Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Notes critiquesL’innommable de l’initiation

Notes critiques

L’innommable de l’initiation

The unspeakable of initiation
Lo indecible de la iniciación
André Mary
p. 83-96
Référence(s) :

Fabre Daniel, Passer à l’âge d’homme. Dans les sociétés méditerranéennes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 2022, 352 p.

Texte intégral

  • 1 Adell, Fine et Vassas, 2020 : « … on présente comme une œuvre pensée entièrement par lui ce qui es (...)
  • 2 Fabre, 2014a ; pour une note de lecture sur cet essai voir Mary, 2016.
  • 3 Daniel Fabre, « Écrits segmentés et filiations inversées : les vies savantes de Georges Hérelle », (...)

1Comme les compositeurs de cet ouvrage le précisent dans leur « préambule » inédit, le recueil d’articles présenté ici n’est pas nécessairement celui que l’auteur Daniel Fabre aurait retenu in fine1. Il faut dire qu’entre les attentes de l’éditeur et le travail des compositeurs, l’auteur s’est toujours accommodé d’une écriture par « assemblage de morceaux », ruminant et peaufinant ses articles sans aller jusqu’au livre achevé sauf pour le cas de son essai Bataille à Lascaux2. Dans ses dernières recherches biographiques Daniel Fabre s’est particulièrement attaché sinon identifié à l’œuvre dispersée de Georges Hérelle, un corps d’écritures en morceaux, un puzzle qui ne relève pas d’un jeu solitaire mais dont la composition peut toujours être retravaillée et relancée par les esquisses d’arrangement du lecteur occasionnel confronté à cette polygraphie cloisonnée3.

Des introductions et préambules en trompe-l’œil

  • 4 On prendra toute la mesure de l’écart qui existe entre le chantier de Daniel Fabre et le projet sa (...)

2Signalons d’emblée, dans le dédale des introductions et préfaces, les fausses pistes ou clés d’accès à ce recueil. Nul doute que L’Âge d’homme de Michel Leiris, cette entreprise autobiographique inépuisable, constamment reprise, soit proche des intérêts littéraires de Daniel Fabre, mais si le genre autobiographique sous ses diverses formes (des journaux aux romans), et sa propre expérience d’homme dans l’enfance et la jeunesse, nourrissent partiellement ou ponctuellement son travail anthropologique, il n’a jamais directement et explicitement donné dans le genre de l’autobiographie personnelle et de l’écriture de soi, sauf exception (voir supra)4.

3Le texte relativement récent sur « Le triangle des masques » mis en introduction de ce livre (p. 17-33) est un clin d’œil bienvenu aux travaux ethnographiques sur le carnaval que Fabre a observé et filmé notamment dans les Pyrénées dans les années 1960-1970 (Laurière, 2016). Mais le plus significatif pour l’esprit du présent ouvrage est la mobilisation du détour littéraire par les notes de Goethe de 1787 sur le Carnaval de Rome au cœur de l’observation participante des charivaris villageois de Jean de l’Ours et des farces de l’homme enceint.

4Ce lien entre l’enquête ethnographique localisée et la littérature est un héritage transmis par la grande initiatrice que fut l’ethnologue Yvonne Verdier. Pour le lecteur non averti, la véritable introduction à mon sens de ce recueil est le texte écrit par Claudine Fabre-Vassas et Daniel Fabre : « Du rite au roman. Parcours d’Yvonne Verdier », placé en avant-propos du livre de cette dernière Coutume et destin. Thomas Hardy et autres essais (Verdier, 1995). On y trouve à la fois le fil rouge de l’intérêt pour les apprentissages initiatiques et les manières de faire des femmes et des hommes dans un contexte villageois, et surtout le principe d’une lecture anthropologique autorisant dans le cours de l’enquête ethnographique l’appel au corpus le plus hétérogène des récits populaires et littéraires, des contes et des romans. Daniel Fabre évoque en passant sa dette personnelle envers Yvonne Verdier à propos du choix d’objet des coutumes des garçons oiseleurs, de la Creuse à Minot en passant par l’enfance du roi Louis XIII (p. 132). La notion de corpus n’a plus à vrai dire de sens dans le trajet que l’auteur poursuit dans le chapitre 1 sur le thème de l’envol des oiseaux et la passion de faire l’oiseau : de Restif de la Bretonne, ou Perbosc, jusqu’à la grande littérature de Châteaubriand ou Lamartine, en passant par les journaux médicaux et les mémorialistes. Pour échapper cependant à « L’oiseau qui dit tout », objet de la quête imaginaire des contes merveilleux, l’anthropologue interroge les voies du pouvoir et du savoir de la gent ailée, en un mot les compétences promises à la gent masculine dans les diverses sociétés européennes, selon la leçon de Yvonne Verdier, c’est-à-dire en pratiquant l’école buissonnière et le mélange des genres par rapport aux divisions et clivages de nos disciplines instituées.

