Navigation – Plan du site

AccueilNuméros195Usages religieux de la quantifica...Difficultés et enjeux des études ...

Usages religieux de la quantification

Difficultés et enjeux des études quantitatives de la minorité protestante française

Difficulties and challenges of quantitative studies of the French Protestant minority
Dificultades y desafíos de los estudios cuantitativos sobre la minoría protestante francesa
Jean-Paul Willaime
p. 221-251

Résumés

Depuis 1980, les protestants de France se sont accoutumés à la publication régulière d’enquêtes statistiques les concernant. Ces enquêtes se sont développées dans un moment marqué par la montée du courant évangélique en France, mais aussi par l’essor d’un protestantisme multiculturel lié principalement à l’installation de communautés issues de l’immigration dans les grandes villes et leurs banlieues. Les enquêtes par sondage mesurent donc la complexification interne de la micro-minorité protestante en France, et questionnent une identité collective traditionnellement dominée par les courants « historiques » de la Réforme. Les enquêtes statistiques, et l’interprétation de leurs résultats, deviennent ainsi un enjeu de représentation de soi et de visibilité du protestantisme, dans une société française où la sécularisation s’accompagne d’une pluralisation religieuse. L’article analyse ces différents enjeux en s’appuyant sur les travaux existants. Dans une démarche réflexive, l’auteur y revient aussi sur sa propre participation à ces enquêtes et à leur interprétation, et sur les conclusions qu’il peut en tirer au plan sociologique et épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie les lecteurs d’une première version de cet article pour leurs remarques et sugge (...)

1Dans l’auto-compréhension, en fonction de leur histoire nationale ou régionale, de leur mode d’organisation ou de leur situation majoritaire ou minoritaire, les religions peuvent être plus ou moins favorables à des opérations de comptage de leurs fidèles1. Compter n’est jamais neutre et l’opération suscite de multiples questions. Qui compte ? Quelle est la population destinataire de l’enquête ou du recensement ? Pour qui compte-t-on, en vue de quoi et avec quels moyens financiers ? Que compte-t-on et comment le compte-t-on ? Comment analyse-t-on les résultats, quelles conclusions en tire-t-on et quel usage en fait-on ? Une question supplémentaire se pose pour certains groupes religieux : est-il légitime de compter ? S’agissant du protestantisme français, l’accueil des études quantitatives est aussi divers que sont diverses les Églises qui le composent (Willaime, 2016b), même lorsqu’il s’agit simplement de compter le nombre de protestants.

2Dans une première partie, nous nous demanderons si quelques principes fondateurs du système religieux protestant sont susceptibles de nourrir une aversion particulière pour les statistiques. On est d’autant plus fondé à le faire qu’il y a bien une querelle autour de la quantification dans les conflits religieux du xvie siècle. Dans une seconde partie, nous considérerons ce qu’implique la condition micro-minoritaire du protestantisme en France. Dans une troisième partie, nous aborderons le défi que constitue le dénombrement d’une microminorité et, dans une quatrième, nous considérerons trois dimensions de la population protestante en France particulièrement difficiles à appréhender d’un point de vue quantificatif : celle des protestants « hors Église », celle des protestants d’origines socio-culturelles autres qu’hexagonales, celle enfin des protestants qui préfèrent s’identifier comme « évangéliques » plutôt que comme « protestants ». Dans une cinquième et dernière partie, nous nous arrêterons à quelques exemples d’une valorisation religieuse de la croissance numérique telle qu’elle s’exprime dans certaines Églises d’inspiration pentecôtiste, avant de dégager en conclusion les enjeux les plus significatifs qui seront apparus dans l’usage du quantitatif par la microminorité protestante en France.

Une réticence religieuse à compter ?

  • 2 Rappelons que les notions de « trésor de l’Église » et de « trésor des mérites » renvoient à une c (...)
  • 3 L’étonnement protestant fut d’autant plus grand qu’un accord luthéro-catholique sur « la doctrine (...)

3En proclamant le salut par la seule grâce divine, les réformateurs à l’origine du protestantisme rendaient inutile toute comptabilité des mérites. Les réformes protestantes commencèrent en effet par la dénonciation par le moine Martin Luther du commerce des indulgences. En achetant des indulgences, les fidèles espéraient améliorer leur sort dans l’au-delà, au risque d’une comptabilité du salut dénoncée encore aujourd’hui par les historiens (Rapp, 1983 : 88) comme par certains théologiens, à l’image du jésuite Bernard Sesboüé (1998 : 570) qui parle d’une « conception bancaire du trésor de l’Église » et de la « perception commerciale des mérites au profit du défunt2. » Si cette pratique catholique des indulgences a fortement évolué, elle n’a pas disparu : une « indulgence plénière » fut ainsi proposée aux fidèles à l’occasion du jubilé de l’an 2000, ce qui raviva un instant cette vieille querelle catholico-protestante3. Les Églises protestantes, qui ne sont en possession d’aucun trésor et n’ont aucun pouvoir de salut, s’ancrent bien à l’origine dans le refus d’une économie du salut, exprimé par le fameux Sola Gratia des premiers réformateurs et de leurs successeurs. Ce refus de comptabiliser les mérites a-t-il engendré une réticence protestante à l’égard des statistiques (Willaime, 1992 : 91-104) ? Comme l’a bien remarqué Thomas Berns (2009 : 117-129), l’interdit du dénombrement apparaît dans la Bible à propos de la volonté de David de compter son peuple (I Samuel II, 24-25 et II Samuel XXIV, 1-9). Pure vanité de David, dira-t-on, car recenser, c’est croire que la puissance d’Israël dépend du nombre de ses hommes alors qu’elle émane de Dieu seul. De ce point de vue, dénombrer, recenser, c’est affaire de pouvoir, une dimension de la souveraineté politique. Le récit biblique concernant Jésus en offre un bel exemple : c’est pour respecter l’ordre de l’empereur Auguste de recenser tous les habitants de l’empire romain que Joseph et Marie se rendent à Bethléem (Évangile de Luc 2, 1-5).

4Les protestants, qui accordent à la Bible et, non aux pouvoirs ecclésiastiques, l’autorité souveraine en matière de doctrine et de vie chrétiennes (Sola Scriptura), seraient-ils sensibles à cette réserve biblique vis-à-vis des statistiques ? Soulignons tout d’abord que ce n’est pas parce que les protestants sont réputés être des « gens de la Bible » qu’ils en respectent les préceptes. Quant aux textes bibliques précédemment cités, ils attirent surtout l’attention sur qui prend l’initiative d’établir des statistiques. Sachant qu’en milieu protestant l’argument biblique est fréquemment utilisé pour justifier ou conforter telle ou telle position, la référence aux livres de Samuel a vraisemblablement servi à renforcer une hostilité au quantitatif chez certains pasteurs et laïcs, comme je l’ai moi-même constaté à quelques reprises de la part de pasteurs. Mais la réticence de quelques-uns ne permet pas de généraliser. Par contre pasteurs et laïcs font fréquemment référence aux versets bibliques valorisant comme une bénédiction la croissance numérique, en particulier une nombreuse descendance. On verra aussi dans la cinquième partie de cette étude que les pasteurs et Églises « évangéliques » valorisent fortement la croissance numérique des membres de leurs assemblées.

5Dans les différentes enquêtes quantitatives sur le monde protestant en France auxquelles il m’a été donné de participer depuis 1975, j’ai pratiquement toujours entendu l’un ou l’autre, pasteur ou simple fidèle, se moquer des enquêtes et du fait que « les Églises s’y mettaient aussi ! ». En 1978-1979, lors de mon enquête par questionnaire auprès des pasteurs de France (Willaime, 1986), j’ai rencontré interrogations et réticences. Celles-ci s’étaient exprimées, dans la phase préparatoire, lorsque je venais expliquer aux pasteurs réunis en « pastorales » (des réunions de pasteurs) les objectifs de l’enquête, les caractéristiques du questionnaire, ses procédures d’envoi et de réception ainsi que les garanties concernant le respect de l’anonymat. Les interrogations avaient majoritairement porté sur l’utilité de cette enquête, à quoi elle allait servir, qui allait pouvoir s’en servir, en vue de quoi ? Alors jeune chercheur dans la trentaine, je me rappelle avoir été particulièrement interloqué par la question qu’un pasteur m’avait soudainement adressée : « en quoi votre enquête fait elle avancer le Royaume de Dieu ? ». Si je me souviens bien de la formulation de la question, j’avoue ne pas me rappeler celle de ma réponse ! Je sais seulement avoir tenté d’expliquer que je ne pouvais pas répondre à cette question, que les bénéfices que l’on pouvait atteindre d’une telle enquête se situaient à un autre niveau, que ses résultats pouvaient être une occasion pour les pasteurs de réfléchir à l’exercice de leur ministère… Ce pasteur, qui n’a sans doute pas renvoyé rempli le questionnaire, formulait bien une réticence proprement religieuse à l’enquête. Par contre la crainte exprimée par plusieurs pasteurs d’Alsace-Moselle – payés par l’État dans le cadre concordataire – que cette enquête soit utilisée d’une façon ou d’une autre par les « Renseignements généraux », renvoie bien au politique et à l’enquête perçue comme instrument du pouvoir. Ce sont d’ailleurs les questions sur les engagements sociaux et l’orientation politique qui suscitaient souvent leur inquiétude (Willaime, 1986 : 402-403).

  • 4 Je fus impliqué dans ce sondage à travers le Centre de sociologie du protestantisme de la faculté (...)
  • 5 Auteur de l’ouvrage Le peuple protestant français d’aujourd’hui (Richardot, 1980).
  • 6 Du nom de Karl Barth (1886-1968), grand théologien protestant qui incarna la résistance spirituell (...)

6Ma deuxième expérience de l’attitude des protestants vis-à-vis d’études quantitatives fut celle du sondage Ifop de 1980, le premier sondage sur les protestants réalisé en France4. Ce sondage marque le début d’un tournant dans le rapport des protestants français aux enquêtes quantitatives. S’il finit par se faire, ce ne fut pas sans avoir dû surmonter réticences et manque d’intérêt, dont témoigne le récit qu’en a fait Jean Baubérot (1983 : 3-11). Deux faits sont significatifs : d’une part, c’est du dehors des circuits ecclésiaux que vint l’impulsion décisive, en la personne de Jean-Pierre Richardot, journaliste au Monde, fils et petit-fils de pasteur5 ; d’autre part c’est un hebdomadaire catholique, La Vie, qui fut le premier journal à accepter de contribuer au financement, entraînant dans son sillage les journaux protestants. L’argument, invoqué par certains, selon lequel un sondage sur la minorité protestante n’intéresserait personne car les protestants faisaient peu parler d’eux, interroge : un sondage sur les protestants n’était-il pas aussi, au-delà de son intérêt intrinsèque, un bon moyen de rompre ce mur d’indifférence dont ils se plaignaient d’être victimes ? N’est-ce pas un complexe de minoritaire de penser que l’on a besoin de l’intérêt des autres pour s’intéresser à soi ? Alors que c’est aussi en se préoccupant de soi que l’on peut susciter l’intérêt des autres. En tout cas, l’intelligentsia barthienne6 de gauche, encore dominante à l’époque dans les cercles dirigeants du protestantisme – une de ses figures, le pasteur Jacques Maury, présidait alors la Fédération protestante de France (FPF) –, ne voyait guère l’intérêt du projet. La priorité était la proclamation de l’Évangile, les Églises existaient pour les autres et ne devaient pas trop se préoccuper d’elles-mêmes. Le fait que, bien qu’en traînant les pieds, la FPF et les journaux protestants se soient résolus à s’engager dans ce sondage, constitue bien selon moi le début d’un tournant amorçant lentement un certain intérêt des protestants pour les enquêtes quantitatives les prenant pour objet. Un intérêt raisonné et modéré teinté, en tout cas chez les luthéro-réformés, d’une certaine méfiance.

