Navigation – Plan du site

AccueilNuméros198Le Coran des historiens, lectures...Histoire du Coran. Critique des a...

Le Coran des historiens, lectures croisées

Histoire du Coran. Critique des approches des sources1

History of the Qur'an. A Critic of Approaches to Sources
Historia del Corán. Critica de los enfoques sobre las fuentes
Asma Helali
p. 17-24

Texte intégral

  • 1 Ce titre fait écho à l'ouvrage d’Aziz Al-Azmeh, The Arabs and Islam in Late Antiquity. A Critique (...)

1Comme ses éditeurs l’annoncent dès l’introduction, cet ouvrage en trois tomes et quatre volumes offre au public le plus large possible (p. 22) et non-spécialiste (p. 29) la synthèse des travaux scientifiques sur le Coran depuis le xxe siècle. Considéré comme « l’assise scripturaire » de la « culture musulmane », que celle-ci réfère à l’art, à la pensée ou aux sciences religieuses, le Coran y est abordé « comme texte » (p. 22). Les éditeurs présentent les méthodes de critique textuelle du Coran en adoptant les catégories du chercheur allemand Gregor Schœler (Schœler, 2002) : l’école hypercritique et l’école critique, dont ils modifient l’appellation (école « maximaliste » vs école « minimaliste »). Après une brève présentation des pionniers des études islamiques depuis le xixe siècle (Abraham Geiger, Gustav Weil, Ignác Goldziher, etc.), les éditeurs soulignent l’importance de leurs travaux, qui ouvrent la voie à la reconsidération de l’authenticité (p. 23) ou de la crédibilité (p. 25) des textes fondamentaux de l’islam, du Coran et de la tradition prophétique (hadith). Ces travaux orientalistes « scientifiques » et « documentés » sont poursuivis aux xxe et xxie siècles. Loin du ton dit apologétique des sources islamiques postérieures au viie siècle (p. 25-26), la voie d’investigation présentée comme nouvelle – en fait héritée des savants du xixe siècle – serait l’étude des « éléments juifs et chrétiens » (p. 25) au sein du Coran, dans les pas d’Abraham Geiger, d’Alphonse Mingana, de Günter Lüling et, récemment, de Christoph Luxenberg, sans oublier les contributions, dans les années 1980-1990, de John Wansbrough, de Patricia Crone et de Michael Cook. Les trois tomes se partagent trois tâches : le premier se penche sur le contexte géographique et historique de la genèse du Coran, sur les éléments issus des religions de l’Antiquité tardive dans le texte et sur l’étude du Coran proprement dit. Le deuxième tome est dédié à un commentaire continu de l’ensemble du Coran selon l’approche historico-critique et philologique (p. 30). Le troisième tome est consacré à une liste bibliographique des études coraniques depuis le xixe siècle jusqu’à nos jours. L’introduction s’achève sur la valeur « civique » et « politique » de l’ouvrage, qui se veut un outil permettant l’accès à l’étude historique du Coran et de l’islam. Elle est suivie d’un avis au lecteur (p. 39-41), de repères historiques (p. 43-45) et de cartes géographiques décrivant l’expansion de l’islam sous les Empires omeyyade et abbasside.