L’invisible initiation

  • 5 Voir notre traduction de Roger M. Keesing dans la revue Enquête : Keesing, 1996.

5La problématique de « l’initiation invisible » que l’auteur reconduit d’articles en articles, et qui est censée renouveler la théorie des rites de passage de son maître Arnold Van Gennep, peut prêter à contresens au regard des spéculations sur l’invisible ou les invisibles que suscite le mystère des initiations. Or il ne s’agit pas pour lui de la propriété de l’objet, d’une initiation aux réalités invisibles (esprits, fantômes, ancêtres, dieux), mais du processus de transmission de gestes ou de manières d’être qui ne s’expliquent pas, qui vont de soi, et dont on s’imprègne par osmose. Pour l’anthropologue, c’est bien là ce qu’on appelle la coutume (Custom des anthropologues anglosaxons comme Roger M. Keesing5). La problématique de l’initiation invisible se distingue alors des initiations instituées, visibles ou secrètes, qui passent par l’existence de systèmes initiatiques et de degrés d’initiation, ainsi que par les enseignements des grands maîtres chers aux anthropologues des sociétés « exotiques ». Mais le « faire l’homme » de l’entre-soi des rites de jeunesse dont nous parle Daniel Fabre risque bien de se dissoudre dans le « faire la coutume », ce qui évacue la dimension problématique et critique du passage qui intéresse notre auteur. La vérité anthropologique est que dans le vaste parcours qui conduit de l’initiation consacrée du roi oiseleur (Louis XIII) à la chirurgie sauvage des âges de l’ère médicale en passant par l’initiation impossible de Pierre Rivière, les modalités de l’initiation dite invisible (instituée, exaltée, consacrée et paradoxale) ne cessent de se décliner en même temps sous des formes inédites, voilées, parodiques. À défaut de se dire, l’initiation se montre dans le rituel.

6Ce qui rend visible cette initiation invisible, toujours à risque et parfois quasi impossible, ce sont les mises à l’épreuve du destin ou des destins singuliers confrontés à l’ordre social. Comme l’illustre la dialectique du destin individuel et de la coutume des héros malgré eux des romans de Thomas Hardy étudiés par Yvonne Verdier, le destin n’a en effet rien d’une progression linéaire et incontournable (Verdier, 1995 : 157). À ceux qui savent lire les détails, il se laisse deviner dans les signes annonciateurs qui se manifestent à l’occasion des moments charnière de l’existence où se creuse l’écart entre les pesanteurs de la coutume, un ordre quelque peu perdu et bafoué, et les individus qui s’en écartent, humiliés, sans repères (comme l’illustrent le personnage de Tess d’Uberville de Thomas Hardy et le Pierre Rivière que nous révèle Daniel Fabre). Le risque historique que représente l’individu pour la société est ici décisif et forme dans chaque cas toute l’intrigue.

Quand le destin croise la coutume

7Reste qu’il y a un grand écart entre l’enfance du roi oiseleur Louis XIII et celle du dénicheur d’oiseaux Pierre Rivière, entre des sociétés de la coutume dominées par l’ordre curial et un monde où s’institue la nouveauté de l’écolier et s’engendrent des individus clivés qui ont du mal à se trouver et à être homme, à l’image du Père (les nouveaux « héritiers » ou les héritiers de la Nouveauté).

  • 6 Bourdieu renvoie sans doute les « rites de passage » au grenier de l’ethnologie mais le désaccord (...)

8Sur le plan méthodologique, en tenant compte du caractère daté de la bibliographie de ces articles des années 1970-1980, il faut souligner toute l’impertinence et la détermination sans faille de celui qui creuse son sillon (comme un paysan du Languedoc) pour oser revisiter, dans la fidélité à son maître Arnold Van Gennep et à l’horizon de la « nouvelle » anthropologie historique (Georges Duby, Emmanuel Le Roy Ladurie, Norbert Elias), ces contes populaires et ces récits de cour sur les mœurs de la société de pages. Chemin faisant, l’auteur réussit à écarter ou à ignorer complètement les travaux de son collègue Pierre Bourdieu (pourtant comme lui un « pays », néanmoins gascon et béarnais) sur les « rites d’institution » (Bourdieu, 19826 ; Mary, 2022), alors même que la « forme scolaire » de ces rites, qu’Émile Durkheim reconnaît dans le Collège jésuite, constitue l’horizon historique de la modernisation des formes d’apprentissage.

