Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusNicole Bériou, Jacques Dalarun, D...

Comptes rendus

Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Dominique Poirel (dir.), Le manuscrit franciscain retrouvé

Paris, CNRS Éditions, 2021, 394 p.
Bénédicte Sère
p. 171-173
Référence(s) :

Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Dominique Poirel (dir.), Le manuscrit franciscain retrouvé , Paris, CNRS Éditions, 2021, 394 p.

Texte intégral

1L’histoire de ce volume est celle d’un double émoi. Il y a d’abord, en 2014, la découverte du manuscrit franciscain, premier choc émotionnel dans l’orbite des spécialistes du franciscanisme. Il y a, ensuite, l’aventure de son analyse, deuxième temps d’intenses émois scientifiques. Outre les conclusions autour du trésor exhumé, le présent volume retrace l’histoire de l’histoire du manuscrit redécouvert, une mise en abîme qui articule la science et l’émotion, s’il fallait encore prouver cette vérité concernant les savants, qu’« au fond, nous sommes tous des êtres affectifs » (François Mauriac).

2Quelle est cette histoire ? En septembre 2014, Sean Field alerte Jacques Dalarun. Il y a, dans une galerie d’art parisienne, mise en vente, une perle rare. Certes, l’objet n’a guère d’allure, mais la notice rédigée par l’une des meilleures spécialistes, Laura Light, ne passe pas inaperçue : François d’Assise est concerné. Une de ses Vitae, inédite, s’y lit. Jacques Dalarun, à son tour, signale la vente à la directrice du département des manuscrits de la BnF et suggère que la Bibliothèque achète le volume. Les choses s’accélèrent : en décembre 2014, la Bibliothèque nationale acquiert le manuscrit, désormais identifié sous la cote Nouvelle Acquisition Latine (NAL) 3245 ; en juillet 2015, elle l’a intégralement numérisé pour une mise en ligne sur Gallica à la disposition du public ; en septembre 2017, lors d’une rencontre scientifique, une vingtaine d’experts échangent sur le sujet sous l’égide de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT) et de la BnF ; en juin 2019, un autre colloque, appuyé cette fois-ci par le laboratoire Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances (HASTEC), poursuit les investigations ; en septembre 2021 paraît le présent volume aux éditions du CNRS. Loin d’être la publication des actes du colloque, il est un état de l’art de l’ensemble du travail poursuivi, depuis 2014 et après 2017, jusqu’à ce jour. Ce sont 24 contributions, 23 auteurs parmi les meilleurs spécialistes au monde, trois grandes parties (I. Les coordonnées du codex, II. L’écheveau des textes, III. Un témoin des origines franciscaines ?).

3Cet obscur objet de toutes les fascinations s’offre comme un petit codex de 122 folios. Il est extrêmement petit, 12 x 8 cm, la taille d’un iPhone. Il a piètre allure, écorné, abîmé voire délabré, à peine lisible, à l’écriture difficile et à la reliure dégradée. « Livre de besace » plutôt que « livre de poche » (les poches n’existaient pas, les besaces si), le volume après analyse serait un témoin, exceptionnel, des premiers temps du franciscanisme, aux lendemains de la mort de François (1226) ou, plus précisément, après 1232 (date de la canonisation d’Antoine de Padoue déclaré « saint » dans une mention du volume, ce qui fournit l’indice du terminus a quo) et avant 1239, c’est-à-dire avant le généralat d’Aymon de Faversham (1240-1243). Il est composé de textes variés dont la pièce centrale s’avère être la Vita brevior, une vie inédite de Saint François dite Vita beati patris nostri Francisci, rédigée dans la décennie 1230, fraîchement sortie de la plume de Thomas de Celano, le premier hagiographe du Poverello. La vie est éditée par Jacques Dalarun en 2015 puis traduite en français, italien, anglais, espagnol, portugais, polonais, allemand, hongrois et chinois. Autour de ce « noyau franciscain », on lit des extraits de sermons de Bernard, mais aussi, probablement, de sermons inédits d’Antoine de Padoue, un commentaire du Pater noster, des florilèges, les Révélations du Pseudo-Méthode, des livres bibliques (Job, Zacharie, Matthieu). Ce recueil complexe, ou miscellanées, sorte de « librairie portative », est un exceptionnel témoin des origines, bien antérieur aux Fioretti, au temps où les frères itinérants partaient prêcher, deux par deux, besace à l’épaule. Pauvre et délabré, ce Libricino est, pour les historiens, une relique, un « reste » témoin des premiers temps du franciscanisme. Les copistes, lettrés certes, ne sont cependant pas des professionnels. La facture d’ensemble fait montre de pauvreté (parchemin de mauvaise qualité, parfois palimpseste, pas de reliures, pas d’ais, mise en page aux marges exiguës). Se dessine, pourtant, dans la sélection des textes, une forte identité spirituelle : mission prédicatrice, liturgie spécifique, accents eschatologiques. Tous les traits de la fraternité originelle s’y mêlent : une spiritualité chevillée aux Écritures, d’inspiration pénitentielle, laïque, fruste, itinérante, mais sûre de sa vocation. L’analyse en profondeur des mains, quinze au total, prouve à quel point le codex ne fut fabriqué ni par une seule personne, ni en une seule fois. Il accumule des strates chronologiques autant que géographiques pour rappeler à qui l’aurait oublié à quel point les manuscrits médiévaux sont des objets mouvants et vivants. Le scripteur C serait peut-être parti d’Ombrie pour se rendre à Paris avec des cahiers non reliés du volume en poche (les sections V à VII). Il aurait ensuite collecté dans la capitale capétienne sermons et cours qu’il aurait reportés et retranscrits à chaud dans le cahier VII.