  • 7 Il s’agit de mouvements dissidents apparus dans les années 1820-1830 au sein de l’Église d’Anglete (...)

7Dans sa grande diversité, le monde protestant compte aussi des petites Églises ou assemblées qui réclament de leurs membres un respect strict des normes qu’elles considèrent comme indispensables à une vie chrétienne authentique. Elles sont tellement soucieuses d’orthodoxie et d’orthopraxie qu’elles ne peuvent rassembler qu’un petit nombre de fidèles, en sorte que la faiblesse numérique est presqu’un indicateur d’authenticité. Les « assemblées de frères » d’inspiration darbyste (Introvigne, Maselli, 2007) offrent un exemple extrême d’une logique intensive à rebours de toute logique extensive7. Ces « frères » considèrent que les « grandes églises » – en fait toutes les autres Églises – incarnent l’apostasie. En vertu de la théorie du « résidu fidèle », l’Église, selon leurs vues, est un petit cercle de « frères » à la foi et à la vie irréprochables, qui seuls s’approchent de la véritable Église. Tout contrevenant à l’orthodoxie et à l’orthopraxie du groupe est exclu de l’assemblée. Les procès en infidélité et de nombreuses scissions ponctuent l’histoire de ce mouvement. Si les assemblées dites de « Frères larges » pratiquent une ouverture très sélective à leur environnement, celles des « Frères étroits » prônent une coupure radicale, par exemple en interdisant la commensalité. L’étroitesse numérique du « résidu » des fidèles, du « petit reste », vient conforter la croyance que toutes les autres Églises sont dans l’apostasie. Il s’agit là d’un cas extrême qui contraste fortement avec la valorisation religieuse de la croissance numérique que l’on observe en milieu évangélique (voir infra).

La condition micro-minoritaire : une assignation à la faiblesse numérique ?

  • 8 Sur les différentes dimensions, compréhensions et enjeux de la visibilité, voir la pénétrante anal (...)

8En tant que minorité représentant 2 à 3 % de la population française, le protestantisme est d’emblée confronté à la question du nombre. Mais la condition minoritaire est d’abord un construit social : être minoritaire, on n’y prête pas suffisamment attention, c’est d’abord être catégorisé comme tel. Certes, on n’est pas minoritaire de la même façon selon que l’on représente 30 % ou 3 % de la population : être plus nombreux augmente les capacités d’existence sociale d’un groupe, ne serait-ce qu’à travers les ressources humaines et financières qu’il peut mobiliser, et son pouvoir d’influence. Mais la perception plus ou moins tolérante de la minorité religieuse par la société majoritaire ne pèse pas moins que le nombre, et le rapport entre l’une et l’autre relève d’une co-construction sociale dans laquelle chacun se définit au miroir de l’autre. Par ailleurs la dimension minoritaire croise de diverses façons celle de la visibilité8, souhaitée ou non, capable de renforcer l’intégration du groupe minoritaire dans la société environnante ou bien, au contraire, de la contrarier en la cantonnant dans des espaces/temps déterminés.

9Ainsi les protestants évangéliques ont-ils gagné en visibilité, ces dernières décennies, tant de leur propre fait qu’à travers la focalisation médiatique dont ils ont été l’objet, parfois à leurs dépens (pensons notamment au cas de la « Porte ouverte chrétienne » de Mulhouse au début de la pandémie du coronavirus, en mars 2020). Associée chez les évangéliques à la volonté de se faire reconnaître par les pouvoirs publics comme une autre voix protestante à côté de celle de la FPF, trop identifiée selon eux aux Églises réformées et luthériennes, la visibilité est aussi un enjeu important du débat sur la laïcité. Si certains valorisent la visibilité, d’autres la minorent. Certains protestants prônent la discrétion des gestes de piété au nom de l’Évangile de Matthieu : « Quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues pour que tout le monde les voie. […]. Mais toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre, ferme la porte et prie ton Père qui est là, dans cet endroit secret. » (Matthieu, 6,6)

  • 9 Pour une présentation générale de l’évolution du paysage religieux de la France de 1981 à 2018 à p (...)

10La condition minoritaire du protestantisme fut longtemps celle d’une minorité chrétienne face à un catholicisme dominant socialement et culturellement (après avoir dominé politiquement). Mais, alors que, dans les années 1950, on comptait environ 2 % de protestants dans une France à 90 % catholique, ils représentent aujourd’hui 2,5 % d’une société où le catholicisme ne pèse plus que 32 % de la population globale (enquête EVS de 2018)9. Simultanément, la proportion des personnes se déclarant « sans religion » est passée de 27 % en 1981 à 58 % en 2018 (EVS, 2018), et les religions autres que catholique de 3 % à 10 %, du fait principalement de la progression de l’islam. La minorité protestante a été « détrônée » de son rang de seconde religion de France par les musulmans qui pèsent désormais 6 % de la population (13 % chez les 18-29 ans). De telles reconfigurations socio-démographiques transforment à l’évidence la condition minoritaire du protestantisme : alors qu’il était une minorité chrétienne dans une société très majoritairement catholique, il est désormais une minorité parmi d’autres dans une société multiculturelle majoritairement non religieuse.

  • 10 Enquête Ipsos/Sopra Steria « Fractures françaises 2020. Vague 8 » des 1er-3 septembre 2020 pour Le (...)

11La façon dont est vécue une condition minoritaire dépend également de la perception sociale que s’en font les membres de la société majoritaire. Bien que la pluralité religieuse soit formellement ouverte à toutes sortes d’expressions et de pratiques, certaines d’entre elles sont culturellement moins familières, perçues comme une étrangeté. Celle-ci peut être favorablement reçue (cas du bouddhisme) ou, au contraire, susciter la méfiance (cas du mormonisme). Elle peut aussi être jugée incompatible avec « nos » valeurs et notre mode de vie, aller jusqu’à susciter une franche hostilité. Selon une enquête Ipsos de 2020, 42 % seulement des Français pensent que l’islam est « compatible avec les valeurs de la société française »10.

  • 11 Voir par exemple, Textes et Documents pour la classe, 2014.

12En 2017, année du 500e anniversaire de la Réforme, à la question posée par l’Ifop : « Au xvie siècle, deux grands réformateurs, l’un allemand, l’autre français, sont à l’origine du protestantisme. Pouvez-vous citer leur nom ? », plus de la moitié des Français interrogés n’ont pas pu se prononcer (respectivement 56 % pour Luther, 62 % pour Calvin). Si le constat d’une inculture religieuse généralisée a été fait à plusieurs reprises, on a moins souligné le fait que cette inculture était encore plus attestée lorsqu’il s’agissait d’une religion minoritaire. Être micro-minoritaire, c’est être exposé à la méconnaissance de la société majoritaire. Autre surprise de la réponse, les Français connaissent mieux le réformateur allemand Martin Luther (32 %) que son homologue français Jean Calvin (25 %). On peut cependant espérer que la multiplication des publications universitaires à destination du grand public, dont certaines sont spécialement dédiées à la formation des professeurs en vue de l’enseignement des faits religieux à l’école11, contribue à terme à réduire cette méconnaissance du protestantisme.

13Étudiant la présence des religions dans la presse écrite à grande diffusion de 2001 à 2010, Blandine Chelini-Pont (2011 : 76) constatait que le protestantisme était la famille la moins présente dans les informations sur la vie religieuse en France : avec 1 517 occurrences, le protestantisme ne devançait guère que le bouddhisme (1 112 occurrences). Si la surmédiatisation de l’islam (15 247 occurrences) s’explique par l’actualité (terrorisme islamiste, affaires du voile, etc.), les 2 777 occurrences du judaïsme et les 2 558 du catholicisme s’expliquent plus difficilement. S’agissant du protestantisme, Blandine Chelini-Pont avance une explication plausible : « Il est une religion moins intéressante pour les médias, justement à cause de son absence de conflictualité dans et avec la société française ou son absence de troupes plus bruyantes » (Chelini-Pont, 2011 : 76). Si l’on comparaît ces chiffres de couverture médiatique des années 2001-2010 à ceux des années 2011-2020, on observerait sans aucun doute un plus grand nombre d’occurrences concernant le protestantisme, en raison notamment de la polarisation médiatique sur le protestantisme évangélique et de la commémoration de 2017. Reste qu’en cumulant caractère micro-minoritaire et faible visibilité sociale, le protestantisme n’est pas une religion très médiatique. Le rassemblement annuel de quelques milliers de protestants au musée du désert dans les Cévennes (Cabanel, 2011 : 149-164) lui apporte certes une visibilité, mais celle-ci est momentanée comme celle des rassemblements « Protestants en fête » qui ont eu lieu en 2009, 2014 et 2017. Le protestantisme évangélique change sans doute un peu la donne, entre la visibilité des « Marches pour Jésus » (Fer, Malogne-Fer, 2017b : 155-172) et l’émergence de quelques méga-Églises (Fath, 2008), mais sans bouleverser pour autant le caractère plutôt discret de cette religion.

14Un autre trait mérite d’être noté. En dépit des origines françaises du calvinisme, le protestantisme fut souvent, au cours de son histoire, associé à « l’étranger », comme s’il constituait une greffe étrangère pour une « âme française » considérée comme inextricablement liée au catholicisme. Dans les guerres franco-allemandes, l’ennemi fut désigné comme « luthérien ». Dans l’entreprise coloniale menée par une République se voulant laïque, le pouvoir colonial fit quelquefois alliance avec les missions catholiques pour lutter contre les anglo-saxons, les missions protestantes françaises étant suspectées d’être de connivence avec les autorités des pays protestants. La minorité protestante française, à majorité réformée (donc de tradition calviniste), s’est trouvée beaucoup d’affinités avec la minorité juive (Cabanel, 2004), y compris en subissant durant un temps une haine antiprotestante associée par certains à l’antisémitisme (Baubérot, Zuber, 2000). Enfin, le protestantisme évangélique, marqué par un fort prosélytisme, est aujourd’hui souvent perçu comme une américanisation du protestantisme. Ainsi, quand Régis Debray (2017 : 62) évoque à propos des évangéliques « le businessman du salut, le VRP de la Bible, le télévangéliste qui parle en langues », cela concerne bien davantage l’évangélisme nord-américain que français. En dépit d’incontestables influences nord-américaines, notamment dans la littérature et la musique, l’évangélisme français se distingue nettement de son homologue nord-américain dans différents domaines, dont celui des finances et de la gestion des Églises locales. Le modèle organisationnel qui prévaut chez les évangéliques français n’est pas celui de l’entreprise mais celui de l’association (Neff, 2016 : 221).

15Le statut de minorité religieuse peut enfin être mobilisé comme une ressource. Gilbert Vincent avait suggéré qu’en réactivant régulièrement la mémoire des persécutions du passé, le protestantisme contribuerait à pérenniser son statut de minoritaire, un statut dans lequel, en fin de compte, il pourrait avoir tendance à se complaire (Vincent, 1991 : 115-125). De fait, la minorité protestante française cultive une histoire dont elle commémore régulièrement les grandes dates : commémoration du tricentenaire de la révocation de l’Édit de Nantes en 1985, du quatrième centenaire de l’Édit lui-même en 1998, cinquième centenaire de la naissance de Jean Calvin en 2009 et, en 2017, commémoration du cinquième centenaire de la Réforme. Ces opérations où se croisent histoire et mémoire mobilisent bien sûr les universitaires, et d’abord les historiens. Elles mobilisent aussi, à des degrés variables, les protestants eux-mêmes, bien davantage pour les deux dernières commémorations mentionnées, où les dimensions religieuses et théologiques étaient importantes, que pour les deux premières, à contenu plus exclusivement historique. Mais ce qui frappe, c’est que ces manifestions mémorielles où les protestants réaffirment leur identité mobilisent nettement plus les luthéro-réformés que les évangéliques. S’identifiant davantage à la communauté des convertis qu’à l’héritage huguenot, ces derniers se réfèrent plus aux réseaux transnationaux des frères et sœurs dans la foi qu’aux filiations historiques des réformés français. L’expansion mondiale de l’évangélisme, mise en parallèle avec la multiplication par dix du nombre d'évangéliques en France depuis 1950, l’emporte sur le souvenir d’une minorité hier persécutée. Les luthéro-réformés, en légère décroissance, ne peuvent pas aligner des chiffres similaires et sont, de façon générale, moins friands de chiffres. Ils sont aussi moins optimistes. À la question « Selon vous, dans les prochaines années en France, le protestantisme va-t-il se développer, régresser ou rester tel qu’il est ? » (sondage Ifop, 2010), 26 % d’entre eux répondaient « Se développer », contre 67 % des évangéliques (Willaime, 2011 : 411). Si, en général, la croyance au succès se nourrit de la réalité du succès, l’inverse n’est pas moins vrai : pour avoir du succès, mieux vaut commencer par y croire. L’évangélisme, un bel exemple de prophétie auto-réalisatrice ?