9Disposant du parrainage de grands noms de l’anthropologie historique (Jean-Claude Schmitt, Roger Chartier) et prenant appui sur une connaissance érudite de la littérature populaire et folklorique élargie au discours médical (celui des traités et surtout des journaux comme celui de Jean Héroard, le médecin du roi, témoignant du souci d’observation physiologique au cœur même de l’institution qui donne corps à l’enfant), l’auteur évite néanmoins tout dérapage vers une lecture folkloriste, symboliste ou archétypale. On ne trouvera pas dans ses analyses sur les oiseaux de focalisation imaginaire sur les symboles « éternels » du savoir et du pouvoir. Le parcours qui conduit de l’oiseau sexe à l’oiseau texte est inséparable des pratiques du dénicheur et de la chasse, de la domestication ou de la dissection, ou des envols du couronnement royal.

  • 7 Les anthropologues océanistes ou africanistes invités récemment à apporter leur contribution sur l (...)

10Sous le coup de l’enchantement d’un exotisme qui évoque l’amour courtois et les troubadours chers à son professeur de philosophie René Nelli, du romantisme de la société de cour de Norbert Elias, ou des mœurs de la chevalerie de Georges Duby, Daniel Fabre réussit dans le même temps à passer à distance des travaux contemporains de l’anthropologie océaniste sur la production des Grands Hommes chez les Baruya et autres (Godelier, 1982), ou à faire l’économie des travaux africanistes sur le sang sacrificiel ou menstruel de Françoise Héritier, ou encore sur le marquage et le tatouage des corps sexués7. La fidélité à la leçon de l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss reste néanmoins un socle inébranlable pour cette anthropologie du symbolique attentive au détail signifiant, à la manière des analyses exemplaires d’Yvonne Verdier sur l’enjeu différentiel des épingles et des aiguilles pour les couturières de Minot. Ce sens des écarts différentiels est encore ce qui fonde l’analyse « totémique » du bestiaire des fauconniers (on pense à la mise à l’écart de l’emblème de l’aigle qui est censé occuper la place du roi (p. 150-151) et à l’antagonisme veneur/fauconnier. Bien plus, le jeu des inversions et des transgressions de frontières constitue le ressort du carnaval autant que celui des tours initiatiques du théâtre cérémoniel des pages de la cour. Mikhaïl Bakhtine, assez peu cité, est néanmoins le grand maître du défi des frontières du corps, comme l’illustre entre autres la figure carnavalesque de l’homme enceint.

11Ce cheminement personnel fasciné sur le plan ethnographique par les curiosités physiologiques des journaux médicaux, les mœurs de la royauté et la société de cour, se révèle étonnamment discret sinon silencieux à l’égard de l’autre exotisme du « sauvage à la mode » de ces années 1970, celui notamment des Indiens Guayaki de Pierre Clastres. Sa quasi-absence dans la bibliographie partielle, autodidacte et quelque peu anachronique de ces écrits toulousains des années 1970-1980 oblige à rappeler qu’Yvonne Verdier était (outre une amie d’Hélène Clastres) une grande admiratrice de l’ethnologue des Chroniques des Indiens Guayaki (Verdier, 1995 : 238-259), à la fois pour la qualité et la densité de sa description ethnographique et pour son art de « déplier » le sens du geste rituel, mais aussi de l’homme de La société contre l’État (Clastres, 1974) et de sa contribution à l’enjeu du marquage des corps soumis à l’écriture et à l’inscription dans la Loi de la tribu (Clastres, 1973).

12Aussi étonnant rétrospectivement pour le lecteur d’aujourd’hui, mais significatif d’une distance, est le peu d’écho de la réflexion ethnographique d’Albert Piette, certes citée en passant dans les références de 1980 sur le carnaval de Binche et par la suite sur l’esprit du « mode mineur de la réalité » (Piette, 1992), ces rites festifs auxquels on croit sans y croire, qui sont des rituels et qui n’en sont pas, parodie, ironie, mascarade qui disent que le roi est nu sans le dire – un esprit que Daniel Fabre retrouve à sa façon jusque dans les ironies des oiseleurs, les farces des pages de la cour et les bizutages des compagnons.

13Sur ce plan, l’approche pragmatique de la performance rituelle et l’exploitation de ses paradoxes, qui offrent une autre forme de compréhension non symbolique ou non symboliste de la transmission initiatique et de ses secrets, sont à peine citées en passant (Houseman, 1984, cité p. 283, n. 1). Les ethnologues des rites initiatiques des papous ou des bantous, pas plus d’ailleurs que les ethnologues de l’ablation de la hernie, n’ont attendu les souvenirs d’enfance de nos romanciers régionaux du monde rural pour souligner les paradoxes de la castration mimée comme consécration de la virilité. Dans cette relation en miroir entre la version romancée des jeux de l’entre-soi viril dans l’entre-deux vacancier des citadins, estampillés « rituel d’initiation », et l’évocation des éléments de lecture ethnologique de ces romanciers, l’enjeu des relations entre la fiction littéraire et les leçons de l’ethnologie de terrain relève du trompe-l’œil. La vérité de l’initiation serait-elle décidément dans un récit littéraire qui en dévoile d’autant mieux le sens qu’elle n’en retient qu’une forme parodique ?

