Navigation – Plan du site

AccueilNuméros199Chez les Kurdes kirmanj d’Urmia :...

Chez les Kurdes kirmanj d’Urmia : la tribu à l’interface du politique et du confessionnel

Among the Kurdish Kirmanj of Urmia: The Tribe at the Interface of Politics and Religion
Entre los Kurdos kirmanj de Urmia: la tribu en la interfaz de lo político y lo confesional
Hawzhin Baghali
p. 121-144

Résumés

En Iran, du fait de l’hégémonie démographique des Kurdes sorane, au Kurdistan et dans la région de Kermanshah principalement, ceux de langue kurde kirmanj, en Azerbaïdjan occidental sur la frontière avec la Turquie, ont été négligés par la recherche en sciences humaines et sociales. Ces dernières oublient trois différences entre ces populations et celles de régions plus méridionales. La première est une permanence du fait tribal, mis à mal plus au sud, dans les régions de langue sorane, par la centralisation de la monarchie Pahlavi (1925-1979). La seconde tient à ce que l’islamisme n’est pas parvenu à se développer dans les districts de langue kirmanj après la révolution de 1979, contrairement à ce qui s’est passé plus au sud, de sorte que l’adhésion politique s’y est opérée, jusqu’au début du xxie siècle, sur la base de la tribu. À Urmia toutefois – la capitale régionale aujourd’hui bi-ethnique, kurde sunnite et azérie chiite –, l’exode rural désarticulait la tribu kurde, renforçant les solidarités ethno-confessionnelles. Depuis les années 2000 cependant, la République islamique a tenté de réagir à la politisation d’une identité kurde sunnite par la promotion d’une clientèle de nouvelles chefferies tribales et de branches rivales du soufisme sunnite, supposément vectrices de divisions. Celles-ci peuvent-elles permettre à Téhéran de lutter, à Urmia, contre le développement d’une identité kurde sunnite ? C’est à cette question que la présente étude ambitionne de répondre, en combinant géographie historique et enquête sociologique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Urmia, une histoire sous tension
Un héritage des Kurdes nomades ?
Le bidonville, creuset d’identité kurde sunnite ?
Une re-tribalisation par le haut ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’analyse de la mutation des structures dites « traditionnelles » des sociétés naguère tribalisées du Moyen-Orient, et de l’interaction de ces structures avec une succession d’empires puis d’États-nations, révèle un phénomène non de déshérence univoque mais, parfois, de renforcement paradoxal du fait tribal, dans l’ordre symbolique en tout cas. Un renforcement et une revalorisation qui constituent à la fois une énigme et une clé possible pour notre compréhension de ces sociétés. À l’extrême nord-ouest de l’Iran actuel, les aires de peuplement kurde de la région d’Urmia nous offrent un cas d’étude productif. En effet, elles ont constitué depuis la fin du xxe siècle un théâtre d’affrontement entre acteurs « traditionnels » et « nouveaux venus » de la sociologie politique, dans une région frontière marquée par de nombreux clivages, ethno-confessionnels entre autres, et par un héritage de violence collective que s’est employée à attiser une succession de puissances régionale...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hawzhin Baghali, « Chez les Kurdes kirmanj d’Urmia : la tribu à l’interface du politique et du confessionnel », Archives de sciences sociales des religions, 199 | 2022, 121-144.

Référence électronique

Hawzhin Baghali, « Chez les Kurdes kirmanj d’Urmia : la tribu à l’interface du politique et du confessionnel », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 199 | juillet-septembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/assr/67241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.67241

Haut de page

Auteur

Hawzhin Baghali

CETOBAC, EHESS – hawzhinbaghali[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search