4En soi, le volume n’est pas unique, ni rare tant il est vrai que les codex de petit format étaient fréquents, et souvent l’œuvre de scripteurs non professionnels. Ce qui est exceptionnel, c’est qu’un tel objet ait pu traverser les âges. Mieux, qu’il fût retrouvé aujourd’hui par-delà huit siècles d’enfouissement, sans que nul ne sache où ni dans quelles conditions il a survécu. Hasard des circulations, le manuscrit a refait surface à l’heure où la « question franciscaine » reprise à nouveau frais par Jacques Daralun dans les années 1990 et 2000 posait un problème : il manquait une Vita de François, la deuxième de Thomas de Celano, après la Vita prima mais avant la Legenda ad usum chori et la Vita de Julien de Spire. Le terreau épistémologique était ainsi prêt à recevoir le manuscrit comme une véritable déflagration.

5L’exceptionnalité de l’événement aura créé une non moins exceptionnelle synergie des expertises et des champs disciplinaires. Pour venir à bout du mystère recélé par le libricino, toutes les disciplines ont été convoquées : analyses biologiques et chimiques pour étudier et dater le parchemin, la ficelle, l’encre, les dépôts de couleur grise sur le folio 1, avec utilisation de techniques de pointe – spectrométrie de fluorescence des rayons X (XRF) portable, microscope électronique à balayage (MEB), extraction triboélectrique sur une phase solide polymère PVC et, bien sûr, datation au carbone 14 (14C) de la ficelle de reliure ainsi que du parchemin. Suivent les analyses codicologique et paléographique (Denis Muzerelle), linguistiques (Fabio Zinelli, Giula Cò), théologiques (Riccardo Saccenti), exégétiques (Laura Light), homilétiques (Carlo Delcorno), historiques (Nicole Bériou, Amandine Postec, Dominique Poirel, Marjorie Burghart, Robert Lerner, Jacques Dalarun, Sean Field, Luigi Pellegrini, Sylvain Piron). Rarement, un manuscrit aura été à ce point scruté, mis en tableau (sections, cahiers, feuillets, textes) pour y démêler l’écheveau des textes, mis en schéma (comptage des cahiers, souvent des quinions, avec plan des six sections (A-F) et précision côté poil et côté chair), compté (remplissage de la page par pourcentage pour les treize cahiers, p. 48), décompté (nombre de lignes par double page, distribution des mains dans le volume folio par folio avec le tableau p. 52, table récapitulative des mains, toutes italiennes, p. 53). Chaque détail est pointé : discordance entre les piqûres et la linéation, redoublements de piqûres, incohérence des réglures, annotations marginales (comme celles du folio 68v étudiées par Riccardo Saccenti), translucidité de certaines parties du feuillet due au parchemin mal dégraissé qui rend impropre à recevoir l’écriture, amputations (bi-feuillets manquants). Le petit codex franciscain, s’il est à lui seul un miracle, est aussi source de merveilles : les sciences dures viennent travailler aux côtés des sciences humaines dans une même rigueur et avec un même objectif ; les savants du monde entier se concertent sur un unique objet de 12 cm sur 8 ; les interprétations d’horizons divers consonent pour conclure aux mêmes créneaux chronologiques et aux mêmes circuits géographiques. Somme toute, le présent volume offre un cas édifiant d’analyses convergentes autour de miscellanées pour en sonder l’énigmatique histoire et en ressusciter la vie. Puissent de tels miracles se reproduire et l’historien continuer à exhumer la vie du royaume des morts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Dominique Poirel (dir.), Le manuscrit franciscain retrouvé  », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 171-173.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Dominique Poirel (dir.), Le manuscrit franciscain retrouvé  », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68296

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search