Le parricide de l’honneur bafoué

14Deux articles méritent à notre sens qu’on s’y attarde à la fois au regard de la place qu’ils occupent dans la composition des chapitres et pour leur thématique propre, relativement inédite : l’« entrecoupement » (si l’on peut oser) de la folie de Pierre Rivière (p. 105-130), qui précède « Une enfance de roi », et le Finale des « Amours blessés » (p. 250-320).

15La place de l’article sur la folie de Pierre Rivière, le sauvage du Bocage si l’on peut dire, peut paraître incongrue au regard de la chronologie historique qui conduit de l’enfant roi oiseleur (Louis XIII) à l’adolescent page du xviiie type Chérubin. C’est tout le sens du montage de cette collection d’articles et de son articulation qui est engagé : un recadrage de corpus de référence s’impose, et la mutation de problématique est évidente sous le masque trompeur de la continuité du titre courant des « éternels oiseleurs ».

16Pierre, sans doute solitaire et brimé par les enfants de son âge, est comme tous les garçons du Bocage normand un dénicheur d’oiseaux qui peut se livrer par bravade à la dissection des « petites bêtes », mais on n’est pas ici dans une logique d’intégration à une classe d’âge ou dans quelque rite sacrificiel diabolique, ni dans les pulsions d’une perversité maladive. Si l’individu Pierre Rivière introduit une rupture dans le corpus des « éternels oiseleurs », c’est d’abord que le support transmis au dossier d’accusation est un mémoire rédigé personnellement par l’auteur du crime et qui révèle non sans surprise des éléments de lecture de la littérature ethnologique.

  • 8 Voir à ce sujet la mise au point de Philippe Artières dans L’Atelier du Centre de recherches histo (...)

17Entre les juges de la justice pénale ayant à se prononcer sur le parricide et la « cause » des aliénistes, le crime de Pierre Rivière, finalement qualifié d’acte de folie, reste une énigme. Et la lecture qu’en propose Daniel Fabre, en termes d’ethnologie inversée et en contrepoint de celle de Michel Foucault8, est tout aussi énigmatique. Ce crime est à ses yeux celui, non d’un révolté, mais d’un fils humilié par les épreuves que sa mère impose à son père (le don ou l’abandon à l’amant de sa femme des outils qui font les hommes) et mis dans l’impossibilité de s’identifier au Père et de suivre la voie des vrais hommes.

18Ce crime par « excès de conformité » est selon l’analyse de Fabre l’aboutissement dramatique d’une exceptionnelle contradiction qui se tient au cœur des façons modernes d’entrer dans la vie d’homme adulte au sein de la société bocaine, une contradiction exacerbée par un mariage lui-même impossible. Non sans romantisme, l’auteur se plaît à retrouver, dans la vie en double des pages, ce qui a manqué à Pierre Rivière : un régime d’ambivalence contenue des sentiments et de cohabitation d’identités contradictoires (quant à l’image du père), que ménage à sa façon le régime scolaire des rites de la nouveauté censé gérer l’entre-deux du passage problématique à la vie d’adulte. Le page n’est-il pas comparable métaphoriquement à la métamorphose de la chrysalide ? « On le garde chrysalide, adolescent inachevé au sein d’un monde adulte, et il doit en être ainsi » (p. 237).

  • 9 Fabre, 2009 : « Fondu au noir » est un des rares écrits où Daniel Fabre assume explicitement (note (...)

19Dans ce destin à la charnière des âges d’homme et des mutations des régimes de virilité, Pierre, homme blessé, se révèle ainsi le héros malgré lui du destin singulier d’un individu en mal de l’honneur de son père et de respect de la coutume qui fait les hommes. On peut seulement regretter que le corpus, en l’occurrence ethnographique et fortement autobiographique, qui soutient cette lecture anthropologique du cas Pierre Rivière ne soit pas, à l’occasion de sa reprise, élargi et recadré : on pense au destin du Brigand de Cavaignac poursuivi par une mère impossible qui le rend fou (Fabre et Blanc, 2015). On retiendra surtout le témoignage, à la première personne, du garçon en vacances, quasi parent, qu’était le jeune Daniel Fabre de « Fondu au noir », avec l’évocation de ces charivaris gardiens du tribunal de la coutume, où les adolescents de la Montagne noire se défoulent à travers le harcèlement et les brimades des femmes mûres « qui savent y faire avec les hommes »9, femmes veuves ou divorcées, en un mot « désaccordées » – ce qui en dit long sur l’impasse rituelle et affective qui a pu être celle du jeune Pierre Rivière privé des ressources d’une « police paradoxale » usant du désordre pour assurer l’ordre face à l’indignité publique de sa mère.