Dénombrer une microminorité : un défi

L’apport modeste mais bienvenu de la statistique publique

  • 12 Les enquêtes européennes sur les valeurs comportent, depuis la première en 1981, des questions sur (...)
  • 13 Acronyme de Religion in Education. A contribution to Dialogue or a factor of Conflict in transform (...)

16Savoir combien il y a de protestants en France et connaître les caractéristiques socio-démographiques de cette population n’est pas une mince affaire. Laïcité oblige, les recensements ne comportent pas de questions sur les appartenances et pratiques religieuses des Français. Les informations relatives à la religion sont considérées comme des données sensibles et la prise en compte du facteur religieux dans les enquêtes n’est possible qu’à titre dérogatoire. Encore s’est-il agi là d’« une lente conquête » (Héran, 2018 : 201-213), facilitée, cela vaut d’être souligné, par l’européanisation de la recherche. Ce n’est qu’en 2005, remarque François Héran (ibid. : 207), que, pour la première fois12, la religion apparut en clair dans une enquête de l’INSEE, l’enquête ERFI (Étude des relations familiales et intergénérationnelles), version française de l’enquête internationale Generation and Gender Survey. Dans le projet européen REDCo13 auquel j’ai participé en 2006-2009, l’équipe française, contrairement aux autres participants européens, dut faire preuve de beaucoup de diplomatie et mettre en avant le caractère pleinement laïque de l’enquête et des chercheurs qui y participaient pour réussir in fine à administrer les questionnaires d’une enquête auprès des élèves de 14-16 ans sur leurs attitudes envers la religion. Les labels de nos institutions de recherches (CNRS, EPHE, Universités) ainsi que le caractère européen du programme REDCo permirent de surmonter les réticences.

17Le principe de laïcisation de la statistique publique a néanmoins connu des exceptions notoires. Elle ne s’appliqua pas à la statistique coloniale dans plusieurs territoires sous souveraineté française. Elle ne s’appliqua pas non plus lors des recensements de 1954 et 1962 en France métropolitaine, lorsque l’INSEE recourut à l’onomastique pour distinguer « Français musulmans d’Algérie » et « Français de naissance originaires d’Algérie » (Escafré-Dublet, 2020 : 1-4). En Alsace-Moselle où subsiste le régime concordataire, l’INSEE enregistra l’appartenance confessionnelle jusqu’au recensement de 1962, année où les protestants regroupaient 26,1 % de la population dans le Bas-Rhin, 9,8 % dans le Haut-Rhin (soit 19,1 % pour les deux départements alsaciens) et 3,42 % en Moselle.

  • 14 Il y a aussi les enquêtes de l’Observatoire interrégional du politique en partenariat avec les con (...)

18Des dérogations à l’interdiction de collecter des données confessionnelles sont possibles pour des enquêtes publiques à finalité de recherches. Parmi les enquêtes ayant bénéficié d’une telle dérogation, mentionnons celle sur « la diversité des populations en France » menée par l’Ined et publiée en 2015 sous le titre Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité de la population en France14 (Beauchemin, Hamel, Simon). Focalisée sur les migrants et leurs parcours, l’enquête est, dans un dernier chapitre consacré à la religiosité des immigrés, particulièrement riche de constats et d’analyses concernant les populations musulmanes (43 % des immigrés sont musulmans et 26 % sont catholiques). Patrick Simon et Vincent Tiberj, auteurs de ce chapitre, notent au passage qu’« orthodoxes, protestants et bouddhistes sont davantage représentés parmi les immigrés que dans la population majoritaire » (2015 : 562), les immigrés comptant 4 % de protestants, 3 % d’orthodoxes et 2,5 % de bouddhistes. L’écart entre les traitements de minorités religieuses montre à quel point les protestants, minorité religieuse « intégrée » et peu visible, valorisant l’intériorité et revendiquant de longue date la laïcité, ne suscite guère de demande sociale en matière d’enquête quantitative. Cette indifférence au fait protestant n’est pas neuve. En 1922, Charles Guignebert, étudiant Le problème religieux dans la France d’aujourd’hui, déclarait « qu’il n’avait pas à parler du protestantisme, en l’absence de tout problème posé par celui-ci » (cité par Léonard, 1955 : 2) !

  • 15 Émile-Guillaume Léonard (1891-1961) succédant à Lucien Febvre sur la chaire Histoire de la Réforme (...)
  • 16 André Siegfried (1875 - 1959), membre de l’Académie française, spécialiste de la sociologie élector (...)

19Mais recenser les personnes appartenant à une minorité religieuse est une tâche difficile même pour la statistique publique. Claude Dargent a montré la sous-déclaration des réformés français dans le recensement de 1851 (2009 : 215-232), comme si les minorités longtemps opprimées étaient réticentes à révéler leur appartenance aux autorités. L’historien Philippe Chareyre (2002 : 867) a noté en retour « la permanence du souci de l’État de connaître la part exacte » de la population protestante. Le fait même qu’on ait tenté, par la révocation de l’édit de Nantes en 1685, de les éliminer du Royaume de France, et qu’ils ne retrouvèrent une existence légale qu’une centaine d’années plus tard, avec l’édit de tolérance de 1787 leur octroyant un état civil, explique que la question démographique soit devenue centrale s’agissant des protestants, tant de la part des pouvoirs publics que des protestants eux-mêmes. Que représentait cette communauté religieuse que l’on avait cru moribonde ? Ces facteurs historiques, ajoutés au défi de la sécularisation, furent en particulier au centre de l’ouvrage d’Emile-G. Léonard15, Le Protestant français (1ère éd., 1953 ; 2e, 1955), dont André Siegfried, autre grande figure pionnière de la sociologie du protestantisme en France, fit une élogieuse recension en une du Figaro le 13 août 195316.

L’apport limité, en France, des statistiques des Églises

  • 17 Le premier chapitre du premier volume s’intitule significativement « Départ sans bruit de l’Église (...)

20L’intérêt des Églises protestantes pour des données chiffrées est, en France, très variable et les statistiques qu’elles fournissent sont plus ou moins fiables. La situation est bien différente Outre-Rhin, où les autorités civiles tiennent soigneusement à jour les appartenances religieuses ou les déclarations de « sans confession » (Konfessionslose) des habitants, ce qui permet notamment de suivre l’évolution démographique du protestantisme à travers les chiffres de « sorties d’Églises » (Kirchenaustritte) et d’« entrées dans les Églises » (Kircheneintritte), les premières étant, depuis plusieurs années, nettement supérieures aux secondes. Mieux encore, les autorités protestantes ont elles-mêmes pris l’initiative de grandes enquêtes quantitatives, à l’image de celle conduite à l’été 1972 par l’EKD (Evangelische Kirche in Deutschland), dont le questionnaire (63 questions) adressé à un échantillon représentatif de 2 000 personnes visait à mieux connaître le profil, les opinions et les attentes des protestants en Allemagne. Les résultats de cette « EKD-Studie » furent publiés sous la forme de deux volumes en 1974 (Hild, 1974) et 1975 (Matthes, 1975). Cet important travail, qui suscita de nombreux débats et critiques au sein du protestantisme allemand, avait été initié par l’EKD devant la brusque et considérable accélération des « sorties d’Église » à la fin des années 1960 (61 000 en 1968, 112 000 en 1969, 203 000 en 1970)17. L’enquête ne resta pas sans suite, puisqu’elle inaugura une série d’études similaires effectuées tous les dix ans. La cinquième EKD-Studie date de 2012. Notons que, depuis 1992, l’EKD intègre une enquête spécifique auprès des Konfessionslose, dans laquelle elle prend soin de distinguer les Konfessionslose issus de l’EKD des autres. Le cas de l’Allemagne, où le monde protestant est profondément différent de celui qui existe en France, a l’avantage de montrer qu’il n’y a pas de réticences spécifiquement protestantes aux approches quantitatives, même si, de part et d’autre du Rhin, des critiques s’élèvent toujours contre ce mode d’approches de la vie religieuse.

21En France, notait le juriste Jean Carbonnier (1982 : 145), « la véritable statistique est un monopole d’État ». Il ajoutait à propos du protestantisme :

Faute d’un État qui consentît à le fournir en statistiques, le protestantisme français fut longtemps réduit à ne compter que sur lui-même pour se connaître quantitativement. C’était une information bien incomplète que celle qu’il pouvait ainsi recueillir par les canaux ecclésiastiques, lui apportant des recensements de membres d’Église ou des dénombrements de baptêmes, mariages, ensevelissements. Semblable information ne pouvait faire apparaître que les protestants déjà en contact, fût-ce un contact ténu, avec leur Église ; elle laissait en blanc le vaste champ sociologique des non-rattachés. Outre que les données ainsi collectées pouvaient être biaisées par les préoccupations subjectives, militantes ou pastorales, des collecteurs. Outre, brochant sur le tout, un manque général d’enthousiasme pour la quantification (Carbonnier, 1982 : 145).

  • 18 L’historien nord-américain Philip Benedict, qui a fourni une étude de référence sur « la populatio (...)
  • 19 Daniel Robert fut directeur d’études à l’EPHE de 1961 à 1978 sur la chaire d’« histoire du protest (...)

22Évoquant « les dénombrements quinquennaux » qui, jusqu’à la fin du Second Empire, prenaient en compte la religion des recensés, Émile-G. Léonard remarquait en 1955 que les Églises protestantes n’avaient «jamais entrepris un travail d’ensemble et systématique de cette sorte ». Il ajoutait, dubitatif, qu’un tel travail serait « rendu très incertain par les protestants non rattachés à une communauté et par les conceptions fort diverses que le protestantisme a du membre d’Église » (Léonard, 1955 : 80). En dépit de ces difficultés, quelques-uns eurent, si l’on peut dire, la fibre statistique, parmi lesquels se détachent trois pasteurs de l’Église réformée de France (ERF). Tout d’abord Pierre Lestringant (1889-1973) qui, après avoir été pasteur de paroisse, fut nommé en 1945 professeur de « théologie pratique » à la Faculté libre de théologie protestante de Paris. Préoccupé par les conséquences de l’exode rural touchant les terroirs protestants traditionnels du sud de la France, on lui doit, dès 1929 une étude au titre significatif, « L’heure décisive pour nos Églises : enquête sur les pertes et les gains du protestantisme français ». Il est l’auteur d’une étude sur « la géographie du protestantisme français » (1945) et d’un livre intitulé Visage du protestantisme français (1959). Le pasteur Samuel Mours (1892-1975) est l’auteur d’un « Essai d’évaluation de la population protestante réformée du xvie siècle à nos jours » (Mours, 1958)18 puis, à la fin de l’ouvrage qu’il publie en 1972 avec Daniel Robert (1912-2001)19, d’une « évaluation très approximative de la population protestante en France » selon laquelle il y aurait eu « vers 1970 » : 830 000 protestants se répartissant en 460 000 réformés, 285 000 luthériens, 85 000 « autres protestants » (Mours, Robert, 1972 : 428). Dans Les forces religieuses dans la société française, Aline Coutrot et François-G. Dreyfus (1965 : 110-112) avaient indiqué un chiffrage quasi équivalent en précisant que cela constituait 1,6 % de la population française totale. Quant au pasteur Paul Conord (1896-1985) qui fut secrétaire général de l’ERF de 1943 à 1960, il mit en ordre les statistiques anciennes et présentes de son Église et plaida pour une meilleure connaissance de la démographie du protestantisme (Bolle, 1993 : 137). En 1961, convaincu que son Église devait définir une stratégie s’appuyant sur des recherches sociologiques, il initia la création en son sein d’une « commission de stratégie ». Pierre Lestringant, Samuel Mours et Paul Conord, trois figures de pasteurs qui, loin d’avoir une quelconque aversion des chiffres, ont rempli un véritable « ministère » du dénombrement des protestants réformés.

