialistes défendent donc la concentration des Juifs sur un territoire en dehors du « pays d’Israël » (Alroey, 2011).

  • 8 ORT signifie, en français, « Société pour la promotion du travail artisanal et agricole pour les J (...)

15Leshchinsky s’éloigne progressivement de la vie politique à la fin des années 1900, et à la fin de la décennie suivante, il se concentre exclusivement sur ses recherches. Il se spécialise dans la production de statistiques pour les organismes de secours et d’aides aux Juifs dans l’entre-deux-guerres. En effet, les populations juives d’Europe orientale sont alors sévèrement touchées par le conflit mondial, puis par la guerre civile et les pogromes en Russie, qui entraînent de nombreuses victimes et d’importants déplacements de populations. Les diverses associations visant à offrir une aide à ces populations voient leur activité s’intensifier, et ont alors besoin d’informations statistiques pour coordonner leurs activités (Saß, 2012 : 203-233). Dès 1914, Leshchinsky dirige ainsi le bureau statistique de l’ORT, une organisation qui cherche à améliorer l’emploi et la formation professionnelle des travailleurs juifs8 (Estraikh, 2009 : 8). Il est aussi l’un des principaux chercheurs – avec Elias Tcherikower, qui est nommé plus tard directeur du département d’histoire du YIVO – à documenter la vague de pogromes en Ukraine entre 1917 et 1921. En 1921, Leshchinsky s’installe à Berlin et collabore avec plusieurs organisations importantes d’aides aux Juifs orientaux qui s’établissent alors dans la capitale allemande (Saß, 2012 : 203-233), notamment l’EKOPO (Comité juif pour l’aide aux victimes de guerre). À Berlin, Leshchinsky est également actif dans les sociétés visant à organiser l’émigration juive, en particulier la Société d’aide aux immigrants juifs (Hebrew Immigrant Aid Society) et Emigdirekt, lesquelles publient deux de ses ouvrages (Leshchinsky, 1927, 1929).

16 Ces organisations utilisent les statistiques non seulement pour planifier et coordonner l’aide aux réfugiés, mais aussi pour alerter l’opinion publique. C’est le cas notamment du Comité des délégations juives, créé à la fin de la guerre pour défendre les droits des minorités juives dans les négociations pour la paix, et qui cherche à attirer l’attention des États sur la situation dramatique des Juifs en Europe de l’Est (Granick, 2012). Ce comité publie deux livres de Leshchinsky sur « la destruction économique des Juifs après la guerre mondiale en Europe centrale et orientale » (Leshchinsky, 1934) et sur « la catastrophe économique des Juifs en Allemagne et en Pologne » (Leshchinsky, 1936). La Conférence Universelle de Secours, créée à l’initiative du Comité des délégations juives, finance par ailleurs les Bleter, journal de statistique édité par Leshchinsky entre 1923 et 1925.

17En parallèle, Leshchinsky travaille comme journaliste et fournit régulièrement des données chiffrées à son lectorat au sujet de la situation souvent critique des Juifs orientaux, tout en dénonçant l’inaction des responsables politiques juifs et non-juifs. Figure publique, il contribue régulièrement dans les principaux journaux juifs publiés en Pologne et en Russie. Entre 1921 et 1933, Leshchinsky est chef du bureau européen du journal juif américain Forverts, alors le plus important quotidien juif dans le monde. Ce poste lui assure une forte visibilité et une place incontournable dans le milieu des intellectuels juifs est-européens à Berlin (Estraikh, 2017).

18Les engagements politiques de Leshchinsky sont dans la période de l’entre-deux-guerres assez fluctuants (Mahler, 1967 : 193-194). Il participe très brièvement à la création du Parti Socialiste Juif Unifié en 1917, qui signale la conversion de Leshchinsky à l’autonomisme ou « nationalisme de la Diaspora », lequel vise la défense des droits des Juifs en tant que minorité nationale dans leurs pays de résidence (Rabinovitch, 2012). En effet, en 1917, cette option paraît relativement plus réaliste, avec l’espoir d’une démocratisation de la Russie (Mintz, 2010), et alors que les projets territorialistes semblent dans une impasse (Alroey, 2011). Leshchinsky abandonne ensuite toute affiliation politique mais son attitude favorable à l’égard de l’autonomisme le conduit à se rapprocher du Bund. Leshchinsky continue à se montrer critique à l’égard du sionisme dans les années 1920, mais finit par s’en rapprocher dans les années 1930, tout en continuant à soutenir les initiatives territorialistes dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale (Alroey, 2006 ; Vallois, 2021d).

  • 9 Leshchinsky est lui-même survivant d’un pogrome en Ukraine (Estraikh, 2017 : 149).

19Par-delà ces revirements, la position politique de Leshchinsky conserve une certaine cohérence cependant et peut être caractérisée comme étant « nationalitaire », au sens où il reconnaît et soutient le principe d’une nationalité des Juifs, sans forcément défendre toujours l’idée d’un État et d’un territoire national, à l’inverse du sionisme, expression d’un nationalisme juif. Deux éléments structurants ressortent en particulier du parcours politique et scientifique de Leshchinsky : d’une part, l’expression d’un sentiment d’urgence face à la détresse des Juifs en Europe orientale, avec une sensibilité particulière pour la question des pogromes9 et, d’autre part, l’idée d’utiliser les statistiques économiques et sociales non seulement comme outil d’enquête, mais aussi comme instrument de construction pour la « conscience nationale » des Juifs. C’est donc très naturellement que Leshchinsky participe à la création du YIVO en 1925, dont la quasi-totalité des fondateurs sont largement influencés par le « nationalisme de la Diaspora » (Kuznitz, 2014 : 1-16) et par l’autonomisme, dans la version défendue par l’historien Simon Doubnov, lui-même un proche de Leshchinsky à Berlin. Dans cette perspective nationalitaire, le YIVO est conçu à sa création en 1925 comme un lieu de valorisation et préservation du patrimoine culturel juif au sens large, en particulier dans les domaines linguistique et littéraire, mais aussi social et économique, la réalisation d’enquêtes sur la vie quotidienne des populations juives dans les régions yiddishophones étant envisagée aussi comme participant de cette démarche de construction et de prise de conscience nationale.

  • 10 Ma traduction est imparfaite, car il n’existe pas d’équivalent en français : à l’inverse de l’angl (...)

20Cet activisme scientifique et politique se reflète dans la relation de proximité assumée qu’entretient Leshchinsky avec son objet de recherche. Leshchinsky désigne souvent le peuple juif – dont il souhaite servir les intérêts – à la première personne du pluriel comme « notre peuple ». Par ailleurs, il ne pose que très rarement, voire pas du tout, la question de savoir pourquoi et comment les Juifs doivent être constitués comme catégorie statistique. Pour lui, il va de soi que le « peuple juif », en tant que nation ou minorité nationale distincte, doit faire l’objet d’un enregistrement statistique à part. Ce sentiment d’évidence face à la catégorie statistique s’accompagne d’une relative indifférence vis-à-vis des termes utilisés. Dans ses livres et ses articles, Leshchinsky, comme beaucoup de statisticiens qui contribuent dans ses périodiques, emploie de façon équivalente les expressions de peuple, nation, minorité nationale juive, ou simplement de Juifs. Plus fréquemment, Leshchinsky utilise les termes de yadahut en hébreu, Judentum/yidntum en allemand et en yiddish, forme substantive de juif/juive, que je traduis ici imparfaitement par « peuple juif », et qui sert à désigner collectivement les juifs en tant que groupe ou communauté10.

21Pour Leshchinsky, ce qui fonde l’unité de l’objet de ses recherches n’est pas le judaïsme ou la culture juive, mais la dimension économique et matérielle du peuple juif. Dans une revue de littérature consacrée à la statistique et l’économique juive, Leshchinsky distingue ainsi ces deux dernières disciplines – auxquelles il s’identifie – de l’histoire culturelle et religieuse des Juifs, qui n’a pas de difficulté à recomposer l’unité de son objet, malgré la Diaspora, en s’appuyant sur « l’unité de la Torah et de la tradition ». À l’inverse, la statistique juive examine la vie matérielle, « ce qui fait du Juif un homo œconomicus » (Leshchinsky, 1933b :152-153). Cette affirmation renvoie à un motif d’opposition récurrent au sein d’un courant plus large d’historiographie marxiste, dans lequel Leshchinsky peut être classé aux côtés d’historiens comme Raphael Mahler ou Emmanuel Ringelblum. Ces auteurs adoptent en effet une posture polémique envers le courant allemand de la Science du Judaïsme (Wissenschaft des Judentums), né au début du xixe siècle, auquel ils reprochent de ne s’intéresser qu’au « Juif de shabbat » et non à celui qui travaille, c’est-à-dire de négliger les aspects matériels et économiques de l’histoire juive (Navon, 2020).

  • 11 C’est essentiellement selon ce critère que sont distingués au YIVO les départements d’histoire d’u (...)

22Cependant, la science « matérialiste » du judaïsme est dans le projet de Leshchinsky, à la différence de Mahler ou Ringelblum, nettement distinguée de l’histoire en ce qu’elle s’appuie sur des données chiffrées récentes11. Surtout, la statistique juive n’a pour Leshchinsky pas du tout vocation à ignorer ou reléguer au second plan l’identité religieuse propre au peuple juif, qu’il considère comme une donnée constitutive de son objet de recherche. À la différence des institutions culturelles juives qui apparaissent en Union Soviétique dans les années 1920, Leshchinsky ne cherche pas à promouvoir une culture et une langue juives sécularisées, épurées de leurs références à la religion (Estraikh, 1999 ; Shneer, 2004). Par exemple, dans l’un de ses livres, Au bord du gouffre (1933), Leshchinsky fait l’éloge d’un « conservatisme sain, religieux et national » du « peuple juif polonais », qui « par ses traditions d’une part, et par son obstination et sa fidélité nationale d’autre part […] sert d’exemple pour toutes les autres communautés juives » (Leshchinsky, 1933 : 53-54).

  • 12 Leshchinsky à la direction de l’enseignement du canton de Zürich, 13 mai 1911, R.G. 339, Archives (...)
  • 13 Leshchinsky au doyen de la faculté des sciences de Zürich, 1911, R.G. 339, folder 125.

23Cet attachement aux traditions religieuses s’explique aussi par la trajectoire personnelle de Leshchinsky. Ce dernier est en effet issu d’une famille très peu assimilée, comme cela était souvent le cas plus généralement pour la plupart des intellectuels sionistes-socialistes de sa génération (Brym, 1978). Leshchinsky n’accède ni au lycée ni à l’université russe mais au kheyder, puis à la yeshiva (centre d’études religieuses) de Tcherkas. Il étudie alors exclusivement « le Talmud et le reste de la littérature hébraïque »12 et se destine à être rabbin. Ce n’est qu’à l’âge de vingt ans qu’il découvre « qu’il existe une science en dehors du Talmud »13.

  • 14 Dans le judaïsme rabbinique, la Mishna est le premier recueil de la loi orale ; la Gemara est un c (...)
  • 15 « Yakov Leshchinsky – Sauvez le YIVO ! », non daté, R.G. 1.1, folder 511.

24À la différence de la plupart des statisticiens allemands, Leshchinsky a donc grandi dans un environnement religieux, avec lequel il assume et revendique sa proximité. Dans un appel à soutenir le YIVO, Leshchinsky établit ainsi un lien entre l’étude des textes sacrés du judaïsme et la science des statistiques juives. Il commence par raconter dans ce texte que son père, petit commerçant, avait pour habitude, lorsque la conduite des affaires au magasin était trop pénible, de partir « étudier une feuille de Gemara ou un chapitre de Mishna » pour « s’élever au-dessus des soucis quotidiens »14. Si sa propre génération, regrette Leshchinsky, a malheureusement abandonné « l’approfondissement intellectuel des plus belles et meilleures traditions » religieuses, la science produite par le YIVO peut et doit être pour le peuple juif comme « ce feuillet de Gemara, qui doit permettre de [se] détacher du cauchemar des pogromes », et de contempler depuis une perspective plus haute « les soucis quotidiens » et les « affres de la pauvreté »15.