Amours blessés : le mal de mère

20Après l’intermède charmant de la nuit des pages, le lecteur peut avoir le sentiment de renouer (dans le chapitre 3) avec la violence du parricide de Pierre Rivière qui d’une certaine manière participe des amours blessés. Mais que vient faire le « mal d’amour » avec tous ces récits d’arrachage des amygdales, d’opérations d’appendicectomie, d’ablation de la hernie (sans parler de la « totale » ou même de la prostate), en un mot, avec cette violence médicalisée exercée sur les corps et qui, sous couvert d’une « chirurgie des âges », renoue avec le fil rouge du sang des initiations qui ne disent pas leur nom ?

21Là encore le corpus de référence change de nature et de périmètre. De la version autobiographique et romancée du Paraclet de Michel Tournier à l’ethnographie des petites chirurgies de l’enfance, les blessures « symboliques » de la chair à vif se chargent de sens et de polyvalence dans un mélange des genres qui est la règle.

  • 10 Moulinié, 2016. Voir dans le volume de Daniel Fabre la note 1, p. 253, évoquant un contrat pédagog (...)

22Dans ce chapitre, on sort en même temps du corpus clos de la collection des productions de l’homme écrivain Daniel Fabre. Le texte inédit « De quels amours blessés » est censé en effet être issu des notes et écritures parallèles au mémoire et à la thèse remarquable de Véronique Moulinié sur la chirurgie des âges10. Mais c’est en fait tout le travail ethnologique collectif considérable sur l’anthropologie médicale inspiré par Fabre mais mené principalement par les femmes ethnologues de Toulouse qui s’expriment en arrière-fond dans ces pages : le « mal d’amour » de Giordana Charuty sur les récits de vie de femmes dites hystériques (avec le cas partagé de la femme « en noir », Marguerite, la Bovary montagnarde), les grossesses concomitantes et jugées scandaleuses de mères et de filles étudiées par Agnès Fine, ou les cures de la hernie documentées par Claudine Fabre-Vassas (Charuty, 1987 ; Fabre-Vassas, 1996).

23Comme alternative à ces travaux aux descriptions très denses, associés à des enquêtes de terrain de longue durée et aux témoignages « à vif » des femmes ordinaires dans leur façon de dire, le chapitre 3 nous offre le raccourci d’une sélection choisie d’autobiographies littéraires qui sont censées dévoiler le sens vécu des expériences intimes et traumatisantes d’ablations, sinon d’arrachage, de morceaux de leur chair subis par des hommes dans l’enfance.

24C’est tout l’objet de ces enquêtes qui change de sens et d’horizon au profit de la critique littéraire d’expériences d’écriture. L’auteur explore in fine les anamnèses de quelques écrivains pour lesquels « la chirurgie des corps » autant que « l’initiation » constituent des objets ou des signifiants imaginaires, sinon des marques vides. On peut même dire que la relation duelle, au sens lacanien, que l’auteur noue alors avec le sujet vire à l’imaginaire au point d’en perdre, comme il le reconnaît lui-même non sans lucidité, le nœud symbolique : « Comment reconnaître de l’initiation là où il n’y a même plus l’ombre d’un rite, collectif, autonome, qui, à un moment de la vie, énoncerait fût-ce très discrètement, les étapes de l’identité virile ? Que devient alors le récit ? » (p. 300). Et que devient surtout l’initiation ?

  • 11 Seul Robert Jaulin est cité (La mort Sara, 1967), mais non décidément l’inscription de la loi sur (...)

25Dans ce détour, Michel Tournier, romancier, autobiographe (il a suivi les séminaires de Claude Lévi-Strauss, rappelle Fabre) est ainsi promu au rang d’anthropologue crédité de dispositions non seulement narratives mais aussi interprétatives et réflexives des variantes de ces expériences. Au-delà de la douleur, la clé de ces « cris » est selon l’anthropologue Michel Tournier la trahison maternelle, puisque les mères sont complices, dans le vécu de l’enfant, de cet abandon ; d’où le titre du chapitre sur les « amours blessés » qui peut surprendre. Les ablations fonctionnent ainsi comme un rite de séparation, la coupure du lien ombilical (reconduite du ventre à la gorge et inversement), selon le schéma classique des rites de passage de Van Gennep, même s’ils ne se donnent pas comme tels et forment selon le commentaire de Fabre, un marquage à vide, une coutume sans effet statutaire (« il faut y passer »). Les apports de la psychanalyse sur la castration (dont Michel Tournier fait un usage métaphorique) ou de l’ethnologie sur la circoncision ou indifféremment sur l’excision11, sont évoqués en passant, mais mis sous le boisseau au profit de la vérité poétique de la littérature. Le credo épistémique est clair : la narration littéraire est une connaissance et le récit est une forme de savoir.

  • 12 Voir en particulier la conclusion sur l’ironie du Bwete.

