Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusFlorent Coste, Gouverner par les ...

Comptes rendus

Florent Coste, Gouverner par les livres. Les Légendes dorées et la formation de la société chrétienne (xiiie-xve siècle)

Turnhout, Brepols, coll. « Bibliothèque d’Histoire Culturelle du Moyen Âge », n° 20, 2021, 335 p.
Clovis Maillet
p. 187-189
Référence(s) :

Florent Coste, Gouverner par les livres. Les Légendes dorées et la formation de la société chrétienne (xiiie-xve siècle), Turnhout, Brepols, coll. « Bibliothèque d’Histoire Culturelle du Moyen Âge », n° 20, 2021, 335 p.

Texte intégral

1« La pluralité des Légendes dorées tient à celle des communautés qui se sont emparées d’elles et qui, par l’usage qu’elles en font, s’articulent autour d’elles » (p. 237). Comment faire d’un livre écrit par un dominicain au xiiie siècle et diffusé sans relâche jusqu’au xve un outil pour comprendre des milieux sociaux ? C’est la question qui traverse l’ouvrage de Florent Coste, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2013.

2Depuis la fin du xxe siècle, ce livre, que Huysmans décrivait comme le « livre de chevet du Moyen Âge », a fait l’objet de plusieurs études qui ont permis d’approfondir la compréhension de son élaboration, de sa variabilité et de son adaptabilité. Alain Boureau, Barbara Fleith, Giovanni Paolo Maggioni, Hilary Maddocks et moi-même avons consacré des écrits à la compréhension de ses schémas narratifs, de la constitution du corpus latin, de ses réécritures et de ses enluminures. Les noms des personnes qui ont consacré leurs travaux à cette compilation hagiographique montrent qu’elle est envisagée au croisement des disciplines. Coste s’empare des outils de l’histoire littéraire (en revenant sur les polémiques modernes entourant la notion de compilation), s’engage dans les apports de la nouvelle codicologie et de la philologie (en envisageant la plasticité du corpus par une étude fine d’une sélection de manuscrits) et formule des hypothèses historiques (en s’intéressant à la formation pastorale).

3Un des objectifs de l’ouvrage est de faire entrer définitivement la Légende dorée dans l’histoire littéraire, en débarrassant la compilation du dominicain des préjugés des modernes : manque d’originalité et caractère composite. Coste dépasse ces catégories pour mobiliser celles de la post-modernité, faisant de cette œuvre ouverte, marquée par des quasi cut-up d’œuvres antérieures, un objet d’autant plus intéressant pour notre temps. Il propose en outre de penser ensemble la fonction de l’hagiographie – résumée par la belle formule d’Alain Boureau comme un « événement sans fin » qui s’enrichit et se potentialise par sa capacité à se répéter pour se rapprocher du modèle séminal de la vie du Christ – et la forme de la compilation qui rejoue les textes antérieurs en s’enrichissant de leur valeur d’usage. On peut faire le pont entre cette thèse et le précédent ouvrage de Coste, Explore. Investigations littéraires (2017) qui ambitionnait de redonner vie, agentivité et ambition politique à la création littéraire, en revenant, souvent, sur la plasticité et l’inventivité des livres médiévaux.

4Or il y a déjà longtemps que la littérature s’était emparée de la Légende dorée, lui donnant un rôle de stimulant pour l’imaginaire non moindre que celui des romans de chevalerie. L’écrivaine Nathalie Quintane se réjouissait de l’ambition de Florent Coste : faire que « la littérature façonne et forme des vies plus sensibles, plus incarnées, plus politiques » (Nathalie Quintane, « Explore de Florent Coste », sitaudis.fr, 8 mai 2017). Précisons aussi que Coste a eu recours aux outils médiévaux pour examiner le monde contemporain, en proposant avec Amandine Mussou le « Moyen Âge comme laboratoire » (« De quoi le Moyen Âge est-il le laboratoire ? », Fabula LHT, Littérature, histoire, théorie, 20, 2018 : le numéro s’est prolongé par un séminaire à l’ENS).

5Le minutieux travail de Barbara Fleith et Giovanni Paolo Maggioni a permis d’établir la mesure des emprunts de Jacques de Voragine à Jean de Mailly et Barthélémy de Trente lors de la première rédaction de la Légende dorée (dans les années 1260) et l’étendue du propre remaniement qu’il fait de son ouvrage à la fin de sa vie en y intégrant notamment un travail personnel sur Saint Cyr patron de Gênes (dans les années 1290). Coste prend la suite en envisageant la « forme de vie » de ce texte (qu’il désigne au pluriel) une fois échappé des mains de son auteur, en examinant de près les Légendes dorées « à fort coefficient de variation et de transformation » (p. 29).

