Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusVittorio Cotesta. The Heavens and...

Comptes rendus

Vittorio Cotesta. The Heavens and the Earth. Graeco-Roman, Ancient Chinese, and Medieval Islamic Images of the World

Leiden, Brill, 2021, 637 p.
Enzo Pace
p. 189-190
Référence(s) :

Vittorio Cotesta. The Heavens and the Earth. Graeco-Roman, Ancient Chinese, and Medieval Islamic Images of the World, Leiden: Brill, 2021, 637 p.

Texte intégral

1Un livre profond et de grande valeur, voilà comment définir en deux mots le dernier ouvrage du sociologue Vittorio Cotesta. Non seulement en raison du nombre de pages ou de l’étendue du sujet traité ; il y a bien autre chose qui frappe le lecteur. Une fois arrivé à la dernière page, les premières lignes de la préface deviennent limpides : c’est d’un parcours intellectuel, entamé voici bien longtemps, qu’il s’agit. Ce texte peut être considéré à la fois comme la synthèse d’une intense activité de recherche qui a débuté en 2004 avec la publication de Sociologia del mondo globale (Sociologie du monde global) et comme un travail qui entre de plain-pied dans les études comparatives des systèmes sociaux, avec une attention portée tout particulièrement aux aspects culturels qui ont donné une forme intelligible à différentes civilisations de l’être humain. Ce n’est donc pas un hasard si Cotesta choisit comme points de référence Max Weber d’une part, Karl Jaspers et sa thèse sur ce qu’il nomme la « période axiale » de l’autre.

2Le livre se compose de trois parties. La première est consacrée à la vision du monde au sein de la culture grecque et romaine ; la seconde montre comment, au-delà des différences présentes chez les plus importants maîtres de la pensée chinoise classique, l’image de l’harmonie du cosmos se reflète dans l’ordre bien organisé de la société ; la troisième partie met en évidence la grammaire générative des différents savoirs (philosophie, science politique, géographie, historiographie, théologie, mathématiques et médecine) qui fleuriront dans le monde musulman durant la période des grands empires, entre le viiie et le xiiie siècle. Cette troisième partie est précédée d’un interlude, une sorte de considération intermédiaire qui permet à l’auteur, et au lecteur aussi, de faire le point après la longue analyse des mondes gréco-romain et chinois. C’est l’occasion de nous fournir une clé de lecture qui va fermer les pièces explorées dans les deux premières parties et ouvrir la porte de la troisième qui doit encore être découverte. Cotesta nous montre ainsi de quelle manière, malgré les divergences qui existent entre les deux grandes civilisations, la gréco-romaine et la chinoise, s’est formé historiquement un Eurasian World-System, qui va lui servir de baromètre pour examiner comment s’est développée la troisième civilisation, celle du monde islamique.

3La catégorie de monde (et de système-monde) est entendue ici dans un sens wébérien, comme l’objet des représentations de la part d’une classe d’intellectuels, plus ou moins liée aux différents systèmes du pouvoir politique qui se sont succédé dans le temps. Des spécialistes, capables de comprendre l’unité dans les diverses formes de la connaissance, ont essayé de communiquer le sens à attribuer aux relations et aux formes fondamentales des manières de vivre dans le monde et dans la société : de l’ordre de l’univers à l’ordre social, en répondant aux questions sur les formes du pouvoir politique, sur les modèles d’une société juste et vertueuse et sur l’imaginaire religieux référé aux relations symboliques entre le Ciel et la Terre. Dans ce sens, cette élite s’est souvent adressée au ciel pour tenter de mettre de l’ordre sur terre, surtout durant la première révolution de la période axiale (entre 800 et 200 av. J.-C.), qui sera suivie d’une seconde, avec l’affirmation du christianisme tout d’abord et de l’islam ensuite.

4Cotesta navigue dans le grand océan de l’histoire, en partant des anciennes dynasties chinoises et en passant par les polis grecques et l’empire romain pour débarquer enfin sur un nouveau territoire de l’esprit humain qui trouve de nouveaux principes inspirateurs pour la connaissance et l’action dans le christianisme et dans l’islam. L’auteur toutefois ne perd jamais le sens de l’orientation. L’objectif qu’il entend atteindre peut être ainsi résumé : l’analyse des profondes différences entre les civilisations observées le conduit à découvrir des affinités électives insoupçonnables entre les conceptions du monde qui ont été élaborées au sein de chacune d’entre elles. De manière tout à fait convaincante, il nous montre combien ces images et ces représentations du monde, bien que différentes ne serait-ce que pour des raisons diachroniques, linguistiques et culturelles, partagent, parfois de façon surprenante, des postulats philosophiques et des méthodes de recherche semblables. En lisant les pages que Cotesta consacre par exemple aux penseurs (philosophes et théologiens, géographes et hommes de lettres) de ces civilisations, on a l’impression de voir ces personnages assis les uns en face des autres, tandis qu’ils discutent vivement, à la fois conscients et orgueilleux de leurs propres différences, et on finit par constater que celles-ci font référence à des questions qui renvoient à leur tour à des recherches communes, satisfaites, dans bien des cas, grâce à des parcours de l’esprit et des laboratoires de pensée accueillants, et pas exclusifs de telle ou telle autre civilisation.

5Quand les différences entre les diverses représentations du monde sont définies selon les théories de l’essentialisme et avec des traits distinctifs clairement dessinés une fois pour toutes, il est plus facile de perdre les traces des possibles convergences cognitives et des affinités éthiques entre cultures différentes. L’opération intellectuelle que Cotesta accomplit consiste donc à ne pas cacher divergences et dissonances, mais à se mettre aussi à l’écoute des consonances et, en particulier, de celles qui pourraient être considérées comme les prémisses éthiques d’une entente entre cultures différentes.

6À travers les routes commerciales qui ont relié Occident et Orient, depuis celle de la soie jusqu’aux caravanes qui remontaient les côtes de l’océan Indien jusqu’aux ports de la Méditerranée, ont circulé des idées. Des échanges et des contaminations entre différentes cultures ont eu lieu, de même que des affrontements et des conflits idéologiques renforcés, dans bien des cas, par l’exposition publique et le lien organique avec le pouvoir des intellectuels des puissances impériales, qui sont nées au sein des diverses civilisations, pour s’affirmer tout au long de l’histoire. Chacune de ces civilisations a dessiné ses propres cartes heuristiques dont les limites se sont révélées bien plus vastes que celles de leurs propres territoires. Face aux frontières surveillées des États, ces cartes montrent en revanche un tissu de pensées communes, nées des interrogations récurrentes sur l’humanité et son destin, entre ciel et terre. Une pensée globale, en somme, née bien avant l’actuelle mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enzo Pace, « Vittorio Cotesta. The Heavens and the Earth. Graeco-Roman, Ancient Chinese, and Medieval Islamic Images of the World », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 189-190.

Référence électronique

Enzo Pace, « Vittorio Cotesta. The Heavens and the Earth. Graeco-Roman, Ancient Chinese, and Medieval Islamic Images of the World », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68394

Haut de page

Auteur

Enzo Pace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search