Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusYves Chiron, Histoire des traditi...

Comptes rendus

Yves Chiron, Histoire des traditionalistes

Paris, Tallandier, 2022, 640 p.
Étienne Fouilloux
p. 186-187
Référence(s) :

Yves Chiron, Histoire des traditionalistes, Paris, Tallandier, 2022, 640 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est imposant et il est appelé à faire date. Il est en effet le fruit d’une accumulation patiente, depuis des années, de sources inédites ou imprimées et de témoignages, rendue possible par la connivence de l’auteur avec l’univers religieux dont il entreprend de faire l’histoire et dont il est l’un des meilleurs connaisseurs en France. Sous le nom de traditionalistes, accepté pour l’essentiel par les intéressés et dûment justifié dans son introduction, Yves Chiron reconstitue par le menu l’histoire de la résistance aux réformes du concile Vatican II et à leur application, dans le domaine liturgique (la « messe de Paul VI ») et dans le domaine dogmatique (la déclaration conciliaire sur la liberté religieuse principalement), qualifiées de nouveau modernisme. À cet égard, on aimerait qu’il adopte la même rigueur conceptuelle pour les mouvements opposés : il semble considérer le modernisme comme une réalité, alors que les historiens de ce dernier s’accordent aujourd’hui à n’y voir qu’une construction artificielle, bâtie de toutes pièces par l’encyclique Pascendi de 1907. Histoire mouvementée que celle des traditionalistes, faite de ruptures et de réconciliations dans des milieux restreints, mais non négligeables, qui vont du sédévacantisme au ralliement à Rome en passant par le schisme de la Fraternité Saint-Pie X de Mgr Marcel Lefebvre. L’auteur n’ignore rien des nuances multiples de ce petit monde et en restitue toute la complexité. Un important dictionnaire biographique, fort utile, fournit nombre d’informations qui n’ont pas été incluses dans le texte pour ne pas l’alourdir démesurément.

2Une telle résistance n’est pourtant pas née ex nihilo. Elle plonge ses racines dans le catholicisme intransigeant du xixe siècle, tel que l’a défini Émile Poulat, principale référence théorique d’Yves Chiron, dont on peut penser qu’il l’instrumentalise quelque peu, donnant ainsi raison à ceux qui ont critiqué son modèle d’interprétation du catholicisme contemporain. De l’antimodernisme des années 1910-1920 à l’anti-progressisme des années 1940-1950, l’auteur déroule une histoire des crises que celui-ci a traversées avant le concile (sanctions contre l’Action française, déchirements de la seconde guerre mondiale et de la guerre d’Algérie, querelles autour du catéchisme ou de la liturgie). Histoire bien intéressante car elle est écrite ici du point de vue des vaincus (maurrassiens proscrits, « intégristes » sermonnés, minoritaires du concile) alors qu’elle a été écrite jusqu’à présent du point de vue des vainqueurs (démocrates-chrétiens et libéraux, catholiques conciliaires). Un tel changement de point de vue modifie sensiblement la perspective et oblige à quelques retours sur les récits devenus canoniques d’un André Latreille ou d’un René Rémond et de leurs disciples.

3Important par les enjeux historiographiques qu’il comporte, l’ouvrage suscite nombre de questions auxquelles il n’apporte pas toutes les réponses qu’on en attendrait. Il s’agit pour l’essentiel d’un récit qui ne prend guère le temps de s’arrêter pour donner une vue d’ensemble du panorama qu’il déroule : à cette histoire-bataille du traditionalisme, on aimerait que soient ajoutées, pour prendre la mesure d’un phénomène malgré tout limité, une géographie et une sociologie que quelques chiffres semés au fil du livre ne suffisent pas à éclairer. Si l’auteur insiste beaucoup et à juste titre sur la diffusion mondiale du traditionalisme, son histoire reste très largement une histoire française ou francophone, avec quelques développements sur l’Amérique latine. Certes, le dictionnaire corrige un peu cette tendance lourde, mais le traditionalisme aux États-Unis, bien étudié par ailleurs, ou en Allemagne n’est guère évoqué que par allusions.

4Yves Chiron s’inscrit surtout en faux contre les interprétations du traditionalisme en termes, politiques, de liens avec la droite extrême. Il souligne au contraire qu’il s’agit d’un mouvement à caractère religieux de lutte contre le réformisme liturgique et dogmatique. Il a beau jeu de montrer ainsi que Mgr Lefebvre n’a pas été maurrassien et que des traditionalistes notoires ont eu des attitudes très diverses durant l’Occupation. On peut cependant penser qu’il va trop loin dans ce sens : depuis l’anticommunisme de la guerre froide ou le combat pour l’Algérie française, le traditionalisme a partie liée avec l’extrême droite de l’éventail politique, comme une étude transversale le montrerait aisément : familles traditionalistes dont plusieurs membres sont engagés dans les combats de l’extrême droite (de Blignières, de Penfentenyo), collaboration de traditionalistes à des publications de même tendance (Rivarol, Aspects de la France…). Un tel parti, compréhensible dans la perspective de l’auteur, le conduit à sous-estimer le rôle des traditionalistes dans les combats sociétaux récents et à faire quasiment l’impasse sur des mouvements comme Ichtus ou Civitas, fort actifs dans ces combats. Ou sur certains de ceux qui entendaient leur donner une ossature théologique : la revue Catholica est à peine mentionnée et on cherche en vain les noms de l’abbé Claude Barthe ou de Bernard Dumont dans le dictionnaire. Malgré ces réserves, le dernier livre d’Yves Chiron est appelé à devenir incontournable sur son sujet dans les années à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Yves Chiron, Histoire des traditionalistes », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 186-187.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Yves Chiron, Histoire des traditionalistes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68389

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search