23Dans son étude « Démographie et minorités protestantes », Philippe Chareyre note que, pour ce qui concerne la période contemporaine, on se heurte « à la détermination du critère de l’appartenance religieuse : le protestant se définit-il par une pratique régulière ou occasionnelle au sein d’une église, par son inscription sur les listes d’une association cultuelle ou bien par la revendication d’une démarche sympathisante ? » (2002 : 878). Ces pertinentes remarques de l’historien soulèvent deux questions. Celle de l’appartenance d’abord : quels sont les critères d’appartenance au protestantisme et les moyens dont on dispose pour délimiter la population protestante. Celle ensuite des critères les plus pertinents pour mesurer les degrés d’engagement dans le protestantisme, pour évaluer sa vitalité non seulement religieuse mais aussi sociale et culturelle.

Compter les protestants en France : une tâche semée d’embûches

Protestants d’Églises et protestants « culturels »

24La question de l’appartenance au protestantisme est plus complexe qu’il n’y paraît. On ne peut se fonder sur le fait d’être membre individuel d’une des organisations faîtières du monde protestant : la FPF ou le Conseil national des évangéliques de France (CNEF). Ces organisations fédèrent chacune à leur façon une diversité d’Églises, dont certaines sont membres des deux organisations, ainsi que des associations protestantes (œuvres sociales, mouvements de jeunesse et d’adultes, médias, institutions culturelles, aumôneries) qui constituent un pan important du monde protestant en France. Mais elles n’admettent pas de membres individuels. Il existe ainsi de nombreuses personnes qui se sentent culturellement protestantes mais qui, faute d’être « rattachées » ecclésialement, ne sont pas repérées comme telles. Ces personnes, que le protestantisme français a coutume de désigner comme des protestants « sociologiques » ou « culturels », ne participent pas à la vie ecclésiale et ne mettent pratiquement jamais les pieds au temple, sinon pour assister aux funérailles d’un coreligionnaire membre de leur famille, d’un ami et, en général, à l’occasion de leurs propres obsèques. Selon Léonard (1955 : 82-83), dans les années 1950, l’Église réformée de France estimait ces protestants « non rattachés » à un tiers de ses effectifs, ce qui est loin d’être négligeable.

  • 20 Sondage réalisé en mars-avril 1980 auprès de 414 personnes qui s’étaient déclarées « proches du pr (...)

25Les initiateurs du sondage Ifop de 198020 évoqué plus haut, ont eu le souci d’atteindre ces personnes qui, bien que détachées des structures ecclésiales, se considéraient néanmoins comme protestantes en s’identifiant à l’histoire d’une minorité persécutée, à sa culture, à ses engagements sociaux, à ses orientations éthiques. La question discriminante du sondage fut donc formulée ainsi : « Sur le plan religieux, vous sentez-vous plus proche du catholicisme, du protestantisme, ou d’aucune de ces religions ? ». Après avoir balayé une série de cinq échantillons de 2 000 personnes représentatives de la population française de plus de 15 ans (exactement 9871 sondés), l’Ifop aboutit à une base d’enquêtes de 414 « proches du protestantisme », soit un pourcentage de 4,2 %, nettement plus élevé que les 2 % auxquels on estimait habituellement la proportion de la population protestante en France. Ce résultat mit du baume au cœur des protestants, mais il révéla vite ses limites. Outre la marge d’erreur possible (±1%, voir Zwilling, 1983 : 18), les mailles du filet s’avérèrent manifestement trop larges car elles avaient inclus dans la base d’enquête des personnes, notamment catholiques, qui avaient des sympathies pour le protestantisme sans être pour autant « protestantes » (Dargent, 2005 : 33). Les autorités protestantes ne tirèrent pas d’enseignement particulier de ce sondage qui, malgré ses limites, révélait le capital de sympathie dont jouissait le protestantisme au-delà de ses propres fidèles. Selon Jean Baubérot, le sondage de 1980 fut « relativement décevant » en termes de visibilité sociale. Il ne bénéficia pas, de sa laborieuse conception à la diffusion de ses résultats, d’une forte mobilisation des autorités protestantes, en particulier de la FPF. Une petite équipe réunie par le Centre de sociologie du protestantisme (de la Faculté de théologie protestante de l’Université des sciences humaines de Strasbourg) fut chargée d’en analyser plus en profondeur les résultats. Deux quotidiens nationaux, Le Monde et Le Matin, publièrent chacun deux articles à son propos. Bien que ce sondage soulignât que la minorité protestante était sans doute numériquement plus importante qu’on ne le pensait, il ne fut ni utilisé comme élément d’une politique d’affirmation collective par les autorités protestantes, ni investi par elles pour se donner « une visibilité sociale autonome » (Baubérot, 1983 : 9). Il en ira différemment des sondages Ifop de 2010 et Ipsos de 2017.

Un protestantisme multiculturel

  • 21 Les cinq pays qui, dans le monde, comptent actuellement le plus de protestants ne sont pas europée (...)
  • 22 Ce pays serait, devant la France, celui qui compterait le plus grand nombre de francophones dans l (...)
  • 23 Une part qui pourrait représenter, selon une estimation grossière, de 100 000 à 200 000 personnes.
  • 24 Sur les megachurches voir Fath, 2008.

26En France même, on assiste à une multiculturisation du protestantisme à travers l’implantation et le développement d’Églises d’expressions africaine, antillaise, chinoise, coréenne, haïtienne, latino-américaine, malgache, tzigane…Cette multiculturisation est liée au fait qu’à l’échelle mondiale, le protestantisme s’est déseuropéanisé21 et qu’à travers des mouvements migratoires, certains aspects de cette mondialisation protestante se répercutent en France, notamment dans sa dimension francophone. Sur les 274 millions de francophones dans le monde, on comptabilise, selon notre estimation (Willaime, 2018 : 141), 45 millions de protestants (16 %). Ces protestants francophones proviennent majoritairement d’Afrique subsaharienne, en particulier du Congo Kinshasa22. En 2019, les immigrés subsahariens et leurs enfants représentaient 3 % de la population française (Beauchemain, 2020 : 33), soit 2 millions de personnes, en majorité francophones. Une part non négligeable d’entre eux sont des protestants23 que l’on retrouve dans diverses Églises, en particulier dans celles rassemblées au sein de la Communauté des Églises d’expression africaine en France (CEAF) membre de la FPF. L’appartenance à la FPF vaut labellisation protestante de ces Eglises. La CEAF exprime de façon particulièrement explicite son inscription dans le monde protestant : « la CEAF est une union d’Églises de confession protestante et d’expression liturgique intégrant l’africanité. Elle se situe et se reconnaît dans la continuité des idées de la réforme ». Via la CEAF dont elle est membre, la méga-église24« Impact Centre Chrétien » (ICC) de Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne) fait donc partie du monde protestant, de même que l’Église Martin Luther King de Créteil qui, membre des Assemblées de Dieu (pentecôtiste), se définit comme « protestante et évangélique ». Plus de 20 nationalités s’y côtoient. D’autres parmi ces Églises de diverses expressions culturelles sont membres de la FPF, telles l’Union des Églises évangéliques arméniennes de France, l’Église protestante malgache en France, la Fédération des Églises coréennes en France ou la Mission évangélique tzigane de France… D’autres encore, telles l’Union des Églises évangéliques haïtiennes et afro-caraïbéennes et plusieurs Églises évangéliques de la France ultramarine, sont membres du CNEF, dont quelques-unes, comme l’Union des Églises évangéliques arméniennes de France et la Communion des Églises de l’Espace Francophone, cumulent l’appartenance au CNEF et à la FPF. À cela, il faut également ajouter la présence de personnes originaires d’autres continents que l’Europe, au sein même des Églises qui, comme l’Église protestante unie de France (EPUdF) et l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), accueillaient jusque-là presqu’exclusivement des protestants d’origine hexagonale. Ces personnes d’origine non-européenne, souvent plus pratiquantes, donnent à l’assemblée cultuelle du dimanche une dimension très multiculturelle qui est beaucoup moins affirmée au conseil presbytéral, l’instance dirigeante de la paroisse.

27Le dénombrement de ces populations protestantes de diverses cultures non européennes présente plusieurs difficultés, d’ordre général en raison de la précarité socio-économique de certains, d’ordre religieux parce qu’elles ne sont pas forcément très stables dans leur participation ecclésiale. Bien que l’enquête Ipsos 2017 ait permis d’établir que 13 % des enquêtés étaient nés hors de la France métropolitaine et que la moitié de ceux-ci étaient nés en Afrique, une exploitation quantitative de ce constat n’était pas possible sur la base de 500 enquêtés dont 3 étaient nés en Afrique. La FPF aurait souhaité avoir des éléments permettant de mieux connaître l’évangélisme multiculturel des banlieues et des Églises de diverses expressions culturelles que l’on y rencontre : Églises d’expressions africaine, antillaise, coréenne, chinoise, malgache, arabe, kabyle… Si quelques-unes de ces Églises, telles l’Église protestante malgache en France et l’Union des Églises évangéliques arméniennes de France, sont membres de la FPF et relativement bien connues, beaucoup d’autres ne le sont pas. Il y a une mouvance évangélique hors FPF et hors CNEF dont on connaît mal les contours et qu’il est difficile d’étudier dans le cadre d’approches quantitatives. La population fréquentant l’une ou l’autre de ces Églises est en effet d’une grande diversité culturelle et linguistique et ces personnes ne répondent pas toujours volontiers à des enquêtes. Certaines de ces Églises n’ont en outre aucune instance de régulation autre que celle de leur pasteur-leader. Comme l’écrit Sébastien Fath (2005 : 301), « tous les pentecôtistes ne sont pas protestants. Dans certains cas on est sur le fil du rasoir ».

  • 25 Il faudrait donc trouver les moyens techniques de le faire, ce qui dépasse mes compétences. Juste (...)

28Les instituts de sondage admettent donc qu’ils peinent à atteindre dans leurs enquêtes ces populations multiculturelles aux mille visages. Cela aboutit-il à une sous-représentation des protestants et/ou des évangéliques dans les bases d’enquêtés utilisées par l’Ifop et l’Ipsos ? Il est difficile de le savoir. Mais une statistique de la population protestante en France métropolitaine et ultramarine qui continuerait à ne pas prendre en compte ces communautés multiculturelles, serait décalée par rapport à la réalité protestante contemporaine. Si, en effet, la population protestante en France compte aujourd’hui quelques centaines de milliers de personnes d’origine extra-européennes (africaine, antillaise, asiatique,…), l’estimation numérique du nombre de protestants dans l’Hexagone doit en tenir compte25.

Protestants et/ou évangéliques ?