2La première partie du premier volume se consacre aux contextes d’apparition du Coran en Arabie (Christian Julien Robin) et en Iran au début de l’islam (Samra Azarnouche). Les auteurs y soulignent l’importance de l’étude du texte coranique afin de reconstituer l’histoire religieuse de ces régions. La vie du Prophète est esquissée au pluriel (Stephen J. Shoemaker), essentiellement sur la base de la littérature secondaire, sans que le lecteur saisisse le lien avec le texte coranique lui-même, collecté après la mort du Prophète en 632. L’expansion de l’islam (Antoine Borrut) est abordée d’un point de vue méthodologique centré sur la critique des sources, en soulignant l’importance des textes non islamiques. C’est en reprenant les travaux de Patricia Crone, de Michael Cook et d’Aziz al-Azmeh que l’auteur aborde la problématique de l’authenticité des sources (p. 250). À l’instar d’Albrecht Noth (Albrecht Noth, 1994), Antoine Borrut souligne l’aspect idéologique des genres historiographiques arabo-islamiques. Il ajoute cependant que des informations contradictoires y sont souvent présentées (p. 254). Le lecteur se demande comment un récit historiographique contradictoire peut défendre une lecture biaisée de l’histoire arabo-islamique. L’étude du contact entre Juifs et Arabes en Arabie avant l’avènement de l’islam (Meir M. Bar-Asher) aboutit quant à elle au questionnement suivant : « quel judaïsme Muḥammad et ses adeptes ont-ils connu au Ḥiǧāz ? », traité brièvement à travers les différentes hypothèses envisagées par les études secondaires. Le contexte de l’Empire byzantin à la veille de la conquête arabe (Muriel Debié et Vincent Déroche) est esquissé à travers la diversité des confessions chrétiennes ; selon les auteurs, l’islam n’était pas perçu comme fondamentalement différent dans l’Empire byzantin. L’analyse du contexte de l’Iran sassanide (Christelle Jullien) montre que, lors de la conquête islamique, les communautés chrétiennes enracinées dans le territoire iranien ont joué un rôle fondamental dans la transmission du savoir grec aux Arabes. Quant à l’influence du contexte éthiopien (Manfred Kropp et Guillaume Dye), elle se résume aux emprunts lexicaux et sémantiques dans le texte coranique ainsi que dans certains passages tirés de la tradition islamique. L’importance du contexte du chiisme et son lien avec le Coran (Mohammad Ali Amir-Moezzi) sont soulignés à travers l’analyse du Coran comme enjeu dans les conflits et les guerres civiles qui ont eu lieu aux débuts de l’islam.

  • 2 Voir par exemple Pellat, 1977.
  • 3 Pour une approche historique du khabar, voir : Leder, 1988 : 67-81 et Leder, 1990 : 72-96.

3L’usage des sources dans ces études soulève certaines interrogations. Une grande partie des contributions accorde une place privilégiée aux études secondaires, un trait souvent justifié dans les études coraniques par la rareté des sources, leur non-accessibilité ou encore leur caractère biaisé. Christelle Jullien évoque par exemple des sources contemporaines et antérieures au VIIsiècle. Pour autant, la bibliographie n’est consacrée qu’aux études secondaires (p. 390-391) ; les sources arabes en sont absentes, le Coran inclus, et aucune mention n’est faite des traductions utilisées. Riches en informations sur le viie siècle, les contributions laissent parfois deviner les liens entre les acteurs historiques et le Coran mais n’y consacrent pas une analyse à part entière. À titre d’exemple, Samra Azarnouche fait allusion aux contacts entre les langues persane et arabe et souligne au passage certaines similitudes entre islam et religion mazdéenne (en l’occurrence, l’interdiction de manger du lièvre ou de porter une seule chaussure, p. 176) ; cependant, elle ne précise pas le lien avec le Coran, d’autant plus que le mot arabe arnab désignant le lièvre en est absent. L’autrice ne précise pas non plus à quelle pratique régionale en terre d’islam fait référence l’interdiction de porter une seule chaussure. De leur côté, Muriel Debié et Vincent Déroche soulignent que « plusieurs sources » (p. 356), sans préciser lesquelles, présentent les Arabes comme de « simples brigands barbares, voire des fauves, ou de simples instruments de la vindicte des Juifs, bref, comme des phénomènes secondaires qui n’auraient qu’un temps » (p. 356). Ces citations vaguement référencées échouent à esquisser un tableau qui se veut historique mais n’en demeure pas moins imaginaire. La mention de la source permettrait d’élucider son contexte, et donc l’aspect idéologique dont elle est indissociable, pour reprendre un des principes de l’ouvrage. Il en va de même pour les propos liés au groupe des quṣṣāṣ (conteurs) : leur mention, dépourvue de références à des sources arabes, est périlleuse car leur profil, d’une grande richesse dans les sources islamiques et ayant fait l’objet de plusieurs études sérieuses chez les historiens des textes, est associé dans l’ouvrage à la transmission de récits de fiction (p. 419, p. 870). Cette analyse suggère que la limite entre récit historique et récit de fiction dépendait de la catégorie de transmetteurs. Cette conception de l’histoire des textes en islam est issue de l’orientalisme des années 1960 et est fortement influencée par les travaux d’Ignác Goldziher (m. 1921), lui-même orienté par les sources islamiques médiévales hanbalites qui ont consacré des traités entiers à la condamnation des quṣṣāṣ2. Le même problème se présente dans l’usage du mot khabar (récit) attribué, là encore, aux conteurs (p. 870) et mis au cœur de l’enjeu fiction/histoire3. Enfin, les contributeurs à cette première partie ont failli au principe d’éviter la projection d’éléments historiques postérieurs au viie siècle sur le Coran. Malgré la prudence annoncée au début de l’article concernant l’écart entre certaines appellations propres aux historiens des religions et le terrain de recherche constitué par l’Antiquité tardive, Jan M.F. Van Reeth identifie une pensée « doctrinale » dans certains passages du Coran (p. 458-460). Pourtant, au viie siècle, le Coran n’est pas commenté d’une manière systématique et ses aspects doctrinaux attendront des générations de savants avant d’être établis.

