Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusFlavien Bertran de Balanda, Louis...

Comptes rendus

Flavien Bertran de Balanda, Louis de Bonald. Philosophe et homme politique (1754-1840)

Paris, CNRS Éditions, 2021, 400 p.
Michel Ostenc
p. 175-176
Référence(s) :

Flavien Bertran de Balanda, Louis de Bonald. Philosophe et homme politique (1754-1840), Paris, CNRS Éditions, 2021, 400 p.

Texte intégral

1On croyait connaître la pensée de Louis de Bonald à travers son Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social (1800) et sa fameuse réplique aux Considérations sur la Révolution française de Madame de Staël. Les individus ne pouvaient modifier les lois de la vie en société et la leçon de l’Histoire voulait qu’on ne pût vivre librement. Des ouvrages récents avaient pourtant montré que l’originalité de Louis de Bonald se situait plutôt dans sa tentative de replacer la rupture révolutionnaire de 1789 dans l’histoire. À l’inverse de Joseph de Maistre convaincu qu’elle représentait une suspension des lois naturelles, de Bonald y décelait un instrument destiné à restaurer un ordre subversif et un sérieux avertissement pour tous ceux qui mettent en discussion les lois fondamentales des sociétés humaines. La rupture révolutionnaire ne se justifiait pas, mais elle s’insérait dans un processus historique où toute entorse à l’ordre naturel et politique conduisait à des situations chaotiques (Giorgio Barberis, Louis de Bonald. Ordre et pouvoir entre subversion et providence, traduit de l’italien par Astrée Questiaux, Paris, Desclée de Brouwer, 2016).

2Le livre de Flavien Bertran de Balanda s’appuie sur la grande richesse documentaire de sa thèse pour brosser la biographie politique et philosophique d’un penseur installé entre tradition et modernité. En lui prêtant la sinistre figure d’un moralisateur dénonçant le défi satanique fait à Dieu, on oublie que l’exigence d’honnêteté et d’exactitude de Louis de Bonald fait jaillir par défaut le mensonge et la corruption. Certes, son œuvre politique et la teneur catholique de son message ne pouvaient que le ranger sous la bannière de la Contre-Révolution et du légitimisme, mais la notion de Restauration était pour lui synonyme de régénération, à l’opposé d’une régression qui répéterait d’anciennes erreurs. Quant à la Révolution, elle ne se présentait pas dans sa pensée comme un châtiment, une fatalité ou une quelconque chute expiatoire dans la barbarie qui aurait inversé la courbe du devenir naturel des peuples pour les précipiter dans un gouffre sans retour. L’auteur montre comment de Bonald transforme cet échec historique en un point de départ vers une restauration globale, ressuscitant la société sur des bases essentiellement morales. La véritable Contre-Révolution ainsi conçue comme « Contre-subversion » devenait la seule garantie de fermeté sur le terrain où se livrait la bataille. Elle ne mérite pas une connotation réactionnaire, qui s’efface chez de Bonald derrière la lucidité du penseur et la faculté de réagir de l’homme politique. Sans doute l’Histoire obéit-elle aux lois de la Providence et l’idée même de « Droit de l’Homme » conduit-elle à l’anarchie, mais de Bonald choisit le catholicisme parce qu’il offre au contraire une plus grande liberté. Il permettrait une connaissance du bien et du mal laissant à chaque instant la possibilité de choisir l’un ou l’autre. Le catholicisme offrirait ainsi une plus grande liberté que celle niée par Luther, par les « déistes » des Lumières et par les « athées » révolutionnaires. On dit que dans sa Théorie du pouvoir politique et religieux (1796), de Bonald assimilait le pouvoir à une cause et l’homme à un simple effet. En inversant les termes, l’homme intervenait sur le pouvoir au lieu de le subir et tombait dans l’hérésie : le protestantisme en religion et la souveraineté populaire en politique. Mais l’auteur montre que la conception du pouvoir de Louis de Bonald dépasse largement ce schéma caricatural dont la postérité l’a injustement affublé. Elle dépend d’une synthèse entre les leçons du passé et les réalités du présent, dont l’absolu n’est pas lié à son indépendance mais à la totalité métaphysique qui l’englobe. Or, cet aspect totalisant ne présente pas de caractère totalitaire. Le royalisme de Louis de Bonald était un sentiment inspiré par le souvenir d’un passé révolu ; sa fidélité à la branche dynastique s’expliquait par une « résurrection » jugée toujours possible.

3L’ouvrage de Flavien Bertran de Balanda, sans renier les convictions politiques de Louis de Bonald, restitue la pensée authentique d’une figure qui apparaît désormais comme un moraliste plus que comme un doctrinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Flavien Bertran de Balanda, Louis de Bonald. Philosophe et homme politique (1754-1840) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 175-176.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Flavien Bertran de Balanda, Louis de Bonald. Philosophe et homme politique (1754-1840) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68319

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search