29De 1960 à nos jours, il y a eu une incontestable croissance du protestantisme évangélique et ce fait est souvent mentionné, à côté du salafisme dans le monde musulman, comme l’une des expressions les plus significatives de la réaffirmation militante du religieux. En France, alors que les évangéliques ne représentaient que 10 % des protestants dans les années 1960, ils en représentent près de 50 % aujourd’hui. Cette nette progression de l’évangélisme est un phénomène mondial. En 2010, la création du CNEF sur la base d’un rassemblement des deux pôles « piétiste-orthodoxe » et « charismatique-pentecôtiste » de la mouvance évangélique, a constitué une étape importante par l’affirmation d’une identité évangélique commune, au-delà de leur diversité, à toutes les Églises membres. Cela a contribué ad intra à ordonner la diversité du monde évangélique et à fixer certaines limites (par exemple, en se distanciant de l’« Évangile de la prospérité », théologie qui valorise la richesse et la réussite comme don de Dieu) et, ad extra, à rendre plus visible cette sensibilité protestante et à la faire mieux reconnaître par les autorités civiles. Avec 500 000 pratiquants réguliers en France métropolitaine, le nombre de protestants évangéliques a été multiplié par dix de 1950 à 2017, chiffres auxquels on peut ajouter les 150 000 pratiquants réguliers des Dom-Tom (Liechti, 2018). On remarquera que les évangéliques dénombrent les pratiquants « réguliers » : lorsqu’on est évangélique, on est en effet censé fréquenter régulièrement le culte dominical. Les deux enquêtes Ifop 2010 et Ipsos 2017 que l’on présente ci-dessous le confirment : les protestants évangéliques se distinguent par de forts taux de pratique cultuelle régulière.

  • 26 Sondage Ifop réalisé du 7 mai au 21 mai 2010 auprès de 702 personnes se déclarant de confession pr (...)
  • 27 L’hebdomadaire Réforme, le quotidien La Croix, l’Institut européen en sciences des religions.

30En 2010, l’Ifop réalisa un nouveau sondage sur les protestants26, dans de tout autres conditions qu’en 1980 car, cette fois-ci, la FPF s’engagea plus franchement dans l’opération. L’année 2009 avait été marquée par le succès de deux grandes opérations, la commémoration du cinquième centenaire de la naissance de Jean Calvin et le Rassemblement « Protestants en fête » à Strasbourg les 30 octobre et 1er novembre. La commémoration de Calvin fut un succès non seulement par le nombre et la qualité des manifestations de toutes sortes auxquelles elle donna lieu, mais aussi par les publics variés qu’elle intéressa au sein du protestantisme comme en dehors de lui (Encrevé, 2011 : 89-102). Quant au rassemblement de Strasbourg, par lequel la FPF entendait « fêter l’année Calvin, l’anniversaire de la Réformation et l’unité du protestantisme », il fut lui aussi une incontestable réussite par le nombre de participants (15 000) et par le succès de la soirée musicale du samedi et du culte gigantesque du dimanche matin, l’un et l’autre organisés au Zénith de la capitale alsacienne. C’est donc après une année riche en manifestations que la FPF prit l’initiative d’un sondage sur les protestants en acceptant d’en financer la majeure partie aux côtés d’autres contributeurs27. Elle en confia la responsabilité scientifique à Sébastien Fath, chercheur au CNRS spécialisé dans l’étude du protestantisme évangélique, et à l’auteur de ses lignes. En 2010, la FPF était présidée par un homme de sensibilité évangélique, Claude Baty, pasteur des « Églises évangéliques libres ». En prenant l’initiative de ce sondage et en s’impliquant dans sa conception (Sébastien Fath et moi-même eûmes avec le pasteur Baty quelques séances d’échanges au sujet du questionnaire), la FPF, sensible à la croissance de diverses Églises évangéliques, souhaitait pouvoir mieux connaître l’ampleur et les caractéristiques de ce qui apparaissait de plus en plus comme une reconfiguration du monde protestant en France. 2010 vit aussi la création du CNEF qui rassemble désormais la majorité des Églises évangéliques dont il défend l’identité non seulement dans le monde protestant, mais aussi et surtout dans la société globale, aux niveaux locaux et national.

31En 2010, ce n’était plus, comme en 1980, les « proches du protestantisme », protestants culturels « désecclesialisés », que l’on souhaitait prendre en compte, mais les protestants de sensibilité dite « évangélique », qui se distinguaient par leur zèle évangélisateur et une ferveur dans la piété reposant sur une conversion personnelle. Plusieurs de nos interlocuteurs, au sein de ce courant et en-dehors de lui, nous avaient rendus attentifs au fait qu’un nombre non négligeable d’entre eux préféraient s’identifier comme « évangéliques » plutôt que comme « protestants ». Nous l’avions constaté nous-mêmes dans les documents de présentation des unions d’Églises membres exclusivement du CNEF. Le qualificatif de « protestants » leur paraissait trop identifié au protestantisme luthéro-réformé, lui-même perçu par les évangéliques comme dominé par des libéraux. La décision fut donc prise d’ajouter, dans la question discriminante permettant de constituer la base des enquêtés, l’item « chrétien évangélique ».

32Les enquêtés furent donc sélectionnés sur la base de la question suivante : « Êtes-vous ? – Protestant – Chrétien évangélique – Catholique – Musulman – Juif – D’une autre religion – Ne se prononce pas ». Cela permit à l’Ifop d’extraire d’une série d’échantillons représentatifs de la population française, 702 personnes ayant répondu soit « protestant » (pour 82 % d’entre elles), soit « chrétien évangélique » (18 %). Ainsi l’enquête a-t-elle pu inclure, sans heurter la diversité des susceptibilités, les personnes qui, bien qu’elles aient préféré se définir comme « chrétiennes évangéliques », font incontestablement partie, d’un point de vue historique, sociologique et théologique, de l’univers très diversifié du protestantisme. Le sondage de 2010 confirma ainsi l’importance prise par la mouvance évangélique au sein du protestantisme français. Si, à ces 18 %, on ajoute les 12 % de luthéro-réformés de sensibilité évangélique, c’est au total 30 % des répondants qui sont de sensibilité évangélique, un pourcentage important mais manifestement sous-évalué en raison de l’insuffisante prise en compte, dans les échantillons des sondages, des populations d’origines extra-européennes.

33L’enquête révéla aussi que 22 % des répondants n’étaient pas nés protestants mais l’étaient devenus (Willaime, 2011 : 401-402), montrant ainsi que la base sociale du protestantisme se renouvelle sensiblement grâce à l’apport de personnes d’autres origines religieuses ou qui étaient auparavant sans religion. Sur 100 de ces nouveaux protestants, 59 étaient auparavant catholiques, 28 sans religion, 11 d’une autre religion et 2 étaient musulmans. Comme on pouvait s’y attendre, c’est chez les évangéliques que l’on rencontre majoritairement ces nouveaux protestants : 48 % d’entre ces derniers déclarent ne pas avoir été protestants auparavant, contre seulement 11 % des luthéro-réformés. En confirmant à partir d’écarts très significatifs que les évangéliques étaient nettement plus zélés que les luthéro-réformés en matière de piété (pratique cultuelle, lecture de la Bible, prière), l’enquête Ifop 2010 apportait une preuve statistique manifeste de ce que l’on savait déjà sans en mesurer l’ampleur.

  • 28 Enquête réalisée du 5 septembre au 3 octobre 2017 auprès de 500 personnes âgées de 15 ans et plus (...)
  • 29 Alors président du Conseil d’administration de cet hebdomadaire, je n’eus aucune peine à convaincr (...)

34Une enquête Ipsos de 201728 (Zumsteeg, Gallard, 2017), qui reprit la distinction entre « protestants » et « chrétiens évangéliques », confirma le caractère clivant de l’évangélisme. C’est l’hebdomadaire protestant Réforme qui fut cette fois à l’initiative du sondage auquel la FPF accepta immédiatement de s’associer en cette année commémorative du cinquième centenaire de la Réforme29. L’auto-désignation comme « chrétien évangélique » préférée à celle de « protestant » a concerné 26 % des répondants, soit nettement plus que les 18 % du sondage Ifop de 2010. Cette sensibilité existant également chez des personnes se déclarant comme « protestantes », l’enquête confirmait l’importance prise par le phénomène évangélique au sein du protestantisme français. Et ce, avec tous les clivages qui lui correspondent en matière de gestes de piété (pratique cultuelle et lecture de la Bible nettement plus fréquentes chez les évangéliques) et en matière de bioéthique (avec des positions beaucoup moins favorables au mariage de personnes de même sexe, à l’extension de la PMA, la gestation pour autrui et la fin de vie, etc.). L’enquête Ipsos 2017 confirme aussi, avec 25 % des enquêtés déclarant qu’ils n’étaient pas protestants auparavant mais l’étaient devenus, la tendance révélée en 2010 d’un élargissement de la base sociale du protestantisme, y compris pour ce qui concerne l’origine de ces nouveaux protestants : en 2017, 67 % d’entre eux venaient du catholicisme et 27 % étaient sans religion auparavant.

35Cette confirmation, à deux reprises et à sept années d’intervalle, par deux instituts différents, d’une attractivité du protestantisme principalement mais pas seulement de sensibilité évangélique, apportait une preuve par les chiffres du phénomène et le rendait plus visible. À tel point qu’un responsable du protestantisme de sensibilité libérale me dit un jour qu’il ne voyait pas pourquoi, dans les enquêtes concernant les protestants, on cherchait à connaître leurs différentes sensibilités ; on ne le faisait pas dans les enquêtes sur les catholiques, ajoutait-il. Il est clair que l’objectivation quantitative de la croissance évangélique et du caractère clivant de cette identification d’« évangélique » ne plaisait pas à certains. En offrant dans un questionnaire la possibilité de s’identifier comme « évangélique », on ne faisait que reprendre une désignation en usage en milieu protestant. Le problème vient en réalité du fait que les non-évangéliques correspondent non seulement à diverses autres sensibilités, libérale, chrétienne sociale, luthérienne, etc., mais aussi à l’absence d’une sensibilité particulière.

36L’intérêt de la prise en compte de l’évangélisme dans des enquêtes quantitatives se vérifie de lui-même par le caractère clivant du terme d’« évangélique ». Mais là où la différenciation des opinions entre évangéliques et non-évangéliques apparaît clairement tranchée et dégage une nette corrélation statistique, la réception de ces chiffres varie selon que l’on préfère souligner le fort dissensus des protestants sur le sujet ou, au contraire, le relativiser. Prenons un exemple parmi les questions très clivantes de bioéthique, la bénédiction par les Églises de couples homosexuels. Découvrant que 32 % « seulement » des évangéliques y sont favorables alors que c’est le cas de 60 % des non-évangéliques, on observe deux commentaires : l’un, soucieux d’une identité évangélique aux contours bien nets, souligne l’importance de l’écart entre les deux groupes (presque du simple au double) ; l’autre, soucieux de l’identité protestante au-delà de certaines divergences, met en avant le fait qu’une minorité significative d’évangéliques, 32 %, s’est déclarée favorable à cette bénédiction de couples de même sexe, ce qui n’est pas rien. On entendra le premier commentaire du côté du CNEF, le second du côté de la FPF. Chacun de ces deux commentaires a sa part de justesse, preuve s’il en est que ce n’est pas l’outil statistique en lui-même qui enferme les individus dans des catégories, mais bien l’interprétation que l’on en donne et l’usage que l’on en fait.

Les évangéliques et la preuve par les chiffres

37Comme on l’a déjà mentionné dans la première partie de cet article, on trouve dans Bible deux injonctions à la croissance numérique, la première dans ce que les chrétiens appellent « l’Ancien Testament » : « multipliez-vous et peuplez toute la terre » (Genèse 9,1) ; la seconde dans ce qu’ils nomment le « Nouveau Testament » : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28, 19). C’est ce qui a été qualifié de « grande commission », c’est-à-dire la mission confiée aux disciples de Jésus de répandre son enseignement partout dans le monde et de faire de nouveaux disciples. C’est ce deuxième verset biblique qui est particulièrement pertinent pour notre propos. Car si les luthéro-réformés peinent, comme on l’a vu, à fournir des indications chiffrées concernant leur Église, à commencer par le nombre de leurs membres, les évangéliques, et parmi eux les pentecôtistes, en donnent au contraire à profusion. Les « évangéliques » insistent sur le fait qu’être chrétien, c’est passer par le récit d’une conversion suivi d’une profession de foi personnelle. C’est seulement après ce témoignage personnel que l’on reçoit le baptême, les Églises évangéliques pratiquant le baptême d’adultes. Tout converti – on parle de born again – est invité à témoigner de sa « vie transformée » auprès d’autres personnes. Le protestantisme évangélique est prosélyte, il se caractérise par son zèle évangélisateur.

