Navigation – Plan du site

AccueilNuméros197Culture et enjeux de mémoire chez...

Culture et enjeux de mémoire chez les Antillais catholiques d’Île-de-France

The Catholic French Caribbeans in the Paris area : relationship to culture and issues of memory
Los católicos antillanos de Île-de-France: relación con la cultura y cuestiones de memoria
Gwendoline Malogne-Fer
p. 155-178

Résumés

Face à l’ampleur des migrations antillaises vers la métropole à partir des années 1960, l’Église catholique a mis en place une aumônerie nationale antillo-guyanaise destinée à aider les Antillais catholiques à s’insérer dans leurs paroisses respectives. Cet article analyse d’abord la genèse et les ambivalences de ce modèle organisationnel de l’aumônerie. Dans un second temps, l’étude de deux cérémonies religieuses – la messe nationale du 11 novembre et la messe du 23 mai en hommage aux victimes de l’esclavage colonial – permet de montrer comment la culture et l’histoire antillaises sont mises en forme et remémorées par l’institution ecclésiale et les paroissiens. La diversité des modes d’appréhension et d’interprétation d’une spécificité antillaise s’inscrit dans des rapports hiérarchiques au sein de l’Église catholique et révèle des régimes de temporalité et des enjeux mémoriels divergents.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Entre dispersions paroissiales et remobilisations ponctuelles
« Génération Bumidom » et structuration des activités religieuses
La messe nationale antillo-guyanaise : la célébration du métissage
Ce que le refus de l’enfermement communautaire veut dire
La messe du 23 mai en mémoire des victimes de l’esclavage colonial
Le contexte politique des années 1990-2000
Généalogie et description de la messe du 23 mai
L’incident de 2013
Mémoires familiales et militantes
Conclusion

Aperçu du texte

À partir des années 1960, les migrations des Antillais vers la métropole se sont considérablement accrues sous l’effet de la politique migratoire de l’État français. Ces Antillais, qui pour la plupart résident en région parisienne, sont très nombreux à avoir reçu une éducation catholique dans leur enfance et leur adolescence. Au cours des années 1960-1970, l’Église catholique met en place une aumônerie destinée d’une part à aider les Antillais à maintenir leurs pratiques religieuses en les adaptant au nouveau contexte francilien, d’autre part à faciliter leur insertion paroissiale. On s’intéressera ici à la genèse et au modèle organisationnel de cette aumônerie, ainsi qu’aux différentes activités catholiques développées à destination de ce public antillais. Il s’agira de montrer comment se construit une spécificité antillaise en métropole.

Aux Antilles, deux approches de la culture antillaise sont traditionnellement mises en avant dans les milieux littéraires et politiques. La premiè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwendoline Malogne-Fer, « Culture et enjeux de mémoire chez les Antillais catholiques d’Île-de-France », Archives de sciences sociales des religions, 197 | 2022, 155-178.

Référence électronique

Gwendoline Malogne-Fer, « Culture et enjeux de mémoire chez les Antillais catholiques d’Île-de-France », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 197 | janvier-mars 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/assr/66193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.66193

Haut de page

Auteur

Gwendoline Malogne-Fer

Sciences Po, Centre d'études et de recherches internationales, Centre Maurice Halbwachs – gmalogne@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search