  • 16 Voir le recueil d’articles intitulé Entre la vie et la mort (Leshchinsky, 1930).

25 Au-delà des aspects rhétoriques de ce texte, l’attachement aux traditions religieuses se traduit concrètement, chez Leshchinsky, dans les formes que prennent ses recherches de statistiques juives, en particulier dans le choix de la langue. Après avoir brièvement écrit en hébreu au début de sa carrière, il se tourne ensuite principalement vers le yiddish. Or le yiddish, en tant que langue, se caractérise par une forme de « bilinguisme interne », avec de nombreuses références à des expressions en hébreu ou araméen extraites des textes sacrés du judaïsme (Harshav, 1990). Il serait trop long d’en faire un recensement exhaustif, mais on peut souligner que Leshchinsky, dans ses publications en yiddish, conserve dans son écriture ces aspects caractéristiques du yiddish « populaire » et ce jeu d’intertextualité avec la culture religieuse. Cela est particulièrement le cas dans les articles que Leshchinsky écrit pour la presse16, mais aussi dans ses contributions scientifiques, en particulier dans Yiddishe ekonomik, le journal de statistiques publié par le YIVO. Bien que ce périodique soit conçu comme un organe scientifique, Leshchinsky y cite régulièrement la Bible (Leshchinsky, 1937b : 131 ; 1937c : 164) ou des expressions talmudiques (Leshchinsky, 1937a : 7,9 ; 1938b : 159). Il ouvre par exemple la deuxième partie d’une série d’articles sur « Les Juifs à Varsovie et Łódź » par la formule suivante, extraite du Talmud : « Il n’y a pas de plus tôt ni de plus tard dans la Torah » [‘ein mukdam u-me’uhar ba-Torah], qui signifie qu’il n’y pas d’ordre chronologique à respecter dans la lecture de la Torah. Leshchinsky avait en effet dans son article précédent fourni de manière inachevée des données sur Varsovie, mais a reçu ensuite les données du recensement sur Łódź. Il explique ainsi à ses lecteurs que « la statistique est aussi une toyre [Torah, ici à comprendre comme théorie ou science], et nous nous permettrons, avant d’avoir terminé le travail sur Varsovie, de nous arrêter rapidement sur Łódź, avant de comparer les deux villes » (Leshchinsky, 1938a : 44-45).

« Productivisation », maskilim et polémiques anti-religieuses

26 Leshchinsky exprime dans ses recherches statistiques une forme d’attachement aux traditions religieuses qui correspond, on l’a vu, à une conception nationalitaire du peuple juif. La relative valorisation des formes dites « traditionnelles » du judaïsme doit aussi être comprise comme une distanciation polémique vis-à-vis des les « éclairés » juifs (maskilim), participants aux « Lumières juives » (Haskala) aux xviiie et xixe siècles. Cette opposition se manifeste en particulier dans le traitement des questions économiques. Les discussions renvoient ici à un débat plus ancien autour du rôle économique des Juifs dans les sociétés européennes. Dès les xviie et xviiie siècles, des réformateurs – juifs et non-juifs – discutent et défendent l’idée d’une « productivisation » des populations juives, c’est-à-dire de leur mise au travail dit « productif », dans l’agriculture ou l’industrie, en les détournant des activités commerciales dans lesquelles ils sont considérés comme étant excessivement concentrés (Karp, 2008). Parmi ces premières générations de réformateurs, les maskilim se montrent souvent très critiques envers certaines traditions religieuses, et le hassidisme en particulier, qu’ils jugent responsables de l’arriération économique et sociale des Juifs orientaux.

27 Leshchinsky hérite d’un certain nombre de ces présupposés « productivistes ». Dans ses analyses économiques, il considère ainsi que les métiers relevant du personnel religieux (kleykodesh) appartiennent, comme la plupart des activités commerciales, à la catégorie des « métiers improductifs et d’intermédiation » (Leshchinsky, 1928 : 56 ; 1929 : 9).

28Néanmoins, Leshchinsky est également représentatif d’une génération de réformateurs sociaux qui cherchent à éviter les polémiques anti-religieuses jugées excessives de leurs prédécesseurs « éclairés », dont ils cherchent à se distinguer. Il reproche aux maskilim leur traitement « moral » de la question religieuse, trop théorique et abstrait, et par conséquent sans prise réelle sur les masses juives : « La plupart des maskilim voulaient réformer les Juifs, […] en faire des citoyens utiles […]. En dehors de quelques exceptions, leurs idées et leurs projets sont demeurés un ciel lointain pour les masses juives, qui sont restées enfoncées profondément dans les ténèbres avec leurs tsadikim et leurs rabbins » (Leshchinsky, 1928: 30 ; pour des arguments similaires, voir Leshchinsky, 1921, 1929). Leshchinsky formule des critiques similaires, plus généralement, contre tous les klal tuer, c’est-à-dire toutes les personnes actives dans les affaires publiques de la communauté juive : philanthropes, responsables religieux, réformateurs, activistes politiques de diverses tendances. Pour Leshchinsky, ces klal tuer sont largement ignorants des enjeux économiques et sociaux du peuple juif (Leshchinsky, 1912c).

  • 17 L’autre étant le yiddish.

29Ce genre d’affirmation polémique est relativement banal à cette époque. Dès les années 1870, des intellectuels juifs russes radicaux prennent leurs distances avec le discours jugé excessivement « moral » de la Haskala, en cherchant à examiner les causes réelles, économiques et sociales, à la pauvreté des Juifs (Stern, 2018). L’attribution, par exemple, d’une valeur positive au hassidisme, dans lequel Leshchinsky voit l’un des deux apports culturels fondamentaux des Juifs polonais (Leshchinsky, 1955 : 67)17, est ainsi caractéristique, chez les auteurs de la mouvance nationale en Diaspora, et à la suite de Doubnov en particulier, d’une volonté de se rapprocher du peuple et de ses traditions religieuses. Leshchinsky innove cependant en centrant le débat sur des données statistiques, qui précisément selon lui, fournissent une connaissance concrète et matérielle de la vie juive. Dans son livre de 1906, intitulé Le travailleur juif en Russie, Leshchinsky réfute ainsi l’idée selon laquelle l’incapacité des Juifs à intégrer la grande industrie moderne et mécanisée s’expliquerait par leur conservatisme religieux, et en particulier leur refus de travailler le samedi, jour du shabbat. Cette interprétation est développée en particulier dans l’enquête de 1897 sur la situation économique des Juifs en Russie, qui est réalisée par la Jewish Colonization Association, une organisation philanthropique. En reprenant des données de cette même enquête, Leshchinsky montre qu’à l’inverse, les régions les plus « libérées » d’un point de vue religieux, dans le Sud de la Russie, comptent relativement moins de travailleurs dans la grande industrie que les districts plus « pieux » du Nord (Leshchinsky, 1906 : 39-41).

30Bien qu’il admette que la modernité économique implique nécessairement une remise en question des traditions religieuses, le maintien de ces dernières est pour Leshchinsky un « faux problème », auquel les réformateurs ont accordé une importance disproportionnée. Dans les années 1920 et 1930, Leshchinsky développe, notamment dans ses articles dans la presse juive américaine, des arguments similaires à l’encontre du pouvoir soviétique, à qui il reproche son obsession anti-religieuse (1930 : 80).

31Leshchinsky suggère aussi parfois que la religion peut avoir un rôle économique positif. Dans son livre sur la situation économique des Juifs polonais, il consacre un chapitre à l’étude du profil et des caractéristiques sociales des entrepreneurs juifs à Białystok et Łódź. Il constate que ces derniers sont majoritairement d’origine populaire, et accorde une attention particulière à leur éducation. Leshchinsky observe que 95 des 100 entrepreneurs juifs les plus importants dans les deux villes ont été élèves au kheyder, certains poursuivant même dans les yeshivot, et que très peu d’entre eux, par conséquent, ont reçu une éducation séculière (Leshchinsky, 1931 : 74). À partir d’exemples de biographies individuelles, Leshchinsky suggère que l’éducation traditionnelle religieuse juive n’empêche pas l’adaptation à la vie économique moderne : au contraire, l’origine populaire et la solide culture religieuse chez des individus cherchant à fuir la misère de leurs shtetlekh seraient à l’origine d’un « esprit entrepreneurial » et favoriseraient la prise d’initiative en matière économique (ibid. : 80-82).

L’« autel de l’assimilation » : religion et peur du déclin démographique

32 La place importante occupée par le religieux dans les travaux de Leshchinsky apparaît le plus clairement dans ses analyses démographiques. Ces enjeux sont, on l’a vu, centraux dans les sciences sociales juives. Comme l’a montré Hart à propos des statistiques allemandes du début du xxe siècle, cette préoccupation s’explique par une inquiétude largement partagée vis-à-vis du déclin numérique des populations juives en Europe occidentale. C’est particulièrement le cas en Allemagne, où les recensements semblent indiquer, à partir de la fin du xixe siècle, un fort ralentissement de la natalité chez les Juifs, entraînant une diminution relative de leur nombre (Hart, 2000). Cette « peur du déclin démographique » n’est pas spécifique aux Juifs : elle fait alors l’objet de nombreux fantasmes en Europe, notamment en France (Teitelbaum, 1985). Elle donne lieu, dans les milieux intellectuels juifs allemands, à une littérature dite de la « dissolution et de la désintégration » (Auflösungsliteratur), qui développe ce thème d’une « décadence » démographique, mais aussi plus généralement culturelle et sociale (Hart, 2000 : 144). Ses deux principaux représentants sont Arthur Ruppin, premier éditeur du Zeitschrift entre 1905 et 1908, et Felix Theilhaber, qui contribue régulièrement à ce même journal ; ces deux auteurs publient respectivement deux livres importants de cette littérature, intitulés Les Juifs d’aujourd’hui (1904) et Le déclin des Juifs allemands (1911).

33Leshchinsky s’inscrit dans cette tradition de démographes juifs, inquiets par le déclin des populations juives en Europe occidentale. Schématiquement, on peut considérer que ce dernier envisage deux principales causes à ce déclin démographique : d’une part, ce qu’il appelle le « néomalthusianisme » (Leshchinsky, 1926 : 49), c’est-à-dire la volonté de limiter les naissances au sein des populations juives restant juives ; d’autre part, les conversions et les mariages mixtes, qui représentent des cas de « sortie du judaïsme ». Mais dans les deux cas, les considérations religieuses sont déterminantes : la baisse quantitative des populations juives est traitée à travers le prisme de l’assimilation, elle-même largement expliquée par l’affaiblissement des traditions religieuses.

34 La question de l’assimilation et de son impact démographique est traitée par exemple par Leshchinsky dans une série d’articles sur la conversion, publiée en hébreu dans le journal Ha-Olam (Leshchinsky, 1911a, b, c). Leshchinsky y considère que la conversion n’est qu’un épiphénomène d’une tendance plus générale au rapprochement culturel et religieux entre juifs et non-juifs : « L’antichambre de la conversion est l’assimilation, et l’assimilation débute avec le rapprochement à la culture [non-juive, chrétienne] […], c’est-à-dire la réception de leur langue, littérature, coutumes, fêtes, conventions, réflexions, opinions » (Leshchinsky, 1911b : 5). Comme Theilhaber ou Ruppin, Leshchinsky considère que la concentration urbaine est responsable en grande partie de l’assimilation, qui « commence dans la grande ville, et y trouve des conditions très favorables pour son développement » (ibid.). Leshchinsky appuie son argument sur des statistiques qui semblent indiquer un effet positif de la taille de la ville sur le nombre de conversions (ibid. : 6).

