Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDelphine Allès, La part des dieux...

Comptes rendus

Delphine Allès, La part des dieux. Religion et relations internationales

Paris, CNRS Éditions, 2021, 352 p.
Valentine Zuber
p. 164-165
Référence(s) :

Delphine Allès, La part des dieux. Religion et relations internationales, Paris, CNRS Éditions, 2021, 352 p.

Texte intégral

1Longtemps minorés – voire ignorés – au sein des travaux classiques effectués dans le cadre de des relations internationales comme discipline, les phénomènes religieux et leur incidence en termes politiques et diplomatiques inspirent de nombreuses études en la matière depuis une trentaine d’années maintenant. À travers un exemple régional concret comme l’Indonésie, l’étude de Delphine Allès témoigne, et de manière particulièrement convaincante, de l’évidente nécessité de prendre en compte la dimension religieuse dans l’étude de la marche contemporaine de notre monde. Or elle le fait de manière toujours nuancée et critique à la fois. En s’inscrivant aussi dans le débat toujours vif sur le degré d’importance qu’il convient de donner à ce facteur particulier dans les analyses plus générales en matière de relations internationales, l’autrice porte un regard critique inédit sur la plausibilité et les effets des énoncés en vogue concernant le phénomène qualifié de « retour » du religieux sur la scène internationale.

2L’introduction, particulièrement soignée, consiste en une longue réflexion sur ce que Allès qualifie plutôt de « confessionnalisation des représentations du monde », qu’elle voit à l’œuvre depuis les années 1990 dans le petit milieu des chercheurs en relations internationales. Revenant sur l’histoire et les fondements de cette discipline depuis sa progressive constitution académique, elle affirme d’emblée que la religion n’a jamais « quitté » la scène internationale au lendemain des fameux Traités de Westphalie et n’est pas davantage « revenue » après la révolution islamique iranienne de 1979. Ces analyses, devenues pourtant presque conventionnelles dans le champ des études internationales, lui semblent directement découler d’une vision particulièrement occidentalo-centrée, qui fait de la sécularisation du politique, par sa domestication du religieux, la marque ultime de la modernité. À travers des exemples de modernisation politique tirés d’espaces non occidentaux, elle souhaite ainsi montrer qu’une approche décentrée permet de mieux cerner les différents enjeux d’une modernité qui ne s’axerait pas uniquement sur le modèle occidental de séparation et de hiérarchisation strictes entre ce qui relève du politique d’une part et du religieux d’autre part. Au moyen d’une analyse fine qui fait droit à des causalités multifactorielles, et d’une exploration poussée de l’exemple méconnu et riche d’enseignements que constitue l’Indonésie, la thèse soutenue par l’autrice nous permet d’élargir singulièrement l’horizon d’interprétation de la discipline.

3Trois grandes parties jalonnent son ambitieuse et convaincante démonstration : la première s’attache à montrer les biais d’interprétation qui ont guidé les analyses successives produites dans le cadre de la discipline, et ce, depuis l’époque westphalienne. La représentation séculière du système international qui en a émergé progressivement s’explique par la situation particulière d’affrontement qui a opposé depuis lors pouvoir religieux et pouvoir séculier, jusqu’à la victoire de ce dernier dans le gouvernement des affaires du monde, du moins dans sa version occidentale. Cette histoire particulière, du fait de la longue domination de l’Europe sur le reste du monde, a abouti à la généralisation d’une représentation unilatéralement séculière des enjeux des relations internationales. Mais cette interprétation se heurte actuellement à l’hétérogénéisation du système international, à la diversification religieuse et à ses effets transnationaux, qui remettent complètement en question le modèle westphalien traditionnel de gestion nationale du pluralisme religieux. Face à ces transformations et ces changements d’échelle, elle montre ainsi qu’après de longues décennies d’ignorance et de mépris des causalités politiques d’origine proprement religieuse, on a assisté brutalement, dans le champ académique, à une sur-confessionnalisation des altérités. Celle-ci a abouti au succès de la théorie du « choc des civilisations » qui a durablement influencé les nouvelles politiques mondiales depuis lors.