4La deuxième partie du volume se propose d’aborder les éléments issus des religions de l’Antiquité tardive dans le texte coranique. Ils sont traités sous plusieurs angles. Jan M.F. Van Reeth défend l’hypothèse d’une éventuelle influence judéo-chrétienne dans le Coran. Les éléments issus du manichéisme (Michel Tardieu) sont scrutés à travers un verset coranique (33:40). L’étude des écrits apocryphes juifs et du Coran (David Hamidović) aborde les motifs juifs qui constituent le « sous-texte » coranique. À travers les apocalypses syriaques, Muriel Debié étudie le rôle du christianisme de langue syriaque dans la transmission de motifs dans les textes arabes. Sur la base d’un ensemble d’études secondaires, Frantz Grenet suggère qu’il est improbable que l’apocalypse iranienne ait « pénétré » le texte coranique. L’environnement légal du Coran (David S. Powers) remet en cause l’origine coranique du droit coutumier arabe du viie siècle et la pertinence de toute déduction des caractéristiques de ce droit fondée sur le Coran (p. 620). Cependant, l’auteur ne donne pas de définition de ce qu’il entend par droit coutumier et dirige son attention vers « l’environnement légal du Coran ». L’auteur fait des rapprochements entre certains versets du Coran et d’autres droits coutumiers. Les juristes musulmans, architectes d’un droit coutumier islamique, sont absents de cette contribution ; pourtant, c’est bien à travers eux que le Coran trouve sa place dans l’histoire quelques siècles après.

5En somme, la deuxième partie du volume présente des difficultés d’ordre conceptuel. Le lecteur est face à une terminologie de critique textuelle parfois hésitante et imprécise, comme l’illustre l’usage du terme « source ». Ainsi Les exploits d’Alexandre sont-ils considérés par Muriel Debié comme « la source » du passage du Coran 18:83-99, ayant fait l’objet d’une « adaptation nouvelle et [d’] une rédaction ayant sa propre finalité » (p. 571). Dans cette analyse du lien entre le texte « source » et le Coran, mériteraient d’être précisés au moins sur le plan conceptuel le statut de la source en question, ce qu’il faut entendre par « adaptation » et le sens de la « nouveauté » comme celui de la « finalité propre » évoquées. Quels sont les mécanismes rédactionnels en œuvre permettant de parler de source textuelle ? Quelles conséquences peut-on en tirer sur les deux textes, le texte du départ et le texte d’arrivée, pour reprendre la terminologie de l’intertextualité ?