35Cependant, l’effet de la grande ville sur l’assimilation apparaît ambivalent dans les écrits de Leshchinsky. Les grandes villes, d’un côté, rapprochent culturellement Juifs et non-Juifs, mais d’un autre côté « la concentration dans les grandes communautés pour les Juifs apporte avec elle le développement du sentiment national » (ibid.). L’enjeu n’est donc pas de savoir si les Juifs habitent dans des grandes villes, mais plutôt de savoir si celles-ci assurent ou non le maintien des traditions culturelles, et religieuses en particulier. Si la tendance générale, pour Leshchinsky, est que « plus grande est la ville, plus faible est la natalité » (Leshchinsky, 1926 : 69), celui-ci considère aussi, à l’appui de ses analyses démographiques, que certaines villes, comme Minsk ou Vilnius, sont les gardiennes « des meilleures traditions juives familiales » (ibid.).

36Ce point de vue implique évidemment une forme de conservatisme, qui concerne en particulier la conception du rôle de la femme juive dans le maintien de ces traditions. Dans une série d’articles sur la démographie des Juifs en Allemagne, Leshchinsky écrit ainsi :

Toute la vertu de la vie familiale, dans laquelle les enfants d’Israël ont excellé pendant longtemps, était dépendante dans une grande mesure de la femme juive. […] Il n’y pas de doute qu’il revient à la femme juive une grande part de ce péché [consistant à diminuer la natalité en Allemagne]. Les causes de cet état, vues précédemment, sont : la concentration des Juifs dans les grandes villes, leur vie culturelle de classes supérieures et moyennes […]. Par conséquent, ils diminuent le nombre de leurs enfants pour apporter à ceux-ci le niveau culturel et social souhaité. Et ces mêmes causes expliquent que la femme juive doive participer aussi à la guerre pour l’existence (Leshchinsky, 1912 : 5-6).

  • 18 Voir en particulier les chapitres 7, 8, 9 dans Les Juifs d’aujourd’hui (Ruppin, 1911 : 104-153).

37 Cette idée de l’emploi féminin comme menace pour les traditions religieuses et la vie de famille est là aussi très typique de la littérature de l’Auflösung, et développée en particulier par Theilhaber dans le cinquième chapitre du Déclin des Juifs allemands (1911 : 118-135). Plus généralement, le thème d’une dissolution morale, religieuse, démographique est aussi largement présent chez Ruppin18. En revanche, Leshchinsky se distingue, dans ses écrits, du pessimisme de ces deux auteurs en mettant en avant la vitalité « biologique », c’est-à-dire démographique, du peuple juif en Europe orientale. Dans la conclusion de son ouvrage sur la démographie juive de 1926, il s’oppose ainsi à Ruppin, en soutenant que la prétendue « dégénération des Juifs en Diaspora […] n’est pas fondée biologiquement. Certainement, il y a dans l’arbre de vie juif-national (jüdischen nationalen Lebensbaum) des branches flétries ou en voie de l’être, qui s’éloignent des racines de cet arbre et ont cessé de nourrir sa sève vitale, mais le peuple juif oriental se montre sain et fertile » (Leshchinsky, 1926 : 154).

  • 19 Voir, par exemple, Leshchinsky, 1955 : 66.

38Cette métaphore biologique de l’« arbre » du peuple juif, qui pourrait effectivement « dégénérer s’il ne recevait pas le flux constant de sang neuf des Juifs orientaux » (ibid. : 49), est récurrente chez Leshchinsky19. Or, de ce point de vue démographique, la préservation des traditions religieuses est toujours considérée comme déterminante par Leshchinsky : si « la destruction de l’assimilation [asimilatsye-khurbn] a été la plus faible chez les Juifs polonais », c’est parce que leur « héritage national est resté effectif » (Leshchinsky, [1933a] 1947 : 16), cette préservation s’expliquant notamment par le très fort développement du système d’éducation « traditionnel » juif (Leshchinsky, 1933 : 42).

39Ces discussions prennent évidemment un tout autre sens après la Shoah. En tant que démographe, Leshchinsky est l’un des premiers à estimer le nombre de victimes. Dès 1944, il publie un livre qui vise à fournir des méthodes de recherche sur la « catastrophe juive » (Leshchinsky, 1944). Il avance en janvier 1945 le chiffre de six millions de morts, qui est repris à la une du New York Times (Estraikh, 2007 : 232), et propose une estimation plus détaillée dans un ouvrage de 1948 (Leshchinsky, 1948). Dans ses publications post-seconde guerre mondiale, Leshchinsky s’attache à montrer que la Shoah est une catastrophe démographique non seulement du fait du nombre absolu de morts, mais aussi à cause de l’effet négatif sur l’augmentation naturelle de la population. En effet, selon lui, ce sont les communautés « les plus fécondes » qui ont disparu, là où, par exemple en Tchécoslovaquie, la « religiosité traditionnelle » s’était maintenue et apportait sa « vitalité nationale » au peuple juif (Leshchinsky, 1945 : 118-120). La « catastrophe hitlérienne » est donc une menace pour la continuité de la vie juive en Diaspora (Leshchinsky, 1948: 86-87).

40Ces craintes relatives à la démographie juive en dehors d’Israël ont connu par la suite d’importants développements. En 1965, un an avant la mort de Leshchinsky, le sociologue français Georges Friedmann, dans son livre intitulé Fin du peuple juif ?, prédit que les Juifs vivant en dehors d’Israël finiront par s’assimiler et cesser d’être Juifs (Friedmann, 1965). Cette thèse a été reprise sous une forme proche, plus récemment, par l’historien britannique Bernard Wasserstein, dans son ouvrage Diaspora en disparition (Wasserstein, 1996). Dans les années 1970 et 1980, le débat se polarise progressivement sur le cas des Juifs américains, et en particulier autour de la question des mariages mixtes.

41Comme l’a montré Hart, ces discussions héritent des statistiques juives du début du siècle une fascination pour les données chiffrées, et sont largement façonnées par la production de nouvelles estimations quantitatives. Ainsi, en 1991, le Conseil des Fédérations Juives aux États-Unis publie son enquête décennale, dans laquelle le taux de mariage entre Juifs et non-Juifs est estimé à 58 %. Ce chiffre génère à nouveau une intense controverse, certains estimant qu’il s’agit d’un « nouvel Holocauste » (Hart, 2000 : 1-3), et que les Juifs sont « une espèce en voie de disparition » (Wistrich, 1994 : 25). Plus récemment, en 2013, des débats similaires ont eu lieu à la parution de la première enquête du Pew Research Center, qui estimait que la fécondité des femmes juives aux États-Unis était inférieure à la fois à la moyenne nationale, et au seuil de remplacement (Shain, 2019).

42 En dehors des statistiques, et dans la continuité des travaux de Leshchinsky également, ces inquiétudes démographiques sont aussi associées à une certaine admiration envers les pratiques religieuses dites « traditionnelles » ou, dans des termes plus contemporains, « orthodoxes ». Dans un article intitulé « Est-ce que les Juifs ont un avenir ? », publié dans la revue conservatrice juive américaine Commentary, l’historien Robert Wistrich affirme par exemple que « l’origine du malaise est le sécularisme », et souligne a contrario que les Juifs orthodoxes et ultra-orthodoxes ne connaissent pas de problèmes démographiques avec « leurs mariages arrangés et leurs taux de natalité extrêmement hauts » (Wistrich, 1994 : 25 ; sur un thème proche, voir par exemple Wertheimer, 1994, 2005).

43 Ce type de positionnement évoque un livre que Leshchinsky écrit à la fin de sa carrière, en 1955, Le caractère national du peuple juif en Diaspora. Dans cet ouvrage, Leshchinsky reprend et actualise ce thème du déclin culturel et démographique. Il y regrette que les Juifs se dirigent vers « l’autel [mizbeyekh] de l’assimilation » (Leshchinsky, 1955 : 180) et affirme que « la religion a toujours et sera toujours le rempart le plus solide contre l’assimilation » (ibid. : 138-140). En dépit de ces affirmations, Leshchinsky écrit dans ce même livre : « Je ne vais pas prêcher ici la religiosité, parce que je ne suis pas moi-même religieux » ; et assure qu’il s’efforcera de décrire les phénomènes observés (ibid. : 140). Cet ouvrage, dans lequel Leshchinsky développe probablement plus qu’à l’accoutumée ses opinions personnelles, est intéressant en ce qu’il met clairement en évidence l’attitude paradoxale du démographe juif face à la religion : s’inquiétant en tant que Juif du déclin ou de l’éventuelle disparation de son objet de recherche, qu’il prétend cependant objectiver en tant que statisticien, il est conduit à défendre une forme d’attachement personnelle, subjective et parfois sentimentale à des formes qu’il juge « traditionnelles » de la religion juive.

*
* *

44La conception, défendue par Leshchinsky, des statistiques juives comme devant être « au service du peuple juif », se distingue de la vocation initiale de ces dernières, qui étaient, au départ, essentiellement conçues comme des outils de gestion au service des communautés juives et de leurs dirigeants. Cette conception introduit également une rupture vis-à-vis des statisticien·ne·s juifs et juives en Allemagne qui, dans une perspective sioniste, envisageaient les sciences sociales juives comme des instruments au service du futur État juif en Palestine. Relativement à ces auteurs souvent très assimilés, Leshchinsky veut remettre les « masses juives » d’Europe orientale, dont il est lui-même issu, au centre de son analyse.

45La relative absence de la religion en tant que thème dans les périodiques statistiques juifs masque la place importante que celle-ci occupe en tant que problème ou question. Il apparaît d’abord clairement que la relative indifférence manifestée par Leshchinsky autour des questions méthodologiques de définition de ce qui fait un « juif » traduit la conviction profonde que le peuple juif, en tant qu’objet statistique, est une catégorie qui est solidairement nationale, économique, démographique, mais également religieuse. Si les Juifs forment une minorité à part, dont il convient d’isoler l’étude de ses lois particulières et spécifiques, c’est aussi parce que cette minorité nationale se singularise par ses rites et ses croyances religieuses, auxquelles sont associées de façon inséparable leurs distinctions économique, sociale, culturelle ou politique.

46L’importance de la question religieuse pour Leshchinsky se traduit dans ses analyses économiques et sociales par une attitude plus accommodante et bienveillante envers les pratiques religieuses, relativement à ses prédécesseurs « éclairés » (maskilim) et à tous ses contemporains participant aux affaires publiques de la communauté juive. La défense des traditions religieuses distingue Leshchinsky des réformateurs sociaux qui, à l’inverse, tiennent ces traditions responsables de l’arriération économique des juifs. Le rôle central de la religion chez Leshchinsky apparait sans doute encore plus clairement dans le traitement des questions démographiques. Leshchinsky, comme l’immense majorité des démographes juifs de son époque, s’inquiète du déclin numérique des populations juives en Europe. Ce déclin, selon lui, est surtout l’effet de la décadence « culturelle » que représente l’assimilation, et donc du déclin de qu’il considère comme étant les traditions religieuses du judaïsme. Ces analyses et préoccupations ont une postérité importante après la Shoah. L’éventuelle disparition de la vie juive en Diaspora fait régulièrement l’objet de controverses, particulièrement aux États-Unis. Ces discussions partagent avec les travaux de Leshchinsky d’une part une fascination pour la quantification, et d’autre part une admiration non dissimulée pour les normes pro-natalistes du judaïsme dit traditionnel ou orthodoxe.