26En l’occurrence, on peut douter que ce choix du chemin buissonnier des autobiographies littéraires mises en abîme ouvre la voie d’un progrès du savoir en la matière. L’auteur ne peut ignorer que, parallèlement à l’ethnologie des « systèmes initiatiques » et de ses secrets, la tradition anthropologique n’a cessé de s’interroger sur le jeu des rétentions des lois du silence (Jamin, 1977), sur les ironies de la vérité initiatique (Bonhomme, 200612) et sur ces savoirs qui n’en sont pas. De fait, les lectures cryptologiques ou exégétiques ont ignoré que l’initiation se passe du sens pour exister par elle-même. Notre grand initié du Candomblé Pierre Verger n’est-il pas le premier à soutenir que le secret du secret est qu’il n’existe pas ? Le philosophe Edmond Ortigues en concluait à la manière de Wittgenstein que « À la limite, le secret de l'initiation est que le mystère n'est rien qui puisse se dire, mais seulement il se montre dans l'accomplissement du rite » (Ortigues, 1981 : 90).

  • 13 La leçon de Georges Bataille est au cœur du récit de la descente du puits de Lascaux, voir Mary, 2 (...)

27On ne sera pas surpris d’apprendre pour conclure que les opérations d’ablation et les excisions de la chirurgie médicale ne cachent aucun grand rite initiatique au sens commun. Mais fallait-il attendre les silences et les absences du récit littéraire pour que l’introuvable initiation révèle en même temps, dans ses marges, l’ironie de l’énigme ? La « teneur initiatique » de ces récits littéraires qui ne disent pas leur nom, vécus principalement dans l’intimité familiale et « le mal de mère » évoque in fine les apories d’une énigme dont Georges Bataille a déjà fourni la « théologie négative » dans une expérience intérieure qui se passe du détour ethnologique13. L’inspiration spirituelle et mystique de la mémoire torturée de Michel Tournier dans Le vent Paraclet n’est pas non plus un mystère puisqu’il avait envisagé de le consacrer au Saint-Esprit :

  • 14 Voir à ce sujet l’excellente analyse de Susanna Alessandrelli, citée d’ailleurs par Daniel Fabre ( (...)

« J’ai décidé de reprendre le titre que j’avais abandonné pour les Météores et qui était le Vent Paraclet… il s’agit beaucoup de la création littéraire, de l’inspiration, des problèmes de l’écriture, je pense qu’appeler cela le Vent Paraclet, et supposer qu’avant de travailler, je supplie le Saint-Esprit de bien vouloir souffler sur ma vie, l’embrasser d’intelligence et la féconder d’idées nouvelles, cela pouvait se justifier » (Tournier, 2015 : 126-127)14.

Du corps initiatique au corps pathétique de l’écrivain

28De l’enclos initiatique des circoncisions à la chambre maternelle ou mortuaire en passant par le puits de Lascaux, la thématique de l’impossible révélation de l’origine se répète sans se renouveler, et témoigne surtout des impasses du narcissisme de l’écrivain. Heureusement Daniel Fabre nous a donné, dans ses études proustiennes, une autoscopie du « mal de mère » de Marcel Proust associé aux affres de la création littéraire, nourrie du filon biographique qui lui convenait, celui du journal de Céleste, la femme de chambre de l’écrivain… (Fabre, 2014b) Le corps pathétique de l’écrivain ou de l’artiste accouchant de son œuvre dans la douleur y rejoint les épreuves de l’initié affrontant la mort symbolique pour naître à l’âge d’homme.

  • 15 Ce livre que Daniel Fabre admirait beaucoup relate l’entreprise délirante d’un fils paysan artisan (...)

29Le sacré païen « merveilleux », du vol des oiseaux qui accompagnait la consécration du roi Louis XIII, ou le sacré sacrilège ou burlesque de l’homme enceint du Carnaval, est toujours à la marge du religieux chrétien. Il fournit la matière même de la logique symbolique mais en aucun cas un principe explicatif. Le sacré fonctionne par transfert ou transformation (comme la matière des mythes selon Claude Lévi-Strauss), sans qu’on puisse en cerner un foyer transcendant (à l’image du Paraclet). Faire, défaire et refaire les dieux, comme dans le rituel carnavalesque, va naturellement de pair avec la fabrique des hommes et des rois, et dans la modernité avec le sacre de l’écrivain, toujours en épousant les formes pathétiques du corps christique du calvaire et du tombeau incarné par le Proust gisant sur son lit de mort (de Jean Cocteau à Man Ray). Espérons que dans la suite de la série des reprises d’articles annoncée par l’éditeur, l’article pathétique et troublant, par sa parodie et son ironie, de la construction de l’autel pour la mère (où on ne sait plus là encore qui parle, le romancier ou son analyste) consacré à « Un autel pour la mère » de Fernando Camon (1998)15, trouvera sa place (Fabre, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Adell Nicolas, Fine Agnès, Vassas Claudine, 2020, « “Un chantier infini” : préambule à Passer à l’âge d’homme de Daniel Fabre », in Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie : https://www.berose.fr/article2034.html (consulté le 7/11/2022).

