Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDom Xavier Batllo (dir.), Les lie...

Comptes rendus

Dom Xavier Batllo (dir.), Les liens de la miséricorde. L’enseignement de sainte Gertrude sur la miséricorde replacé dans ses contextes

Paris, Honoré Champion, 2018, 238 p.
Marie Anne Polo de Beaulieu
p. 170-171
Référence(s) :

Dom Xavier Batllo (dir.), Les liens de la miséricorde. L’enseignement de sainte Gertrude sur la miséricorde replacé dans ses contextes. Actes du colloque de Solesmes (2 et 3 septembre 2016), Paris, Honoré Champion, 2018, 238 p.

Texte intégral

1Ce colloque a réuni à Solesmes une dizaine d’orateurs, majoritairement moines ou moniales (six intervenants sur dix). Cette appartenance à une communauté monastique explique que sainte Gertrude soit, pour certains, plus qu’un simple objet d’étude parmi d’autres ; elle peut être source d’inspiration pour la vie religieuse, comme l’explique Dom Paul Debout dans les derniers mots de sa conclusion : « on peut trouver en elle un guide sûr et dynamique pour en accueillir les intuitions essentielles et on pourra se mettre à son école pour vivre plus pleinement la liturgie de l’Église » (p. 93).

2Cette rencontre internationale s’inscrit dans un cadre pontifical. En effet, 2016 avait été décrétée « année de la miséricorde » par le pape François ; le choix de ce thème, bien que central dans l’œuvre de Gertrude d’Helfta, relève d’une logique externe. Dès l’ouverture, le projet qui sous-tendrait cette réunion est affirmé clairement : obtenir pour sainte Gertrude le statut de docteur de l’Église (p. 18). Actuellement, seules quatre femmes ont obtenu ce degré suprême : Thérèse d’Avila (1515-1582) et Catherine de Sienne (1347-1380) en 1970 par le pape Paul VI ; Thérèse de Lisieux (1873-1897) en 1997 par le pape Jean-Paul II et Hildegarde de Bingen (1098-1179) en 2012 par le pape Benoît XVI. Gertrude dite la Grande fait partie d’un groupe de saints dont le dossier est en cours d’examen par les congrégations pour la cause des saints et pour la doctrine de la foi, qui se penchent aussi, entre autres, sur les cas de Brigitte de Suède, Julienne de Norwich et Marguerite-Marie Alacoque. On peut se demander si cette perspective a pu avoir une influence sur certaines des recherches exposées dans ce riche colloque, qui adoptent parfois un ton apologétique, compréhensible dans l’ouverture de l’évêque du Mans, mais plus gênant dans des communications scientifiques. Prenons un seul exemple : Michael Bangert souhaite hisser Gertrude d’Helfta au rang de théologienne et dépoussiérer son image de simple visionnaire naïve. Il décrit « la capacité hors pair de la femme de lettres Gertrude d’Helfta à transférer la théologie imagée du Nouveau Testament dans une théologie mystique de son temps. » Nous sommes donc loin, dit-il, « d’achopper sur une faiblesse véhémente ou une régression naïve, comme le répètent, avec une certaine insistance en partie ignorante, certains auteurs – habituellement de sexe masculin (sic !) – du monde moderne à propos de cette grande mystique » (p. 56). Les auteurs visés sont William James et Peter Dinzelbacher, grands spécialistes de la mystique médiévale.

3À l’opposé, l’exposé de Dom Xavier Batllo sur les usages des Pères de l’Église par sainte Gertrude conclut sur la modestie de ses connaissances en la matière, qui se limitent à Augustin, Bernard de Clairvaux et « vraisemblablement Jean Scot Érigène », tandis que « les parallèles avec Origène, Maxime le Confesseur ou le Pseudo-Denys – sans exclure d’éventuels rapports plus directs – apparaissent plutôt dus à leurs intermédiaires occidentaux. Si cet aspect se révélait assuré, Gertrude ne se distinguerait pas vraiment de ses contemporains érudits et serait loin d’atteindre les efforts de recherches patristiques qu’avait fait, quelques décennies plus tôt, un saint Thomas d’Aquin » (p. 118). Sa candidature au statut de docteur de l’Église semble peu compatible avec une telle conclusion.

