Navigation – Plan du site

AccueilNuméros195Usages religieux de la quantifica...« À l’étude des faits »

Usages religieux de la quantification

« À l’étude des faits »

L’enquête de l’Association catholique de la jeunesse française sur les syndicats
"Studying the facts": the survey by the Catholic Association of French Youth on trade unions
Julien Allavena
p. 105-129

Résumés

Au terme d’une évolution qui court sur près de dix ans, l’Association Catholique de la Jeunesse Française, fondée en 1886 dans le sillage d’Albert de Mun, se positionne en mai 1903 en faveur d’un syndicalisme chrétien, à l’occasion de son premier « congrès social ». Pour préparer cet évènement, elle mobilise ses adhérents dans les mois qui précèdent, au moyen d’une enquête sociale par questionnaire, dont certaines demandes donnent lieu à des efforts de quantification des syndicats et de leurs effectifs de la part des groupes locaux. Les archives des réponses rendent compte d’une petite centaine de ces initiatives, en plus d’informer sur le traitement centralisé auquel leurs résultats ont été soumis. Elles témoignent en cela de presque autant de manières d’enquêter et de compter à l’échelle locale, mais aussi de la place des chiffres dans les pratiques et discours du catholicisme social au tournant du xxe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les archives d’une enquête
Des patronages aux congrès sociaux
Une enquête sociale catholique parmi d’autres
L’ACJF et la « question syndicale » avant 1903
La seconde ACJF
D’une enquête à l’autre
Des congrès qui consolident
Le protocole de l’enquête préparatoire au congrès social de Chalon
Une enquête par questionnaire
L’enquête en action
Ce que les quantifications locales disent des manières d’enquêter
L’enquête sur les enquêtes
Un congrès en guise de compte rendu
La rhétorique des chiffres
Des chiffres aux vœux
Conclusion : la « modernité paradoxale » d’une enquête sociale catholique

Aperçu du texte

S’il est un événement qui illustre le phénomène de « déplacement de la ligne de démarcation entre le domaine religieux et le domaine profane » survenu au sein de certains groupes catholiques à partir de la fin du xixe siècle (Montuclard, 1958 : 62), c’est bien le premier « congrès social » que l’Association Catholique de la Jeunesse Française (ACJF) organise du 7 au 10 mai 1903 à Chalon-sur-Saône. La messe par laquelle débute le rassemblement et le discours de clôture que prononce le cardinal Perraud à la cathédrale (« Congrès social sur les syndicats », 1903) y feraient presque office de deux signes de parenthèse intégrant à un contexte religieux une série de discussions sécularisées sur le monde social, sur bien des points similaires à celles qui se tenaient à la même époque lors de congrès socialistes anticléricaux (Blum, 1901). Quoi de moins étranger en effet, tout du moins en apparence, à la « religion [catholique] établie » (Montuclard, 1958 : 62) que ces journées où la quasi-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Allavena, « « À l’étude des faits » », Archives de sciences sociales des religions, 195 | 2021, 105-129.

Référence électronique

Julien Allavena, « « À l’étude des faits » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 195 | juillet-septembre 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/assr/59552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.59552

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search