38Cet intérêt particulier des évangéliques pour les chiffres se vérifie immédiatement lorsque, consultant le site web du CNEF30, on découvre qu’il fournit d’entrée de jeu une information quantitative : « 2 509 lieux de cultes. 650 000 pratiquants ». Outre la mise en valeur typographique de ce fait statistique, on valorise les « lieux de culte » et les « pratiquants ». Du point de vue évangélique, l’Église est l’assemblée locale des croyants convertis, non une institution supra-locale. Dans le vocabulaire évangélique, « Église » se nomme au pluriel et les différentes dénominations sont des unions d’Églises locales. Quant aux « pratiquants », ils sont ce qui compte du point de vue évangélique car on devient évangélique après une profession personnelle de foi qui sera suivie du baptême et, en principe, d’une assistance régulière au culte dominical. De fait, l’on constate que les protestants évangéliques se distinguent par de forts taux de pratiquants réguliers. Être évangélique, c’est être pratiquant. Le site web du CNEF permet d’accéder à l’étude cartographique et statistique réalisée par le pasteur Daniel Liechti sur la situation de l’évangélisme en France, en 2017. Après diverses cartes visualisant le « taux de pénétration » d’Églises évangéliques dans les différents départements de la France métropolitaine et dans les DOM-TOM, la dernière page, que nous reproduisons ci-dessous, offre une synthèse statistique sur le protestantisme évangélique en 2017 :

Conseil National des Évangéliques de France
Le protestantisme évangélique 2017 en quelques chiffres (Liechti, 2018)
En France 650 000 pratiquants réguliers de tout âge
dont 500 000 en France métropolitaine et 150 000 dans les DOM-TOM.
Les protestants évangéliques représentent
1/3 du protestantisme en général,
mais 3/4 des pratiquants réguliers.
Le nombre de protestants évangéliques en France métropolitaine
a été multiplié par 10 depuis 1950 (50 000 pratiquants réguliers).
2 521 Églises locales structurées ou paroisses
- dont 2 263 en France métropolitaine - ainsi qu’au moins 500 lieux de cultes épisodiques.
Une nouvelle Église locale naît tous les 10 jours,
soit environ 35 nouvelles Églises supplémentaires par an.
La grande majorité des Églises locales fait partie d’une des
45 unions ou dénominations.
De toutes les Églises locales membres d’une union d’Églises,
plus de 70 % sont affiliées au CNEF.
Les protestants évangéliques dans les DOM-TOM
représentent environ 150 000 pratiquants réguliers
au sein de plus de 250 Églises locales.
  • 31 Cette formation, une des trois « trajectoires de formation » proposées, est assurée par le pasteur (...)
  • 32 Les sondages de 1980, 2010 et 2017 ne font pas apparaître des répartitions socio-démographiques tr (...)

39À travers la production de ces chiffres, le CNEF affiche clairement sa stratégie de croissance : l'objectif est, partant de la situation présente d’une église évangélique pour 30 000 habitants, d’atteindre un taux de 1 pour 10 000. Une formation spécifique à l’implantation de nouvelles églises est proposée à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine sous le titre « Évangélisation et implantation d’églises »31, sous la direction du pasteur Daniel Liechti, auteur de l’étude cartographique et statistique. Ce qui, de façon générale, frappe dans cette page riche en indications chiffrées, ce sont toutes les données visant à démontrer la croissance numérique des évangéliques (leur nombre est multiplié par dix depuis les années 1950) et leur poids dans « le protestantisme général », encore plus si l’on considère les pratiquants. Ces statistiques sont bien sûr encourageantes pour les évangéliques eux-mêmes mais elles sont surtout destinées à prouver par le chiffre qu’il faut désormais compter avec eux. À destination de qui ? Des autorités publiques et de celles du « protestantisme en général », c’est-à-dire de la FPF. Même si cette dernière compte des Églises évangéliques parmi ses membres, même si quelques-unes appartiennent à la fois au CNEF et à la FPF, une concurrence existe entre ces deux organisations faîtières du protestantisme, le CNEF souhaitant par exemple être invité par les autorités publiques, aux côtés de la FPF et des autres cultes, lors des rencontres avec les autorités religieuses (cérémonie des voeux, etc.). Au sein de la FPF, les Églises évangéliques qui en sont membres souhaitent pour leur part être mieux reconnues et écoutées, et y ont créé à cette fin une « coordination évangélique ». En organisant le 30 novembre 2019 un colloque intitulé "Les évangéliques de la FPF, vers un nouvel élan" (voir Kirschleger, 2021), la FPF a voulu valoriser sa composante évangélique. Le protestantisme luthéro-réformé, représenté aujourd’hui par l’EPUdF, l’UEPAL et l’UNEPREF (Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France), a longtemps incarné « le » protestantisme. Par ses origines historiques et ses filiations théologiques le reliant aux grands réformateurs, le protestantisme luthéro-réformé, plus encore la tradition réformée majoritaire, a longtemps dominé symboliquement la scène protestante française dont il portait la légitimité. Symboliquement et théologiquement, il était dominant, plus encore du fait qu’il représentait une élite sociale et intellectuelle regardant avec condescendance un protestantisme évangélique dont la base sociale était plus populaire. Il le reste encore aujourd’hui mais de façon moins nette32 : le protestantisme évangélique, qui regroupait moins de 10 % des protestants français dans les années 1960, en regroupe aujourd’hui plus de 40 %. Le courant luthéro-réformé continue certes de se sentir symboliquement dominant, mais le protestantisme évangélique pèse désormais presqu’autant que lui numériquement parlant. Poids symbolique, poids numérique qui pourront aussi se traduire au niveau de la répartition des contributions financières de chacun au budget de la FPF. On comprend que, dans un tel contexte, afficher des chiffres aussi démonstratifs soit stratégiquement important pour le CNEF. Organisation faîtière du protestantisme évangélique, il le fait aussi dans la logique de la théologie évangélique qui interprète comme « œuvre de Dieu » la croissance du nombre des convertis et des Églises locales. On a là un bel exemple de l’usage de données numériques dans le cadre de rapports de force entre sensibilités différentes au sein d’un même univers religieux.

40Parmi les Églises évangéliques, celles de tradition pentecôtiste telles les Assemblées de Dieu, apparaissent les championnes du chiffre. Une page de leur site web33, reproduite ci-après, le montre particulièrement bien :

Les Assemblées de Dieu dans le monde
1 nouveau croyant toutes les 21 secondes
1 nouvelle église toutes les 54 minutes
1 nouveau ministère (pasteur, évangéliste, etc.) enregistré toutes les 49 minutes
67 millions de membres, soit près de 1 % de la population mondiale
Une implantation dans 150 pays
Une croissance de 450 % en 25 ans
Source AGWM – Mission ADD américaine-2015
Les Assemblées de Dieu en France
plus de 40 000 membres
658 lieux de culte en France métropolitaine
123 lieux de culte dans les DOM/TOM
662 pasteurs en France métropolitaine (dont 137 en formation, 2019)
95 pasteurs dans les DOM/TOM
Une famille pentecôtiste parmi les 2 440 églises évangéliques membres du CNEF (Conseil national des évangéliques de France)
  • 34 Une partie des Assemblées de Dieu sont également membres de la FPF, mais pas toutes.

41Les Assemblées de Dieu, membres du CNEF34, se présentent comme héritières « des théologies de la Réforme, des Méthodistes, ainsi que des Réveils des mouvements de sanctification du xixe siècle ». Le Dieu des pentecôtistes est un Dieu « puissant » qui accomplit des miracles. « Vous recevrez une puissance » proclame la page d’entrée de leur site web. Trois éléments sont à relever dans ce tableau statistique pentecôtiste. D’abord la dimension mondiale : « une implantation dans 150 pays » et « 1 % de la population mondiale ». Ensuite la dynamique de croissance spectaculairement indiquée par « 1 nouveau croyant toutes les 21 secondes », « une nouvelle église toutes les 54 minutes », « une croissance de 450 % en 25 ans ». Enfin le nombre de pasteurs : 757 pour 40 000 membres en France métropolitaine et d’Outre-mer, soit un pasteur pour 53 fidèles, c’est un taux d’encadrement remarquable qui ferait rêver bien des responsables d’Églises ! L’outil statistique est ici interprété comme la manifestation de la puissance de Dieu qui sauve, guérit, transforme les vies.

42Si les pentecôtistes insistent à leur façon sur la croissance numérique à travers la valorisation religieuse du témoignage, de l’évangélisation, le zèle évangélisateur est un trait que partagent la plupart des Églises et mouvements de la mouvance évangélique. Ce christianisme militant et prosélyte a dans son adn une logique de diffusion, d’extension. Certes la dimension missionnaire est intrinsèque au christianisme mais il y a différentes façons de la concevoir. Il est clair que les évangéliques ne souscrivent pas à la condamnation du prosélytisme telle qu’elle a été formulée le 19 septembre 1997 par le Conseil Œcuménique des Églises (World Council of Churches), surtout quand le COE identifie le prosélytisme, entre autres caractéristiques, au « fait de présenter sa propre Église ou confession comme « la vraie Église » et son enseignement comme « la vraie foi » et « la seule voie du salut» (Willaime, 2016a : 264) ! Les évangéliques n’hésitent pas, en étant offensif en matière d’évangélisation, à assumer une posture prosélyte, comme l’ont montré plusieurs travaux récents (Fer, 2010 ; Kaouès, 2018).

43La statistique comme moyen de la souveraineté politique (elle permet de lever l’impôt, de constituer une armée) d’une part, comme indicateur que « l’œuvre de Dieu » avance à travers l’augmentation du nombre de « convertis » d’autre part. Puissance de la souveraineté politique ou de la souveraineté spirituelle, la quantification, tout en se manifestant de manière différente dans le politique et dans le religieux, apparaît bien liée au pouvoir. Philippe Gonzalez (2014 : 436-437), étudiant « des évangéliques tentés par le pouvoir absolu », pose la question de la régulation en milieu évangélique. Il souligne que, si la logique du marché, du succès commercial, de l’audimat prévaut sur toute autre régulation, cela n’est pas sans danger pour une société pluraliste.

**
*

44De l’église « petit reste » des darbystes à la démonstration par le nombre des méga-églises évangéliques, le spectre des rapports au quantitatif du monde protestant est large. Reste que, particulièrement depuis le sondage Ifop de 1980, les protestants en France se sont peu à peu accoutumés à des études quantitatives périodiques, études qu’ils utilisent diversement. Quatre enjeux importants sont apparus dans l’établissement et l’interprétation de données chiffrées concernant la micro-minorité protestante en France : 1) l’enjeu même du chiffrage en valeur absolue et en pourcentage du nombre de protestants dans la population française. Pour une micro-minorité, le risque ou la crainte d’une diminution drastique, d’une diminution en peau de chagrin est particulièrement présent ; 2) l’enjeu du chiffrage en valeur absolue et en pourcentage du nombre de protestants de sensibilité évangélique dans la population protestante globale. Autrement dit, le rapport de forces entre les évangéliques et le protestantisme plus « libéral » des Églises luthéro-réformées tant en interne que vis-à-vis des pouvoirs publics ; 3) l’enjeu des données chiffrées qui, en révélant l’existence de minorités significatives là où on ne les attendait pas, viennent briser le schéma trop simpliste d’une opposition absolue entre luthéro-réformés et évangéliques. Les données chiffrées montrent en effet qu’il y a des évangéliques peu pratiquants et qui ont des positions libérales sur certaines questions éthiques d’une part et, d’autre part, des luthéro-réformés assidus au culte dominical et « conservateurs » en matière bioéthique ; 4) l’enjeu même du chiffrage de la mouvance évangélique dans son extrême diversité et dans son caractère multiculturel qui, outre les difficultés des approches quantitatives d’un milieu aussi divers et changeant, pose la question de la délimitation du monde chrétien que l’on regroupe sous le qualificatif de « protestants ».