4Autre problème de méthode : deux communications partent du nombre d’occurrences de termes clés comme pietas (p. 68-70) ou suppleo et sa famille (p. 121). Malheureusement, nous n’avons pas le nombre de mots dans les textes concernés, ni une liste des mots les plus fréquents afin de pouvoir situer statistiquement ces lemmes particulièrement intéressants. On peut enfin regretter, travers propre à bien des colloques, les répétitions d’une communication à l’autre, notamment sur le recrutement très élitiste du monastère d’Helfta. S’y ajoutent quelques contradictions : une communication met en doute l’attribution d’Exercices spirituels à sainte Gertrude (p. 48-49) et la suivante fonde toute sa présentation de la théologie de la miséricorde chez Gertrude d’Helfta sur ces Exercices spirituels sans tenir compte des réserves de son confrère ; c’est sans doute le revers de la médaille de la science en marche.

5Malgré ces réserves, ce colloque international fait un point très complet sur le monastère d’Helfta (communication de Cornelia Oefelein), son activité littéraire (Balàzs József Nemes), la place de la liturgie dans l’expérience religieuse de Gertrude (Dom Paul Debout) et quelques aspects majeurs de l’œuvre de Gertrude d’Helfta (les notions de pietas, de suppléance, les emprunts à la littérature patristique).

6On comprend mieux dans quel très riche environnement a vécu Gertrude d’Helfta, un monastère fondé en 1229 par le comte Burchard de Mansfeld et son épouse Élisabeth, qui adopta certaines coutumes de Cîteaux. Fermée en 1545, l’abbaye revit depuis 1999 grâce à un groupe de moniales cisterciennes. Ce n’est pas seulement Gertrude la Grande qui a assuré l’aura mystique de l’abbaye d’Helfta, mais également Mechtilde de Hackeborn, Mechtilde de Magdebourg et depuis peu une mystérieuse sœur N., toutes encouragées par leur abbesse, leurs directeurs spirituels et leurs familles. La découverte récente d’un manuscrit à Leipzig a permis de mieux comprendre la répartition des tâches entre la visionnaire qui dicte et la copiste qui joue un rôle dans la sélection des visions couchées par écrit. Les œuvres attribuées à Gertrude se composent du Legatus Memorialis Abundantiae Divinae Pietatis (le héraut de l’abondance de l’amour divin), dont elle aurait écrit seule le livre II, retravaillé par la sœur N. ; des Exercices spirituels (mais Balàzs József Nemes émet des doutes) et peut-être le florilège récemment découvert dans le manuscrit de Leipzig. Gertrude aurait participé en partie à la rédaction des Révélations de Mechthild de Hackeborn, intitulé le Livre de la grâce spéciale.

7Les trois dernières communications brossent un panorama très précis de l’influence de l’œuvre de Gertrude sur les religieux bénédictins, ceux de l’ordre de la Visitation après 1650, la congrégation de Saint-Maur à partir de 1662, année de publication de sa Vita et de ses revelationes, mais également les Carmélites et les carmes de la réforme thérésienne et les Jésuites, avec un focus sur les abbayes de Montmartre et de Sainte-Cécile de Solesmes. Souvent, les écrits de Gertrude ont été connus à travers les extraits réunis par Louis de Blois dans son Monile Spirituale, mais également des éditions et des traductions qui sont précisément analysées par Dom Thierry Barbeau.

8De vastes questions s’ouvrent pour l’avenir : par exemple, faire un relevé systématique de toutes les références patristiques dans les œuvres attribuées à Gertrude, ce qui est aisé grâce aux bases de données textuelles (p. 119), donnerait une image plus authentique des connaissances et des méthodes de travail mobilisées par Gertrude d’Helfta. On regrette qu’une approche genrée des mystiques féminines de la fin du Moyen Âge ne soit jamais abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Anne Polo de Beaulieu, « Dom Xavier Batllo (dir.), Les liens de la miséricorde. L’enseignement de sainte Gertrude sur la miséricorde replacé dans ses contextes », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 170-171.

Référence électronique

Marie Anne Polo de Beaulieu, « Dom Xavier Batllo (dir.), Les liens de la miséricorde. L’enseignement de sainte Gertrude sur la miséricorde replacé dans ses contextes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68288 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68288

Haut de page

Auteur

Marie Anne Polo de Beaulieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search