Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusFrançois Bafoil, Freud et Weber. ...

Comptes rendus

François Bafoil, Freud et Weber. L’hérédité – races, masses et tradition

Paris, Hermann, 2019, 410 p.
Livio Boni
p. 169-170
Référence(s) :

François Bafoil, Freud et Weber. L’hérédité – races, masses et tradition, Paris, Hermann, 2019, 410 p.

Texte intégral

1Dans cet épais volume, le sociologue François Bafoil revient sur le rapport unilatéral entre Max Weber – qui fut un lecteur attentif de Sigmund Freud et un proche de certains représentants de la « Gauche freudienne », comme Otto Gross – et Sigmund Freud, qui ignora pour l'essentiel la sociologie de langue allemande – non seulement Weber, mais aussi Georg Simmel ou Siegfried Kracauer par exemple –, à laquelle il préférait la sociologie française, davantage marquée par la psychologie sociale et l'ethnographie, en particulier la Psychologie des foules de Gustave Le Bon. Or, le livre de Gustave Le Bon, qui date de 1895, joue un rôle clé dans la lecture proposée ici, dans la mesure où le terme tiers choisi par l’auteur pour sa lecture croisée de Freud et Weber est essentiellement la question de l'antisémitisme et de ses sources.

2Dans ce cadre, la Massenpsychologie freudienne, exposée dans Psychologie des masses et analyse du moi (1921), est envisagée comme une critique de l' « irrationalisme », du « racisme » et du conservatisme de Le Bon, chez qui la foule apparaît comme une entité ingouvernable et anarchisante, à la fois objet de répulsion et d'attraction (Mussolini fut un admirateur déclaré de Le Bon). En montrant que les masses, à la différence des foules, constituent des formations sociales hautement organisées et organisables par une renonciation pulsionnelle de chaque membre – qui projette sur le chef charismatique la libido à laquelle il doit renoncer pour rentrer dans l'organisation (parti, église, armée) tout en s'identifiant à chaque autre membre de son organisation –, Freud a puissamment contribué à esquisser une véritable sociologie des fascismes. Aussi est-ce sur cet axe critique que Freud finit par croiser, indirectement, les analyses de Weber sur la fonction du « charisme » dans la politique des sociétés de masse.

3L'auteur insiste également sur le refus wébérien de tout usage de la notion de « race », si répandue dans le monde savant au tournant du XIXe et du XXe siècle. Il y aurait donc une convergence critique implicite entre Freud et Weber, en tant que penseurs qui résistent, voire qui s'opposent ouvertement au « magma » fait de darwinisme sauvage, de traditionalisme et de nietzschéisme primaire, qui alimentera la montée en puissance de l'antisémitisme, tout en fournissant une intelligibilité à cette dernière. La mise en parallèle entre la sociologie wébérienne et le freudisme s'achève donc sur une confrontation de leurs analyses respectives de l'antisémitisme, telles que Freud les livrera dans son dernier grand texte, L'Homme Moïse et la religion monothéiste (1939), et les textes du dernier Weber sur Le judaïsme antique (1920). On regrettera toutefois qu'on ne pousse pas un tel rapprochement au-delà des frontières géographiques, historiques et intellectuelles de l'Europe, ce que la publication, certes tardive en France, des leçons wébériennes sur Hindouisme et bouddhisme (Flammarion, 2003) permettrait désormais. Car la question raciale, et donc celle de l'antisémitisme, n'est pas dissociable de l'histoire de l'apogée des impérialismes et du colonialisme européen, et gagnerait à être envisagée sur une échelle qui dépasse le cadre franco-germanique ici privilégié.

4En ce sens, il serait tout à fait envisageable de comparer l'approche de Weber, esquissant une sociologie générale des grandes religions asiatiques pendant les années 1916-1917, en plein conflit mondial, avec la tentative freudienne, à peu près contemporaine, de concevoir une anthropologie politique (depuis Totem et Tabou jusqu'à Psychologie des masses et analyse du moi) s'appuyant davantage sur une perspective ethnographique, à la fois transhistorique et fondée sur un certain évolutionnisme, qui interroge ce qui persiste, au cœur de la modernité, des formes de pensée les plus « primitives » et archaïques. C'est par une telle comparaison entre l'histoire culturelle et matérialiste des grandes religions non-européennes, avancée par Weber, et la mise en résonance entre modernité européenne et « pensée sauvage », que pourrait passer – nous semble-t-il – une confrontation ultérieure entre Weber et Freud en tant que penseurs de l'apogée de la domination européenne sur le monde et, en même temps, de sa crise autodestructrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Livio Boni, « François Bafoil, Freud et Weber. L’hérédité – races, masses et tradition », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 169-170.

Référence électronique

Livio Boni, « François Bafoil, Freud et Weber. L’hérédité – races, masses et tradition », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68274

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search