45Même si l’on pourra toujours dire avec raison que les indications apportées par un sondage ne préjugent pas de l’avenir, le monde protestant français doit désormais compter avec la connaissance chiffrée de soi que lui apportent périodiquement des enquêtes. Diversement reçues et utilisées, ces données chiffrées réjouiront certains parce qu’elles viennent conforter leur point de vue, tout en dérangeant d’autres parce qu’elles viennent le contredire. Au-delà des usages divers qui en sont faits, ces données chiffrées n’empêcheront pas le langage de la foi et de l’authenticité chrétiennes de continuer à dire que « la vérité de l’Évangile ne se mesure pas à l’audimat ».

Haut de page

Bibliographie

Baubérot Jean, 1983, « Préparation et réalisation du sondage », Les protestants au miroir d’un sondage (IFOP-1980), Bulletin de l’Association des publications de la faculté de théologie protestante de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, 5, p. 5-11.

Baubérot et alii, 1983, « Les protestants au miroir d’un sondage (IFOP-1980) », rapport établi par J. Baubérot, H. et R. Mehl, Ph. Plet, J. Sutter, G. Vincent, J.-P. Willaime, A. Zwilling, Bulletin de l’Association des publications de la faculté de théologie protestante de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, 5.

Baubérot Jean, 1988, Le protestantisme doit-il mourir ? La différence protestante dans une France pluriculturelle, Paris, Éditions du Seuil.

Baubérot Jean, Zuber Valentine, 2000, Une haine oubliée. L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel.

Beauchemin Cris, Hamel Christelle, Simon Patrick (dir.), 2015, Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, Paris, Ined Éditions.

Beauchemin Cris, 2020, Profil démographique des personnes d’origine subsaharienne en France. Étude pour la Chaire « Diasporas Africaines », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03097531 (consulté le 13 octobre 2021).

Béraud Céline, Willaime Jean-Paul (dir.), 2009, Les jeunes, l’école et la religion, Paris, Bayard.

Berns Thomas, 2009, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique, Paris, Presses universitaires de France.

Bolle Pierre, 1993, « Conord Paul », in A. Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 5. Les protestants, Paris, Beauchesne.

Bréchon Pierre, 1993, « Les spécificités des réformés : enquête sociologique en Centre-Alpes-Rhône », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 73, p. 39-65.

Bréchon Pierre, 2017, « Protestantisme(s) et valeurs. De Luther aux protestants », communication au colloque Enjeux et actualité des 500 ans de la Réforme, Grenoble, 7 octobre.

Bühler Pierre, 2000, Le protestantisme contre les indulgences. Pour un jubilé de la justification par la foi en l’an 2000, Genève, Labor et Fides.

Cabanel Patrick, 2004, Juifs et protestants en France. Les affinités électives. xvie-xxie siècles, Paris, Fayard.

Cabanel Patrick, 2011, « Impensable pèlerinage protestant ? L’assemblée annuelle du Musée du Désert », Archives de sciences sociales des religions, 155, p. 149-164.

Campiche Roland J., Baatard François, Vincent Gilbert, Willaime Jean-Paul, 1990, L’exercice du pouvoir dans le protestantisme. Les conseillers de paroisse de France et de Suisse romande, Genève, Labor et Fides.

Carbonnier Jean, 1982, Coligny ou les sermons imaginaires. Lecture pour le protestantisme français d’aujourd’hui, Paris, Presses universitaires de France.

Chareyre Philippe, 2002, « Démographie et minorités protestantes », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 148, p. 867-890.

Chelini-Pont Blandine, 2011, « Le protestantisme aujourd’hui au miroir de la grande presse : une identité religieuse qui reste méconnue » in S. Fath et J- P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides, p. 74-88.

Coutrot Aline, Dreyfus François G., 1965, Les forces religieuses dans la société française, Paris, Armand Colin.

Dargent Claude, 2005, Les protestants en France aujourd’hui, Paris, Payot.

Dargent Claude, 2009, « L’État et la difficile saisie statistique de la religion : l’exemple des protestants dans les recensements en France au xixe siècle », Population, 64, p. 215-232.

Dargent Claude, 2010, « La population musulmane de France : de l’ombre à la lumière », Revue française de sociologie, 51, p. 219-246.

Debray Régis, 2017, Le nouveau pouvoir, Paris, Médium-Éditions du Cerf.

Duval-Poujol Valérie, Krieger Christian, 2017, Un nouvel élan pour la Fédération protestante de France. Analyses et recommandations pour vivre les tensions et renforcer le lien fédératif, Lyon, Éditions Olivétan.

Encrevé André, 2011, « Les protestants français au miroir du cinquième centenaire de la naissance de Jean Calvin », in S. Fath et J-P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides, p. 89-102.

Escafré-Dublet Angéline, Kesztenbaum Lionel, Simon Patrick, 2020, « Quand le recensement comptait les Français musulmans », Population et Sociétés, 583, p. 1-4.

Fath Sébastien, 2005, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France 1800-2005, Genève, Labor et Fides.

Fath Sébastien, 2008, Dieu XXL. La révolution des megachurches, Paris, Éditions Autrement.

Fath Sébastien, 2021, http://blogdesebastienfath.hautetfort.com

Fath Sébastien, Willaime Jean-Paul (dir.), 2011, La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides.

Fer Yannick, 2010, L’offensive évangélique. Voyage au cœur des réseaux militants de Jeunesse en Mission, Genève, Labor et Fides.

Fer Yannick, Malogne-Fer Gwendoligne (dir.), 2017a, Le protestantisme à Paris. Diversité et recompositions contemporaines, Paris, Labor et Fides.

Fer Yannick, Malogne-Fer Gwendoligne, 2017b, “The Marches for Jesus in Paris. Religious Territorialisation, Public Space and the Appropriation of Centrality in a Fragmented City”, in D. Garbin, A. Strhan (eds), Religion and the Global City, London, Bloomsbury, p. 155-172.

Gonzalez Philippe, 2014, Que ton règne vienne. Des évangéliques tentés par le pouvoir absolu, Genève, Labor et Fides.

Gonzalez Philippe, 2015, « Montrer les minarets pour imposer une Suisse “chrétienne”. Les sources évangéliques d’une initiative populaire », in J. Stavo-Debauche, P. Gonzalez, R. Frega (dir.), Quel âge post-séculier ?, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 249-284.

Héran François, 2018, entretien « La prise en compte de la religion dans la statistique publique, une lente conquête », in C. Béraud, B. Duriez, B. de Gasquet (dir.), Sociologues en quête de religion, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 201-214.

Hild Helmut, 1974, Wie stabil ist die Kirche? Bestand und Erneuerung, Ergebnisse einer Umfrage, Gelnhausen, Berlin, Burckhardthaus.

Introvigne Massimo, Maselli Domenico, 2007, Les Frères de Plymouth à nos jours. Une critique protestante de la modernité, trad. de l’italien par P. Baillet, Leumann, Elledici.

Johnson M. Todd, Barrett David, 2004, « Statistics » in H. J. Hillerbrand (ed.), The Encyclopedia of Protestantism, 4, S-Z, Index, New York, London, Routledge.

Kaouès Fatiha, 2018, Convertir le monde arabe. L’offensive évangélique, Paris, CNRS Éditions.

Kirschleger Pierre-Yves (dir.), 2021, Les évangéliques, racines, identités, engagements, Paris, Éditions Première Partie.

Le Bras Gabriel, 1955, Études de sociologie religieuse, tome premier. Sociologie de la pratique religieuse dans les campagnes françaises, Paris, Presses universitaires de France.

Léonard Émile-G., 1955, 2e éd, Le protestant français, Paris, Presses universitaires de France.

Léonard Émile-G., 1959, « Les conditions de la sociologie protestante en France », Archives de sociologie des religions, 8, p. 125-137.

Lestringant Pierre, 1929, rééd. 1936, « L’heure décisive pour nos Églises. Enquête sur les gains et pertes du protestantisme français », Les Cahiers de l’Évangélisation, Paris, Société centrale évangélique, 10.

Lestringant Pierre, 1945, « Géographie du Protestantisme français », Protestantisme Français, Paris, Plon, p. 1-22.

Lestringant Pierre, 1959, Visage du Protestantisme français, Tournon, Les Cahiers du Réveil.

Liechti Daniel, 2018, « Étude statistique et cartographique. Les Églises protestantes évangéliques en France. Situation 2017 », www.lecnef.org

Matthes Joachim (ed.), 1975, Erneuerung der Kirche. Stabilität als Chance? Folgerungen aus einer Umfrage, Gelnhausen, Berlin, Burckhardthaus.

Mehl Roger, 1962, « Signification, possibilités et limites de la sociologie du protestantisme », Archives de sociologie des religions, 14, p. 7-16.

Mehl Roger, 1965, Traité de sociologie du protestantisme, Neuchâtel, Éditions Delachaux et Niestlé.

Mours Samuel, 1958, Les Églises réformées en France. 3e partie : « Essai d’évaluation de la population protestante réformée du xvie siècle à nos jours », Paris, Strasbourg, Oberlin.

Mours Samuel, Robert Daniel, 1972, Le protestantisme en France du xviiie siècle à nos jours (1685-1970), Paris, Librairie protestante.

Neff R. Alex, 2016, Évangéliques en réseau. Trajectoires identitaires entre la France et les États-Unis, Paris, L’Harmattan.

Pastorelli Sabrina, Willaime Jean-Paul, 2017, « Les cadres laïcs des Églises protestantes de Paris : un facteur d’intégration de la diversité culturelle et religieuse ? » in Y. Fer, G. Malogne-Fer (dir.), Le protestantisme à Paris. Diversité et recompositions contemporaines, Paris, Labor et Fides, p. 107-143.

Portier Philippe, Willaime Jean-Paul, 2021, La religion dans la France contemporaine. Entre sécularisation et recomposition, Paris, Armand Colin.

Rapp Francis, 1983, 4e éd., L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France.

Richardot Jean-Pierre, 1980, Le peuple protestant français aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Roque Jean-Daniel, 2011, « Le protestantisme aujourd’hui au miroir des cotisants », in S. Fath et J-P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides, p. 60-73.

Sesboué Bernard,1998, « Indulgences » in J.-Y. Lacoste (dir.), Dictionnaire de théologie, Paris, Presses universitaires de France.

Simon Patrick, Tiberj Vincent, 2015, « Sécularisation ou regain du religieux : la religiosité des immigrés et de leurs descendants », in C. Beauchemin, C. Hamel, P. Simon (dir.), Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, Paris, Ined Éditions, https://www.ined.fr/fr/publications/editions/document-travail/secularisation-regain-religieux/ (consulté le 13 octobre 2021).

Textes et Documents pour la classe, 2014, « La Réforme », avec B. Roussel, M. Carbonnier-Burkard, P. Cabanel, Paris, Centre national de documentation pédagogique, 1072.

Vincent Gilbert, 1985, « Le protestantisme et ses “cadres” laïcs : les conseillers presbytéraux des Églises protestantes de la Région parisienne. Résultats d’une enquête entreprise en 1982 par le Centre de sociologie du protestantisme », Bulletin de l’Association des publications de la faculté de théologie protestante de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, 6.

