Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJoris Astier, L’affaire Gaufridy....

Comptes rendus

Joris Astier, L’affaire Gaufridy. L’imaginaire du Mal dans la France moderne

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2021, 246 p.
Laurent-Henri Vignaud
p. 166-167
Référence(s) :

Joris Astier, L’affaire Gaufridy. L’imaginaire du Mal dans la France moderne, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2021, 246 p.

Texte intégral

1Encore un livre sur l’affaire Gaufridy ! Il faut dire que le dossier documentaire est particulièrement riche : archives judiciaires, sources narratives, littérature apologétique, mémoires, correspondances érudites… La note 27 de l’introduction du livre de Joris Astier rappelle les nombreuses études déjà produites depuis 1912 sur cette fameuse affaire de possession démoniaque, en omettant curieusement de mentionner les admirables pages de Robert Mandrou dans Magistrats et sorciers en France au xviie siècle (1968).

2L’ambition de cette ultime monographie est de présenter l’histoire des possédées d’Aix-en-Provence comme un point de basculement dans la représentation de la menace diabolique à l’époque moderne. L’étude s’organise en trois temps : d’abord le déroulement de l’enquête, puis le procès et enfin sa postérité aux xviie et xviiie siècles. Rappelons quelques faits. En 1611, deux religieuses du couvent des Ursulines d’Aix accusent leur confesseur, un curé marseillais du nom de Loys Gaufridy, de les avoir séduites puis amenées au sabbat pour les livrer au Diable. L’histoire n’est pas banale car l’accusé est un homme, un urbain et un clerc, tandis que l’habituelle chasse aux sorcières cible le plus souvent les guérisseuses des campagnes. Les deux jeunes possédées, Madeleine de La Palud et Louise Capeau, soumises à de nombreux exorcismes publics, notamment pratiqués par le père Michaëlis au sanctuaire de la Sainte-Baume, finissent par envoyer leur corrupteur au bûcher par sentence du Parlement du 30 avril 1611.

3Ce sont bien ces exorcismes qui assurent la publicité de l’affaire, qui est considérable dès cette époque. Ils s’inscrivent dans un contexte de conflits confessionnels, au lendemain de la mort d’Henri IV, et offrent un écho à la célèbre affaire des miracles de Laon (1566) au cours de laquelle la jeune Nicole Obry est débarrassée de sa trentaine de diables après avoir reçu l’eucharistie. Comme l’indique Joris Astier, les exorcismes marseillais servent à la fois à produire une « apologétique » partisane (p. 42) et à « réformer le clergé » (p. 70) via le procès judiciaire contre Gaufridy qu’ils entraînent. Ce contexte tridentin se double d’un contexte provençal aussi défavorable à l’accusé : la ligueuse Marseille est jugée très sévèrement par la très politique et néanmoins catholique Aix-en-Provence. Face au premier président Guillaume du Vair, fervent soutien de Michaëlis, les défenseurs locaux de Gaufridy pèsent peu. Selon Joris Astier, une atmosphère paranoïaque (« imaginaire obsidional », p. 85) et eschatologique empoisonne la salle du tribunal et précipite un « ethos agressif » qui excite une « pulsion purificatrice » (p. 112).

4On regrettera ici que le résultat direct de cette atmosphère d’attente anxieuse ne soit pas mieux exposé, par exemple quand il s’agit de savoir si la valeur des sacrements administrés par Gaufridy est préservée (p. 123, on imagine les conséquences si le sorcier avait confessé les avoir livrés au diable avec le reste), ou à propos des craintes plus séculières d’une « vaste conspiration » (p. 130, du propre aveu des démons exorcisés) liée à l’assassinat du roi. La mise en récit de l’affaire par Michaëlis lui-même, mais aussi par les médecins ayant servi d’experts, les journaux, les mémorialistes, les écrivains François de Rosset et Malherbe, aurait pu fournir une analyse littéraire et épistémologique plus soutenue que sa réduction à la « mise en scène » d’un « monde régi par la figure du Mal » (p. 149). La problématique du livre qui entend étudier l’affaire Gaufridy sous l’angle de la propagation d’un « imaginaire du Mal » particulièrement « anxiogène » atteint là ses limites. Pourtant la suite du livre offre de bons développements sur les répliques de l’affaire Gaufridy, d’abord à Lille dès 1613 au cours de laquelle la naissance de l’Antéchrist est annoncée (à partir de la semence de Gaufridy) et qui attire l’attention de Cornelius Jansen et du père Garasse, puis bien sûr avec l’affaire si politique des Ursulines de Loudun en 1632. Urbain Grandier, qui a bien retenu la leçon, ne commet pas l’erreur du curé marseillais : il n’avoue rien. Joris Astier nous renseigne encore (p. 167-171) sur le destin chaotique de Madeleine de La Palud après le procès : ayant fondé une école, elle se voit accusée de sorcellerie en 1653. Elle meurt en 1670, ayant clamé toute sa vie que ce qui s’était écrit sur son affaire était faux à l’exception de la possession démoniaque dont elle fut victime. Peu à peu, apparaît le sentiment que Gaufridy était un prêtre séducteur et corrompu, mais pas un sorcier, et les prétendues possédées, des simulatrices.

5La conclusion du livre de Joris Astier livre une hypothèse stimulante : si l’on considère l’affaire Gaufridy comme une rupture dans cet « imaginaire » qu’on a de la peine à bien définir mais qui conduit à une « dédiabolisation du Mal » (p. 179), il faut attribuer cette rupture non à un recul de l’imaginaire démoniaque mais à un effet de saturation dont l’affaire aixoise a fourni le modèle. Après Louviers (1647) et Auxonne (1658) qui se conclut par un acquittement de la principale accusée, ces affaires finissent par embarrasser par l’émoi même qu’elles suscitent. Quand elles atteignent le roi, via l’affaire Brinvilliers (1676), c’en est trop. L’idée suggérée ici est que Louis XIV officialise une réticence et une lassitude qui ont déjà gagné les esprits plus qu’il n’agit en avant-garde, comme on a pu le dire parfois. Il ne reste plus alors aux cerveaux brûlés du siècle suivant qu’à dénoncer en tout cela des fables inventées pour « séduire les simples » à partir de récits de possessions qui ressemblent davantage à des « attaques de nerfs » (p. 184, citation de l’abbé Papon, auteur d’une Histoire de la Provence parue en 1786) qu’à des manifestations surnaturelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent-Henri Vignaud, « Joris Astier, L’affaire Gaufridy. L’imaginaire du Mal dans la France moderne », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 166-167.

Référence électronique

Laurent-Henri Vignaud, « Joris Astier, L’affaire Gaufridy. L’imaginaire du Mal dans la France moderne », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68246

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search