6La troisième partie de ce premier tome est consacrée au Coran proprement dit et semble n’entretenir aucun lien avec le reste du volume. François Déroche et Éléonore Cellard livrent ainsi des contributions d’ordre méthodologique sur les nouvelles techniques de datation (carbone 14) et sur les possibilités de classement des manuscrits coraniques. Le Coran des pierres (Frédéric Imbert) traite des graffitis pouvant apporter un éclairage sur l’histoire du texte coranique, révélant le lien intime entre les musulmans et leur texte sacré aux débuts de l’islam. La réflexion autour de la composition du Coran et de sa canonisation (Guillaume Dye) expose un ensemble de problèmes méthodologiques liés aux études coraniques contemporaines et, plus particulièrement, à celles qui se penchent sur le contexte historique de la composition du Coran. La position de Viviane Comerro de Prémare est enfin réitérée : le texte coranique serait un corpus hétérogène comportant de multiples genres et dont les composantes sont parfois indépendantes les unes des autres.

7Les éditeurs de l’ouvrage présentent le second tome, divisé en deux volumes (volume 1 : sourates 1 à 26, volume 2 : sourates 27 à 114), comme un commentaire continu de l’ensemble du Coran. Ils le rapprochent des projets du Qur’ān Seminar (Université de Notre Dame, 2012-2013) et du Corpus Coranicum (Académie des sciences humaines de Berlin-Brandebourg, depuis 2007). Les développements que chaque auteur consacre aux chapitres, versets ou « sections » sont inégaux du point de vue de leur longueur et sont évidemment liés aux champs d’intérêt propres à chacun. Dans leurs commentaires, certains chercheurs citent l’exégèse islamique médiévale à titre de comparaison, règle qui n’est toutefois pas suivie par l’ensemble des contributeurs en raison de l’aspect « orienté » de cette littérature exégétique islamique médiévale, objet de nombreux développements dans l’ouvrage. Le commentaire est linéaire et se présente comme visant la totalité du texte coranique. Pourtant, à maints endroits, des groupes de versets classés dans des catégories appelées « sections » ou « parties » ne sont pas commentés ; seule la thématique sur laquelle ils portent est brièvement résumée, ce qui n’est pas sans rappeler la méthodologie de la littérature exégétique islamique ancienne. On remarque par ailleurs que les problématiques soulignées dans le premier tome sont passées sous silence dans le second. À titre d’exemple, le commentaire du passage du Coran 3:7 (p. 138-140) ne pose pas le problème de l’interprétation (taʾwīl), auquel le vingtième article du premier volume consacre pourtant un développement substantiel (Mohammad Ali Amir-Moezzi, p. 919-967). Il est également frappant que les références aux sources islamiques se fassent par le biais des études orientalistes, comme l’illustre le recours à l’ouvrage d’Arthur Jeffrey, Materials for the History of the Text of the Qur’an : the Old Codices (1938), pour relever les variantes coraniques recensées dans Kitāb al-maṣāḥif, le « Livre des codex » de Ibn Abī Dāwūd (m. 929). Cette méthodologie est hésitante car, bien que récalcitrante à utiliser les sources islamiques anciennes, elle y recourt tout de même à travers les maîtres orientalistes, éditeurs de ces mêmes sources. Cela fragilise l’argumentation de l’ouvrage et jette le flou sur la position dite historico-critique du projet. À ce flou, s’ajoute le lien que le volume établit entre les études de manuscrits coraniques anciens (Behnam Sadeghi et Mohsen Goudarzi) et les sources arabo-islamiques anciennes, en l’occurrence, dans le même livre édité par Arthur Jeffrey (p. 162). Deux hypothèses se présentent au lecteur afin de comprendre la méthodologie des auteurs. La première est que la source islamique pourrait être considérée comme historiquement fiable lorsqu’elle est éditée. Aux références utilisées, on pourrait donc ajouter une longue liste de titres et réconcilier les auteurs avec les sources islamiques. La deuxième hypothèse est que les sources islamiques ne sont pas des références fiables, à l’exception de celles que recoupent les trouvailles des quelques études sur les manuscrits, ou bien encore, celles qui confortent les conclusions déjà établies. Cette méthode n’est pas sans rappeler celle défendue par l’historienne Particia Crone, reprise par Aziz al-Azmeh dans l’ouvrage qu’il consacre à la critique des approches des sources arabo-islamiques (Aziz al-Azmeh, 2014 : 39-55).