Vincent Gilbert, 1991, « Du statut de minorité du protestantisme français » in J. Baubérot (dir.), Pluralisme et minorités religieuses, Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences religieuses, CXVI, Louvain, Paris, Peeters, p. 115-125.

Willaime Jean-Paul, 1986, Profession : pasteur. Sociologie de la condition du clerc à la fin du xxe siècle, Genève, Labor et Fides.

Willaime Jean-Paul, 1992, « Intérêt, difficultés et limites de l’étude quantitative de la minorité protestante en France », in L’observation quantitative du fait religieux, colloque de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, Paris-Sorbonne, 27 septembre 1990, Lille, Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest de l’Université Charles-de-Gaule, Lille III, p. 91-104.

Willaime Jean-Paul, 2002, « Les apports de la sociologie à l’étude du protestantisme français contemporain », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 148, 1011-1033, 1852-2002, numéro spécial du cent-cinquantenaire de la S.H.P.F.

Willaime Jean-Paul, 2011, « Les protestants de France au miroir du sondage IFOP de 2010 » in S. Fath et J.-P. Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides, p. 399-420.

Willaime Jean-Paul, 2016a, « Le prosélytisme comme analyseur des évolutions sociétales et religieuses », in F. Kaouès, M. Laakili (dir.), Prosélytismes. Les nouvelles avant-gardes religieuses, Paris, CNRS Éditions, p. 255-265.

Willaime Jean-Paul, 2016b, « De quoi le protestantisme est-il le nom ? », Revue d’histoire du protestantisme, I, p. 13-33.

Willaime Jean-Paul, 2018, « Polarisation autour du religieux en francophonie ? Les nouveaux défis de la laïcité », Francophonies d’Amérique, 44-45, p. 137-162.

Wood Matthew, 2017, « Une minorité chez elle à Paris. Les congrégations britanniques de l’Église anglicane », in Y. Fer, G. Malogne-Fer (dir.), Le protestantisme à Paris. Diversité et recompositions contemporaines, Paris, Labor et Fides, p. 195-209.

Zumsteeg Stéphane, Gallard Mathieu, 2017, Enquête auprès des protestants préparé pour Réforme et la Fédération protestante de France, Ipsos Public Affairs.

Zwilling Alain, 1983, « Limites de validité du sondage », Les protestants au miroir d’un sondage (IFOP-1980), Bulletin de l’Association des publications de la faculté de théologie protestante de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, 5, p. 12-19.

Zwilling Anne-Laure (dir.), 2014, Minorités religieuses. Religions minoritaires dans l’espace public, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie les lecteurs d’une première version de cet article pour leurs remarques et suggestions et exprime sa vive reconnaissance à Denis Pelletier pour son aide précieuse ayant permis de ramener cette étude devenue trop ample à des proportions plus raisonnables.

2 Rappelons que les notions de « trésor de l’Église » et de « trésor des mérites » renvoient à une conception de la « Communion des saints » où la surabondance des mérites des saints compense l’insuffisance de ceux des fidèles.

3 L’étonnement protestant fut d’autant plus grand qu’un accord luthéro-catholique sur « la doctrine de la justification » était intervenu en 1999. Voir la réaction ferme de Pierre Bühler (2000), théologien protestant de l’Université de Zürich.

4 Je fus impliqué dans ce sondage à travers le Centre de sociologie du protestantisme de la faculté de théologie protestante de Strasbourg qui avait été chargé d’en analyser les résultats. M’incomba le chapitre « L’image du pasteur et les critiques adressées aux Églises protestantes » (Baubérot, 1983 : 56-73).

5 Auteur de l’ouvrage Le peuple protestant français d’aujourd’hui (Richardot, 1980).

6 Du nom de Karl Barth (1886-1968), grand théologien protestant qui incarna la résistance spirituelle au nazisme.

7 Il s’agit de mouvements dissidents apparus dans les années 1820-1830 au sein de l’Église d’Angleterre et connus sous le nom de « Frères de Plymouth » (Plymouth Brethren). John Nelson Darby, après avoir été pasteur anglican, les rejoignit et propagea ce mouvement, notamment en France et en Suisse (dans la Canton de Vaud). On parla dès lors de « darbystes » et de « darbysme ».

8 Sur les différentes dimensions, compréhensions et enjeux de la visibilité, voir la pénétrante analyse de Philippe Gonzalez sur les évangéliques en Suisse qui ont agi comme des « entrepreneurs de visibilité » ayant contribué à « exhiber les musulmans dans l’espace public » (Gonzalez, 2015). Voir également la revue Migrations Société, vol. 33, 183, « Chinois en France visibles, invisibles ? », un dossier où l’on s’interroge notamment sur les assignations à des formes de visibilité et d’invisibilité imposées de l’extérieur aux Chinois en France.

9 Pour une présentation générale de l’évolution du paysage religieux de la France de 1981 à 2018 à partir des enquêtes européennes sur les valeurs (EVS : European Values Surveys), voir Portier, Willaime, 2021 : 21-40.

10 Enquête Ipsos/Sopra Steria « Fractures françaises 2020. Vague 8 » des 1er-3 septembre 2020 pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès, l’Institut Montaigne et le Cevipof auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1 030 personnes de 18 ans et plus.

11 Voir par exemple, Textes et Documents pour la classe, 2014.

12 Les enquêtes européennes sur les valeurs comportent, depuis la première en 1981, des questions sur la religion. Pierre Bréchon (2017) a ainsi pu comparer le rapport aux valeurs des «pays de culture protestante» aux «pays de culture catholique».

13 Acronyme de Religion in Education. A contribution to Dialogue or a factor of Conflict in transforming societies of European Countries. Voir, pour la France, Béraud, Willaime, 2009.

14 Il y a aussi les enquêtes de l’Observatoire interrégional du politique en partenariat avec les conseils régionaux.

15 Émile-Guillaume Léonard (1891-1961) succédant à Lucien Febvre sur la chaire Histoire de la Réforme et du protestantisme à la section des sciences religieuses de l’EPHE, fut directeur d’études de 1948 à 1961. On lui doit en particulier une Histoire Générale du Protestantisme en trois tomes publiée en 1961.

16 André Siegfried (1875 - 1959), membre de l’Académie française, spécialiste de la sociologie électorale, participa à la fondation de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est notamment l’auteur de Géographie électorale de l’Ardèche sous la IIIe République (1949) et, avec André Latreille, Les forces religieuses et la vie politique. Le catholicisme et le protestantisme (1951).

17 Le premier chapitre du premier volume s’intitule significativement « Départ sans bruit de l’Église ? »

18 L’historien nord-américain Philip Benedict, qui a fourni une étude de référence sur « la population réformée française de 1600 à 1685 », 1987, Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 6, p. 1433-1465, a révisé certains chiffres donnés par Mours.

19 Daniel Robert fut directeur d’études à l’EPHE de 1961 à 1978 sur la chaire d’« histoire du protestantisme ».

20 Sondage réalisé en mars-avril 1980 auprès de 414 personnes qui s’étaient déclarées « proches du protestantisme », parmi 9 871 sondés, en 5 vagues successives de 2 000 interviews, chaque vague représentant un échantillon représentatif de la population française constitué par quotas. Sur les limites de validité du sondage, voir Zwilling, 1983 : 12-119.

21 Les cinq pays qui, dans le monde, comptent actuellement le plus de protestants ne sont pas européens. Par ordre d’importance du nombre absolu de protestants, il s’agit des États-Unis, du Nigeria, de la Chine, du Brésil et de l’Afrique du Sud.

22 Ce pays serait, devant la France, celui qui compterait le plus grand nombre de francophones dans le monde.

23 Une part qui pourrait représenter, selon une estimation grossière, de 100 000 à 200 000 personnes.

24 Sur les megachurches voir Fath, 2008.

25 Il faudrait donc trouver les moyens techniques de le faire, ce qui dépasse mes compétences. Juste une piste : qu’une nouvelle enquête du type Trajectoires et Origines de l’Ined/Insee relève ce défi.

26 Sondage Ifop réalisé du 7 mai au 21 mai 2010 auprès de 702 personnes se déclarant de confession protestante ou chrétien évangélique. Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas après stratification par région. « Les quotas et données sur la structure de la population protestante sont issus d’un cumul d’enquêtes Ifop réalisées auprès de 100 000 personnes ces dernières années et au sein desquelles un sous-échantillon de 3 000 protestants a été isolé. »

27 L’hebdomadaire Réforme, le quotidien La Croix, l’Institut européen en sciences des religions.

28 Enquête réalisée du 5 septembre au 3 octobre 2017 auprès de 500 personnes âgées de 15 ans et plus se déclarant de confession protestante ou évangélique. Échantillons interrogés par Internet, via le panel d’Ipsos. L’échantillon de protestants a été extrait du panel IPSOS de 31 155 personnes.

29 Alors président du Conseil d’administration de cet hebdomadaire, je n’eus aucune peine à convaincre les administrateurs de l’intérêt d’un nouveau sondage dont les résultats devaient être publiés dans le cadre du rassemblement national de « Protestants en fête ».

30 https://www.lecnef.org/page/445846-cartes-et-statistiques (consulté le 13 octobre 2021).

31 Cette formation, une des trois « trajectoires de formation » proposées, est assurée par le pasteur Daniel Liechti. Voir www.flte.fr (consulté le 13 octobre 2021).

32 Les sondages de 1980, 2010 et 2017 ne font pas apparaître des répartitions socio-démographiques très différentes entre les évangéliques et les autres protestants, mais la faiblesse des effectifs rend délicat une analyse fiable de cette dimension. Il faut dire aussi qu’avec une réelle base populaire, le protestantisme luthérien d’Alsace et du Pays de Montbéliard, par son poids démographique dans l’ensemble de la population protestante, atténue la disparité sociale du protestantisme de l’ERF où, par rapport à la population française, les classes supérieures sont surreprésentées et les classes populaires sous-représentées (voir notamment l'étude de Pierre Bréchon (1993) sur les réformés de Centre-Rhône-Alpes). Dans mon enquête de 1978-1979 auprès des pasteurs de France, il ressortait clairement que les pasteurs des Églises réformées se distinguaient nettement des pasteurs des Églises évangéliques par un plus fort taux d’origine sociale supérieure (respectivement 28 % et 9 %) et un plus faible taux d’origine sociale modeste (respectivement 30 % et 42 %). Voir Willaime, 1986 : 90-91. Gilbert Vincent (1985) a pour sa part bien montré dans son analyse du profil socio-démocratique des « conseillers presbytéraux » (les laïcs qui gèrent et animent la paroisse avec le ou la pasteur(e)) de la Région parisienne une surreprésentation parmi ces conseillers de la catégorie « professions libérales-cadres supérieurs ». Malheureusement l’ouvrage qui rend compte de ces enquêtes franco-suisses sur les « conseillers presbytéraux » (Campiche et alii, 1990) ne présente les résultats que par régions et non par pays. Dans notre enquête de 2013 sur les « cadres laïcs des Églises protestantes de Paris, Sabrina Pastorelli et moi-même (2017 : 119-120) avons noté une nette différence de catégorie socio-professionnelle entre les conseillers de l’EPUdF, de tradition luthéro-réformée et les conseillers des Églises évangéliques : respectivement 61 % et 40 % de cadres supérieurs, respectivement 11 % et 20 % d’ouvriers/employés.

33 www.assemblees-de-dieu.org (consulté le 13 octobre 2021).

34 Une partie des Assemblées de Dieu sont également membres de la FPF, mais pas toutes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Willaime, « Difficultés et enjeux des études quantitatives de la minorité protestante française », Archives de sciences sociales des religions, 195 | 2021, 221-251.

Référence électronique

Jean-Paul Willaime, « Difficultés et enjeux des études quantitatives de la minorité protestante française », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 195 | juillet-septembre 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/59792 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.59792

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Willaime

GSRL (EPHE-CNRS-PSL) – jean-paul.willaime@ephe.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte seul est utilisable sous licence © Archives de sciences sociales des religions. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search