4La deuxième partie, plus descriptive, décrit le processus actuel de confessionnalisation des politiques internationales. À travers l’émergence de départements diplomatiques dédiés dans de nombreux pays, la prise en compte du facteur religieux dans les relations politiques est devenue pratiquement incontournable. Cette confessionnalisation diplomatique colorie depuis lors, tout en le figeant dans une sorte d’essentialisme presque « religieux », les relations entretenues entre les pays de cultures et d’identités religieuses différentes. Face à la reconnaissance de ces altérités jugées insurmontables, les politiques mondiales semblent devoir intégrer, comme un élément de régulation obligé, les incitations et les programmes mettant en valeur les vertus du dialogue interreligieux dans la dépolitisation des logiques conflictuelles. Institutions internationales et ONG rivalisent alors d’initiatives visant à la concorde, en répondant à la théorie du « choc » par la promotion d’« alliance » des civilisations. Cette politique proactive, qui incite les mouvements religieux à se banaliser tout en s’institutionnalisant, souhaite ainsi participer à l’édification d’un monde mieux pacifié par la prise en compte égalitaire des différentes sensibilités religieuses, pourvu que celles-ci en acceptent les modalités d’organisation. Elle montre cependant ses limites et se trouve régulièrement débordée par des mouvements religieux dissidents, politiques voire terroristes, échappant souvent aux logiques nationales et mettant au défi le projet politique et diplomatique de domestication d’un « bon » religieux.

5Le troisième chapitre relève de l’étude de cas. À travers la promotion d’un islam national qui s’opposerait aux tentations politiques éventuellement extrémistes d’un islam transnational non régulé, l’Indonésie tenterait de reprendre en main une politique confessionnelle qui s’ouvrirait aux normes internationales à travers la promotion du dialogue interreligieux en interne et la reconnaissance légale du pluralisme de sa société. Cette étude, inédite et particulièrement originale, présente de manière fine et documentée la complexité des identités religieuses dans un pays présenté généralement comme mono-confessionnel. L’analyse détaillée de différentes recompositions religieuses, entre réinvention de traditions locales, émergence de mouvements religieux spécifiquement nationaux tels que le néo-judaïsme ou le bahaïsme, et contraintes économiques ou sociales, montre encore la nécessité d’un traitement attentif aux réalités religieuses toujours dépendantes du contexte local.

6En conclusion, Allès nous rappelle donc assez opportunément que le système international n’a jamais cessé d’être impacté par le religieux, en dépit du mythe inlassablement colporté de son inéluctable sécularisation. Mais elle nous met aussi en garde sur les risques que fait courir à la connaissance l’inflation des interprétations politico-religieuses qui simplifieraient à l’extrême des situations toujours multifactorielles, en ignorant les causalités proprement sociales, culturelles et économiques dans les transformations sociétales. La surinterprétation religieuse des conflits contemporains pourrait aboutir, selon elle, à une sorte d’aporie. En validant la thèse de l’irréductibilité des différents clashs des civilisations qu’elle pourrait induire, elle risquerait de minorer en retour les analyses de nature plus économiques ou politiques.

7À travers cette importante étude se dessine un monde qui, parce qu’il a décidé de mieux prendre en compte la dimension proprement religieuse des facteurs de conflit au sein des relations internationales, prend le risque d’hypertrophier abusivement cette catégorie et de se trouver impuissant dans le traitement efficace des différents problèmes humains successivement envisagés. En unifiant toutes les analyses en matière de relations internationales autour de la seule causalité religieuse, au détriment d’autres facteurs explicatifs de type économique, démographique ou politique, la réalité d’un processus de sécularisation progressif et d’une réelle individualisation des personnes au sein des sociétés, un phénomène global qui ne semble pourtant épargner aucune région du monde, semble devoir maintenant échapper aux radars sinon des chercheurs tout du moins des décideurs. Pourtant, entre les partisans du « clash » et ceux de « l’alliance » des « civilisations », il y aurait matière à affiner l’analyse. Et c’est bien à cela que s’emploie cet ouvrage érudit, produit certes par une très jeune autrice, mais qui s’avère d’ores et déjà être une chercheuse confirmée. Ses analyses fines et convaincantes ne peuvent qu’amener à renouveler une discipline en lui ouvrant par ailleurs une dimension critique et réflexive tout à fait bienvenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Zuber, « Delphine Allès, La part des dieux. Religion et relations internationales », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 164-165.

Référence électronique

Valentine Zuber, « Delphine Allès, La part des dieux. Religion et relations internationales », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68151 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68151

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search