Des statistiques « pour le peuple juif » en Europe orientale : enjeux culturels et religieux

47Dans un article publié en 1912 dans le journal sioniste Ha-olam, Leshchinsky critique la place excessive qu’occupe, selon lui, l’étude des juifs allemands au sein des statistiques juives : « Il y a de quoi s’étonner de ceux qui disent (Ruppin, et d’autres) que le problème du peuple juif allemand peut être utilisé comme indice pour l’avenir du peuple juif en Russie. Ils font une erreur fondamentale, car ils ne font pas ainsi attention à la loi particulière de la quantité » (Leshchinsky, 1912 : 8). Pour Leshchinsky, il faut placer au centre de l’analyse les populations juives à l’Est, en Russie, et considérer celles-ci comme « norme » et leurs tendances comme typiques. Celles-ci représentent en effet, selon ses estimations, au début du siècle, plus de six millions d’individus et plus de la moitié de la population juive mondiale, contre « seulement » un peu plus de 600 000 Juifs en Allemagne, soit environ 5 % de la population juive mondiale (Leshchinsky, 1922 : 17). Leshchinsky parle ici, en 1912, de Juifs vivant en Russie, ce qui inclut, avant la chute du régime tsariste, de nombreux pays étrangers aux frontières ultérieures et actuelles de la Russie (notamment, Pologne, Ukraine, Lituanie). Plus généralement et par la suite, Leshchinsky désigne ces populations comme « Juifs d’Europe orientale » ou plus directement « Juifs de l’Est » ou « Juifs orientaux » (mizrekh yidn en yiddish), dont il veut faire l’objet à la fois central et typique des statistiques juives.

48Leshchinsky justifie ici ce primat accordé aux Juifs orientaux par leur importance démographique. Mais cette importance accordée aux masses juives à l’Est s’explique aussi par la volonté de faire des statistiques « pour » ces populations, et de faire des données chiffrées un outil au service de leur émancipation. Cette ambition doit être comprise à la lumière du contexte particulier dans lequel se situent alors les Juifs en Russie. L’industrialisation du pays, qui débute dans les années 1860-1870, entraîne un processus général d’appauvrissement et de déclassement pour les Juifs, dont l’activité économique se concentre dans l’artisanat et les métiers d’intermédiation entre les villes et les campagnes (Kahan, 1986 : 44-45). À la différence des paysans libérés du servage, les Juifs subissent de nombreuses discriminations légales. En dehors de quelques rares exceptions, il leur est en particulier interdit, depuis 1791, de s’installer en dehors de la « zone de résidence », un territoire limité aux parties occidentales de l’Empire (ibid. : 35).

  • 20 De fait, les responsables du recensement russe utilisent principalement le critère linguistique po (...)

49Ces difficultés s’aggravent après la vague de pogromes de 1881, à la suite de laquelle le pouvoir tsariste renforce les restrictions de résidence, puis introduit de nombreuses autres mesures discriminatoires (Frankel, 1984 ; Mendelsohn, 1970 ; Klier, Lambroza, 1992). Dans ce contexte, les Juifs sont très nettement distingués du reste de la population. Le recensement russe de 1897 les classe comme minorité nationale, et fait apparaitre que le yiddish, et non le russe, est la langue maternelle de la quasi-totalité d’entre eux20. La différence entre Juifs et non-Juifs est donc à la fois culturelle, religieuse, linguistique, mais se constate aussi dans les territoires de résidence, le choix des métiers, ou les vêtements (Stern, 2018 : 10-11).

  • 21 Sur les relations entre le Bund, le sionisme et le sionisme socialiste, voir Mendelsohn, 1970 ; Fr (...)

50La conjonction d’une forte différenciation des Juifs, et d’une dégradation de leur situation économique, favorise le développement de deux nouvelles idéologies politiques, le sionisme et le socialisme. Influencé à ses débuts par le sionisme dit « culturel » de Ahad Ha-Am, Leshchinsky émerge, dans les années qui précèdent la Révolution de 1905, comme l’un des principaux leaders du sionisme socialiste, lequel vise à opérer une synthèse entre le nationalisme juif et le marxisme. En 1904, il participe à la création du parti sioniste-socialiste en Russie, lequel défend l’idée que les travailleurs juifs sont aliénés à la fois en tant que travailleurs dans la lutte des classes et comme Juifs dans la « lutte des nations » (Guterman, 1985 ; Vallois, 2021c). Ce parti se distingue du Bund, qui est alors le principal mouvement ouvrier juif en Russie, en défendant l’idée d’une autonomie politique et la nécessité d’un territoire politique propre aux Juifs21.

51Le parti sioniste-socialiste de Leshchinsky est également connu pour son opposition « territorialiste » à l’organisation sioniste mondiale, laquelle nait d’un schisme au sein du mouvement sioniste. En 1903, lors du sixième congrès de Bâle, lors duquel Theodor Herzl a introduit la proposition connue sous le nom de « Plan Ouganda », un projet visant à créer un territoire national juif sur une portion de territoire dans l’est de l’Afrique contrôlé par l’Empire britannique. Leshchinsky rejoint le camp dissident des sionistes « territorialistes », pour qui la détresse des Juifs en Russie, les pogromes – celui de Kishinev a lieu la même année – exigent une réponse immédiate, et ne sauraient attendre la réalisation d’un hypothétique projet de colonisation de la Palestine (Manor, 1961 : 42). Les territorialistes défendent donc la concentration des Juifs sur un territoire en dehors du « pays d’Israël » (Alroey, 2011).

  • 22 ORT signifie, en français, « Société pour la promotion du travail artisanal et agricole pour les J (...)

52Leshchinsky s’éloigne progressivement de la vie politique à la fin des années 1900, et à la fin de la décennie suivante, il se concentre exclusivement sur ses recherches. Il se spécialise dans la production de statistiques pour les organismes de secours et d’aides aux Juifs dans l’entre-deux-guerres. En effet, les populations juives d’Europe orientale sont alors sévèrement touchées par le conflit mondial, puis par la guerre civile et les pogromes en Russie, qui entraînent de nombreuses victimes et d’importants déplacements de populations. Les diverses associations visant à offrir une aide à ces populations voient leur activité s’intensifier, et ont alors besoin d’informations statistiques pour coordonner leurs activités (Saß, 2012 : 203-233). Dès 1914, Leshchinsky dirige ainsi le bureau statistique de l’ORT, une organisation qui cherche à améliorer l’emploi et la formation professionnelle des travailleurs juifs22 (Estraikh, 2009 : 8). Il est aussi l’un des principaux chercheurs – avec Elias Tcherikower, qui est nommé plus tard directeur du département d’histoire du YIVO – à documenter la vague de pogromes en Ukraine entre 1917 et 1921. En 1921, Leshchinsky s’installe à Berlin et collabore avec plusieurs organisations importantes d’aides aux Juifs orientaux qui s’établissent alors dans la capitale allemande (Saß, 2012 : 203-233), notamment l’EKOPO (Comité juif pour l’aide aux victimes de guerre). À Berlin, Leshchinsky est également actif dans les sociétés visant à organiser l’émigration juive, en particulier la Société d’aide aux immigrants juifs (Hebrew Immigrant Aid Society) et Emigdirekt, lesquelles publient deux de ses ouvrages (Leshchinsky, 1927, 1929).

53 Ces organisations utilisent les statistiques non seulement pour planifier et coordonner l’aide aux réfugiés, mais aussi pour alerter l’opinion publique. C’est le cas notamment du Comité des délégations juives, créé à la fin de la guerre pour défendre les droits des minorités juives dans les négociations pour la paix, et qui cherche à attirer l’attention des États sur la situation dramatique des Juifs en Europe de l’Est (Granick, 2012). Ce comité publie deux livres de Leshchinsky sur « la destruction économique des Juifs après la guerre mondiale en Europe centrale et orientale » (Leshchinsky, 1934) et sur « la catastrophe économique des Juifs en Allemagne et en Pologne » (Leshchinsky, 1936). La Conférence Universelle de Secours, créée à l’initiative du Comité des délégations juives, finance par ailleurs les Bleter, journal de statistique édité par Leshchinsky entre 1923 et 1925.

54En parallèle, Leshchinsky travaille comme journaliste et fournit régulièrement des données chiffrées à son lectorat au sujet de la situation souvent critique des Juifs orientaux, tout en dénonçant l’inaction des responsables politiques juifs et non-juifs. Figure publique, il contribue régulièrement dans les principaux journaux juifs publiés en Pologne et en Russie. Entre 1921 et 1933, Leshchinsky est chef du bureau européen du journal juif américain Forverts, alors le plus important quotidien juif dans le monde. Ce poste lui assure une forte visibilité et une place incontournable dans le milieu des intellectuels juifs est-européens à Berlin (Estraikh, 2017).

55Les engagements politiques de Leshchinsky sont dans la période de l’entre-deux-guerres assez fluctuants (Mahler, 1967 : 193-194). Il participe très brièvement à la création du Parti Socialiste Juif Unifié en 1917, qui signale la conversion de Leshchinsky à l’autonomisme ou « nationalisme de la Diaspora », lequel vise la défense des droits des Juifs en tant que minorité nationale dans leurs pays de résidence (Rabinovitch, 2012). En effet, en 1917, cette option paraît relativement plus réaliste, avec l’espoir d’une démocratisation de la Russie (Mintz, 2010), et alors que les projets territorialistes semblent dans une impasse (Alroey, 2011). Leshchinsky abandonne ensuite toute affiliation politique mais son attitude favorable à l’égard de l’autonomisme le conduit à se rapprocher du Bund. Leshchinsky continue à se montrer critique à l’égard du sionisme dans les années 1920, mais finit par s’en rapprocher dans les années 1930, tout en continuant à soutenir les initiatives territorialistes dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale (Alroey, 2006 ; Vallois, 2021d).

  • 23 Leshchinsky est lui-même survivant d’un pogrome en Ukraine (Estraikh, 2017 : 149).

56Par-delà ces revirements, la position politique de Leshchinsky conserve une certaine cohérence cependant et peut être caractérisée comme étant « nationalitaire », au sens où il reconnaît et soutient le principe d’une nationalité des Juifs, sans forcément défendre toujours l’idée d’un État et d’un territoire national, à l’inverse du sionisme, expression d’un nationalisme juif. Deux éléments structurants ressortent en particulier du parcours politique et scientifique de Leshchinsky : d’une part, l’expression d’un sentiment d’urgence face à la détresse des Juifs en Europe orientale, avec une sensibilité particulière pour la question des pogromes23 et, d’autre part, l’idée d’utiliser les statistiques économiques et sociales non seulement comme outil d’enquête, mais aussi comme instrument de construction pour la « conscience nationale » des Juifs. C’est donc très naturellement que Leshchinsky participe à la création du YIVO en 1925, dont la quasi-totalité des fondateurs sont largement influencés par le « nationalisme de la Diaspora » (Kuznitz, 2014 : 1-16) et par l’autonomisme, dans la version défendue par l’historien Simon Doubnov, lui-même un proche de Leshchinsky à Berlin. Dans cette perspective nationalitaire, le YIVO est conçu à sa création en 1925 comme un lieu de valorisation et préservation du patrimoine culturel juif au sens large, en particulier dans les domaines linguistique et littéraire, mais aussi social et économique, la réalisation d’enquêtes sur la vie quotidienne des populations juives dans les régions yiddishophones étant envisagée aussi comme participant de cette démarche de construction et de prise de conscience nationale.

  • 24 Ma traduction est imparfaite, car il n’existe pas d’équivalent en français : à l’inverse de l’angl (...)

57Cet activisme scientifique et politique se reflète dans la relation de proximité assumée qu’entretient Leshchinsky avec son objet de recherche. Leshchinsky désigne souvent le peuple juif – dont il souhaite servir les intérêts – à la première personne du pluriel comme « notre peuple ». Par ailleurs, il ne pose que très rarement, voire pas du tout, la question de savoir pourquoi et comment les Juifs doivent être constitués comme catégorie statistique. Pour lui, il va de soi que le « peuple juif », en tant que nation ou minorité nationale distincte, doit faire l’objet d’un enregistrement statistique à part. Ce sentiment d’évidence face à la catégorie statistique s’accompagne d’une relative indifférence vis-à-vis des termes utilisés. Dans ses livres et ses articles, Leshchinsky, comme beaucoup de statisticiens qui contribuent dans ses périodiques, emploie de façon équivalente les expressions de peuple, nation, minorité nationale juive, ou simplement de Juifs. Plus fréquemment, Leshchinsky utilise les termes de yadahut en hébreu, Judentum/yidntum en allemand et en yiddish, forme substantive de juif/juive, que je traduis ici imparfaitement par « peuple juif », et qui sert à désigner collectivement les juifs en tant que groupe ou communauté24.

