Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDavid Aeby, La Compagnie de Jésus...

Comptes rendus

David Aeby, La Compagnie de Jésus de part et d’autre de son temps de suppression : les jésuites à Fribourg en Suisse aux xviiie et xixe siècles

Padoue, Padova University Press, 2020, 500 p.
Frédéric Gugelot
p. 162-164
Référence(s) :

David Aeby, La Compagnie de Jésus de part et d’autre de son temps de suppression : les jésuites à Fribourg en Suisse aux xviiie et xixe siècles, Padoue, Padova University Press, 2020, 500 p.

Texte intégral

1Incarnation de la Réforme catholique, ce qui fait la gloire de la Compagnie de Jésus au cœur des affrontements entre protestants et catholiques en fait aussi la légende noire. Le despotisme éclairé et les Lumières contestent son existence sur la base d’un vaste catalogue de griefs et de fantasmes où se mêlent duplicité, obsession du pouvoir, domination secrète, affairisme, et obéissance absolue à une puissance étrangère. Après de multiples proscriptions et expulsions, la Papauté supprime l’Ordre en 1773. Le profond enracinement social et culturel des jésuites permet sa reconstitution après 1814. Le pari de l’auteur est de cerner ce temps suspendu à travers un micro-exemple, celui des jésuites implantés à Fribourg en Suisse, pour mieux dégager les forces et les logiques qui permirent leur rétablissement. Cet impressionnant travail use de multiples moyens pour dégager le sort des hommes, les financements, les ressources tant humaines que bibliographiques.

2Au cœur de cette présence, un collège, Saint-Michel, largement fréquenté par les élites urbaines. Au xviiie siècle, l’Europe, l’Inde et l’Amérique centrale et du Sud comptent environ 600 établissements jésuites qui sont la providence des parents en quête d’études solides et d’orthodoxie spirituelle. L’attention à la pédagogie sanctifie le savoir et accorde une grande place à la science, ce qui renforce leur succès. S’y jouent du théâtre et des musiques religieuses, s’y publient des ouvrages pour la jeunesse qui doivent christianiser tout en moralisant et moraliser tout en évangélisant. Lors de la dissolution de la Compagnie, le collège de Fribourg passe aux mains d’anciens jésuites, rapidement remplacés par des séculiers. Mais ce changement n’induit pas de bouleversement des activités tant d’enseignement que de prédication, ni même de missions : les hommes changent parfois mais les tendances demeurent. À l’automne 1818, les jésuites reprennent l’enseignement avec les séculiers tandis que se multiplient les missions à l’appel du clergé local, pratique qui de plus restaure à l’interne la continuité revendiquée avec l’ancienne Compagnie. La passation n’est que partielle, les éléments de continuité l’emportent en effet : « on observe plutôt des déplacements d’accents, certaines tendances s’estompant tandis que d’autres prennent le dessus » (p. 414). La passionnante étude de la bibliothèque révèle l’attrait maintenu des publications du xviie siècle, qui n’interdit pas l’acquisition de quelques ouvrages du xixe siècle. Au sein du collège, le droit s’implante malgré l’opposition des libéraux tandis que la géographie est longtemps oubliée. Tant par goût que sous la pression des autorités de la ville et des parents d’élèves, des jésuites rénovent leurs méthodes pédagogiques, s’éloignant doucement du latin ! Ces évolutions ne sont possibles que dans ce contexte de profonde restauration.

3L’ouvrage dévoile le manque d’unanimité au sein de la Compagnie, les heurts et les divisions, ainsi que les tensions entre le centre romain et la périphérie fribourgeoise, qui n’entravent pas le rétablissement, mais le gauchissent. L’oscillation entre le renouveau et le nouveau est constante. Si les pratiques, les cultes (marial surtout), la liturgie paraissent s’inscrire dans la tradition, ils permettent l’apparition de nouvelles dévotions (le Sacré-Cœur) qui cumulent les deux traits à l’exemple de la promotion d’un des leurs, Pierre Canisius. Jésuite des origines, mort en 1597, il a cofondé le collège Saint-Michel et œuvré pendant dix-sept ans à l’apostolat dans Fribourg et ses environs. Sa cause, suspendue pendant la suppression, reprend avec la restauration. Elle combine des soutiens locaux qui, plus que son appartenance jésuite, mettent en avant ses combats contre les protestants, et des appuis jésuites qui promeuvent plutôt un modèle d’opposition au libéralisme du xixe siècle. Béatifié en 1864, Canisius est canonisé en 1925.

4Au sein de la nouvelle Compagnie, la restauration, qui se veut la plus conforme à l’ancienne, rend possible d’autres orientations. Le retour à un modèle fantasmé s’accompagne de l’adhésion au catholicisme le plus intransigeant et aux valeurs les plus contre-révolutionnaires et conservatrices, adhésion justifiée par un contexte de vives tensions induites par les tentatives de reconstruire l’Ordre, l’attente des populations qui les soutiennent (pour faire fonctionner le seul établissement d’enseignement supérieur du canton) et la vigueur des oppositions. Pourtant la défiance d’une partie de la société fribourgeoise ne suffit pas à expliquer les difficultés rencontrées par les jésuites après la restauration : le manque de personnel et l’impossible retour à une autonomie complète, en particulier sur le plan du financement du collège, jouent aussi. « La Compagnie du premier xixe siècle a tâtonné, hésité, s’est divisée, et s’est révélée dans son conservatisme » (p. 416).

5Ce livre, très réussi, participe du renouvellement de l’histoire de la Compagnie de Jésus avec les travaux de Leo Kenis et Marc Lindeijer, The Survival of the Jesuits in the Low Countries 1773-1850 (Leuven University Press, 2019 ; ASSR, octobre-décembre 2021, 96, p. 317-318) et l’ouvrage codirigé par Pierre Antoine Fabre, Patrick Goujon et Martín M. Morales, La Compagnie de Jésus des Anciens Régimes au monde contemporain (xviiie-xxe siècles), publié en 2020 (École française de Rome). La suppression de la Compagnie connaît des temporalités bien différentes d’un espace à l’autre. Les voies du retour des jésuites furent multiples et diverses. D’abord dans les refuges européens (Russie…), ensuite hors du continent jusqu’en Amérique, enfin dans des fonctions comme la mission, qui confortent leur expertise et l’intérêt de faire appel à eux. L’entre-deux Compagnies retrouve toute sa complexité, ses tâtonnements et les voies multiples de la restauration d’un projet spirituel et intellectuel d’apostolat et d’une tentative d’être chrétien dans le siècle.

6Comment concilier la revendication de la plus grande continuité avec un renouvellement constant face à une modernité que Baudelaire définit comme le « transitoire, le fugitif, le contingent » (« Le peintre de la vie moderne », 1863) ? Tout est le même, mais rien n’est identique. L’appel à la tradition reconstitue une continuité. Pour cela, le catholicisme romain dispose de ressources incommensurables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « David Aeby, La Compagnie de Jésus de part et d’autre de son temps de suppression : les jésuites à Fribourg en Suisse aux xviiie et xixe siècles », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 162-164.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « David Aeby, La Compagnie de Jésus de part et d’autre de son temps de suppression : les jésuites à Fribourg en Suisse aux xviiie et xixe siècles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68144

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search