Navigation – Plan du site

AccueilNuméros197Le paysage végétal et les hindoui...

Le paysage végétal et les hindouismes des Antilles (Guadeloupe) et des Mascareignes (La Réunion, île Maurice)

Ethnographie d’une circulation des pratiques religieuses
The plant landscape and Hinduisms of the West Indies (Guadeloupe) and the Mascarenes (Reunion, Mauritius). Ethnography of a circulation of religious practices
El paisaje vegetal y los hinduismos de las Antillas (Guadalupe) y las Mascareñas (Reunión, Mauricio). Etnografía de una circulación de prácticas religiosas
Lou Kermarrec
p. 83-112

Résumés

La circulation des hommes et des plantes peut-elle être mise en lien avec la formation des identités religieuses ? En quoi le paysage végétal peut-il influer sur la transmission des savoirs religieux en situation d’exil ? La pratique de l’hindouisme est intimement liée au paysage végétal. Pourtant cette question est peu traitée dans les études sur l’hindouisme pratiqué dans les îles créoles. À partir du cas de l’hindouisme de la Guadeloupe, voici une réflexion ethnographique sur le rôle du végétal dans les évolutions des hindouismes des Antilles (Guadeloupe) et des Mascareignes (La Réunion et l’île Maurice). En croisant des sources ethnographiques, botaniques et historiques, j’analyse le lien entre le paysage végétal insulaire et la transmission des savoirs et des pratiques religieuses hindoues depuis l’époque de l’engagisme (1834-1917). Les échanges actuels entre les hindous de la Guadeloupe et l’Inde, les pays du Sud de la Caraïbe et les îles Mascareignes entrainent de nouvelles modalités de connaissance des plantes et de leurs usages. Ces échanges favorisent l’introduction d’espèces végétales, comme le tulsi (Ocimum tenuiflorum L.), qui se diffusent progressivement dans le paysage des lieux de culte hindous de la Guadeloupe, dans le contexte d’une mise en contact des pratiques hindoues « créoles » avec la circulation de savoirs brahmaniques plus globalisés. L’étude du lien végétal/sacré offre une perspective nouvelle sur la créolisation des pratiques religieuses, et questionne le rôle des plantes et du paysage végétal dans la création des espaces rituels, dans l’aménagement des jardins de temples, et dans le choix de l’offrande sacrificielle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Introduction : intégrer l’ethnobotanique à l’étude des « hindouismes créoles »
Le paysage végétal insulaire comme lieu de report des savoirs hindous hors de l’Inde
L’hindouisme et le végétal : une symbiose de longue durée
Hindouisme et créolisation : quelques éléments du contexte socio-culturel guadeloupéen
Le manguier et le vèpèlè (nīm) : deux arbres comme référence dans le paysage insulaire
Circulation des plantes et des savoirs hindous : interroger le lien au sacré hors de l’Inde
Le savoir du pousari, la plante sacrée et le paysage
L’émergence de réflexions sur le culte hindou et le paysage insulaire
Des Lamiacées : Tulsī et les fonbazen
Le jardin du temple comme lieu de négociation des logiques d’apprentissage
Le rapport au végétal est un élément des discours sur l’évolution du culte
Discontinuités des savoirs et des apprentissages dans l’espace du temple
Conclusion : « Trajectoires » hindoues dans le paysage insulaire

Aperçu du texte

Introduction : intégrer l’ethnobotanique à l’étude des « hindouismes créoles »

Les dieux, les offrandes et les rituels hindous sont intimement liés au végétal : arbres, arbustes, feuilles, fleurs, racines, graines, herbes. De nombreuses plantes endémiques du sous-continent asiatique sont associées aux mythes hindous et sont considérées comme des dieux. Sans les plantes, pas de culte hindou. Qu’en est-il alors lorsque les hindous se déplacent hors de l’Inde et que d’un territoire à un autre le paysage végétal change ?

Le rôle des plantes et du paysage végétal insulaire dans l’évolution des hindouismes des Antilles françaises (Guadeloupe) et des Mascareignes (La Réunion et l’île Maurice) est ici abordé à partir du cas de l’hindouisme de la Guadeloupe. Étudier l’hindouisme dans les îles créoles, par son lien au paysage végétal, c’est interroger la manière dont l’utilisation des plantes joue un rôle dans l’installation et la pérennisation des cultes hindous en dehors de l’Inde. C’est auss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lou Kermarrec, « Le paysage végétal et les hindouismes des Antilles (Guadeloupe) et des Mascareignes (La Réunion, île Maurice) », Archives de sciences sociales des religions, 197 | 2022, 83-112.

Référence électronique

Lou Kermarrec, « Le paysage végétal et les hindouismes des Antilles (Guadeloupe) et des Mascareignes (La Réunion, île Maurice) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 197 | janvier-mars 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/assr/66343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.66343

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search