58Pour Leshchinsky, ce qui fonde l’unité de l’objet de ses recherches n’est pas le judaïsme ou la culture juive, mais la dimension économique et matérielle du peuple juif. Dans une revue de littérature consacrée à la statistique et l’économique juive, Leshchinsky distingue ainsi ces deux dernières disciplines – auxquelles il s’identifie – de l’histoire culturelle et religieuse des Juifs, qui n’a pas de difficulté à recomposer l’unité de son objet, malgré la Diaspora, en s’appuyant sur « l’unité de la Torah et de la tradition ». À l’inverse, la statistique juive examine la vie matérielle, « ce qui fait du Juif un homo œconomicus » (Leshchinsky, 1933b :152-153). Cette affirmation renvoie à un motif d’opposition récurrent au sein d’un courant plus large d’historiographie marxiste, dans lequel Leshchinsky peut être classé aux côtés d’historiens comme Raphael Mahler ou Emmanuel Ringelblum. Ces auteurs adoptent en effet une posture polémique envers le courant allemand de la Science du Judaïsme (Wissenschaft des Judentums), né au début du xixe siècle, auquel ils reprochent de ne s’intéresser qu’au « Juif de shabbat » et non à celui qui travaille, c’est-à-dire de négliger les aspects matériels et économiques de l’histoire juive (Navon, 2020).

  • 25 C’est essentiellement selon ce critère que sont distingués au YIVO les départements d’histoire d’u (...)

59Cependant, la science « matérialiste » du judaïsme est dans le projet de Leshchinsky, à la différence de Mahler ou Ringelblum, nettement distinguée de l’histoire en ce qu’elle s’appuie sur des données chiffrées récentes25. Surtout, la statistique juive n’a pour Leshchinsky pas du tout vocation à ignorer ou reléguer au second plan l’identité religieuse propre au peuple juif, qu’il considère comme une donnée constitutive de son objet de recherche. À la différence des institutions culturelles juives qui apparaissent en Union Soviétique dans les années 1920, Leshchinsky ne cherche pas à promouvoir une culture et une langue juives sécularisées, épurées de leurs références à la religion (Estraikh, 1999 ; Shneer, 2004). Par exemple, dans l’un de ses livres, Au bord du gouffre (1933), Leshchinsky fait l’éloge d’un « conservatisme sain, religieux et national » du « peuple juif polonais », qui « par ses traditions d’une part, et par son obstination et sa fidélité nationale d’autre part […] sert d’exemple pour toutes les autres communautés juives » (Leshchinsky, 1933 : 53-54).

  • 26 Leshchinsky à la direction de l’enseignement du canton de Zürich, 13 mai 1911, R.G. 339, Archives (...)
  • 27 Leshchinsky au doyen de la faculté des sciences de Zürich, 1911, R.G. 339, folder 125.

60Cet attachement aux traditions religieuses s’explique aussi par la trajectoire personnelle de Leshchinsky. Ce dernier est en effet issu d’une famille très peu assimilée, comme cela était souvent le cas plus généralement pour la plupart des intellectuels sionistes-socialistes de sa génération (Brym, 1978). Leshchinsky n’accède ni au lycée ni à l’université russe mais au kheyder, puis à la yeshiva (centre d’études religieuses) de Tcherkas. Il étudie alors exclusivement « le Talmud et le reste de la littérature hébraïque »26 et se destine à être rabbin. Ce n’est qu’à l’âge de vingt ans qu’il découvre « qu’il existe une science en dehors du Talmud »27.

  • 28 Dans le judaïsme rabbinique, la Mishna est le premier recueil de la loi orale ; la Gemara est un c (...)
  • 29 « Yakov Leshchinsky – Sauvez le YIVO ! », non daté, R.G. 1.1, folder 511.

61À la différence de la plupart des statisticiens allemands, Leshchinsky a donc grandi dans un environnement religieux, avec lequel il assume et revendique sa proximité. Dans un appel à soutenir le YIVO, Leshchinsky établit ainsi un lien entre l’étude des textes sacrés du judaïsme et la science des statistiques juives. Il commence par raconter dans ce texte que son père, petit commerçant, avait pour habitude, lorsque la conduite des affaires au magasin était trop pénible, de partir « étudier une feuille de Gemara ou un chapitre de Mishna » pour « s’élever au-dessus des soucis quotidiens »28. Si sa propre génération, regrette Leshchinsky, a malheureusement abandonné « l’approfondissement intellectuel des plus belles et meilleures traditions » religieuses, la science produite par le YIVO peut et doit être pour le peuple juif comme « ce feuillet de Gemara, qui doit permettre de [se] détacher du cauchemar des pogromes », et de contempler depuis une perspective plus haute « les soucis quotidiens » et les « affres de la pauvreté »29.

  • 30 Voir le recueil d’articles intitulé Entre la vie et la mort (Leshchinsky, 1930).

62 Au-delà des aspects rhétoriques de ce texte, l’attachement aux traditions religieuses se traduit concrètement, chez Leshchinsky, dans les formes que prennent ses recherches de statistiques juives, en particulier dans le choix de la langue. Après avoir brièvement écrit en hébreu au début de sa carrière, il se tourne ensuite principalement vers le yiddish. Or le yiddish, en tant que langue, se caractérise par une forme de « bilinguisme interne », avec de nombreuses références à des expressions en hébreu ou araméen extraites des textes sacrés du judaïsme (Harshav, 1990). Il serait trop long d’en faire un recensement exhaustif, mais on peut souligner que Leshchinsky, dans ses publications en yiddish, conserve dans son écriture ces aspects caractéristiques du yiddish « populaire » et ce jeu d’intertextualité avec la culture religieuse. Cela est particulièrement le cas dans les articles que Leshchinsky écrit pour la presse30, mais aussi dans ses contributions scientifiques, en particulier dans Yiddishe ekonomik, le journal de statistiques publié par le YIVO. Bien que ce périodique soit conçu comme un organe scientifique, Leshchinsky y cite régulièrement la Bible (Leshchinsky, 1937b : 131 ; 1937c : 164) ou des expressions talmudiques (Leshchinsky, 1937a : 7,9 ; 1938b : 159). Il ouvre par exemple la deuxième partie d’une série d’articles sur « Les Juifs à Varsovie et Łódź » par la formule suivante, extraite du Talmud : « Il n’y a pas de plus tôt ni de plus tard dans la Torah » [‘ein mukdam u-me’uhar ba-Torah], qui signifie qu’il n’y pas d’ordre chronologique à respecter dans la lecture de la Torah. Leshchinsky avait en effet dans son article précédent fourni de manière inachevée des données sur Varsovie, mais a reçu ensuite les données du recensement sur Łódź. Il explique ainsi à ses lecteurs que « la statistique est aussi une toyre [Torah, ici à comprendre comme théorie ou science], et nous nous permettrons, avant d’avoir terminé le travail sur Varsovie, de nous arrêter rapidement sur Łódź, avant de comparer les deux villes » (Leshchinsky, 1938a : 44-45).

« Productivisation », maskilim et polémiques anti-religieuses

63 Leshchinsky exprime dans ses recherches statistiques une forme d’attachement aux traditions religieuses qui correspond, on l’a vu, à une conception nationalitaire du peuple juif. La relative valorisation des formes dites « traditionnelles » du judaïsme doit aussi être comprise comme une distanciation polémique vis-à-vis des les « éclairés » juifs (maskilim), participants aux « Lumières juives » (Haskala) aux xviiie et xixe siècles. Cette opposition se manifeste en particulier dans le traitement des questions économiques. Les discussions renvoient ici à un débat plus ancien autour du rôle économique des Juifs dans les sociétés européennes. Dès les xviie et xviiie siècles, des réformateurs – juifs et non-juifs – discutent et défendent l’idée d’une « productivisation » des populations juives, c’est-à-dire de leur mise au travail dit « productif », dans l’agriculture ou l’industrie, en les détournant des activités commerciales dans lesquelles ils sont considérés comme étant excessivement concentrés (Karp, 2008). Parmi ces premières générations de réformateurs, les maskilim se montrent souvent très critiques envers certaines traditions religieuses, et le hassidisme en particulier, qu’ils jugent responsables de l’arriération économique et sociale des Juifs orientaux.

64 Leshchinsky hérite d’un certain nombre de ces présupposés « productivistes ». Dans ses analyses économiques, il considère ainsi que les métiers relevant du personnel religieux (kleykodesh) appartiennent, comme la plupart des activités commerciales, à la catégorie des « métiers improductifs et d’intermédiation » (Leshchinsky, 1928 : 56 ; 1929 : 9).

65Néanmoins, Leshchinsky est également représentatif d’une génération de réformateurs sociaux qui cherchent à éviter les polémiques anti-religieuses jugées excessives de leurs prédécesseurs « éclairés », dont ils cherchent à se distinguer. Il reproche aux maskilim leur traitement « moral » de la question religieuse, trop théorique et abstrait, et par conséquent sans prise réelle sur les masses juives : « La plupart des maskilim voulaient réformer les Juifs, […] en faire des citoyens utiles […]. En dehors de quelques exceptions, leurs idées et leurs projets sont demeurés un ciel lointain pour les masses juives, qui sont restées enfoncées profondément dans les ténèbres avec leurs tsadikim et leurs rabbins » (Leshchinsky, 1928: 30 ; pour des arguments similaires, voir Leshchinsky, 1921, 1929). Leshchinsky formule des critiques similaires, plus généralement, contre tous les klal tuer, c’est-à-dire toutes les personnes actives dans les affaires publiques de la communauté juive : philanthropes, responsables religieux, réformateurs, activistes politiques de diverses tendances. Pour Leshchinsky, ces klal tuer sont largement ignorants des enjeux économiques et sociaux du peuple juif (Leshchinsky, 1912c).

  • 31 L’autre étant le yiddish.

66Ce genre d’affirmation polémique est relativement banal à cette époque. Dès les années 1870, des intellectuels juifs russes radicaux prennent leurs distances avec le discours jugé excessivement « moral » de la Haskala, en cherchant à examiner les causes réelles, économiques et sociales, à la pauvreté des Juifs (Stern, 2018). L’attribution, par exemple, d’une valeur positive au hassidisme, dans lequel Leshchinsky voit l’un des deux apports culturels fondamentaux des Juifs polonais (Leshchinsky, 1955 : 67)31, est ainsi caractéristique, chez les auteurs de la mouvance nationale en Diaspora, et à la suite de Doubnov en particulier, d’une volonté de se rapprocher du peuple et de ses traditions religieuses. Leshchinsky innove cependant en centrant le débat sur des données statistiques, qui précisément selon lui, fournissent une connaissance concrète et matérielle de la vie juive. Dans son livre de 1906, intitulé Le travailleur juif en Russie, Leshchinsky réfute ainsi l’idée selon laquelle l’incapacité des Juifs à intégrer la grande industrie moderne et mécanisée s’expliquerait par leur conservatisme religieux, et en particulier leur refus de travailler le samedi, jour du shabbat. Cette interprétation est développée en particulier dans l’enquête de 1897 sur la situation économique des Juifs en Russie, qui est réalisée par la Jewish Colonization Association, une organisation philanthropique. En reprenant des données de cette même enquête, Leshchinsky montre qu’à l’inverse, les régions les plus « libérées » d’un point de vue religieux, dans le Sud de la Russie, comptent relativement moins de travailleurs dans la grande industrie que les districts plus « pieux » du Nord (Leshchinsky, 1906 : 39-41).