6Le phénomène de variance qui nous étonne aujourd’hui en comparant les manuscrits (pour lesquels le nombre de chapitres fluctue, avec additions de saints locaux, de textes liturgiques ou théologiques) ne frappait probablement pas de la même manière un lecteur ou une lectrice de l’époque, qui de sa vie ne verrait sans doute qu’un seul exemplaire de l’ouvrage : quelle que soit son originalité, tout manuscrit lui apparaissait comme étant La Légende dorée. L’hypothèse forte de Florent Coste est que le terme Légende dorée est devenu une marque de fabrique ou un label. Cela assurait de la qualité d’un ouvrage, au point qu’on appelle parfois des textes d’autres auteurs (comme le Miroir Historial de Vincent de Beauvais) Légende dorée. Par des exemples très précis, l’auteur montre l’existence de Légendes dorées (qu’il est tenté d’appeler recueils) ciblées précisément pour un usage (liturgique, pastoral, homilétique ou dévotionnel) et un lectorat (laïc ou clérical). L’exemple du manuscrit Reg. Lat 534 de la Vaticane en est caractéristique. Figurant parmi les premiers manuscrits abondamment enluminés du légendier, rédigé en latin à la fin du xiiie siècle, on y trouve, adjoint au corpus de Jacques de Voragine, une vie de saint Martial et de saint Louis de France, puis dans un second temps de sainte Geneviève, Eloi et le sermon du pseudo Anselme sur la conception de la Vierge. Plus intéressant encore, Louis de la Vernade, laïc dévot, président du parlement de Toulouse deux siècles plus tard, achète ce manuscrit et y ajoute en marge ses annotations de pèlerinage, en regard des images des saints. Il y écrit aussi en vulgaire son livre de famille. Cette Légende dorée à usage local pour le monde occitan était devenue un véritable livre de chevet qui accompagnait le lecteur dans ses exercices de dévotion autant que dans sa vie quotidienne (p. 109-116 et 164-165). Autre exemple à l’opposé, le manuscrit Rossiani 624 de la même bibliothèque rassemble une Légende dorée non composite avec un ensemble de textes sacramentels et pastoraux (opusculum de modo preparandi ad celebrandum missa, de confessione, tractatus de generibus peccatorum, conscientiae examinatio, forma absolutionis). Cette Légende dorée était conçue comme un manuel de curé (p. 169).

7Par ces analyses, on perçoit une « vie sociale de la compilation hagiographique » mobilisée par les individus et les communautés qui s’en emparent. Clôturée par la dédicace d’une église, la Légende dorée peut se présenter comme un outil d’intercession entre communautés de l’ici-bas et de l’au-delà. Les différents ordres s’appropriaient ainsi le recueil en y adjoignant les vies de leurs saints les plus importants : par exemple Claire d’Assise et Antoine de Padoue dans l’entourage des communautés franciscaines.

8Le plurilinguisme des ouvrages est un signe du ciblage des publics, mais il est aussi un indice des habiletés des communautés de copistes. À cet égard, le cas des manuscrits copiés par des prisonniers pisans enfermés à Gênes à la suite du conflit entre les deux cités est intéressant. On aimerait d’ailleurs en savoir davantage sur le corpus de manuscrits ainsi produit (réunissant romans de chevalerie et légendiers) et sur la possible agentivité des condamnés. Les ennemis furent condamnés à une intense activité de copie polyglotte. Le manuscrit Lyon BM 866, copié dans ce cadre, visait probablement une élite cultivée capable de lire tout aussi bien un latin savant, un français international ou un italien volgare.

9Au plus près des manuscrits et sans catégoriser artificiellement les usages de la compilation hagiographique par leur seule langue, Florent Coste nous propose une exploration de la littérature pastorale et homilétique à multiples entrées, capable de rendre justice à l’adaptabilité de ce type de littérature entre le xiiie et le xve siècle. La Légende dorée forme un ouvrage susceptible de « réglages et ajustements », par des communautés ayant toutes pour même ambition de créer une interface entre les vivants et les morts, entre le temps présent et le temps eschatologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clovis Maillet, « Florent Coste, Gouverner par les livres. Les Légendes dorées et la formation de la société chrétienne (xiiie-xve siècle) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 187-189.

Référence électronique

Clovis Maillet, « Florent Coste, Gouverner par les livres. Les Légendes dorées et la formation de la société chrétienne (xiiie-xve siècle) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68391

Haut de page

Auteur

Clovis Maillet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search