Alessandrelli Susanna, 2018, « Entre autobiographisme et autogenèse du texte, Le Vent Paraclet de Michel Tournier », Revue italienne d’études françaises, 8 : https://journals.openedition.org/rief/2631 (consulté le 7/11/2022).

Artières Philippe, 2017, « Fouiller l’écrit. Témoignage », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 16 bis : https://journals.openedition.org/acrh/7529 (consulté le 7/11/2022).

Bonhomme Julien, 2006, Le miroir et le crâne, Parcours initiatique du Bwete Misoko (Gabon), Paris, Éditions de la MSH, coll. « Chemins de l’ethnologie ».

Bonnemère Pascale, Lemonnier Pierre, 2017, « Comparer au loin. À propos de “l’invisible initiation” chez les Anga de Papouasie - Nouvelle Guinée », in N. Adell, A. Fine, C. Vassas (dir.), Daniel Fabre. L’arpenteur des écarts, p. 183-217.

Bourdieu Pierre, 1982, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 43, p. 58-63.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Camon Ferdinando, 1998, Un altar para la madre, Buenos Aires, Losada.

Charuty Giordana, 1987, « Le Mal d'amour », L'Homme, XXVII/103, p. 43-72.

Clastres Pierre, 1973, « De la Torture dans les sociétés primitives », L'Homme, 13, 3, p. 114-120.

Clastres Pierre, 1974, De la Société contre l’État. Recherches d’anthropologie politique, Paris, Éditions de Minuit.

Fabre Daniel, 2009, « Fondu au noir », L’Homme, 191, p. 27-36.

Fabre Daniel, 2010, « L’enfer de la mémoire », L'Homme, n° 195-196, p. 125- 161.

Fabre Daniel, 2014a, Bataille à Lascaux. Comment l’art préhistorique apparut aux enfants, Paris, L’Échoppe.

Fabre Daniel, 2014b, « Marcel Proust en mal de mère. Une fiction du créateur », Gradhiva, 20, p. 48-83.

Fabre Daniel, 2016, « Inversion et dislocation : les vies savantes de Georges Hérelle », in N. Adell et J. Lamy (dir.), Ce que la science fait à la vie, Paris, Éditions du CTHS, p. 269-303.

Fabre Daniel, 2022, Passer à l’âge d’homme. Dans les sociétés méditerranéennes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Fabre Daniel, Blanc Dominique, 2015 [1982], Le brigand de Cavaignac : le fait divers, le roman, l’histoire, Lagrasse, Verdier.

Fabre-Vassas Claudine, 1994, La bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Fabre-Vassas Claudine, 1996, « Identification d’un rite : la cure de la hernie », in G. Althabe, D. Fabre, G. Lenclud (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Éditions de la MSH, p. 59-73, coll. « Ethnologie de la France », n° 7.

Godelier Maurice, 1982, La production des Grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard.

Houseman Michael, 1984, « Les artifices de la logique initiatique », Journal des africanistes, 54, 1, p. 41-65.

Jamin Jean, 1977, Les Lois du silence, Essai sur la fonction sociale du secret, Paris, Éditions François Maspéro, coll. « Dossiers africains ».

Jaulin Robert, 1967, La mort Sara, Paris, Plon.

Keesing Roger M., 1996, « Métaphores conventionnelles et métaphysiques anthropologiques. La problématique de la traduction culturelle », traduction d’André Mary, Enquête, 3, p. 211-238.

Laurière Christine, 2016, « Hommage à Daniel Fabre. La RCP 323 : une aventure collective en pays de Sault. Entretien avec Dominique Blanc, Agnès Fine, Jean Guilaine et Claudine Vassas », Ethnographiques.org, 32, « Enquêtes collectives » : https://www.ethnographiques.org/Hommage-a-Daniel-Fabre-La-RCP-323 (consulté le 7/11/2022).

Mary André, 2016, « Daniel Fabre, Bataille à Lascaux. Comment l’art préhistorique apparut aux enfants, Paris, L’Échoppe, 2014, 143 p. », Ethnologie française, 46, 1, p. 165-170.

Mary André, 2022, Le travail de l'habitus dans l'oeuvre de Pierre Bourdieu, Paris, Karthala.

Moulinié Véronique, 2016 [1998], La chirurgie des âges. Corps, sexualité et représentations du sang, Paris, Éditions de la MSH, coll. « Ethnologie de la France ».

Ortigues Edmond, 1981, Religions du Livre, religions de la coutume, Paris, Le Sycomore.

Piette Albert, 1992, Le mode mineur de la réalité : paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain-la-Neuve, Peeters.

Sabot Philippe, 2005, « Éléments d’analyse : l’autobiographie de Michel Leiris », Savoirs et clinique, 6, p. 113-119.

Tournier Michel, 1979, Le vent Paraclet, Paris, Gallimard.