67Bien qu’il admette que la modernité économique implique nécessairement une remise en question des traditions religieuses, le maintien de ces dernières est pour Leshchinsky un « faux problème », auquel les réformateurs ont accordé une importance disproportionnée. Dans les années 1920 et 1930, Leshchinsky développe, notamment dans ses articles dans la presse juive américaine, des arguments similaires à l’encontre du pouvoir soviétique, à qui il reproche son obsession anti-religieuse (1930 : 80).

68Leshchinsky suggère aussi parfois que la religion peut avoir un rôle économique positif. Dans son livre sur la situation économique des Juifs polonais, il consacre un chapitre à l’étude du profil et des caractéristiques sociales des entrepreneurs juifs à Białystok et Łódź. Il constate que ces derniers sont majoritairement d’origine populaire, et accorde une attention particulière à leur éducation. Leshchinsky observe que 95 des 100 entrepreneurs juifs les plus importants dans les deux villes ont été élèves au kheyder, certains poursuivant même dans les yeshivot, et que très peu d’entre eux, par conséquent, ont reçu une éducation séculière (Leshchinsky, 1931 : 74). À partir d’exemples de biographies individuelles, Leshchinsky suggère que l’éducation traditionnelle religieuse juive n’empêche pas l’adaptation à la vie économique moderne : au contraire, l’origine populaire et la solide culture religieuse chez des individus cherchant à fuir la misère de leurs shtetlekh seraient à l’origine d’un « esprit entrepreneurial » et favoriseraient la prise d’initiative en matière économique (ibid. : 80-82).

L’« autel de l’assimilation » : religion et peur du déclin démographique

69 La place importante occupée par le religieux dans les travaux de Leshchinsky apparaît le plus clairement dans ses analyses démographiques. Ces enjeux sont, on l’a vu, centraux dans les sciences sociales juives. Comme l’a montré Hart à propos des statistiques allemandes du début du xxe siècle, cette préoccupation s’explique par une inquiétude largement partagée vis-à-vis du déclin numérique des populations juives en Europe occidentale. C’est particulièrement le cas en Allemagne, où les recensements semblent indiquer, à partir de la fin du xixe siècle, un fort ralentissement de la natalité chez les Juifs, entraînant une diminution relative de leur nombre (Hart, 2000). Cette « peur du déclin démographique » n’est pas spécifique aux Juifs : elle fait alors l’objet de nombreux fantasmes en Europe, notamment en France (Teitelbaum, 1985). Elle donne lieu, dans les milieux intellectuels juifs allemands, à une littérature dite de la « dissolution et de la désintégration » (Auflösungsliteratur), qui développe ce thème d’une « décadence » démographique, mais aussi plus généralement culturelle et sociale (Hart, 2000 : 144). Ses deux principaux représentants sont Arthur Ruppin, premier éditeur du Zeitschrift entre 1905 et 1908, et Felix Theilhaber, qui contribue régulièrement à ce même journal ; ces deux auteurs publient respectivement deux livres importants de cette littérature, intitulés Les Juifs d’aujourd’hui (1904) et Le déclin des Juifs allemands (1911).

70Leshchinsky s’inscrit dans cette tradition de démographes juifs, inquiets par le déclin des populations juives en Europe occidentale. Schématiquement, on peut considérer que ce dernier envisage deux principales causes à ce déclin démographique : d’une part, ce qu’il appelle le « néomalthusianisme » (Leshchinsky, 1926 : 49), c’est-à-dire la volonté de limiter les naissances au sein des populations juives restant juives ; d’autre part, les conversions et les mariages mixtes, qui représentent des cas de « sortie du judaïsme ». Mais dans les deux cas, les considérations religieuses sont déterminantes : la baisse quantitative des populations juives est traitée à travers le prisme de l’assimilation, elle-même largement expliquée par l’affaiblissement des traditions religieuses.

71 La question de l’assimilation et de son impact démographique est traitée par exemple par Leshchinsky dans une série d’articles sur la conversion, publiée en hébreu dans le journal Ha-Olam (Leshchinsky, 1911a, b, c). Leshchinsky y considère que la conversion n’est qu’un épiphénomène d’une tendance plus générale au rapprochement culturel et religieux entre juifs et non-juifs : « L’antichambre de la conversion est l’assimilation, et l’assimilation débute avec le rapprochement à la culture [non-juive, chrétienne] […], c’est-à-dire la réception de leur langue, littérature, coutumes, fêtes, conventions, réflexions, opinions » (Leshchinsky, 1911b : 5). Comme Theilhaber ou Ruppin, Leshchinsky considère que la concentration urbaine est responsable en grande partie de l’assimilation, qui « commence dans la grande ville, et y trouve des conditions très favorables pour son développement » (ibid.). Leshchinsky appuie son argument sur des statistiques qui semblent indiquer un effet positif de la taille de la ville sur le nombre de conversions (ibid. : 6).

72Cependant, l’effet de la grande ville sur l’assimilation apparaît ambivalent dans les écrits de Leshchinsky. Les grandes villes, d’un côté, rapprochent culturellement Juifs et non-Juifs, mais d’un autre côté « la concentration dans les grandes communautés pour les Juifs apporte avec elle le développement du sentiment national » (ibid.). L’enjeu n’est donc pas de savoir si les Juifs habitent dans des grandes villes, mais plutôt de savoir si celles-ci assurent ou non le maintien des traditions culturelles, et religieuses en particulier. Si la tendance générale, pour Leshchinsky, est que « plus grande est la ville, plus faible est la natalité » (Leshchinsky, 1926 : 69), celui-ci considère aussi, à l’appui de ses analyses démographiques, que certaines villes, comme Minsk ou Vilnius, sont les gardiennes « des meilleures traditions juives familiales » (ibid.).

73Ce point de vue implique évidemment une forme de conservatisme, qui concerne en particulier la conception du rôle de la femme juive dans le maintien de ces traditions. Dans une série d’articles sur la démographie des Juifs en Allemagne, Leshchinsky écrit ainsi :

Toute la vertu de la vie familiale, dans laquelle les enfants d’Israël ont excellé pendant longtemps, était dépendante dans une grande mesure de la femme juive. […] Il n’y pas de doute qu’il revient à la femme juive une grande part de ce péché [consistant à diminuer la natalité en Allemagne]. Les causes de cet état, vues précédemment, sont : la concentration des Juifs dans les grandes villes, leur vie culturelle de classes supérieures et moyennes […]. Par conséquent, ils diminuent le nombre de leurs enfants pour apporter à ceux-ci le niveau culturel et social souhaité. Et ces mêmes causes expliquent que la femme juive doive participer aussi à la guerre pour l’existence (Leshchinsky, 1912 : 5-6).

  • 32 Voir en particulier les chapitres 7, 8, 9 dans Les Juifs d’aujourd’hui (Ruppin, 1911 : 104-153).

74 Cette idée de l’emploi féminin comme menace pour les traditions religieuses et la vie de famille est là aussi très typique de la littérature de l’Auflösung, et développée en particulier par Theilhaber dans le cinquième chapitre du Déclin des Juifs allemands (1911 : 118-135). Plus généralement, le thème d’une dissolution morale, religieuse, démographique est aussi largement présent chez Ruppin32. En revanche, Leshchinsky se distingue, dans ses écrits, du pessimisme de ces deux auteurs en mettant en avant la vitalité « biologique », c’est-à-dire démographique, du peuple juif en Europe orientale. Dans la conclusion de son ouvrage sur la démographie juive de 1926, il s’oppose ainsi à Ruppin, en soutenant que la prétendue « dégénération des Juifs en Diaspora […] n’est pas fondée biologiquement. Certainement, il y a dans l’arbre de vie juif-national (jüdischen nationalen Lebensbaum) des branches flétries ou en voie de l’être, qui s’éloignent des racines de cet arbre et ont cessé de nourrir sa sève vitale, mais le peuple juif oriental se montre sain et fertile » (Leshchinsky, 1926 : 154).

  • 33 Voir, par exemple, Leshchinsky, 1955 : 66.

75Cette métaphore biologique de l’« arbre » du peuple juif, qui pourrait effectivement « dégénérer s’il ne recevait pas le flux constant de sang neuf des Juifs orientaux » (ibid. : 49), est récurrente chez Leshchinsky33. Or, de ce point de vue démographique, la préservation des traditions religieuses est toujours considérée comme déterminante par Leshchinsky : si « la destruction de l’assimilation [asimilatsye-khurbn] a été la plus faible chez les Juifs polonais », c’est parce que leur « héritage national est resté effectif » (Leshchinsky, [1933a] 1947 : 16), cette préservation s’expliquant notamment par le très fort développement du système d’éducation « traditionnel » juif (Leshchinsky, 1933 : 42).

76Ces discussions prennent évidemment un tout autre sens après la Shoah. En tant que démographe, Leshchinsky est l’un des premiers à estimer le nombre de victimes. Dès 1944, il publie un livre qui vise à fournir des méthodes de recherche sur la « catastrophe juive » (Leshchinsky, 1944). Il avance en janvier 1945 le chiffre de six millions de morts, qui est repris à la une du New York Times (Estraikh, 2007 : 232), et propose une estimation plus détaillée dans un ouvrage de 1948 (Leshchinsky, 1948). Dans ses publications post-seconde guerre mondiale, Leshchinsky s’attache à montrer que la Shoah est une catastrophe démographique non seulement du fait du nombre absolu de morts, mais aussi à cause de l’effet négatif sur l’augmentation naturelle de la population. En effet, selon lui, ce sont les communautés « les plus fécondes » qui ont disparu, là où, par exemple en Tchécoslovaquie, la « religiosité traditionnelle » s’était maintenue et apportait sa « vitalité nationale » au peuple juif (Leshchinsky, 1945 : 118-120). La « catastrophe hitlérienne » est donc une menace pour la continuité de la vie juive en Diaspora (Leshchinsky, 1948: 86-87).

77Ces craintes relatives à la démographie juive en dehors d’Israël ont connu par la suite d’importants développements. En 1965, un an avant la mort de Leshchinsky, le sociologue français Georges Friedmann, dans son livre intitulé Fin du peuple juif ?, prédit que les Juifs vivant en dehors d’Israël finiront par s’assimiler et cesser d’être Juifs (Friedmann, 1965). Cette thèse a été reprise sous une forme proche, plus récemment, par l’historien britannique Bernard Wasserstein, dans son ouvrage Diaspora en disparition (Wasserstein, 1996). Dans les années 1970 et 1980, le débat se polarise progressivement sur le cas des Juifs américains, et en particulier autour de la question des mariages mixtes.

78Comme l’a montré Hart, ces discussions héritent des statistiques juives du début du siècle une fascination pour les données chiffrées, et sont largement façonnées par la production de nouvelles estimations quantitatives. Ainsi, en 1991, le Conseil des Fédérations Juives aux États-Unis publie son enquête décennale, dans laquelle le taux de mariage entre Juifs et non-Juifs est estimé à 58 %. Ce chiffre génère à nouveau une intense controverse, certains estimant qu’il s’agit d’un « nouvel Holocauste » (Hart, 2000 : 1-3), et que les Juifs sont « une espèce en voie de disparition » (Wistrich, 1994 : 25). Plus récemment, en 2013, des débats similaires ont eu lieu à la parution de la première enquête du Pew Research Center, qui estimait que la fécondité des femmes juives aux États-Unis était inférieure à la fois à la moyenne nationale, et au seuil de remplacement (Shain, 2019).

79 En dehors des statistiques, et dans la continuité des travaux de Leshchinsky également, ces inquiétudes démographiques sont aussi associées à une certaine admiration envers les pratiques religieuses dites « traditionnelles » ou, dans des termes plus contemporains, « orthodoxes ». Dans un article intitulé « Est-ce que les Juifs ont un avenir ? », publié dans la revue conservatrice juive américaine Commentary, l’historien Robert Wistrich affirme par exemple que « l’origine du malaise est le sécularisme », et souligne a contrario que les Juifs orthodoxes et ultra-orthodoxes ne connaissent pas de problèmes démographiques avec « leurs mariages arrangés et leurs taux de natalité extrêmement hauts » (Wistrich, 1994 : 25 ; sur un thème proche, voir par exemple Wertheimer, 1994, 2005).

