Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusNicolas Adell, Agnès Fine, Claudi...

Comptes rendus

Nicolas Adell, Agnès Fine, Claudine Vassas (dir.), Daniel Fabre, l’arpenteur des écarts. Actes du Colloque de Toulouse, février 2017 | Sylvie Sagnes, Claudie Voisenat (dir.), Daniel Fabre, le dernier des romantiques. Actes du Colloque de Paris, octobre 2018 | Christine Bellan, Bibliographie générale de Daniel Fabre

Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains ».
Carmen Bernand
p. 161-162
Référence(s) :

Nicolas Adell, Agnès Fine, Claudine Vassas (dir.), Daniel Fabre, l’arpenteur des écarts. Actes du Colloque de Toulouse, février 2017, vol. 1, 2021, 386 p., Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains ».

Sylvie Sagnes, Claudie Voisenat (dir.), Daniel Fabre, le dernier des romantiques. Actes du Colloque de Paris, octobre 2018, vol. 2, 2021, 224 p., Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains ».

Christine Bellan, Bibliographie générale de Daniel Fabre, préface de J.-P. Piniès, vol. 3, 98 p., Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains ».

Texte intégral

1Rendre compte de cette somme passionnante relève de l’impossible : citer tous les auteurs qui y ont collaboré remplirait l’espace dédié à cette recension ! J’ai donc choisi quelques thèmes qui m’étaient plus proches : la contribution de Daniel Fabre à l’anthropologie de la France et l’importance de la littérature sous toutes ses formes. J’ai connu Daniel Fabre au siècle dernier, j’ai été invitée à Toulouse, j’y ai rencontré des chercheurs remarquables, parmi lesquels Claudine Vassas, Agnès Fine, Giordana Charuty, Jean-Pierre Albert et Marlène Albert-Llorca ; j’ai admiré l’ambiance qu’il savait créer dans ses séminaires. Après plusieurs années où nous avons suivi des chemins différents mais complémentaires, il m’invita, en 2015, quelques semaines avant sa mort, à présenter mon livre sur la musique à l’EHESS, et m’offrit ses derniers travaux sur le patrimoine. C’est donc par ce thème que je commencerai cette recension. Il occupe une grande partie du second volume, celui qui regroupe les textes du colloque de Paris.

2Tout commence par une question : que signifie l’opération patrimoniale en soi ? Quels en sont les fondements ? Fabre avait d’ailleurs participé à la patrimonialisation du Carnaval de Carcassonne dès les années 1970, avec la création de la Mission du Patrimoine ethnologique. L’Unesco à son tour développa le patrimoine immatériel de l’humanité : musiques, savoir-faire, peintures faciales et autres aspects. Fabre accordait aux traditions orales occitanes, aux contes et au folklore une importance capitale : « C’est parce que Gavroche habite dans l’éléphant (de la Bastille) que l’on ne peut plus se contenter d’inscrire le monument comme s’il n’était pas habité » (vol. 2, p. 55), écrit-il. Cette remarque montre bien la place du récit, du vécu, du souvenir, dans le choix patrimonial, et Fabre rejoint à sa manière le remarquable projet de Pierre Nora et les « Lieux de Mémoire », dans cette « révolution » du « patrimoine » : comme le dit Nora lui-même, « toute trace du passé se mettait à relever d’un regard de type ethnologique » (p. 227). Dans le foisonnement des textes inclus dans ce volume 2, retenons la place importante du sacré, notamment chez les anthropologues italiens, comme Ernesto De Martino, Vittorio Lanternari et Carlo Levi. Marcello Massenzio (p. 117-128) développe les métamorphoses du sacré dans la civilisation occidentale contemporaine. Suivant De Martino, il constate l’apparition d’un mouvement complexe qui montre le caractère autonome de la religion, qui ne peut pas être réduite à n’être que le « masque » des structures économiques et sociales. Il souligne l’intérêt de Daniel Fabre pour l’exploration des aspects de cette dimension du sacré restés dans l’ombre. Massenzio rappelle que le sacré, libéré de la religion, est présent dans l’art et la musique, lesquels, comme le mythe, sont une machine à supprimer le temps. L’Italie encore, celle du Guépard de Lampedusa et du Christ s’est arrêté à Eboli de Carlo Levi, inspire la figure du « dernier témoin » si importante dans l’ethnographie de Fabre. En fait, parce qu’elle n’a pas rejeté la sacralité à l’instar de la France laïque – l’Occitanie restant un peu à part pour diverses raisons historiques et linguistiques –, l’Italie est, nous semble-t-il, cet « Autre » indispensable (on pourrait y ajouter l’Espagne et les travaux de Marlène Albert-LLorca, ou l’Amérique latine du « réalisme magique »).