Tournier Michel, 2015, Lettres parlées à son ami allemand Helmut Waller, Paris Gallimard, p. 126-127.

Verdier Yvonne, 1995, Coutume et destin. Thomas Hardy et autres essais, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Adell, Fine et Vassas, 2020 : « … on présente comme une œuvre pensée entièrement par lui ce qui est en fait une collection de textes dont il n’avait arrêté ni l’ordre ni le choix définitif, ni même, pour les inédits sans doute, la forme ». Agnès Fine, historienne démographe, s’est fait connaître par ses travaux sur les mariages, parrainages et naissances impossibles dans l’ordre des successions mère-fille au sein la société pyrénéenne ; Claudine Fabre-Vassas est l’autrice d’un ouvrage remarquable sur le « sacrifice du cochon » (Fabre-Vassas, 1994) ; Nicolas Adell a travaillé sur le compagnonnage dont les rites initiatiques font écho à ceux du monde de la pagerie évoquée dans ce livre (Chapitre 3. « La double empreinte »).

2 Fabre, 2014a ; pour une note de lecture sur cet essai voir Mary, 2016.

3 Daniel Fabre, « Écrits segmentés et filiations inversées : les vies savantes de Georges Hérelle », polycopié transmis par l’auteur et repris sous un autre titre, « Inversion et dislocation : les vies savantes de Georges Hérelle » (Fabre, 2016).

4 On prendra toute la mesure de l’écart qui existe entre le chantier de Daniel Fabre et le projet sans fin d’auto-analyse des matériaux de Michel Leiris, et surtout de ses liens avec la cure psychanalytique, en se référant à l’article de Philippe Sabot « Éléments d’analyse : l’autobiographie de Michel Leiris » (Sabot, 2005).

5 Voir notre traduction de Roger M. Keesing dans la revue Enquête : Keesing, 1996.

6 Bourdieu renvoie sans doute les « rites de passage » au grenier de l’ethnologie mais le désaccord portait surtout, selon le témoignage personnel de Daniel Fabre, sur la place que ce dernier accordait à la polyglossie, y compris en milieu scolaire, au regard du légitimisme de Bourdieu dans Ce que parler veut dire (Bourdieu, 1982).

7 Les anthropologues océanistes ou africanistes invités récemment à apporter leur contribution sur la problématique de « l’initiation invisible », lors du colloque de Toulouse, restent quelque peu perplexes et se contentent de généralités (Bonnemère et Lemonnier, 2017).

8 Voir à ce sujet la mise au point de Philippe Artières dans L’Atelier du Centre de recherches historiques (Artières, 2017).

9 Fabre, 2009 : « Fondu au noir » est un des rares écrits où Daniel Fabre assume explicitement (note 1) sa participation personnelle aux rituels de la jeunesse de ses vacances dans la Montagne Noire. Il y ajoute en référence aux travaux de sa doctorante Véronique Moulinié : « Je sais aussi que dans ces sociétés coutumières européennes dont nous faisions l’ethnographie, les principes régulateurs ne sont jamais exprimés en termes de prescriptions positives mais par le détour des anomalies, des accrocs, des manquements, des faux pas ».

10 Moulinié, 2016. Voir dans le volume de Daniel Fabre la note 1, p. 253, évoquant un contrat pédagogique qui laisse perplexe : « Nous avions convenu qu’elle ne lirait pas mes notes et le texte achevé de mon analyse tandis qu’elle n’utiliserait pas les autobiographies qu’elle pourrait rencontrer. » De fait, le texte de l’auteur sur les « amours blessés » se réfère très peu à la thèse de sa doctorante qui, sous la formule répétitive : « Il fallait bien y passer », évoque la violence arbitraire de la raison médicale et les souvenirs douloureux de ce marquage systématique des corps dans les mémoires populaires, du côté des femmes.

11 Seul Robert Jaulin est cité (La mort Sara, 1967), mais non décidément l’inscription de la loi sur les corps de Pierre Clastres.

12 Voir en particulier la conclusion sur l’ironie du Bwete.

13 La leçon de Georges Bataille est au cœur du récit de la descente du puits de Lascaux, voir Mary, 2016.

14 Voir à ce sujet l’excellente analyse de Susanna Alessandrelli, citée d’ailleurs par Daniel Fabre (Alessandrelli, 2018).

15 Ce livre que Daniel Fabre admirait beaucoup relate l’entreprise délirante d’un fils paysan artisan qui cherche à surmonter la douleur du deuil de sa mère en lui construisant un autel avec des matériaux de fortune issus des dons des villageois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Mary, « L’innommable de l’initiation », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 83-96.

Référence électronique

André Mary, « L’innommable de l’initiation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/67496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.67496

Haut de page

Auteur

André Mary

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (EHESS-CNRS) – andre.mary[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte seul est utilisable sous licence © Archives de sciences sociales des religions. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search