80 Ce type de positionnement évoque un livre que Leshchinsky écrit à la fin de sa carrière, en 1955, Le caractère national du peuple juif en Diaspora. Dans cet ouvrage, Leshchinsky reprend et actualise ce thème du déclin culturel et démographique. Il y regrette que les Juifs se dirigent vers « l’autel [mizbeyekh] de l’assimilation » (Leshchinsky, 1955 : 180) et affirme que « la religion a toujours et sera toujours le rempart le plus solide contre l’assimilation » (ibid. : 138-140). En dépit de ces affirmations, Leshchinsky écrit dans ce même livre : « Je ne vais pas prêcher ici la religiosité, parce que je ne suis pas moi-même religieux » ; et assure qu’il s’efforcera de décrire les phénomènes observés (ibid. : 140). Cet ouvrage, dans lequel Leshchinsky développe probablement plus qu’à l’accoutumée ses opinions personnelles, est intéressant en ce qu’il met clairement en évidence l’attitude paradoxale du démographe juif face à la religion : s’inquiétant en tant que Juif du déclin ou de l’éventuelle disparation de son objet de recherche, qu’il prétend cependant objectiver en tant que statisticien, il est conduit à défendre une forme d’attachement personnelle, subjective et parfois sentimentale à des formes qu’il juge « traditionnelles » de la religion juive.

*
* *

81La conception, défendue par Leshchinsky, des statistiques juives comme devant être « au service du peuple juif », se distingue de la vocation initiale de ces dernières, qui étaient, au départ, essentiellement conçues comme des outils de gestion au service des communautés juives et de leurs dirigeants. Cette conception introduit également une rupture vis-à-vis des statisticien·ne·s juifs et juives en Allemagne qui, dans une perspective sioniste, envisageaient les sciences sociales juives comme des instruments au service du futur État juif en Palestine. Relativement à ces auteurs souvent très assimilés, Leshchinsky veut remettre les « masses juives » d’Europe orientale, dont il est lui-même issu, au centre de son analyse.

82La relative absence de la religion en tant que thème dans les périodiques statistiques juifs masque la place importante que celle-ci occupe en tant que problème ou question. Il apparaît d’abord clairement que la relative indifférence manifestée par Leshchinsky autour des questions méthodologiques de définition de ce qui fait un « juif » traduit la conviction profonde que le peuple juif, en tant qu’objet statistique, est une catégorie qui est solidairement nationale, économique, démographique, mais également religieuse. Si les Juifs forment une minorité à part, dont il convient d’isoler l’étude de ses lois particulières et spécifiques, c’est aussi parce que cette minorité nationale se singularise par ses rites et ses croyances religieuses, auxquelles sont associées de façon inséparable leurs distinctions économique, sociale, culturelle ou politique.

83L’importance de la question religieuse pour Leshchinsky se traduit dans ses analyses économiques et sociales par une attitude plus accommodante et bienveillante envers les pratiques religieuses, relativement à ses prédécesseurs « éclairés » (maskilim) et à tous ses contemporains participant aux affaires publiques de la communauté juive. La défense des traditions religieuses distingue Leshchinsky des réformateurs sociaux qui, à l’inverse, tiennent ces traditions responsables de l’arriération économique des juifs. Le rôle central de la religion chez Leshchinsky apparait sans doute encore plus clairement dans le traitement des questions démographiques. Leshchinsky, comme l’immense majorité des démographes juifs de son époque, s’inquiète du déclin numérique des populations juives en Europe. Ce déclin, selon lui, est surtout l’effet de la décadence « culturelle » que représente l’assimilation, et donc du déclin de qu’il considère comme étant les traditions religieuses du judaïsme. Ces analyses et préoccupations ont une postérité importante après la Shoah. L’éventuelle disparition de la vie juive en Diaspora fait régulièrement l’objet de controverses, particulièrement aux États-Unis. Ces discussions partagent avec les travaux de Leshchinsky d’une part une fascination pour la quantification, et d’autre part une admiration non dissimulée pour les normes pro-natalistes du judaïsme dit traditionnel ou orthodoxe.

Haut de page

Bibliographie

Alroey Gur, 2006, “Demographers in the Service of the Nation: Liebmann Hersch, Jacob Lestschinsky, and the Early Study of Jewish Migration”, Jewish History, 20, p. 265-282.

Alroey Gur, 2011, “‘Zionism without Zion’? Territorialist Ideology and the Zionist Movement, 1882-1956”, Jewish Social Studies, 18, p. 1-32.

Anilovitsh Yudl, 1936, “Materialn tsu a bibliografye fun Yakov Leshchinsky”, Yivo Bleter, 10, p. 327-339.

Barkan Elazar, 1992, The Retreat of Scientific Racism: Changing Concepts of Race in Britain and the United States between the World Wars, Cambridge, Cambridge University Press.

Bleaman Isaac, 2019, “Guidelines for Yiddish in Bibliographies: A Supplement to YIVO Transliteration”, in geveb, https://ingeveb.org/pedagogy/guidelines-for-yiddish-in-bibliographies, consulté le 17 septembre 2021.

Brym Robert, 1978, Jewish Intelligentsia and Russian Marxism: A Sociological Study of Intellectual Radicalism and Ideological Divergence, Londres, MacMillan.

Brym Robert, 2018, “Yakov Leshchinsky and The Jewish Worker in Russia”, in Y. Leshchinsky, The Jewish Worker in Russia, Bloomington, Slavica Publishers, p. vii-xv.

Béraud Céline, 2010, « Clergé(s) », in D. Hervieu-Léger, R. Azria (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses universitaires de France, p. 152‑157.

Cadiot Juliette, 2004, « Le recensement de 1897. Les limites du contrôle impérial et la représentation des nationalités », Cahiers du monde russe, 45, p. 441-464.

Desrosières Alain, 2005, « Décrire l’État ou explorer la société : les deux sources de la statistique publique », Genèses, 58, p. 4-27.

Dinur Ben-Zion, 1960, “Yakov Leshchinsky u-fa’alto”, in Y. Leshchinsky, Ha-tefutsa ha-yehudit, Jerusalem, Bialik Institute, p. 7-14.

Efron John, 1994, Defenders of the race: Jewish doctors and race science in Fin-de-Siècle Europe, New Haven, Yale University Press.

Estraikh Gennady, 1999, Soviet Yiddish: Language Planning and Linguistic Development, Oxford, Clarendon.

Estraikh Gennady, 2007, “Jacob Lestschinsky: A Yiddishist Dreamer and Social Scientist”, Science in Context, 20, p. 215-237.

Estraikh Gennady, 2009, “Changing ideologies of artisanal ‘productivisation’: ORT in late imperial Russia”, East European Jewish Affairs, 39, p. 3-18.

Estraikh Gennady, 2017, “The Berlin Bureau of the New York Forverts”, in G. Estraikh, M. Krutilov (eds), Yiddish in Weimar Berlin: At the Crossroads of Diaspora Politics and Culture, Abingdon, Routledge, p. 141-162.

Frankel Jonathan, 1984, Prophecy and politics: socialism, nationalism, and the Russian Jews, 1862-1917, New York, Cambridge University Press.

Friedmann Georges, 1965, Fin du peuple juif ?, Paris, Gallimard.

Glikson Paul, 1967, “Jacob Lestschinsky: A Bibliographical Survey”, The Jewish Journal of Sociology, 9, 1, p. 48–57.

Granick Jaclyn, 2012, « Les associations juives à la Société des Nations, 1919-1929 : l’accès sans l’influence », Relations internationales, 3, 151, p. 103-113.

Guterman Alexander, 1985, Ha-miflaga ha-tsiyonit-sotsialistit be-rusya (S.S.) bashanim 1905-1906, Tel Aviv, Peretz.

Harshav Benjamin, 1990, The Meaning of Yiddish, Berkeley, University of California Press.

Hart Mitchell B., 2000, Social science and the politics of modern Jewish identity, Stanford, Stanford University Press.

Kahan Arcadius, 1986, “Impact of Industrialization on the Jews in Tsarist Russia”, in R. Weiss (ed.), Essays in Jewish Social and Economic History, Chicago, University of Chicago Press, p. 1-69.

Karp Jonathan, 2008, The Politics of Jewish Commerce: Economic Thought and Emancipation in Europe, 1638-1848, New York, Cambridge University Press.

Klier John Doyle, Lambroza Shlomo (eds), 1992, Pogroms: Anti-Jewish violence in modern Russian history, Cambridge, Cambridge University Press.

Kuznitz Cecile E., 2014, YIVO and the Making of Modern Jewish Culture: Scholarship for the Yiddish Nation, Cambridge, Cambridge University Press.

Lawin M., 1905, “Der Cheder-Unterricht in Rußland”, Zeitschrift, 1, 9, p.6-10.

Leshchinsky Yakov, 1906, Der yiddishe arbeter in rusland, Vilna, Tskukunft.

Leshchinsky Yakov, 1911a, “Ha-shmad be-artsot shonot”, Ha-olam, 19 janvier.

Leshchinsky Yakov, 1911b, “Ha-shmad be-artsot shonot”, Ha-olam, 8 février.

Leshchinsky Yakov, 1911c, “Ha-shmad be-artsot shonot”, Ha-olam, 15 février, 23 février, 9 mars, 16 mars, 23 mars, 29 mars.

Leshchinsky Yakov, 1912, “Ha-yehudim be-germania”, Ha-olam, 19 septembre.

Leshchinsky Yakov, 1921, Dos yiddishe ekonomishe leben in der yiddishe literatur, Varsovie, Kultur Lige.

Leshchinsky Yakov, 1922, Dos yiddishe folk in tsifern, Berlin, Klal.

Leshchinsky Yakov, 1923, “Di oyfgaben fun der yiddisher statistik”, Bleter, 1, p. 1-4.

Leshchinsky Yakov, 1925a, “Di ekonomishe lage fun di yidn in mizrekh-eyrope”, Bleter, 5, p. 81-103.

Leshchinsky Yakov, 1925b, Der emes vegn di yidn in rusland, Berlin, Lutze-Vagt.

Leshchinsky Yakov, 1926, Probleme der Bevölkerungs-Bewegung bei den Juden, Padova, Metron.

Leshchinsky Yakov, 1927, Di yiddishe vanderung far di letste 25 yor, Berlin, Hias-Emigdirekt, 1927.

Leshchinsky Yakov, 1928, “Di entviklung fun yiddishn folk in di letsten 100 yor,” Shriftn, 1, p.1-64.

Leshchinsky Yakov, 1929, Di onhoybn fun der emigratsye un ḳolonizatsye bay yidn in 19-tn yorhundert, Berlin, HIAS-Emigdirekt.

Leshchinsky Yakov, 1930, Tsvishn lebn un toytn – tsen yor yiddish lebn in sovet rusland, Vilnius, Boris Ḳletsḳin.

Leshchinsky Yakov, 1931, Di ekonomishe lage fun yidn in poyln. Berlin, Viktoria.

Leshchinsky Yakov, [1933a] 1947, Oyfn rand fun opgrund. Fun yidishn leben in poyln (1927-1933), Buenos Aires, Tsenṭral Farband fun poylishe yidn in argenṭine.

Leshchinsky Yakov, 1933b, “Naye arbetn oyfn gebit fun yiddisher ekonomik un statistik,” YIVO Bleter, 5, p. 152-157.

Leshchinsky Yakov, 1934, Der yiddisher ekonomisher khurbn nokh der velt-milkhome in mizrekh un tsentral eyrope, Paris, Comité des délégations juives.

Leshchinsky Yakov, 1936, Di ekonomishe katastrofe fun yidn in daytshland un poyln, Paris, Comité des délégations juives.

