Navigation – Plan du site

AccueilNuméros197Le religieux créole en diaspora

Le religieux créole en diaspora

Le palimpseste de l’hindouisme guyanien à New York
Creole religious in the diaspora. The palimpsest of Guyanese Hinduism in New York
El religioso criollo en la diáspora. El palimpsesto del hinduismo guyanés en Nueva York
Mathieu Claveyrolas
p. 179-200

Résumés

De nombreux Guyaniens ont émigré depuis les années 1980-1990 à New York. L’ethnographie des pratiques, lieux de culte et acteurs, se concentre sur la sous-communauté s’identifiant comme « Madrasi » – originaire du Sud de l’Inde –, qui a fondé dans le seul quartier du Queens une quarantaine de temples hindous dédiés à la Déesse. Qu’advient-il de l’hindouisme créole lorsqu’il quitte les mondes créoles ? Comment s’insère-t-il dans le paysage cosmopolite multi-religieux du Queens et dans les réseaux transnationaux, entre « modernisation », ethnicisation et retour à l’authenticité indienne ? Que deviennent les marqueurs de la créolisation ? J’analyse la superposition des multiples strates qui décrivent l’hindouisme guyanien à New York et articule cet hindouisme-palimpseste à sa définition en tant que religieux créole.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

South Jamaica Kali Temple – Le sermon de Vijah
101st avenue Sri Shakti Mariammaa temple : Sunday service (culte du dimanche) dans un temple madrasi
L’hindouisme guyanien newyorkais : le palimpseste contre l’essence
Fonder la Madrasi parade à New York : espace public, progressisme et communauté
Hindouisme créole et palimpseste

Aperçu du texte

South Jamaica Kali Temple – Le sermon de Vijah

“Vannakam, salam, Sita-Ram, good morning, namaskar everybody.” C’est avec cette énumération œcuménique de salutations que Vijah prend la parole à l’heure du sermon dominical dans le temple hindou guyanien dédié à la déesse Kali à South Jamaica, dans le sud du Queens. Il a 38 ans, le crâne rasé, le visage encadré d’une fine barbe, les bras et avant-bras tatoués de motifs géométriques et, autour du cou, deux longs colliers de graines rituelles (rudraksha mala). Lorsqu’il est passé me chercher en voiture pour me conduire au temple, il portait déjà son dhoti (pièce de coton traditionnelle enroulée autour de la taille) et un tee-shirt de l’United Madrassi Association (UMA) qu’il a fondée et préside à New York. Il s’excuse de son retard : son épouse étant en voyage professionnel à Washington D.C., il a dû s’occuper de leurs trois enfants dont l’aîné, âgé de 9 ans, l’accompagne aujourd’hui. Debout derrière un pupitre, Vijah enchaîne au micro :

I...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Claveyrolas, « Le religieux créole en diaspora », Archives de sciences sociales des religions, 197 | 2022, 179-200.

Référence électronique

Mathieu Claveyrolas, « Le religieux créole en diaspora », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 197 | janvier-mars 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/assr/66254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.66254

Haut de page

Auteur

Mathieu Claveyrolas

CEIAS/EHESS, CNRS – mathieu.claveyrolas@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search