8Le troisième tome de l’ouvrage consiste en une bibliographie des études coraniques, appelée à être mise à jour régulièrement. Il s’agit donc, comme il est précisé dans l’introduction, d’un « travail en cours » des recherches occidentales. La bibliographie proposée porte sur chacune des sourates du Coran ainsi que sur les personnages coraniques. Elle est classée selon l’ordre des sourates : un choix d’ordre pratique venant remplacer le classement alphabétique par noms d’auteurs, d’usage dans les publications académiques.

9La critique que l'on peut adresser aux bases méthodologiques du troisième tome est liée à l’agencement de la bibliographie selon le « déroulement du Coran », c’est-à-dire, selon l’ordre des sourates dans le codex du Coran (muṣḥaf). L’insistance sur l’ancrage du Coran des historiens dans l’histoire du Coran devrait pourtant privilégier une approche qui s’affranchirait de l’ordre des chapitres du Coran décidé par la tradition islamique majoritaire ; la même approche devrait prendre en considération les différentes tentatives de soumettre le Coran à une chronologie historique, comme la chronologie de Nöldeke. Elle devrait également prendre en considération l’aspect fragmentaire du Coran qui a accompagné sans cesse sa transmission, avant, pendant, et après sa collection (Helali, 2021).

Conclusion

10Le Coran des historiens offre un tableau du viie siècle d’une grande richesse. Il attire l’attention du lecteur avisé autant que celle du grand public sur les progrès considérables accomplis par les études coraniques ces dernières décennies. Dues à des facteurs tant politiques qu’académiques, ces avancées varient d’un pays à l’autre en Occident et dans le monde musulman. Les différentes générations de chercheurs qui appliquent la méthode dite historico-critique dans cet ouvrage se retrouvent autour d’une approche commune, consistant à reconsidérer les contextes historiques dans lesquels « émerge » le Coran au viie siècle. Malgré l’intérêt évident de l’ouvrage, il demeure problématique à plusieurs égards. La majorité des contributions sont des résumés remaniés de travaux déjà publiés, un choix légitime dans une entreprise de vulgarisation, mais qui ôte au premier volume tout caractère novateur. Certes, les contributeurs ne prétendent pas à une approche originale du Coran ; ils visent à offrir une vision synthétique et complète de la mise en contexte historique d’un texte religieux (tome I), ainsi que des exemples de mise en pratique de la méthode historico-critique à travers un commentaire quasi exhaustif du Coran (tome II). L’exercice est néanmoins périlleux, car le choix méthodologique fondamental de l’ouvrage, celui d’éviter la littérature islamique exégétique postérieure au viie siècle, considérée comme idéologiquement « orientée », semble, au fil des contributions, difficile à mettre en pratique. Le matériau textuel analysé étant écrit en langue arabe, il semble de fait difficile de se départir de règles de grammaire et de rhétorique élaborées par des générations de savants postérieurs au viie siècle pour établir une première couche de signification qui, pourtant, permettrait de comparer le texte coranique aux textes contemporains non arabes. Nous ajouterons que le filtre de la traduction du Coran est doublement problématique, car il permet de contourner le problème sans le résoudre. Ce paradoxe explique sans doute le recours à une terminologie de critique textuelle aux contours peu définis, comme l’illustre le terme « écho », censé désigner un lien de ressemblance vague entre le Coran et des textes non arabes.