Leshchinsky Yakov, 1937a, “Der Yidisher handl inem klaynem shtel fun poyln”, Yiddishe ekonomik, 1, p. 7-18.

Leshchinsky Yakov, 1937b, “Vegn a konstruktivn plan fun hilf far di poylishe yidn”, Yiddishe ekonomik, 4-5, p. 129-148.

Leshchinsky Yakov, 1937c, “Di yidn in varshe”, Yiddishe ekonomik, 4-5, p. 158-176.

Leshchinsky Yakov, 1938a, “Di yidn in varshe un lodz”, Yiddishe ekonomik, 1-2, p. 44-73.

Leshchinsky Yakov, 1938b, “Di yidn in varshe un lodz”, Yiddishe ekonomik, 3-4, p. 156-181.

Leshchinsky Yakov, 1944, Di yiddishe katastrofe: di metodn fun ir forshung, New York, Institute of Jewish Affairs.

Leshchinsky Yakov, 1945, Ndudei yisra’el, Jérusalem, Am Oved.

Leshchinsky Yakov, 1948, Crisis, Catastrophe and Survival: A Jewish Balance Sheet, 1914-1948, New York, Institute of Jewish Affairs.

Leshchinsky Yakov, 1955, Dos natsionale ponem fun goles yidntum, Buenos Aires, Kiem.

Mahler Raphael, 1967, “Yankev Leshchinsky: der klasiker fun der yiddisher statistik”, in Historiker un vegvayzer: Eseyen, Tel Aviv, Ysroel bukh, p. 184-195.

Manor Alexander, 1961, Yakov Leshchinsky: ha-hogeh vaha-hoker, Jerusalem, World Jewish Congress.

Memmi Albert, 1965, « Recherches sur la judéité des Juifs de France – Présentation de l’enquête », Revue française de sociologie, 6, p. 68-69.

Mendelsohn Ezra, 1970, Class Struggle in the Pale: The Formative Years of the Jewish Worker’s Movement in Tsarist Russia, Londres, Cambridge University Press.

Mintz Matityahu, 2010, “Fareynikte”, YIVO Encyclopedia of Jews in Eastern Europe, https://yivoencyclopedia.org/article.aspx/Fareynikte, consulté le 17 septembre 2021.

Navon Tom, 2020, “‘Be-hazit ha-historiografiah ha-yehudit’: mabat marksisti ‘al ha-historiah ha-yehudit”, Hidushim, 22, p. 20-58.

Peled Yoav, 1989, Class And Ethnicity In The Pale: The Political Economy Of Jewish Workers’ Nationalism In Late Imperial, New York, St Martin’s Press.

Rabinovitch Simon (ed.), 2012, Jews and diaspora nationalism: writings on Jewish peoplehood in Europe and the United States, Hanover, University Press of New England.

Ruppin Arthur, 1911 [1904], Die Juden der gegenwart: Eine sozialwissenschaftliche studie, Berlin, Jüdischer Verlag.

Saß Anne-Christin, 2012, Berliner Luftmenschen: Osteuropäisch-jüdische Migranten in der Weimarer Republik, Berlin, Wallstein.

Shain Michelle, 2019, “Understanding the demographic challenge: Education, orthodoxy and the fertility of American Jews”, Contemporary Jewry, 39, p. 273-292.

Shneer David, 2004, Yiddish and the Creation of Soviet Jewish Culture, Cambridge, Cambridge University Press.

Stern Eliyahu, 2018, Jewish Materialism: The Intellectual Revolution of the 1870s, New Haven, Yale University Press.

Teitelbaum Michael, 1985, The Fear of Population Decline, New York, Academic Press.

Theilhaber Felix, 1911, Der Untergang der deutschen Juden: eine volkswirtschaftliche Studie, Berlin, Jüdischer Verlag.

Trachtenberg Barry, 2008, The revolutionary roots of modern Yiddish, 1903-1917, Syracuse, Syracuse University Press.

Vallois Nicolas, 2021a, “Jewish Social Science and the Analysis of Jewish Statistics in the Early 20th Century”, Journal of the History of Economic Thought, 43, 1, p. 1-26.

Vallois Nicolas, 2021b, “Statistics, race and essentialism in the debate over Jewish employment structure (1905-1939)”, à paraître dans Jewish Social Studies.

Vallois Nicolas, 2021c, “Non-proletarianization theories of the Jewish worker, 1902-1939”, à paraître dans Journal of the History of Economic Thought.

Vallois Nicolas, 2021d, “Economics and statistics at the Yiddish Scientific Institute, 1926-1939”, Document de travail.

Verband für Statistik der Juden, 1903, Jüdische Statistik, Berlin, Jüdischer Verlag.

Wasserstein Bernard, 1996, Vanishing Diaspora: The Jews in Europe since 1945, Cambridge, Harvard University Press.

Wertheimer Jack, 1994, “Family Values and the Jews”, Commentary, 97, p. 30-34.

Wertheimer Jack, 2005, “Jews and the Jewish Birthrate”, Commentary, 120, p. 39-44.

Wistrich Robert, 1994, “Do the Jews have a future?”, Commentary, 98, p. 23-26.

Haut de page

Notes

1 Les expressions de « statistiques juives » et de « sciences sociales juives » seront utilisées ici comme synonymes.

2 Dans cet article, j’ai translittéré le yiddish en suivant les règles du YIVO, et leur récent complément proposé par Isaac Bleaman (Bleaman, 2019). Pour l’hébreu, j’ai utilisé le système de translittération de la Bibliothèque du Congrès américaine, en omettant les signes diacritiques.

3 C’est la raison pour laquelle le sous-total des colonnes dépasse le nombre total d’articles ou 100 %.

4 L’immense majorité des statisticiens juifs sont des hommes ; néanmoins, environ 5 % des contributeurs au principal journal allemand dans le domaine au début du xxe siècle sont des femmes (Vallois, 2021a). En revanche, les auteurs publiant dans les périodiques ultérieurs en yiddish sont quasi exclusivement des hommes. J’utiliserai donc l’écriture inclusive pour désigner les statisticien·ne·s juifs et juives en général, mais le plus souvent, s’agissant des auteurs étudiés dans cet article, j’emploierai l’expression de « statisticiens juifs » au masculin.

5 Comme le souligne Gennady Estraikh, le nom de Leshchinsky est écrit sous des formes très nombreuses et variées dans la littérature (Estraikh, 2007 : 215). Dans cet article, j’ai choisi la forme « Leshchinsky » qui a l’avantage, comme le suggère Robert Brym d’être phonétiquement le plus proche du yiddish et du russe (Brym, 2018 : xv). En dépit d’une relative reconnaissance en Israël, et chez les spécialistes d’histoire juive, l’œuvre de Leshchinsky reste assez peu diffusée. La raison est principalement linguistique : Leshchinsky a publié dans de nombreuses langues, mais principalement en yiddish, et la quasi-totalité de ses publications n’ont pas été traduites (en anglais ou en français). Paul Glikson a réalisé une bibliographie incomplète, mais très utile, des travaux de Leshchinsky, classés par langue de publication (Glikson, 1967). Pour une bibliographie plus complète en yiddish, voir Anilovitsh, 1936.

6 De fait, les responsables du recensement russe utilisent principalement le critère linguistique pour définir la catégorie de « Juif » (Cadiot, 2004).

7 Sur les relations entre le Bund, le sionisme et le sionisme socialiste, voir Mendelsohn, 1970 ; Frankel, 1984 ; Peled, 1989.

8 ORT signifie, en français, « Société pour la promotion du travail artisanal et agricole pour les Juifs de Russie ».

9 Leshchinsky est lui-même survivant d’un pogrome en Ukraine (Estraikh, 2017 : 149).

10 Ma traduction est imparfaite, car il n’existe pas d’équivalent en français : à l’inverse de l’anglais « Jewry », le mot « juiverie » est chargé en effet de connotations négatives, voire antisémites. Albert Memmi a proposé le terme de « judaïcités » pour désigner « l’ensemble des personnes juives » (Memmi, 1965 : 68-69). Il m’est apparu préférable dans cet article de maintenir l’expression « peuple juif », qui conserve le sens national que lui confère Leshchinsky.

11 C’est essentiellement selon ce critère que sont distingués au YIVO les départements d’histoire d’un côté, et d’économie et de statistiques de l’autre (Vallois, 2021d).

12 Leshchinsky à la direction de l’enseignement du canton de Zürich, 13 mai 1911, R.G. 339, Archives de Jacob Lestchinsky au YIVO, folder 125.

13 Leshchinsky au doyen de la faculté des sciences de Zürich, 1911, R.G. 339, folder 125.

14 Dans le judaïsme rabbinique, la Mishna est le premier recueil de la loi orale ; la Gemara est un commentaire de la Mishna ; l’ensemble de la Mishna et de la Gemara forme le corpus du Talmud.

15 « Yakov Leshchinsky – Sauvez le YIVO ! », non daté, R.G. 1.1, folder 511.

16 Voir le recueil d’articles intitulé Entre la vie et la mort (Leshchinsky, 1930).

17 L’autre étant le yiddish.

18 Voir en particulier les chapitres 7, 8, 9 dans Les Juifs d’aujourd’hui (Ruppin, 1911 : 104-153).

19 Voir, par exemple, Leshchinsky, 1955 : 66.

20 De fait, les responsables du recensement russe utilisent principalement le critère linguistique pour définir la catégorie de « Juif » (Cadiot, 2004).

21 Sur les relations entre le Bund, le sionisme et le sionisme socialiste, voir Mendelsohn, 1970 ; Frankel, 1984 ; Peled, 1989.

22 ORT signifie, en français, « Société pour la promotion du travail artisanal et agricole pour les Juifs de Russie ».

23 Leshchinsky est lui-même survivant d’un pogrome en Ukraine (Estraikh, 2017 : 149).

24 Ma traduction est imparfaite, car il n’existe pas d’équivalent en français : à l’inverse de l’anglais « Jewry », le mot « juiverie » est chargé en effet de connotations négatives, voire antisémites. Albert Memmi a proposé le terme de « judaïcités » pour désigner « l’ensemble des personnes juives » (Memmi, 1965 : 68-69). Il m’est apparu préférable dans cet article de maintenir l’expression « peuple juif », qui conserve le sens national que lui confère Leshchinsky.

25 C’est essentiellement selon ce critère que sont distingués au YIVO les départements d’histoire d’un côté, et d’économie et de statistiques de l’autre (Vallois, 2021d).

26 Leshchinsky à la direction de l’enseignement du canton de Zürich, 13 mai 1911, R.G. 339, Archives de Jacob Lestchinsky au YIVO, folder 125.

27 Leshchinsky au doyen de la faculté des sciences de Zürich, 1911, R.G. 339, folder 125.

28 Dans le judaïsme rabbinique, la Mishna est le premier recueil de la loi orale ; la Gemara est un commentaire de la Mishna ; l’ensemble de la Mishna et de la Gemara forme le corpus du Talmud.

29 « Yakov Leshchinsky – Sauvez le YIVO ! », non daté, R.G. 1.1, folder 511.

30 Voir le recueil d’articles intitulé Entre la vie et la mort (Leshchinsky, 1930).

31 L’autre étant le yiddish.

32 Voir en particulier les chapitres 7, 8, 9 dans Les Juifs d’aujourd’hui (Ruppin, 1911 : 104-153).

33 Voir, par exemple, Leshchinsky, 1955 : 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Vallois, « La place paradoxale du religieux dans les « statistiques juives » au début du xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 195 | 2021, 83-104.

Référence électronique

Nicolas Vallois, « La place paradoxale du religieux dans les « statistiques juives » au début du xxe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 195 | juillet-septembre 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/59482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.59482

Haut de page

Auteur

Nicolas Vallois

CRIISEA, Université Picardie Jules Verne – nicolas.vallois@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte seul est utilisable sous licence © Archives de sciences sociales des religions. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search