Navigation – Plan du site

AccueilNuméros197From Race to Religion in a Creole...

From Race to Religion in a Creole Society

Mauritian Muslims, the Hindu-Muslim Interface, and the Question of Religion and Creolization
De la race à la religion dans une société créole : les musulmans mauriciens, l’interface hindou-musulmane et la question de la religion et de la créolisation
De la raza a la religión en una sociedad criolla: los musulmanes de Mauricio, la interfaz hindú-musulmana y la cuestión de la religión y la criolización
Patrick Eisenlohr
p. 59-82

Résumés

Les musulmans mauriciens ont subi un long processus d’uniformisation religieuse et de segmentation sectaire. Comment des frontières religieuses nettes telles que celles qui séparent les musulmans des hindous et des chrétiens, ainsi que celles qui divisent les musulmans en interne selon des lignes sectaires, ont-elles émergé dans une société créole comme Maurice ? Cet article retrace comment la « religionisation » a supplanté la race comme principale catégorie d’incorporation des personnes d’origine indienne dans la société créole de Maurice. La religionisation a émergé comme un projet commun parmi les Mauriciens d’origine indienne qui sont ensuite devenus connus sous le nom d’hindous et de musulmans. Compte tenu de l’interdépendance historique de la christianisation et de la créolisation dans les sociétés de plantation telles que Maurice, le passage de la race à la religion en tant que mode d’incorporation parmi les Mauriciens d’origine indienne offre un angle distinct sur la question de la créolisation et de la religion. Elle exige une distinction entre la créolisation au sens large et la créolisation au sens plus profond, cette dernière indissociable de la racialisation et de la christianisation, soulignant les difficultés du concept de créolisation à s’adapter à des contextes de profonde diversité religieuse.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Religion and religionization
Muslims in Mauritius
Religion and creolization
Conclusion: the dialectics of religionization and racialization

Aperçu du texte

Since independence in 1968, Mauritian postcolonial nation building has unfolded in between two different visions. These are on one hand a multicultural paradigm according to which so-called ancestral cultures and languages originating elsewhere, above all religious traditions and languages tied to them, are of central importance for belonging to a Mauritian nation. On the other hand, there were also attempts for a more homogenizing privileging of locally created cultural forms, especially manifest in the project of an ethnolinguistic nationalism centered on the main vernacular language, Mauritian Creole. This latter vision is the Mauritian version of one of the most successful European exports to the rest of the world, the Herderian idea that the sharing of a vernacular language and its tradition constitutes people as a nation, and implies their right to self-determination (Eisenlohr, 2007). The struggle between these two competing visions of Mauritius appears to be largely settled ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Eisenlohr, « From Race to Religion in a Creole Society », Archives de sciences sociales des religions, 197 | 2022, 59-82.

Référence électronique

Patrick Eisenlohr, « From Race to Religion in a Creole Society », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 197 | janvier-mars 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/assr/65973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.65973

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search