11Par ailleurs, le déni de la littérature islamique médiévale met les auteurs face à des contradictions inexplicables. En effet, on s’attendrait à ce que la littérature des variantes coraniques (qirā’āt) soit soumise, au même titre que le texte coranique, à un examen « historico-critique ». Or, il n’en est rien : les auteurs utilisent l’édition, par Arthur Jeffrey, d’un ouvrage du xe siècle (Ibn Abū Dāwud [m. 929], Kitāb al-Maṣāḥif) afin de faire référence aux variantes coraniques, sans prendre la mesure de l’écart historique entre l’acte de recension des variantes, un acte idéologique par excellence, et le texte coranique issu du viie siècle. À ceci, s’ajoute le choix de privilégier une herméneutique contemporaine du texte coranique ; il est fait référence aux interprétations de certains passages du Coran par divers auteurs occidentaux contemporains, sans expliquer en quoi cette nouvelle exégèse – la plupart du temps tributaire de diverses traductions du Coran – serait délivrée de toute orientation idéologique, au contraire de l’exégèse islamique médiévale considérée, à juste titre, comme une littérature biaisée. L’hésitation relevée dans l’usage de la littérature islamique médiévale est un trait présent dans les travaux pionniers de l’école dite hypercritique des années 1990, dont les principales figures sont Patricia Crone et Michael Cook. Nul doute que Le Coran des historiens appelle à une systématisation de l’approche historico-critique en même temps qu’à son renouvellement. Malgré son intérêt, ce que les auteurs supposent être un « nouveau paradigme » mène parfois à certains flous terminologiques et à des contradictions méthodologiques.

12Il est certain que le Coran n’est pas un texte dont la fonction est de documenter l’histoire du viie siècle, ni celle du Prophète de l’islam ; c’est un texte religieux, doté du statut sacré que lui confèrent les musulmans et qui fait de lui un acteur historique à part entière. L’historicité du Coran est analysable au niveau argumentatif et rhétorique, ainsi qu’au niveau socio-politique et idéologique qui les sous-tend. Mais les deux niveaux sont inaccessibles si l’analyse est amputée de son support textuel, c’est-à-dire, de la tradition islamique qui confère au texte sa sacralité.

Haut de page

Bibliographie

al-Azmeh Aziz, 2014, The Arabs and Islam in Late Antiquity. A Critique of Approaches to Arabic Sources, Berlin, Gerlach Press.

Helali Asma, 2021, The Qur’ān before the Book. History and Concepts of Qur’ānic Variants (qirāāt)”, Journal of College of Sharia & Islamic Studies, 38, 2.

Leder Stefan, 1988, “Authorship and Transmission in Unauthored literature. The akhbār attributed to al-Haytham ibn ʿAdī”, Oriens, 31.

Leder Stefan, 1990, “Features of the Novel in Early Historiography. The Downfall of Xālid al-Qasrī”, Oriens, 32.

Noth Albrecht, Conrad Lawrence, 1994 (2e édition), The Early Arabic Historical Tradition: A Source-critical Study, traduit de l’allemand par Michael Bonner, Princeton, New Jersey, Darwin Press.

Pellat Charles, Lewis Bernard, Schacht Joseph (eds.), 1977, Encyclopédie de l’Islam, tome II, Leyde/Paris, Brill/Maisonneuve et Larose.

Schœler Gregor, 2002, Écrire et transmettre dans les débuts de l’islam, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Ce titre fait écho à l'ouvrage d’Aziz Al-Azmeh, The Arabs and Islam in Late Antiquity. A Critique of Approaches to Arabic Sources, Berlin, Gerlach Press, 2014.

2 Voir par exemple Pellat, 1977.

3 Pour une approche historique du khabar, voir : Leder, 1988 : 67-81 et Leder, 1990 : 72-96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Asma Helali, « Histoire du Coran. Critique des approches des sources », Archives de sciences sociales des religions, 198 | 2022, 17-24.

Référence électronique

Asma Helali, « Histoire du Coran. Critique des approches des sources », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 198 | Avril-juin 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/66679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.66679

Haut de page

Auteur

Asma Helali

Centre d’études en civilisations, langues et littératures étrangères, Université de Lille – asma.helali@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte seul est utilisable sous licence © Archives de sciences sociales des religions. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search