3L’Art est aussi cet Autre (voir Véronique Moulinié, p. 145-157) cher à Daniel Fabre, qui marque son parcours : l’enfance, la mémoire et la littérature. Je me permets de citer ici le livre, Chantiers, 1928-1930, réimprimé en 1987 avec une préface de Fabre : quelques lignes font référence au Musée de l’enfance de René Nelli, poète surréaliste et « opérateur de destin » selon l’heureuse formule d’Alain Paire (p. 309) : « la puissance de signifier que nous prêtons vraiment aux objets et qui nous rend l’arbre, la pierre, le nuage, évidents, perce parfois au travers des regards d’un homme […] rejoint par ses racines les moins claires, le sommeil des apparences » (Chantiers, p. 15-17). La contribution de Vincent Debaene (p. 129-146) va aussi dans ce sens : l’objet et les attachements qu’il suscite, ainsi que les émotions. Le rapport de Fabre à la littérature est « ethnographique » et romantique, avec la fusion de la conscience esthétique et de la conscience historique.

4La formation de Daniel Fabre auprès des poètes Joë Bousquet et René Nelli est également reprise par Alain Paire (p. 309-315), dans le premier volume du colloque de Toulouse. Dans cet ensemble, une place importante est dédiée à « l’invisible initiation » dans les sociétés contemporaines, un sujet d’une importance essentielle dans le parcours intellectuel de Fabre. En effet, il a été marqué par cette coutume de « faire la jeunesse » dont une des épreuves consiste à dénicher des nids, comme le fit dans des temps immémoriaux le célèbre dénicheur d’oiseaux Bororo immortalisé par Lévi-Strauss, dont on regrette l’absence dans cette évocation. Le thème de l’initiation des garçons dans la région de Carcassonne a son pendant dans l’initiation des jeunes filles et la place que jouent l’apprentissage et la fabrique du trousseau (Agnès Fine, p. 111-128). Ce thème de l’initiation donne lieu à une série de textes très divers, concernant non seulement des sociétés non européennes mais des corporations ou des métiers. Retenons la contribution très originale d’Annie Paradis (p. 141-150) et sa relecture (son écoute attentive) de La Flûte enchantée de Mozart et des célèbres vocalises de la reine de la Nuit. Dans cet opéra de l’initiation (à plusieurs niveaux), les amoureux Tamino et Pamina ne seront unis qu’après d’interminables épreuves, au terme desquelles la jeune fille fera passer la mère au rang des vieilles femmes. À juste titre, Jean-Pierre Albert (p. 196) signale le rôle fondamental de Daniel Fabre dans le renouvellement des recherches anthropologiques sur l’Europe, notamment de l’Antiquité. Jean-Claude Schmitt (p. 209-220), inspiré également par De Martino, voit dans l’œuvre de Fabre une anthropologie de l’histoire, notamment sur l‘Apocalypse des temps présents.

5Mais revenons à un aspect très important de Daniel Fabre, en tant qu’éveilleur de nouveaux talents, professeur, guide, organisateur infatigable, rappelé par Marlène Albert-Llorca (p. 243-250) à propos du rôle important des anthropologues chercheuses de Sault (un noyau initial), de la littérature orale et des écritures ordinaires (Claudine Vassas, p. 281-293). Car Fabre était aussi un merveilleux narrateur. Oui, il y a eu le berger occitan de ses débuts, ainsi que Thomas Hardy, auxquels, en guise de conclusion, j’ajouterai Gabriel García Márquez, dans son dernier ouvrage, Vivre pour la raconter : « La vie n’est pas celle que l’on a vécue, mais celle dont on se souvient, et la façon dont on se la rappelle, pour la raconter ». Aujourd’hui, alors que le livre est menacé et que le rapport à l’histoire se perd, ces textes réunis autour de la personnalité et de l’œuvre de Daniel Fabre nous sont plus que jamais nécessaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Bernand, « Nicolas Adell, Agnès Fine, Claudine Vassas (dir.), Daniel Fabre, l’arpenteur des écarts. Actes du Colloque de Toulouse, février 2017 | Sylvie Sagnes, Claudie Voisenat (dir.), Daniel Fabre, le dernier des romantiques. Actes du Colloque de Paris, octobre 2018 | Christine Bellan, Bibliographie générale de Daniel Fabre », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 161-162.

Référence électronique

Carmen Bernand, « Nicolas Adell, Agnès Fine, Claudine Vassas (dir.), Daniel Fabre, l’arpenteur des écarts. Actes du Colloque de Toulouse, février 2017 | Sylvie Sagnes, Claudie Voisenat (dir.), Daniel Fabre, le dernier des romantiques. Actes du Colloque de Paris, octobre 2018 | Christine Bellan, Bibliographie générale de Daniel Fabre », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68124

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search