Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusAntonello Carvigiani, “Il desider...

Comptes rendus

Antonello Carvigiani, “Il desiderio del papa: salvare vite umane. Pio XII nella cronaca del monastero di Santa Maria dei Sette Dolori”

Nuova Storia Contemporanea, IV, 2, 2021, p. 135-150.
Michel Ostenc
p. 184-185
Référence(s) :

Antonello Carvigiani, “Il desiderio del papa: salvare vite umane. Pio XII nella cronaca del monastero di Santa Maria dei Sette Dolori”, Nuova Storia Contemporanea, IV, 2, 2021, p. 135-150.

Texte intégral

1Pie XII a longtemps été un pape contesté pour son rôle pendant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle il a toujours voulu éviter qu’un des deux camps pût se prévaloir de ses interventions. On l’a très violemment accusé de ne pas avoir pris la défense des juifs dont il ne pouvait ignorer les persécutions. On lui a ensuite reproché son attitude après la guerre, lorsqu’il opposa un barrage sans faille au communisme, notamment en infligeant des sanctions sévères aux catholiques qui voulaient collaborer avec lui. Le message de Noël 1942 et l’acte du Saint-Office du 1er juillet 1949 confirment en effet la condamnation du marxisme. À la fin de la guerre, Pie XII était pourtant reconnu comme le défenseur des juifs et de la ville de Rome ; mais cinq ans après sa mort, la représentation du Vicaire de Rolf Hochhuth à Berlin (février 1963) change complètement l’image du Saint-Père. Les « silences coupables » du pape deviennent de « lâches connivences » avec le nazisme. En pleine guerre froide, l’anticommunisme de Pie XII fait de lui un ennemi à combattre. Les commentaires émis par Radio Moscou le 7 juin 1945 alimentent les polémiques : le pape s’était tu pendant que fumaient les cheminées des fours crématoires et il avait manifesté bien tardivement son opposition au national-socialisme.

2L’auteur rappelle qu’entre octobre 1943 et juin 1944 (de l’occupation allemande de Rome à sa libération par les troupes américaines), les établissements catholiques italiens ont été des lieux de refuge pour tous les persécutés du nazisme. L’historien Renzo De Felice estimait que 4 447 juifs avaient été hébergés, principalement dans des couvents de religieuses (R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, 1961). Sur 200 établissements religieux qui leur ouvrirent leurs portes, 130 étaient féminins (G. Loparco, “Gli ebrei negli istituti religiosi a Roma: 1943-1944. Dall’arrivo alla partenza”, Rivista di storia della Chiesa in Italia, 2004, 1). Antonello Carvigiani a étudié les « Chroniques » de deux monastères féminins romains, celui des Santi Quattro Coronati (Quatre-saints-couronnés) situé sur la colline du Caelius près de Saint Jean de Latran, et celui de Santa Susanna, via XX Settembre (A. Carvigiani, “Aprite le porte, salvate i perseguitati”, Nuova storia contemporanea, 2014, XVIII, 5, p. 131-144). Il y cherchait les traces d’une circulaire vaticane du 25 octobre 1943 dans laquelle Pie XII demandait à tous les établissements religieux d’héberger les juifs, y compris dans les catacombes. Le cardinal Bertone, alors secrétaire d’État, y avait fait allusion en avril 2007 sans pouvoir la rendre publique ; mais la « Chronique » d’un troisième monastère féminin, celui de Santa Maria dei Sette Dolori, semble apporter un nouvel éclairage. Entre septembre 1943 et juin 1944, l’établissement situé au cœur du quartier populaire du Trastevere fut l’un des principaux refuges pour ceux qui étaient pourchassés par les nazis. La « Chronique » de ce monastère fourmille de précisions sur la vie quotidienne, mais aussi sur les événements politiques. Il présente des inexactitudes, mais son récit reste parfaitement crédible au sujet des personnes sauvées dans le monastère : 50 des 150 réfugiés dans cet établissement étaient des juifs (P. Blet, R.A. Graham, A. Martini, B. Schneider, Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale, vol. XI, Città del Vaticano, 1965-1981 ; G. Rocca, “Oblate Agostiniane di Santa Maria dei Sette Dolori”, in G. Pelliccia, G. Rocca, Dizionario degli Istituti di perfezione, vol. I, Rome, Edizioni Paoline, 1980, p. 560- 561).

3Un passage de la « Chronique » précise clairement que les institutions religieuses ouvrirent leurs portes aux juifs, soldats et carabiniers poursuivis par les troupes allemandes selon le désir exprimé par Pie XII qui fut le premier à les accueillir au Vatican, à Castel Gandolfo et à Saint Jean de Latran. L’auteur insiste sur les similitudes entre les « Chroniques » des trois monastères pour affirmer que l’accueil des réfugiés était bien le désir du pape. L’existence de la circulaire du 25 octobre 1943 par laquelle Pie XII souhaitait sauver le plus de vies possibles devient très probable. D’ailleurs, en ce qui concerne les juifs de Rome, Golda Meir elle-même avait reconnu que Pie XII les avait sauvés de la grande rafle nazie d’octobre 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Antonello Carvigiani, “Il desiderio del papa: salvare vite umane. Pio XII nella cronaca del monastero di Santa Maria dei Sette Dolori” », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 184-185.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Antonello Carvigiani, “Il desiderio del papa: salvare vite umane. Pio XII nella cronaca del monastero di Santa Maria dei Sette Dolori” », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68371

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search